Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 001 fois
  • 128 J'aime
  • 9 Commentaires

Mes échanges sur Xstory

Chapitre 1

Belle S

Inceste

Bonjour,


Je m’appelle Louis, j’ai 21 ans, je suis en fac de médecine. Je vis avec ma mère Sophie, divorcée. Une belle femme plantureuse dont les formes généreuses et bien mises en valeur dans son habillement font dire à mes copains qu’elle doit bien exciter ses collègues de bureau. « Elle est vachement bandante ! » me disent-ils. C’est ma mère, donc je n’y fais pas attention.



Ma sœur Amélie de 4 ans mon ainée est secrétaire dans une banque de Bordeaux. C’est également une belle plante ressemblant naturellement à notre mère. Au cours d’une soirée d’anniversaire bien arrosée, elle m’a confié qu’elle était gouine.



Avec mes copains de la fac, il nous arrive souvent de discuter de sexe et j’ai appris que quelques-uns étaient assidus de certains sites pornos et d’histoires écrites sur Xstory.


Par curiosité, je me suis inscrit avec le pseudo « Lo21 » en tant que lecteur puis je me suis mis à écrire des histoires fantasmatiques. Surpris du succès rencontré par le nombre de réactions à mes écrits, j’ai voulu en savoir plus sur une commentatrice qui semblait très intéressée. En regardant son profil, je constate qu’elle annonce 40 ans, sexe féminin, pas de localisation. Je la contacte par message perso en lui disant que je suis flatté par ses commentaires et que je serais très intéressé de connaître sa motivation pour la lecture sur le site et de l’effet que cela lui produit particulièrement avec mes récits qui couvrent tout l’éventail des fantasmes. Accepterait-elle de discuter façon « hard » sans retenue ? Mais au préalable, je lui demande de m’assurer qu’elle est bien une femme, car trop de lecteurs masculins se cachent sous des pseudo féminins. Le sien est : « Belle S » (comme Belle salope, je suppose !) La réponse est presque instantanée :



— Oui je veux bien, je n’ai pas de tabou sur le vocabulaire et l’évocation des pratiques sexuelles. Je suis bien une femme.



Après avoir échangé nos mails pour plus de commodité, nous échangeons des propos très débridés en imaginant que nous baisons par internet. La baise virtuelle en quelque sorte.


Arrivés à un certain stade de nos échanges, il nous semble plus concret de visualiser nos attributs de plaisir et nous échangeons photos et petits clips vidéo en prenant la précaution de ne pas dévoiler notre tête.



C’est à la réception sur mon mail d’un de ses clips où elle se masturbe avec un énorme gode vibrant que j’aperçois au détour des mouvements de la caméra de son portable un environnement qui me surprend : une table de nuit chargée de jouets sexuels, mais estomaqué, je découvre subrepticement ma photo et celle de ma sœur dans un cadre au mur au-dessus de la table.



Mon sang ne fait qu’un tour, il s’agit bien de la chambre de ma mère ! « Belle S » serait donc ma mère ? Le S de son pseudo voudrait peut-être dire « Sophie », mais je trouve que « Salope » lui conviendrait mieux. Je reste scotché devant cette vidéo où je l’entends gémir de plaisir.



Cette poitrine qui m’excite tant dans ses clips ressemble bien à celle que je devine sous les corsages de ma mère, pour sa chatte poilue et son cul, autres sources d’excitation, je n’ai jamais eu l’occasion de les voir ou de les imaginer. C’est vrai que l’aspect général du corps de ma correspondante peut faire penser à celui de ma mère, mais jusqu’à aujourd’hui, il ne m’était pas venu à l’esprit de faire le rapprochement.



Bizarrement, cette découverte au lieu de me choquer me plonge dans un état second où j’imagine Sophie, maman, dans sa chambre à côté de la mienne en train de se déshabiller et se caresser, je bande à mort.



Comment réagir ?



Je décide comme à l’habitude de répondre à son mail en lui demandant des clips et des photos de plus en plus osés. Le mail envoyé, je n’attends pas la réponse. Je descends au salon où nous avons l’habitude de prendre l’apéritif. Sophie est là devant la télé.



« Tu veux une bière Louis ? »


« Non, je préfère une vodka ce soir »



Pendant qu’elle va chercher ma boisson, je mate ses jambes, son cul, sa poitrine qui danse quand elle marche, elle ne doit pas avoir de soutien-gorge, la raie de séparation de ses seins est bien visible.



« Tu me sembles bien rêveur mon bonhomme. Tu as des soucis ? »


« Non ma petite maman, mais je voudrais te poser une question »


« Oh là ! quel ton inquisiteur tu prends. Qu’est-ce qui ne va pas ? »



Je me lance.



« He bien voilà : Connais-tu une personne avec comme pseudo « Lo21 » qui correspond par mail avec « Belle S ? »



L’effet est immédiat, Sophie devient toute rouge, elle a compris qu’elle était découverte.



