Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 4 773 fois
  • 82 J'aime
  • 6 Commentaires

Mes chères études

Chapitre 2

Hétéro

Chapitre 2 – Mon nouvel environnement, mes collègues, ma pub …


Rappel : je suis Charlotte, étudiante parisienne de 22ans qui n’arrive plus à joindre les deux bouts. Pour résoudre mes problèmes d’argent, je me suis résolue à aller travailler dans un bar à hôtesse en Belgique. Je viens d’arriver, j’ai découvert la chambre dans laquelle je vais bientôt monter avec des clients, j’ai du montrer une partie de mon savoir faire au patron et je viens de descendre dans le bar en tenue de travail … sous-vêtements, bas et talons aiguilles. Je suis morte de trouille.



J’arrive en bas de l’escalier et je me retrouve au bar. Lors de mon arrivée tout à l’heure, j’ai trouvé ça kitch. Maintenant que je suis en tenue de travail et que ça devient réel, je trouve ça super glauque. Mais qu’est ce que je fais ici ?! Je suis folle.


Pas le temps de réfléchir, le patron m’interpelle :

— Ah bah quand même … t’en as mis un temps à descendre !

— Désolée …

— Ouais, c’est pas grave … bon viens que je te présente tes nouvelles copines et que je te ré-explique deux ou trois trucs


Je le suis du côté du salon principal devant l’estrade avec sa barre en métal. L’accueil des deux filles que j’ai croisées tout à l’heure avait été froid mais ça a l’air plus détendu maintenant.


— Bon, tu as déjà vu Florence et Carmen, voilà Sandra, Charline et Nadège. Nadège, c’est la plus ancienne dans le club. Elle te donnera des conseils si t’as besoin … Les filles, voici Charlotte, c’est son premier soir !


Toutes les filles me font un petit signe et me disent bonjour, je me sens comme une cruche perchée sur mes talons face à elles en train de papoter tranquillement. Elles ont l’air assez détendues, comme si tout ça était normal. Je discute un peu pour me présenter et leur demander d’où elles viennent.


Florence, la française qui était déjà là tout à l’heure, a 32 ans. C’est une fausse blonde, 1m65 pour 50kg pas mal foutue avec visiblement une belle poitrine. Elle travaille ici depuis 2 mois à plein-temps et elle avait fait d’autres clubs avant. Elle habite sur place.


Carmen, la latina franco-portugaise est bien brune. Petite (1m60) et ronde (60kg) avec des seins (un bon 90D) qui cherchent à sortir de son soutien-gorge. Elle travaille au club depuis 1 mois et demi à plein temps. Elle a 25 ans et c’est la première fois qu’elle fait ce boulot là. Elle habite sur place.


Sandra est une superbe fille. Belge, 22 ans, grande blonde de 1m75, elle est fine. Elle a un bon bonnet C qui ne doit certainement pas tout à la nature. Elle est étudiante elle aussi et travaille par intermittence depuis 2 ans et habite dans la région.


Ensuite, Charline, une Française de la Martinique de 30 ans. C’est une jolie black avec de sacrées courbes mais visiblement assez ferme et relativement musclée. Elle vient de Lille tous les week-ends, parfois aussi le jeudi soir. Elle travaille ici depuis 1 an.


Et enfin, la fameuse Nadège. Une blonde de 40 ans, 1m65 et 55kg, des seins énormes et qui visiblement résistent à l’attraction terrestre, encore un miracle de la chirurgie. Elle travaille par intermittence au club depuis 5 ans et habite dans le coin.


— T’as l’air stressé ma belle

— C’est clair que je me suis déjà sentie mieux

— T’inquiète pas, tu vas voir, ça va bien se passer. Dans 2 ou 3 jours tu te sentiras bien et ça passera tout seul

— Je ne suis pas certaine que ça me rassure …

— C’est bien t’as le sens de l’humour ! Mais faut prendre tout ça du bon côté


Le patron revient à côté de moi …


— Je ne sais pas si ça sera du bon côté mais elle va se faire prendre !

— Marc, c’est nul tes vannes … tu vois pas qu’elle est morte de trouille ?

