Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 11 898 fois
  • 32 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes parents, ma sœur, mon frère

Chapitre 6

Inceste

Dimanche matin, vers 10 heures, papa nous réveille, nous nous retrouvons tous dans la cuisine pour le petit déjeuner et nos parents nous disent: «Profitez de cette belle matinée de fin août en allant vous baigner dans la piscine, pendant que nous préparons le repas de midi et nous vous préparons une surprise. »

Nous sommes tous autour de la piscine, en maillot de bain ou tout nu. La piscine n’a pas de vis-à-vis, sauf une fenêtre de la maison d’à coté, mais nos voisins ne sont jamais là, donc nous en profitons pour quelquefois faire l’amour dans l’eau en sachant que nous ne sommes pas vus.

Nous nous caressons, flirtons sans aucune gène et je prends la queue de mon frère dans ma bouche, suivi par ma sœur Anne qui prend celui de son copain, mon copain et la copine de Gérard flirte en se caressant mutuellement.

L’excitation ne se fait pas attendre et couple après couple nous faisons l’amour et comme la nuit précédente, nous changeons de partenaire.

Lors d’un changement, je m’aperçois qu’à la fenêtre voisine, un rideau a bougé, que nos voisins sont là et qu’ils doivent nous mater dans nos ébats. Je les connais de vue « Bonjour, Bonsoir », mais ne connais même pas leurs noms. Sans rien dire à mes partenaires, nous continuons nos baises et je dois dire que, me sentant observée, cela décuple mes ardeurs et je n’hésite pas à sucer ma sœur et prendre deux bites à la fois.

L’heure du repas arrive, nos parents nous appellent pour l’apéritif et nous rentrons tous au salon en ayant passé nos maillots de bain. Nous prenons l’apéritif en parlant de choses et d’autres et je leur avoue que nos ébats à la piscine avaient des spectateurs en la personne de nos voisins.

Nos parents n’ont pas été étonnés plus que cela et nous interdisent d’aller dans la salle à manger, qu’il y a la surprise.

L’apéritif est presque terminé, la sonnette de la porte d’entrée retentit et mon père se propose pour aller ouvrir, quitte le salon et tire la porte derrière lui, afin que notre visiteur ne voit pas nos petites tenues.

Mon père revient une minute plus tard, accompagné de nos voisins et nous présente la « surprise ». Maman se lève et va embrasser notre voisin sur la bouche, tandis que papa embrasse notre voisine, ils se connaissent vraiment très bien et nous allons pendant et après le repas faire plus ample connaissance avec eux.

Ma mère, pour le repas avait placé notre voisin à coté de moi et la voisine à coté de Gérard, le repas avait à peine commencé que la voisine avait sorti de son maillot de bain l’énorme queue de mon frère et mon voisin avait retiré mon soutien gorge et avait une main dans ma culotte, j’écartais les jambes pour qu’il puisse bien entrer ses doigts ,ma sœur et nos copains s’occupaient respectivement de leurs voisins, maman prit la bite de papa dans sa bouche, qu’elle suça à fond tout de suite après l’entrée en nous disant qu’elle préfère le sperme à n’importe quel plat de résistance et Anne, ma sœur, approuva et pris une bonne giclée de semence dans sa bouche, qu’elle nous montra et avala aussitôt .

Le repas se poursuivit entrecoupé de branlette et de pipe, attendant le dessert et la partouze qui allait suivre.

Nos parents nous proposèrent de prendre le café autour de la piscine et que ceux qui restait habillé n’en aurait pas. Tout le monde se déshabilla et nous nous retrouvons tous au bord de la piscine.

Entre chaque gorgée de café, je pris la queue de mon voisin dans ma bouche et comme je l’avais excité ce matin en me matant, il ne tarda pas à envoyer une giclée de semence dans ma bouche, gardant tout, j’allais embrasser sa femme pour qu’elle nettoie ma bouche avec sa langue et comme sa bouche était pleine du sperme de Gérard, nos langues se mêlèrent pour bien mélanger leurs spermes et en avaler chacune la moitié.

Maman de son coté se faisait baiser par le copain d’Anne et celle-ci par mon copain, alors que la copine de Gérard se faisait enculer par papa. L’après midi se passa de cette façon en changeant bien évidemment de partenaires afin que nous goûtions à tout et à tous.

Nos parents nous ont avoué qu’ils voyaient régulièrement nos voisins, et que la mâte de ce matin n’était pas une coïncidence et que depuis longtemps, ils avaient envie de nous, que notre voisine, ayant vue l’énorme queue de Gérard et avec les éloges que maman lui avait fait, elle désirait y goûté le plus rapidement possible. Ce que maman lui avait promis, elle ne fut pas déçue et avait envie de recommencer le plus vite possible.

Mon voisin fantasmait sur les gros seins de ma sœur, et rêvait de faire une « branlette espagnole avec elle et de jouir entre ses seins, seulement après m’avoir baisé». Nos parents leur ont promis qu’ils pourraient faire de nous tout ce qu’ils voulaient et même plus, puisque nous sommes de véritables petites salopes.

Ce qu’ils ignoraient, c’est que nos petits copains, eux aussi voulaient leurs comptes et que leur culs, leurs chattes voulaient aussi de leurs queues.

En fin d’après midi, alors que nous buvions un rafraîchissement, papa proposa à nos voisin d’ouvrir une porte, pour qu’ils puissent profiter de notre piscine et venir partager nos jours ou nos nuits sans être obligé de passer par la rue.

Le projet fut accepté à l’unanimité.

Diffuse en direct !
Regarder son live