Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 104 fois
  • 209 J'aime
  • 3 Commentaires

Mes demi-soeurs

Chapitre 7

Le gage

Hétéro

Le week-end arrive. Je n’ai pas vu Luna depuis lundi soir et nous sommes de nouveau invités ma mère et moi chez Daniel et les filles.



Luna ayant une sortie shopping prévue avec ses copines le samedi matin, elle me demande si je peux la récupérer au centre commercial et la ramener chez elle.J’accepte évidemment et nous voilà alors en voiture en direction de chez elle. Lorsque nous arrivons dans son quartier, je me gare dans une petite ruelle qui me semble vide et peu fréquentée.


Étonnée, Luna me demande alors:


— Qu’est ce que tu fais ? Pourquoi tu t’arrêtes ici ?

— Parce que je veux que tu me suces ici, maintenant…


Surprise par ma demande, elle panique un peu:


— Quoi ? Mais attend on pourrait nous voir ici ! Et puis nos parents doivent nous attendre déjà !

— C’est vide, je suis certain que personne ne passe jamais ! Et nos parents attendront sans se douter de rien tu le sais. Ils n’auraient jamais l’idée que nous puissions faire quoi que ce soit toi et moi…

— Je sais pas… J’ai peur…

— Je savais bien que tu n’étais pas capable de satisfaire mes besoins…


Cette provocation touche Luna qui me regarde avec un regard presque froid auquel je répond par un grand sourire.


— C’est toi qui voit… lui dis-je.


En disant cela, je recule mon siège, défait ma ceinture, déboutonne mon jean que je descend un peu avant d’abaisser mon caleçon, laissant alors apparaître mon sexe en érection attendant d’être gouté. La simple idée de me faire sucer ici m’excite énormément et je veux le montrer à Luna.


— Montre moi un peu les besoins d’homme que tu as…

— Approche un peu ta tête…


En lui parlant, j’approche ma main de son visage et attrape ses cheveux. J’insiste un peu et approche sa tête de mon entrejambe. Elle ne résiste pas et je la vois ouvrir grand la bouche, saisir mon pénis et l’engloutir entre ses lèvres qui viennent glisser le long de ma verge. La sensation si douce de la chaleur de sa bouche me fait immédiatement réagir et je pousse un gémissement de plaisir au moment où sa langue vient caresser mon frein pour la première fois.


— Oh putain comme c’est bon, suce moi encore…


Je pose mes deux mains sur sa tête, appuyant dessus pour enfoncer mon sexe profondément dans sa gorge. Je fais aller et venir sa tête le long de ma verge. Le bruit de mon sexe dans sa bouche qui l’étouffe m’excite encore davantage et m’encourage à accélérer le rythme.


— Oh oui putain continue c’est trop bon. Je vais te gicler dans la bouche.


Luna ne fait pas grand chose si ce n’est se laisser faire, mais cela suffit à mon plaisir. Elle me laisse contrôler sa tête et m’en servir à ma guise, essayant de ne pas étouffer lorsque je la force à faire une gorge profonde.

Je suis pris dans une frénésie et continue de faire aller et venir sa tête sur mon sexe avant d’enfoncer complètement ma bite dans sa gorge jusqu’à sentir ses lèvres plaquées contre mon pubis. 


— Je vais venir… Je vais venir… Je viens… Oh putaiiiin c’est bon…


Elle toussote et je sens mon sperme gicler dans sa gorge. Elle s’aide de ses mains pour essayer de retirer mon sexe de sa bouche mais la pression de mes mains sur sa tête l’en empêche et elle est contrainte pour ne pas étouffer d’avaler ma semence à mesure qu’elle remplie sa bouche.


— Avale mon sperme, lui dis-je à mesure que je l’entend avaler ma semence.


Lorsque je relâche enfin mon étreinte, Luna recrache ma bite et reprend son souffle. Je la regarde et distingue alors une larme sur chacune de ses joues, signe que je suis allé un peu loin dans sa gorge, mais quel plaisir…


— Nettoie ma bite maintenant.


Elle approche de nouveau sa tête et reprend en bouche mon sexe qu’elle suce de tout son long. Elle avale alors la salive et le sperme restés dessus et libère alors ma bite toute propre.


— Dis donc tu avais les couilles bien remplies aujourd’hui… C’est fou tout ce que tu m’as envoyé…


Elle s’essuie la commissure des lèvres en disant cela, tout en me regardant me rhabiller. Une vraie attitude de cochonne, qui m’excite terriblement.


— Tu es une incroyable suçeuse, vraiment, c’était génial…

— J’ai pas fait grand chose aujourd’hui pourtant…

— Justement, tu m’as laissé faire ce que je voulais de ta bouche…

— En tout cas tu avais l’air d’aimer vu ce que tu disais…


Elle me sourit et nous reprenons la direction de chez elle. Nous rejoignons ainsi Daniel, Margot et ma mère qui nous accueillent avec l’apéro. Le repas se déroule bien et je suis ravi de constater qu’aucun soupçon pèse sur Luna et moi, il semblerait que nous arrivons à rester très discret. Il faut dire qu’en public, on se comporte vraiment comme deux personnes qui ne se connaissent encore pas bien.


