Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 438 fois
  • 63 J'aime
  • 20 Commentaires

Mes chères amies

Chapitre 24

Epilogue

Travesti / Trans

Le séjour à Nice s’est terminé le samedi midi. Justine et Xavier ont pleinement profité des deux jours ensemble pour se retrouver, se découvrir et s’aimer… s’aimer follement.

 

La veille, le vendredi, Justine est allée saluer Maude pour l’informer qu’elle repartait sur Paris le lendemain et lui a présenté Xavier. Maude lui a promis d’aller la voir un de ces jours à Paris.

 

Le samedi midi Xavier et Justine prenaient le train pour Paris. Plusieurs heures de voyages ensemble, ils auront eu le temps de parler et d’évoquer l’avenir.

Justine voulait rapidement aussi de lui présenter Sarah, Léa, ses chères amies.

 

Régulièrement Xavier profitait d’être cachés par les fauteuils pour caresser Justine. Le wagon était assagi, plus personne ne bougeait, bercé par le roulement du train. Justine en profitait pour se tourner vers lui et relevait délicatement et discrètement sa jupe pour lui dévoiler ses cuisses gainées de nylon de couleur chair. Ses cuisses légèrement entrouvertes pour permettre à Xavier d’apercevoir la peau nue et la lisière des bas et les jarretelles de soie blanche lui encadrant chaque cuisse.

 

Xavier n’était pas insensible aux dessous de Justine. Cette dernière avait une furieuse envie de se pencher et le prendre en bouche mais c’était impossible dans le train. Il lui fallait patienter d’arriver à Paris.

 

 

*********
 

Deux ans plus tard.

 

Justine et Xavier sont toujours ensemble, ils sont en couple. 

Xavier est un pilier pour Justine qui s’épanouie dans une vie de femme, transgenre certes, mais femme.

Justine a beaucoup changé, physiquement et mentalement. Tout cela est grâce à son amant mais aussi à ses amies proches, Sarah et Léa bien sûr mais aussi Fanny qui est désormais une intime de cette bande d’amies.

 

Il n’aura fallu que quelques semaines après leur retour de Nice, pour que les deux amants décident de vivre ensemble. C’est Xavier qui est venu vivre chez Justine, jusqu’au jour où, trouvant son appartement exigu, ils ont trouvé à louer un plus grand appartement dans le même quartier Parisien du 14ème arrondissement.

 

Leur vie de couple s’est adaptée à la dualité de Justine. Chaque matin Justine revêtait les habits de Justin pour aller travailler avec l’impression de jouer un rôle, de travestir son apparence.


Une apparence qui n’a jamais été particulièrement masculine mais qui, au fur et à mesure, tendait à se féminiser de plus en plus. Jusqu’à lui poser deux problèmes.

D’abord celui d’être dans une apparence qui n’est pas la sienne, ce qui est assez perturbant mentalement.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Et aussi socialement ; son entourage professionnel qui jusqu’alors tolérait plus ou moins, commençait à donner des signes de désapprobation.

 

Et chaque soir en rentrant du travail Justine se changeait pour redevenir ce qu’elle est… une femme. Le temps du soir, le temps d’un weekend, le temps des vacances.

 

Il y a eu un événement marquant aussi quand Xavier a présenté Justine à ses parents.


Elle était stressée à l’idée de les rencontrer mais elle a fait connaissance avec des gens charmants et bienveillants. 

Ils connaissaient l’homosexualité de leurs fils et se trouvaient finalement bien heureux qu’il leur présente une fille… même s’il s’agissait d’une fille transgenre. 

D’ailleurs, ce « détail », Xavier ne leur avait pas caché. Finalement cela rassurait Justine car la relation ne se construisait pas sur une imposture.

 

Elle a découvert des gens aimants et tolérants, qui souhaitent le bonheur de leur fils unique.

 

Ils ont posé beaucoup de questions à Justine pour comprendre, apprendre et concevoir que Justine n’était pas « juste » travestie, qu’il ne s’agissait pas d’une fantaisie mais bien d’une transition qui s’explique par un mal être profond, celui d’être dans un mauvais corps.

