Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 516 fois
  • 42 J'aime
  • 5 Commentaires

mes dix huit ans

Chapitre 9

Erotique

Pendant tout le reste du repas je réfléchissais à la façon dont j’allais convaincre cette fameuse personne d’aller avec moi au cinéma. Le dîner terminé nous sommes retournés chez Daniel et Sonia afin de nous livrer à une énième séance de baise mémorable. Ensuite je me décidais enfin à rentrer chez moi. Le lendemain je me levais vers midi,en arrivant dans la cuisine je vis que la table était mise pour deux.

-Et moi ! je ne mange pas ?,dis je à ma mère.

-Ton père n’est pas là,cette assiette est pour toi,répondit ma mère. Tu es rentrée à quelle heure,au fait, je ne t’ai pas entendue.

-ola ! que de questions en une fois ,je suis renté vers minuit et papa ou est il?

-Ton père est parti pour deux jours à cause de son travail,et toi,tu as traîné ou jusqu’à minuit.

-J’ai fait le marché à la recherche d’un concombre,lui dis je en rigolant.

-J’espère pour toi que tu en as trouvé un,car celui du frigo ton père l’a mangé

-Pauvre papa,s’il savait par ou est passé ce concombre.

-Il n’y a pas que toi,moi aussi je m’en suis servi,me dit maman avec un sourire

Je sautai alors sur l’occasion et lui dit :

-je peux te poser une question indiscrète ,maman?

-Essaie toujours.

-Toi et papa vous faites encore l’amour ? Je me pose cette question depuis la dernière fois que je t’ai surprise en train de te faire jouir dans la salle de bains. J’ai l’impression que tu es en manque de sexe,tout comme moi.

-Tu es une grande fille maintenant et je vais te répondre.Tu as raison,ton père ne me touche plus depuis au moins un an,malgré mon âge j’ai encore des besoins alors je me console avec mon god.

-Je m’en doutais. Au fait ,comme papa n’est pas là,ça te dirait qu’on se fasse un ciné toutes les deux.On n’a jamais fait une sortie entre mère et fille ,ça pourrait être pas mal,au lieu de s’engueuler comme on le fait trop souvent ces derniers temps.

-ola ! à quoi je dois tant de sollicitudes de ta part tout à coup.

-A rien,tu es ma mère,malgré ce que tu en penses et j’aimerais te voir rire un peu,c’est tout. Tu es encore trop jeune pour rester enfermé ici sans arrêt.

Maman me dévisagea pendant un bon moment ,mais cette fois ci avec les yeux d’une mère,non pas avec ceux d’une mégère,comme d’habitude

-C’est gentil de ta part et j’accepte ton invitation.

-Ok ,on fait ça demain soir,d’accord ?

-Va pour demain soir.

-tu t’habilleras un plus sexy que d’habitude,pas avec tes vieilles robes de grand-mère que tu mets d’habitude.

-Mais je n’ai rien de sexy,comme tu dis,tu veux me transformer en pute ou quoi ?

-Pas en pute,maman,en femme moderne,c’est tout.

-Ok ,je vais voir dans ma garde robe si je trouve quelque chose,mais je ne te promet rien.

De retour dans ma chambre j’appelle Daniel:

-Ca y est c’est bon pour demain soir,j’ai réussi à la décider.Ou veux tu que l’on aille?

-Attends, le GAUMONT c’est pas mal et j’y ai mes habitudes , demain soir il passe un film genre cinéma d’auteur, un truc à s’endormir au bout de cinq minutes. C’est bon ça,elle ne sera pas captivée par l’écran ,elle aura le temps de s’intéresser à ce que je lui ferais. Va pour le GAUMONT,la séance est à 20h30,à demain ma petite chienne !

-A demain mon salaud.

Et voilà les dés étaient jetés,j’imaginai à l’avance la tête de Daniel lorsqu’il apprendrait qu’il a doigté ma mère. Je m’endormis avec des rêves incestueux plein la tête.Le lendemain je décidais de ne pas sortir pour rester avec maman afin de la chauffer un peu. Lorsqu’elle prit sa douche en début de soirée,j’étais aux aguets attendant que l’eau s’arrête de couler,puis j’ai encore attendu une minute et je suis entré dans la salle de bains. Maman était sortie de dessous le jet,elle était nue en train de s’essuyer.

-Oh excuse moi,je suis désolée,lui dis je avec un air le plus innocent possible.

-C’est rien,c’est pas grave,on est entres femmes ,non! me dit elle avec un sourire;

Je m’approchais d’elle ,je la regardais effrontément avec les mains sur les hanches.

-Tu sais que t’es encore pas mal du tout pour ton âge ,ma cher petite maman,j’ai des copains qui feraient bien leur casse-croûte de toi.