À la fin du repas, Margot, la grande soeur de Luna, me demande si je peux l’aider à résoudre un problème qu’elle a avec son ordinateur depuis hier. Comme je ne suis pas mauvais en informatique, j’accepte et la suit dans sa chambre à l’étage.


Elle entre la première et je la suis. Elle referme la porte derrière elle et la verrouille.


— Qu’est-ce que tu fais ? Pourquoi tu verrouilles ?

— J’ai vu ta voiture devant la maison lundi soir.


Je me décompose, mais je ne réagis pas.


— Je me doute que tu n’étais pas là pour la voisine de soixante-dix ans.

— Tu crois que je suis venu voir ta soeur c’est ça ?

— Non. J’en suis certaine.


Me voilà dans de beaux draps.


— Ok et alors ? Tu comptes faire quoi ? Dire à ton père que je suis venu voir ta soeur ? Il n’y a rien de grave à passer la voir quinze minutes…

— Bien sûr que non !

— Alors quoi ? Tu voulais juste que je sache que tu es au courant ?

— Non plus… Tu sais je connais ma soeur et même si elle ne m’a rien dit j’ai bien compris qu’il s’était passé quelque chose entre vous…


J’écoute sans rien dire.


— Mais je sais aussi qu’elle n’avait jamais eu de rapports sexuels avant de te « fréquenter », et je suis certaine que c’est toujours le cas. Elle n’est pas du genre à précipiter les choses, ni très entreprenante. Alors après une semaine…


Elle n’a pas l’air de bien connaître sa soeur, mais je suis curieux de voir où elle veut en venir…


— Et alors ?

— Et alors je pense qu’un garçon de ton âge attend autre chose que des câlins et des petits bisous sur la bouche…

— Ne t’en fait pas pour moi Margot, tout va très bien.


J’essaie de couper court à la conversation.


— Oh arrête… Tout ce que je te propose c’est qu’on se rende service…

— Comment ça ?

— Tu es frustré avec ma soeur, et moi avec mon copain… On doit bien pouvoir trouver un moyen de gérer nos frustrations…

— C’est quoi le problème avec ton copain ?

— Il est… Un peu trop mou sous la couette tu vois… 

— C’est pas très clair j’avoue…

— Disons qu’avec lui c’est missionnaire et bonne nuit. Il n’est pas très entreprenant… Et il n’aime pas quand je suis entreprenante…


J’éclate de rire.


— Tu dois pas beaucoup t’amuser c’est sûr !

— Pas la peine d’en rajouter merci !

— Ma pauvre Margot, ce que tu dois t’emmerder… Tu dois pas jouir souvent…

— Tu peux parler toi…

— Quoi moi ?

— Tu as vingt-trois ans, et tu te retrouves à faire des bisous et des câlins à une gamine de dix-huit ans… Allons… Tu dois mourir d’envie de te vider les couilles… Tout ce que je te propose c’est de la remplacer jusqu’à ce qu’elle franchisse le cap…

— J’ai comme l’impression que tu en as plus besoin que moi Margot… 

— Peut-être, mais et alors ? Je sais qu’en tant qu’homme tu as aussi des besoins à satisfaire, et tu sais que je peux les satisfaire…

— Non, rien ne dit que je prendrais mon pied avec toi désolé…

— Justement… Laisse moi te prouver que je peux…


J’étais d’abord très sceptique mais je dois reconnaitre que quelque chose m’excite énormément chez Margot, son air sérieux, ses lunettes et sa coupe au carré lui donne un air strict qui me donne envie d’abuser d’elle, et son côté « femme en manque » me dit qu’elle doit avoir une sacrée faim… Alors je me lance, après tout, je n’ai rien promis à Luna, nous ne somme pas en couple, je ne lui appartiens pas, et surtout elle n’est pas obligée d’être au courant !


— Comment tu veux me prouver ça ?

— Que dirais-tu que je te suce, là maintenant ? Et si tu n’aimes pas je ne viendrai plus jamais t’embêter avec ça…

— Vraiment ? Donc si je n’aime pas et que je ne veux plus te revoir tu me laisseras tranquille et tu ne me parleras plus jamais de ça ?

— Tu as ma parole…

— Alors c’est d’accord, par contre Luna ne doit rien savoir !

— Évidemment !

— Fais moi voir un peu ce que tu sais faire maintenant Margot…


Elle s’agenouille devant moi et retire son chemisier, laissant apparaître ses seins nus avant de s’adresser à moi:


— À partir de maintenant, je suis ta petite pute…

Diffuse en direct !
Regarder son live