 

Ils ont accueilli Justine comme leur belle-fille sans plus se compliquer la vie. Elle en fût heureuse et soulagée. La relation avec les parents de Xavier sont chaleureuses, voire complice avec sa mère.

 

A l’inverse, Justine avait peur de faire son coming-out auprès de ses parents. Ceux-ci savaient que leur fils était androgyne et gay mais ne connaissaient rien de sa double vie.

 

Bien sûr ils l’aimaient et l’acceptaient, mais avec beaucoup de réserves, d’inquiétudes et de regrets… le principal étant celui qu’il ne soit pas un homme comme les autres.

 Cela avait été source de tensions et de conflits familiaux à de nombreuses moments, mais chacun, intelligemment, avait veillé de ne jamais aller jusqu’à la rupture.

 

Ses parents voyaient bien que son allure se féminisait de plus en plus. Sa mère ne disait rien mais son père lui en faisait régulièrement la remarque. A chaque fois que Justine voyait ses parents, elle s’efforçait de s’habiller en mode garçon, androgyne certes, mais garçon… comme lorsqu’elle va travailler.

 

Justine (Justin) leur avait présenté Xavier, qu’ils avaient accepté facilement, voyant bien que leur fils était heureux avec ce jeune homme, bien élevé, charmant, intelligent et avec une bonne situation. Xavier avait habilement su charmer ses beaux-parents et ils lui vouaient une véritable sympathie.

 

Justement, voyant que Justine n’arrivait pas à parler à se parents, c’est Xavier qui a déclenché le processus. 

Le jeune homme leur avait proposé son aide pour installer un nouveau logiciel sur leur ordinateur. Le jour où il est venu le faire il s’est retrouvé seul avec la mère de Justine (Justin). Il en a alors profité pour parler de leur fils, sa mère s’inquiétant de sa transformation physique et comprenant qu’il se passait quelque chose.

 

Xavier lui a expliqué qu’il était tombé amoureux non pas de Justin … mais de Justine. 

Il lui a expliqué la dysphorie de genre mais aussi que Justin avait très peur de parler à ses parents de ce qu’il ressentait au plus profond de lui. 

Et a conjurait sa belle-mère d’écouter leur fils sans juger, de le laisser expliquer ce que leur enfant chéri veut être.

 

Elle pleurait en écoutant Xavier mais lui a promis de le faire et de convaincre également son père.

 

Il aura fallu presque une semaine de silence de leur part pour qu’enfin, sa mère appelle Justine pour lui dire que Xavier lui avait parlé, qu’elle avait convaincue son père et qu’elle lui proposait de se voir pour parler, pour écouter… et accepter.

Quelques minutes après avoir raccroché, Justine avait alors reçu un sms de sa mère

« Vient comment tu as envie d’être… « ma chérie » … on t’aime ».


 

Justine était bouleversée d’émotion. 

 

Le jour de la rencontre, Justine était terrorisée, angoissée. Elle dormait mal depuis quelques jours.

 

Mais pour aller à ce rendez-vous si important elle ne pouvait pas résister à l’envie de s’habiller en femme mais de façon très sobre. Pas de jupe, pas de robe, pas de talons aiguilles, pas de faux seins. 

Mais un pantalon féminin, bleu marine avec deux rangées de chacune quatre boutons dorés ; un sage chemisier satiné aux manches longues avec une petite partie en dentelle sur chaque épaule, permettant de distinguer les fines bretelles d’un body porté en dessous ; et des bottines aux talons un peu plus hauts que d’habitude.

Les cheveux détachés et discrètement maquillée. 

 

Même habitués à l’androgynie de leur fils, ses parents ont quand même été un peu surpris de sa tenue, plus féminine que d’habitude.

 

Les paroles de Xavier avaient fait de l’effet. La rencontre s’est bien déroulée et ses parents ont compris que leur fils "souffrait" du syndrome de Benjamin. Et que leur fils deviendrait… leur fille… ou était déjà leur fille !