Elle me regarda et me dit :

-Arrête tu exagères là,je suis bien trop vieille à présent.

-Trop vieille ! tu rigoles,tu as vu tes seins ,ils sont magnifiques j’aimerai bien en avoir des comme ça. Les mecs sont fou des gros seins.

En même temps que je disais cela j’approchai une main et la posai sur une de ses mamelles.

-Ils sont lourds et bien remplis,leur peau est toute douce et tu as vu tes tétons !

Je fis alors quelque chose que je n’imaginai pas que je puisse faire un jour à ma mère,je pris un des tétons entre mes doigts et le fit roulé.Elle réagit aussitôt en me regardant droit dans les yeux;

-Mais qu’est ce que tu fais Carole ?

-Rien maman,je veux juste voir si ils réagissent encore c’est tout.

La framboise que je malaxais entre mes doigts durcissaient à vitesse grand v.Je fis de même avec le second.Elle ne broncha pas.

-Eh bien !petite maman,ils réagissent au quart de tour.

-Arrête Carole ,ce n’est pas bien ce que tu fais là,un peu de respect,je suis tout de même ta mère,me dit elle avec une voix légèrement chevrotante.

-Je vais arrêter ,mais attends juste encore un truc que je veux voir.

Osant le tout pour le tout je remplaçais mes doigts par mes lèvres sur un des mamelons. Je l’aspirai aussitôt dans ma bouche pour la téter comme un bébé.Elle ne repoussa pas ma tête mais commença à gémir de suite.

-oooohhhhhhh! cela fait si longtemps que l’on ne m’a plus fait ça, hummmmm j’adoreeee

Ca y est c’est gagné,me dis je,elle démarre. Je passai d’un sein à l’autre ,lui tirant au maximum ses tétons avec mes lèvres,ils bandaient maintenant comme de petites bites. Elle gémissait de plus en plus fort,j’en profitai pour poser ma main sur son mont de vénus laissant glisser lentement ma main vers sa fente. Lorsque mon doigt s’insinua entre ses grandes lèvres elle eut un sursaut de tout le corps.

-NON CAROLE !arrête ça n’est pas bien.

Je cessai aussitôt toutes caresses et jouant les faux culs je lui dit :

-Mais maman je voulais juste voir si ton corps répondait encore aux caresses,c’est tout. Je me suis dit que tu pouvais être frigide et que c’était pour ça que papa ne te touchait plus. Mais je te rassure tu ne l’es pas,tout ton corps répond du tac au tac.

-Je te remercie pour ton diagnostic mais en attendant tu m’as mise dans un drôle d’état.

-Je suis désolé maman ,ça n’était pas mon intention. Il faut que tu t’habilles ça va être l’heure d’y aller.

-Je me dépêche ,va m’attendre au salon.

Une demi-heure plus tard elle fit son apparition,j’étais surprise,ma mère était sublime. Une petite jupe s’arrêtant au dessus du genou,mais fendu jusqu’en haut de la cuisse sur un côté,un chemisier blanc immaculé qui semblait être fait sur mesure pour elle avec un décolleté plongeant en v qui laissait largement voir la naissance de ses seins.Sur tout ça une large ceinture de cuir noir qui faisait encore plus ressortir sa poitrine,mais la cerise sur le gâteau,elle n’avait pas mis de soutien-gorge. Ses tétons encore durs pointés à travers le tissu comme des pics,on distinguait même ses larges aréoles.

-Tu ne mets pas de sout maman ? dis je quand même un peu surprise

-C’est toi qui m’a dit sexy,alors j’ai fait sexy. C’est trop tu crois?

-Non,non,c’est très bien,c’est juste que je n’ai pas l’habitude de te voir comme ça. Si j’étais un homme je dirais que tu es super bandante lui dis je en rigolant,elle éclata de rire à son tour.

-Je prends mon manteau et on y va,dit elle toute guillerette

Sur le trajet je pensais à la tête que fera Daniel lorsqu’il verra le joli petit lot que je lui ramène.Dans le taxi sa jupe remonta très haut sur ses cuisses,je ne pus m’empêcher de poser la main sur l’une d’elle,la regardant dans les yeux je lui fit un sourire le plus tendre possible,elle n’enleva pas ma main et me rendit mon sourire. Je regrettai presque de la livrer ainsi à Daniel,elle était débordante de sexualité.même le chauffeur n’arrêtait pas de la regarder dans son rétroviseur. Arrivée sur place,maman ,après avoir regardé l’affiche du film me dit:

-Ça n’a pas l’ait terrible comme film

-On s’en fout ,maman,le principale est que l’on soit ensemble. En disant cela je lui pris sa main et la serra très fort dans la mienne.Elle me regarda et me sourit;

-Oui ,tu as raison,allons-y ma grande.

Diffuse en direct !
Regarder son live