« Qu’est-ce que c’est que cette question Louis ? Tu fouilles dans mon ordi maintenant ? »


« Non, ce n’est pas cela, mais « Lo21 » c’est moi. C’est mon pseudo sur Xstory » et dans ton dernier clip vidéo, tu as été imprudente, ton portable a filmé une fraction de seconde, ta table de nuit et les photos accrochées au-dessus. Inutile de te dire le choc que j’ai reçu en réalisant que je baisais ma mère virtuellement bien sûr, mais tous ces échanges de mails agrémentés de photos et vidéos, tu te rends compte ? »



« Je suis abasourdie, je ne sais pas quoi dire, j’ai le cœur qui bat à100 à l’heure »


« Ne t’inquiète pas « Belle S » après mon émotion, avant de t’en parler, quand tu es allé chercher ma vodka, j’ai regardé ce corps que je connais par cœur et je dois avouer que ça m’a terriblement excité. »



« Là, maintenant, ta mère te fait de l’effet malgré ta découverte ? Tu n’es pas dégouté ? »


« Oui tu me fais de l’effet et l’excitation grandit au fur et à mesure que je te regarde. J’ai envie que tu me montres tes seins que tu te déshabilles, j’ai envie de te baiser comme dans nos échanges sur internet »



« Tu te rends compte de ce que tu dis, je suis ta mère ? Il n’est pas question de jouer à ce jeu, c’est de l’inceste et qui te dis que j’aurais envie ?»


« Vous n’êtes pas en situation de discuter Belle S. Mon ordi contient trop de choses compromettantes. Imagine que je montre cela à ma sœur par exemple »


« C’est un chantage odieux, je ne peux pas m’y résoudre. »



Je me lève de mon siège et entreprends de lui caresser la croupe.

« Louis, soit raisonnable, cesse ce petit jeu.»

« Ecoute, je te propose une chose, tu oublies « Louis » tu penses à Lo21, à tous nos échanges, à toutes mes caresses virtuelles qui t’ont faite tant mouiller, à tout ce que tu m’as demandé de te faire pour te faire jouir. Cette fois, nous allons baiser pour de vrai »

« Laisse-moi me remettre un peu de mes émotions, je ne sais plus où j’en suis. J’avoue qu’en repensant à tous nos échanges, je sens une certaine excitation. Je revois les photos de ton sexe et je réalise qu’il à portée de ma main. Je m’en veux d’avoir ces pensées incestueuses »

« Belle S, je suis sûre que tu mouilles. Est-ce que je peux aller voir ?»

« Au point où on en est, fais ce que tu veux, oublions la morale, oui j’ai envie. Déshabille-toi je veux sentir ton corps nu sur le mien. Déshabille-moi aussi en me caressant. »


Cela fait, nos corps s’entrelacent, je bande à mort, ma queue se frotte sur son pubis.


« Prends-moi, baise -moi par tous les trous comme dans nos échanges de mails, je me donne entièrement à toi, fais-moi jouir autant de fois que tu peux »


La salope est déchaînée, ce n’est plus ma mère mais « Belle S » que je suis en train de défoncer. A chaque caresse elle émet un jet de cyprine c’est une vraie fontaine. Sa chatte est tellement lubrifiée que je peux introduire ma main entière dans son vagin. Elle semble aimer être fistée.


« Prends-moi le cul, j’adore jouir par-là, ta bite est énorme, viens, viens. Vide-toi dans mon cul »


Cette partie de baise endiablée nous amène à une extase commune agitée quasi simultanée qui nous renverse sur le sol.

Après quelques minutes de repos, nous nous relevons pour nous rhabiller dans un silence complice.


« Eh bien, Madame ma mère qu’en pensez-vous ? »

« Dans ces moments, je ne suis pas ta mère mais Sophie voire « Belle S » si tu préfères. Tu n’es pas mon garçon mais « Lo21 »

« Bien Sophie. Crois-tu que nous continuerons nos échanges de mails ? »

« Si tu le souhaites cela nous transporte dans un autre monde. Il est certain qu’à la maison ce ne sera plus comme avant mais nous devrons nous discipliner. Particulièrement en présence de ta sœur. Amélie doit venir passer le week-end, elle est invitée à l’anniversaire de sa copine Suzie. »

« OK je te promets d’être sage »



Cela fait, nos corps s’entrelacent, je bande à mort, ma queue se frotte sur son pubis.



« Prends-moi, baise-moi par tous les trous comme dans nos échanges de mails, je me donne entièrement à toi, fais-moi jouir autant de fois que tu peux »



La salope est déchaînée, ce n’est plus ma mère, mais « Belle S » que je suis en train de défoncer. A chaque caresse, elle émet un jet de cyprine, c’est une vraie fontaine. Sa chatte est tellement lubrifiée que je peux introduire ma main entière dans son vagin. Elle semble aimer être fistée.



« Prends-moi le cul, j’adore jouir par-là, ta bite est énorme, viens, viens. Vide-toi dans mon cul»



Cette partie de baise endiablée nous amène à une extase commune agitée quasi simultanée qui nous renverse sur le sol.


Après quelques minutes de repos, nous nous relevons pour nous rhabiller dans un silence complice.



« Eh bien, Madame ma mère qu’en pensez-vous ? »


« Dans ces moments, je ne suis pas ta mère, mais Sophie voire « Belle S » si tu préfères. Tu n’es pas mon garçon, mais « Lo21 »


« Bien Sophie. Crois-tu que nous continuerons nos échanges de mails ? »


« Si tu le souhaites cela nous transporte dans un autre monde. Il est certain qu’à la maison ce ne sera plus comme avant, mais nous devrons nous discipliner. Particulièrement en présence de ta sœur. Amélie doit venir passer le week-end, elle est invitée à l’anniversaire d’une copine. »


« OK je te promets d’être sage »

Diffuse en direct !
Regarder son live