Ils venaient de sceller cette renaissance sous le regard terriblement ému et plein d’amour et de reconnaissance de Justine.

 

 

******
La transition :

 

Après en avoir beaucoup conversées ensemble, Fanny lui avait conseillé d’en parler à son médecin afin qu’il fasse un suivi médical pour déceler d’éventuelles contre-indications et de prescrire un traitement adapté à la physiologie et à sa santé. 

Puis elle lui avait conseillé son endocrinologue. 

 

Après quelques visites médicales et examens (bilan sanguin et hormonal, une échographie mammaire, et une échographie testiculaire…) le médecin endocrino lui avait fait commencer un protocole hormonal qu’il dosait régulièrement selon l’évolution.

 

Spironolactone (2x75 mg) + Oestradiol (1 mg) puis ensuite Androcur (25 mg ) + Oestradiol (2 mg), etc.

 


Sa morphologie étant déjà très fine, son corps étant déjà assez féminin, la prise du traitement hormonal transformait assez vite son corps. 

Au bout de quelques semaines ses traits du visage s’étaient affinés, sa peau également s’était affinée et devenue moins grasse, sa poitrine avait commencé à augmenter légèrement de volume et devenir sensible, ses cheveux avaient poussé. 

Puis au fil du temps, ses hanches s’étaient élargies.

 

Cela s’accompagnait de quelques maux de tête, des sauts d’humeur et surtout de l’altération de l’érection.

 

Cette démarche a permis à Justine d’être prise en charge par la sécu dans le cadre d’une ALD.

 

Par contre sur le plan professionnel, la situation continuait de se dégrader. Son apparence changeait et son chef de de service lui reprochait ouvertement ce changement. 

Certains de ses collègues lui menaient la vie dure, se moquaient, à la limite du harcèlement moral, voire sexuel pour l’un d’entre eux.

Justine a demandé un rendez-vous auprès de son employeur pour lui expliquer la situation et trouver une solution dans l’entreprise, et surtout lui demander que la direction accepte sa transition. 

Le PDG et le DHR qui ont reçu Justine, ou plutôt Justin, étaient très embarrassés de ce cas. 

 

Déjà le PDG exprimait une forme de dégout face à cette situation contre nature, selon lui. Le DRH s’était montré plus ouvert et compréhensif mais un peu embarrassé.

 

Après quelques semaines de discussion, la situation se dégradant Justine ne souhaitait plus rester dans cette entreprise et la direction et elle-même ont conclues à une rupture conventionnelle. 

 

Elle a quitté l’entreprise deux semaines plus tard. Soulagée mais inquiète pour son avenir.

 

La veille de son départ, l’un des salariés l’a coincé dans un bureau vide. Il l’a malmené, caressé et l’a forcé de se mettre à genoux devant lui pour qu’elle le suce. 

Il avait sorti sa queue sentant l’urine et tenait Justine par les cheveux pour la forcer à avaler son sexe. 

 

Il lui a dit :

 

-         Suce moi bien petit PD et après je t’encule, je suis sûr que t’aime ça

 

Justine s’était débattue et a réussi à s’enfuir. Malgré qu’elle ait été choquée elle n’a pas voulu faire d’esclandre, persuadée que la responsabilité serait retombée sur elle.

Elle est partie le lendemain soir.

 

 

Durant le temps d’inactivité, avec l’aide de Fanny et Xavier, Justine a entamé le processus de changement de prénom auprès de la mairie du 14ème arrondissement.

Contre toute attente, cela s’est finalement fait assez vite et Justine a pu recevoir de nouveaux papiers d’identité avec son prénom féminin. 

Cependant il ne s’agissait pas d’un changement de la mention du genre. Celui restait bien M sur les papiers.


Pour changer cela, Justine à conjointement effectué la demande auprès du TGI, par le biais d’un avocat que Fanny lui avait conseillé. Le dossier était beaucoup plus complexe à monter et devait apporter multiples attestations et preuves médicales de sa transition.