— Après quelques clients elle aura pris le pli, t’en as vu autant que moi faire leur premier soir, une fois qu’elle sera montée avec 3 ou 4 clients, elle arrêtera de faire sa mijaurée

— T’es toujours aussi psychologue toi, c’est bizarre qu’en étant aussi con t’arrives à avoir toujours autant de filles

— SI t’es pas contente, tu te casses et tu vas trouver un autre endroit qui paie aussi bien et avec autant de clients, OK ?

— Ca va, t’énerves pas … je dis juste que tu pourrais être un peu plus sympa avec les nouvelles

— Elle a pas besoin que je sois sympa, elle a besoin de se retrouver à quatre pattes en train de se faire enfiler par des clients qui vont bien la payer … c’est comme ça que ça ira mieux et elle est là pour ça … hein Charlotte ?

— …

— Bon, je t’offre un verre pour te détendre, comme ça Nadège arrêtera de me gonfler comme quoi je ne suis pas sympa et je te ré-explique deux ou trois trucs … tu veux boire quoi ?

— Heuuu … une vodka tonic ?

— C’est bien, tu connais déjà les ficelles du métier … la vodka ça t’évite de sentir l’alcool donc tu as toujours l’air fraîche en fin de soirée


Je reste avec les autres filles pendant qu’il va me chercher un verre. Nadège reprend la conversation


— Ne t’inquiète pas, il est un peu con mais pas vraiment méchant. Il abuse un peu de la situation parfois mais j’ai vu bien pire comme patron de bar

— Comment ça il abuse ?

— Tu as bien du lui faire une pipe là haut non ?


Je rougis comme une gamine. Bizarre d’être gênée de parler de ça avec d’autres filles qui font la même chose que moi …


— Euh … oui

— On y passe toute de temps en temps … il adore les pipes ! Et comme t’es vraiment jolie, il y a des chances qu’il te saute ce soir ou demain !

— Au point où j’en suis …

— Faut pas dramatiser ma belle ! Tu peux même te faire un peu plaisir de temps en temps … tu auras plein de clients encore plus stressés que toi de venir voir une pute et pense à tout le fric que tu leur piques !


La patron arrive avec mon verre …


— Tiens ça va te détendre. Et celui là je ne te le note pas sur ton compte, c’est pour la maison

— Parce que sinon je paie mes verres ?

— Bah faut bien que quelqu’un paie … soit c’est le client et tu touches un peu soit c’est toi si tu veux vraiment un verre et que t’as pas de client ou qu’il ne veut pas payer

— Ok

— Bon, de toute façon les clients qui veulent rester au bar c’est en priorité pour les filles qui sont depuis le plus longtemps. En revanche, celles qui ne sont pas avec des clients font des petits shows pour mettre de l’ambiance

— Des show ?

— Ouais … tu danses un peu avec la barre et tu fais un strip tease

— Ah …

— C’est les filles qui sont avec des clients en train de boire qui me demandent pour les shows quand elles ont besoin de faire chauffer le gogo un peu plus. L’idée c’est que le mec s’excite et recommande une bouteille …

— … (je n’ai jamais autant manqué de conversation)

— Donc quand je te dis, tu vas sur l’estrade, tu danses et tu te fous à poil en essayant de l’exciter

— Si les autres y arrivent, je devrai y arriver aussi

— Exactement ! Et enfin on a des clients qui demandent des shows lesbiens, mais ça c’est payant donc ils peuvent choisir les filles qu’ils veulent voir sur scène

— Des shows lesbiens ?

— Tu sais pas ce que c’est ?

— Bah …

— Tu vas sur scène avec une autre fille, vous vous déshabillez mutuellement, vous vous embrassez et vous finissez par vous bouffer la chatte … ça te parle ?

— Mais j’ai jamais fait ça !

— Y a un début à tout ma jolie … tu t’étais jamais baladée en string et talons aiguilles dans un bar ?

— Bah non …

— Et là c’est ce que t’es en train de faire … ok ? Encore une fois, ça fait partie des règles du jeu … et la première règle c’est que si ça ne te plaît pas, tu es libre de prendre la porte, d’appeler un taxi et de retourner d’où tu viens

— OK ça va

— Bon et de toutes façons, tu ne devrais pas rester beaucoup en bas, j’ai dit à pas mal de bons clients et de copains que j’avais une petite nouvelle super mignonne et qui allait faire ses débuts ce week-end … tu vas bosser !


