Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 7 957 fois
  • 42 J'aime
  • 1 Commentaire

Mes femmes

Chapitre 2

Trash

Je voyais du coin de lil Delph qui nous regardait de travers avec un air mauvais, je dis à mon épouse que j’allais aux toilettes et fumer une cigarette et en lui intimant de rester à sa place avec l’interdiction de remettre sa culotte et de baisser sa jupe. Je fis semblant de sortir et me cachant derrière un rideau,je vis l’autre petite salope venir vers ma femme et sassoir à ma place. Elle se pencha pour lui parler à l’oreille et sa main disparut sous la nappe. Le visage de ma femme parut s’éclairer et elle pencha la tête vers l’arrière. Delph continuait à lui parler en lui disant sûrement des paroles crues et hards, puis sachant que j’allais revenir, elle ramena sa main au-dessus de la table, vers la bouche de mon épouse et je l’a vit lui sucer les doigts. Puis elle se leva pour aller danser, laissant mon épouse chancelante avec toujours une main sous la table. Je sortis de ma cache et lui demandant si elle voulait danser. Devant son refus,elle était trop fatiguée,je lui demandais si elle avait revu Delph, elle me Jura que non. Je me dirigeais vers la piste, je n’étais pas en colère après ce nouveau mensonge mais je me jurais de faire payer tout ça à Delph. Après une bonne demi heure de rock le dj mît une série de slow et la voyant seule, je m’avançais vers elle pour l’inviter. Je la vit se raidir et rougir mais elle accepta de suite. Elle ne voulait pas fâcher son patron. En dansant je l’amenais vers un coin plus sombre de la salle et la serra plus fort dans mes bras. Au bout d’un certain temps, ma main descendit vers le creux de ses reins puis se posa sur ses fesses. Je la senti se cabrer et passa sa main derrière elle pour retirer ma main. Je fis ce manège plusieurs fois, puis elle me dit:

Delph: "non je te l’ai déjà dit, pas question que je le fasse avec mon patron".

Je lui répondais, qu’elle préférait le faire avec la femme de son patron. Je sentis son corps se raidir et ne pensant plus a retirer la main de ses fesses, j’en profitais pour relever le minuscule tissu qui lui servait de jupe et voulant écarter son string je remarquais qu’elle ne portait rien dessous. Lui posant la question si cela lui arrivait souvent d’être cul nu, elle me répondit que non et qu’elle l’avait retirer plus tôt, l’ayant mouillé aux toilettes. Je fis remonter ma main vers son cul et lui chatouillant l’anus je le grattais. Puis ramenant mes doigts vers sa bouche, je lui demandais de les sucer, ce qu’elle fit de mauvaise grâce. Mon doigt mouillé se fraya un chemin dans son anus qui était très doux et très serré. J’enfonçais 1, 2 puis 3 phalanges lui demandant ce qu’elle ressentait. Elle essayait de tout faire pour les faire sortir. "Tu préfères les mettre que les recevoir". Elle me traita de tout les noms d’oiseaux. Je lui disais qu’elle avait intérêt à aimer car ce n’était que la première fois et qu’il y’ en aurait beaucoup d’autres, car je pourrais la foutre dehors de la boite. Avec mon pouce je lui touchais devant et senti qu’elle était trempée. Je lui demandais à l’oreille si cela ne l’avait pas déranger d’ enculer ma femme et elle ne me répondit pas. Je ressortis les doigts de son cul et les lui remit dans la bouche pour les nettoyer, lui dit que j’allais sortir et qu’il faudrait qu’elle me suive 2 minute après.