 

Au bout de 8 mois de procédure, Justine a obtenu le changement d’état civil. La fête qui s’ensuivie a été totale, avec ses amies, ses parents et les parents de Xavier.

 

 

Entre temps, poussée par Xavier mais aussi Sarah, Léa et fanny, Justine a décidé de faire une opération d’augmentation mammaire afin d’avoir une belle poitrine, tant désirée. 

 

Souhaitant s’échapper du protocole de prise en charge de la sécu qui s’avérait long, Xavier avait proposé de prendre en charge les frais. Ses amies ont également contribué. 

 

C’est le chirurgien de Fanny qui a permis à Justine désormais, d’arborer fièrement une magnifique poitrine, généreuse et bien équilibrée.

Un bonheur ! Ne plus avoir cette prothèse et revêtir délicatement sa jolie poitrine d’un délicat soutien-gorge… un bonheur, un plaisir pour Justine.

 

Quelques semaines après avoir quitté son entreprise, Fanny avait fait jouer son réseau de connaissances personnelles et a permis de trouver un travail à Justine. 

 

Oh ce n’est pas l’emploi rêvé qui correspond à sa formation initiale mais le patron était compréhensif et acceptait d’accueillir Justine dans son entreprise. 

Seul lui et le médecin du travail connaitraient la particularité de cette nouvelle collaboratrice. Pour tous les autres salariés, Justine serait une collaboratrice comme les autres.

 

Ça a changé tellement de choses pour elle. Elle n’avait plus besoin de se déguiser en homme pour aller travailler. 

Même si le travail est sans grandes responsabilités et des parfois ennuyeux, rien que de venir au bureau comme elle en a envie lui rendait la vie belle. 

 

Aucune remarque, pas de jugement, pas de doute ou de questionnement de ses collègues hommes ou femmes. Justine venait de faire son entrée dans sa vie sociale de femme… avec délectation, avec un bonheur affiché.

 

Elle se permettait tout pour venir au bureau : les robes, les jupes courtes, les jupes longues, les bas coutures, les talons hauts, les cheveux tirés, les cheveux détachés… Rien ! pas une remarque !

 

C’était une femme un point c’est tout ! Une femme parmi les femmes, une collègue qui s’entendait à merveille avec les autres collègues, qu’ils soient masculins ou féminins.

Elle se fait draguer par certains mais gentiment elle leur explique qu’elle n’est pas libre.

Tout cela rend Justine heureuse et épanouie.

 

La réception tant attendue, du courrier du TGI marque la fin de ce parcours. 

« Justine xxx, sexe : féminin » ...

Les larmes coulaient sur les joues de Justine.

 

Ce parcours qui a commencé il y a quelques années, ce dimanche de la fin février (voir épisode 2) quand Sarah a découvert son ami dans sa salle de bains portant sa lingerie et qu’elles lui ont, Léa et elle, incité à faire vivre sa féminité. 

Et puis toutes ses rencontres… dont celle de Fanny et aussi celle de Xavier, désormais son compagnon.

 

*******
 


Depuis deux ans, Justine et Xavier sont en couple. Ils sont entourés de leurs amis et en particulier de ses « chères amies » mais aussi de ses parents et des parents de Xavier.

 

Son amant veut qu’elle s’épanouisse, qu’elle soit élégante et sexy en toutes circonstances. Il se révèle fétichiste et désire que Justine porte quotidiennement des bas. Ce qu’elle fait pour le plaisir de son amant mais aussi du sien, elle aime particulièrement la lingerie. Elle a pour cela bien été éduquée par ses Sarah et Léa, expertes en la matière.


Xavier gagne très bien sa vie, Cela leur permet de vivre confortablement et de lui payer beaucoup de vêtements, de lingerie, de chaussures... 

De ses voyages réguliers en Angleterre, il lui ramène souvent des bas nylons qu’on ne trouve pas en France.

 

Mais après en avoir longuement parlé ensemble, Xavier ne souhaite pas que Justine aille jusqu’à la réassignation sexuelle, la vaginoplastie. 