Ca sonne à la porte. Je deviens blanche comme un cachet d’aspirine … Le patron se marre en me voyant aussi livide, il me fait un sourire en me disant que ça doit être pour moi et va ouvrir. Il discute deux minutes et appelle finalement Sandra, c’est un client habitué qui veut boire un verre avec elle. On doit libérer la partie salon et je me retrouve au bar pendant que deux vont derrière attendre que le bar s’anime. Le client de Sandra passe devant moi, je suis presque nue, il me regarde bien en détail de bas en haut … c’est horrible cette sensation d’être un morceau de viande dans l’étal du boucher … j’en viens à regretter les mecs un peu lourds dans les soirées à Paris !


En fait, au lieu de commander des verres, ils se lèvent, discutent avec le patron, le mec paie et Sandra l’emmène à l’étage. Elle est toute souriante et a l’air super à l’aise. Je ne suis pas persuadée d’être capable d’en faire autant.


Le patron revient au bar


— Bon, puisque t’as rien à foutre pour l’instant, on va faire quelques photos pour mettre sur le site et envoyer aux bons clients. Je masque le visage sur le site mais pas pour celles que j’envoie aux habitués

— OK … de toute façon j’ai compris … c’est comme ça et si ça ne me plaît pas je prends mes affaires et je me tire, c’est ça ?

— T’as tout compris ! tu vois quand tu veux !

— Bon, on les fait ces photos ?


Il part chercher un gros appareil numérique avec un flash de compétition


— Avec la lumière tamisée, faut un gros flash sinon les photos sont pourries (Monsieur se prend pour Helmut Newton apparemment) …

— Je fais quoi ?

— Enlève ton soutif déjà


J’enlève mon soutif pour la seconde fois en une demi heure … les autres filles regardent … je regarde l’objectif en me disant que c’est juste une séance de pose un peu sexy et que j’aurai fini dans cinq minutes … FLASH … je souris … FLASH je me penche un peu en avant en essayant d’avoir l’air contente … FLASH


— OK … allonge toi sur un canapé


Je m’allonge … FLASH … Je souris … FLASH … je pose une main sur mon sein gauche … FLASH … je caresse un peu mon sein … FLASH


— Très bien … enlève ton string et bouge bien sur le canapé


Je me rassois … FLASH … je commence à baisser lentement mon string … FLASH … il arrive au niveau des genoux … FLASH … je l’enlève complètement … FLASH … je me retrouve allongée sur le canapé, les cuisses légèrement ouverte … FLASH … il me fait signe d’écarter, j’écarte … FLASH FLASH FLASH … je me retourne pour me mettre à quatre pattes sur le canapé, les coudes posés sur le dossier … FLASH … je tends les fesses en arrière … FLASH FLASH FLASH … il me dit de poser la tête sur le dossier et de bien écarter mes fesses avec mes mains … je pose la tête sur le dossier … FLASH … j’écarte doucement mes fesses … FLASH FLASH FLASH … il doit avoir un panorama superbe sur mon petit cul, mon sexe et mon anus … « non … ne pense pas … continue » … je me remets sur le dos … FLASH … il me demande de me caresser … je pose à nouveau une main sur un sein … FLASH … puis une sur mon mont de venus parfaitement épilé … FLASH FLASH … je laisse un doigt descendre vers ma fente … FLASH FLASH … surprise … c’est légèrement humide … je laisse courir mon doigt sur mes lèvres … FLASH FLASH FLASH … je rentre un doigt délicatement … FLASH FLASH FLASH … je me caresse doucement en me concentrant sur ce que je fais pour oublier où je le fais … le flash continue à crépiter …


La sonnette de la porte retentit … je retombe immédiatement sur terre ou plutôt je me rends compte que je suis en fait bien sur un canapé dans un bar en train de m’exhiber en me caressant devant 2 filles et un mec qui prend des photos de moi … Je suis calmée d’un coup !


Puis je réalise que la sonnette veut dire client … je me rhabille à toute allure … et j’entends le patron …


— Charlotte, c’est pour toi !

Diffuse en direct !
Regarder son live