Je sorti en me disant qu’elle viendrait pas mais à ma grande surprise je l’a vis se rapprocher de l’endroit ou je me tenais. Je me levais et lui fit un geste pour qu’elle me suive à distance vers un lieu plus tranquille et isolé. Je m’arrêtais et sorti de suite ma verge du pantalon. Quand elle arriva près de moi, elle fit un geste de recul et je pris peur, en croyant qu’elle partirait. Car si elle partait maintenant c’était foutu et si elle venait je l’avais. Elle s’approcha de moi les yeux baissés vers le coté, ne regardant ni mon visage ni ma bite. Je lui dit sur un ton sévère que cela serait pas moi qui allait me branler, elle prit la verge timidement dans sa main et commença à la faire aller d’avant en arrière. Je lui dit de se mettre à genoux et ne voulant pas je lui rappelais ce qu’elle a fait à ma femme et que je le ferais savoir à tout le monde. Elle se pencha et englouti ma verge jusqu’au fond de sa gorge. Jamais on ne m’avait sucer comme ça. Sa bouche était étroite et elle aspirait ma bite avec une puissance inouïe. Sa langue tournait en même temps sur mon gland. C’était divin. Je pensais que j’allais faire beaucoup de choses avec cette petite pute. Ne pouvant résister plus à cette succion je le lui disais que j’allais tout cracher et qu’il fallait qu’elle avale tout. Elle s’arrêta de me sucer pour me dire qu’elle n’aimait pas ça. Mais je m’en foutait et elle repris sa pipe et je lui crachais tout dans la bouche, je la tenais derrière la tête et elle fut obliger de tout avaler. Elle était furieuse en se relevant et me traita de tout les noms. Je lui mît une paire de claques qui lui rougit les joues et elle se mît à pleurer. Je m’en foutais "dorénavant tu feras tout ce que je voudrais sinon j’envoie certaines photos et je te vire comme une malpropre". "Je me fout complètement de toi, tu as enfilée ma femme avec deux godes et ça je ne te le pardonnerait jamais, elle a acceptait de se faire enculer pour la première fois avec toi, quand elle m’avait toujours refuser ça".

Delph: c’est elle qui a voulue, c’est elle qui me caressée la jambe sous la table et c’est encore elle qui a voulue qu’on sorte.

Moi: je m’en fou de savoir si c’est ou toi, tout ce que je crois c’est que tu vas en endurer et je vais mêmes t’ enculer à sec.

Delph: non pitié je déteste ça.

Moi: je m’en fou tu aurais dut y penser avant de salir ma femme, tu vas devenir mon vide couille, ou je veux et quand je voudrais et même ce soir tu n’as pas fini avec moi, toi qui n’aimes pas qu’on te touche le cul, tu verras je te le toucherais pas,je vais te le casser.

Elle continuait à pleurer doucement et renifler.

Delph: pourquoi tu veux me faire tout ça je ne t’ai jamais rien fait.

Moi: justement tu n’as jamais rien voulu me faire moi qui rêver de te farcir.

Delph: car je ne voulais pas faire ça mon travail,cela m’avais coûté trop cher une fois.

Moi: dommage pour toi tu aurais du y réfléchir avant.

Elle repris un peu d’aplomb et me jeta à la figure: "de toute façon si je ne veux pas tu ne pourras rien faire et je dirais que tu m’a violé au travail".

Moi:" pauvre petite pute j’ai pris des photos quand tu faisais ça avec ma femme et on ne voit que ton visage, pas le sien et je pourrais les diffuser sur internet ou les distribuer aux gens que tu connais".

Delph: "non je t’en prie ne fais pas ça, je ferais ce que tu voudras".

Moi: "alors viens ici et met toi a 4 pattes".

Elle fit ce que je lui disais et je m’installais derrière elle, je commençais a lui planter directement 3 doigts dans la chatte pour la faire mouiller mais très vite je lui enfonça mon chibre de tout son long. Elle se mit a crier et je du la bâillonner avec une main. Je l’a pistonna très fort et très vite puis d’un seul coup je ressorti et lui enfonça ma bite dans le cul. Elle se mît a bouger dans tout les sens pour arrêter cette intrusion. Elle avait mal,je le voyais, mais je m’en foutais. Elle avait le trou du cul, étroit et c’était un régal. Je ne put me retenir très longtemps et lui cracha une quantité phénoménale de sperme dans le boyau. Elle s’était effondrée par terre et ne bougeait plus, elle respirait très fort en sanglotant.

Moi:" prépare toi car cela n’était qu’un avant goût de tout ce que tu vas subir".

Je me retirais de son anus et m’essuya la queue, qui avait de drôle de trace, sur ces cheveux.

Je reparti la laissant la, nue vêtement déchirée et en pleurs pour aller retrouver mon épouse et avoir quelque explications.



Suite prochain numéro

Diffuse en direct !
Regarder son live