Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 33 469 fois
  • 79 J'aime
  • 3 Commentaires

Mes frères et moi

Chapitre 1

Inceste

Quelques années ont passées et maintenant, j’ai 48 ans et ma fille Marie à 18 ans, c’est une belle et grande jeune fille, et comme moi, elle est en pension, mais rentre tous les week-ends.

Chaque fin de semaine, nous nous racontons nos petites histoires, et elle me demande si avec ses oncles ça marche toujours, à ma réponse affirmative, elle me dit: « Ca doit être des supers baiseurs, puisque tu m’as pas d’autre amants. »

Je lui demande si elle a un petit copain, et Marie me dit: « Je flirte un peu, mais je suis toujours vierge, je me masturbe tous les soirs et ça me suffit bien, je voudrais faire comme toi, rencontrer un homme et le garder, pour toujours, es ce que tu crois que mes oncles voudraient me dépuceler comme ils l’ont fait avec toi? »

« Marie voyons tu m’y penses pas, ce serait un inceste… » Et toi maman que fait tu depuis plus de 30 ans…

Ne sachant quoi répondre, je dis à ma fille: « Je ne sais pas si ils vont vouloir. »

Le dimanche soir arrive et marie regagne sa pension, Ouf, elle ne m’a pas reparlé de son projet. La semaine se passe et plusieurs fois, je fais l’amour avec mes frères, mais je ne leur parle pas de l’idée de Marie. Au retour de celle-ci, la première question qu’elle me pose, c’est: « Es ce que tu as parlé à mes oncles? » et devant ma réponse négative, elle me dit: « J’attends encore huit jours et après, je dis à tous le monde avec qui tu couches, comment tu m’as eue »

Je n’avais pas le choix, et le soir même alors que nous étions au lit tous les trois, et après avoir fait l’amour, je les mets au courant de l’idée de Marie.

Mes frères ne répondent pas, ils font comme si ils n’avaient pas entendu. Le dimanche, petit déjeuner, nous étions tous les quatre à table, et un de mes frères, s’adressant à marie lui dit: » Ta maman nous a parlé de ton idée, Nous sommes d’accord à deux conditions, la première, c’est que tu ne devras pas en parler, et la deuxième, que ta maman soit avec nous, il n’est pas question de la laisser seule. »

Marie est de suite d’accord, bien sûr il n’était pas question d’en parler et que je sois près d’elle la première fois c’était pour Marie une évidence, et elle nous dit, alors nous sommes tous d’accord, c’est pour cet après-midi.

Marie finit son petit déjeuner, elle est toute contente de repartir en pension étant une vraie femme et part dans la salle de bains pour prendre sa douche. Je la suis, et je me déshabille pour prendre ma douche avec elle, et surtout pour préparer son petit trou, puisque comme moi, ses tontons vont la prendre en même temps des deux cotés. Je lui explique qu’il va falloir sucer leurs queues et qu’elle devra avaler tous leurs spermes. Marie me di: « Tu le fais bien depuis longtemps, alors j’en suis capable. »

Après déjeuner, nous nous retrouvons tous les quatre dans ma chambre, et je déshabille ma fille sans attendre, mes frères commence à la caresser, comme ils avaient fait avec moi et de mon coté, j’embrasse ma fille sur la bouche et flirte avec elle comme elle faisait avec ses petits copains.

Marie se laissa aller dans mes bras, et je la sentais de plus en plus réceptive aux caresses intimes de mes frères, l’un lui suçait le clitoris et l’autre lui faisait une feuille de rose, je connaissais bien ces caresses, et la douceur de mes frères pour les pratiquer. Marie commençait à trembler et je savais que son premier orgasme était proche, je demandais à mes frères d’arrêter un peu, pour qu’elle ne jouisse pas de suite, alors prenant la bite de l’un, je la dirigeais vers la bouche de Marie qui la pris en entier, et de suite pris la queue de son autre oncle, pour la prendre. Alternativement, elle suçait ces deux belles queues. N’y tenant plus, marie me fit signe qu’elle voulait maintenant perdre sa virginité. Alors demandant à un de mes frère de se mettre sur le dos, et à marie de se mettre à califourchon dessus, je pris la bite et la présenta au bord de la grotte de Marie, la queue bien raide était juste au bord, mais n’était pas entrée, je saisis la bite de mon autre frère et la présenta devant la rosette de Marie, après avoir mis un peu de lubrifiant et d’un seul coup, les deux bites entrèrent en elle.

Marie poussa un cri de douleur, mais continua les pénétrations par un mouvement régulier. J’embrassais ma fille et lui caressait les seins, elle serrait les dents, ça devait lui faire un peu mal, mais très vite, elle se détendit et commença à apprécier la double pénétration. Sans prévenir, Marie eut son premier orgasme et sa chatte était toute mouillée. Ses « tontons » où plutôt ses premiers amants se retirèrent pour ne pas jouir en elle comme ils l’avaient fait avec moi.

Marie prit à nouveau leurs queues dans sa bouche pour gouter à la semence de ses oncles, et comme avec moi, ils changèrent de position afin que l’un et l’autre ai baisé leur nièce des deux cotés.

Marie m’embrassait à son tour, et mes frères me prirent les uns après les autres comme ils le font très souvent.

Le soir avant de partir pour la pension, Marie ne demanda de prendre rendez-vous chez le médecin pour lui prescrire la pilule, car elle ne comptait pas en rester là et voulait sentir la chaleur du sperme dans son ventre, elle me dit à l’oreille, je vais dire à mes copines de pension que j’ai fait l’amour, mais je ne dirai pas avec qui. Vivement la semaine prochaine, que l’on commence du vendredi soir, jusqu’au dimanche soir.

Le soir dans notre lit avec mes frères, nous repensions à cette belle journée d’amour et j’étais contente que ma fille fasse l’amour la première fois avec ses oncles, nous nous sommes masturbés tous les trois en pensant à Marie qui, dans son lit, devait faire la même chose

Diffuse en direct !
Regarder son live