Il veut qu’elle reste désormais ainsi, un peu par peur des conséquences médicales ou psychologiques qu’entraineraient l’opération, mais aussi, mais surtout Il veut qu’elle garde son petit sexe, qu’il aime caresser et sucer.

Même si celui-ci ressemble à petit escargot recroquevillé, qui ne bande plus et qui n’éjacule plus jamais, il plait à Xavier qui aime le lécher et le suçoter.

 

Seule concession, Xavier accepte que Justine fasse prochainement une opération d’ablation des testicules. Ces deux petites olives qui ne servent désormais à rien et qui rendra encore plus féminin son entre jambes.

En attendant Xavier aime voir Justine porter régulièrement sa cage pour y enfermer le petit sexe, même si cela n’est que symbolique puisque Justine n’a plus d’érection.

Ce clito est désormais le seul témoignage de sa vie d’avant.

 

 

Justine, qui a découvert sa soumission entre les mains de « Monsieur » (voir épisodes 4 et 5), souhaite poursuivre se sentant naturellement soumise et désire être la soumise d’un Maitre. 

Mais il faut avoir une entière confiance ; et elle a décelé chez Xavier quelques signaux qui ont on permit de penser qu’il pouvait être dominant sans le savoir.

Justine a donc guidé Xavier progressivement dans l’apprentissage de la domination. Celui-ci s’est découvert mâle alpha et dominant et apprécie d’y être.

 

Xavier est de plus en plus à l’aise dans ce rôle et Justine lui a proposé de faire le contrat de soumission.

Pour l’occasion, Xavier lui a offert un joli collier avec deux anneaux enlacés, qu’elle porte tout le temps, marquant là discrètement l’appartenance de Justine à son Maître. 

 

Puis quelques mois plus tard, Xavier lui a offert un beau coffret de Les Colliers de ma Muse, contenant un joli collier ras de cou en cuir cerclé d’une délicate dentelle, l’intérieur en velours et un anneau sur le devant. Un bel objet que Justine ne portera qu’occasionnellement.

 

En contrepartie, Xavier qui était un peu libertin avant de rencontrer Justine a souhaité retrouver ces plaisirs mais cette fois, accompagné de Justine. 

 

 

Transgenre, soumise et libertine… 

Bisexuelle, aimant les femmes et encore plus les hommes…

Femme tout simplement, élégante et séductrice…

Aimante, gourmande, offerte…

Au son d’un claquement de talon sur le sol, au son d’un crissement du nylon, un ongle rouge lissant sa robe ou glissant sur sa jarretelle…

La belle se révèle ! Justine s’épanouie à vivre ainsi tous ses plaisirs de la vie et du sexe.

 

FIN.



Note de l’auteure


J’ai commencé ce récit sans savoir qu’il m’emmènerait jusqu’au 24ème épisode.

Je vous remercie sincèrement d’avoir aimé cette histoire, je vous remercie de vos commentaires et nombreux messages en privé. Ils ont été l’occasion de me lier d’amitié avec quelques-uns d’entre vous (qui se reconnaitront j’en suis certaine).


Vous avez été nombreux à me demander si cette histoire était réelle. Je l’ai toujours classé dans la catégorie « fantasme » mais il est vrai qu’elle mélange des faits réels que j’ai vécu, des faits romancés et des faits imaginés.

L’histoire est plutôt inspirée de ma vie (d’ailleurs j’ai commencé le récit avec le même prénom), je suis proche de Justine (l’héroïne du récit) mais ce n’est pas ma vie.


Je suis assise dans mon fauteuil en train d’écrire les derniers mots de ce dernier épisode.

Mon ongle rouge lisse ma robe, glisse sur ma jarretelle, le nylon de mes bas crissent dans je croise mes jambes, mon talon aiguille claque sur le sol…

Je porte ma cage cachée par la dentelle de ma culotte, je suis aimante, gourmande et je me suis offerte avec délice, il y a quelques heures à l’homme que j’aime et qui m’a sodomisé avec délectation.


Je vous embrasse.

Justine.

Diffuse en direct !
Regarder son live