Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 930 fois
  • 31 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes parents, ma sœur, mon frère

Chapitre 8

Inceste

Les fêtes de fin d’année approchaient et nos voisins nous demandent de déménager leur fameuse machine chez nous, afin que leurs enfants ne s’aperçoivent pas de leurs jeux pervers. Nous décidons de l’installer dans ma chambre, à la grande joie de ma mère et de ma sœur qui pourront l’utiliser à leur convenance (plusieurs fois par jours).

La copine de Gérard et mon copain espaçaient leurs visites, un peu de notre faute, puisque je baisais plus avec mon frère qu’avec mon copain, évidemment ils sont ensembles et de temps en temps, ils viennent nous voir pour faire une petite partouze à quatre.

Ils déclinèrent donc l’invitation de nos voisins, ce qui m’arrangeais un peu, puisque dans ma tête, j’avais envi de me taper leur fils et leur gendre. Avec Gérard, qui lui avait envie de se taper leur fille et leur belle fille, nous nous arrangerons pour ne jamais laisser le doute que nous pouvons baiser ensemble.

Bien évidement, nos voisins avaient les mêmes idées en tète, sans nous avoir consultés.

Pour toute la famille, le choix des cadeaux furent un gros casse-tête, et après s’être renseigné sur le goût des convives, nous effectuons nos emplettes sans trop de mal avec l’espoir de ne pas trop s’être trompé.

La veille de Noël arrive, le fils de nos voisin, 25 ans, arrive avec sa femme, vraiment un bel homme, grand, musclé (je le vois déjà en moi, bandant très fort, ma culotte était toute mouillée). Sa femme, très jolie femme, 22 ans, grande, elle aussi avec une petite poitrine, et surtout une belle paire de fesses (Je jette un œil sur le pantalon de Gérard, et aperçois une belle bosse entre ses jambes).

Nous buvons un verre en attendant leur fille et nos voisins s’arrangèrent pour que leur fils soit à coté de moi et leur belle fille à coté de Gérard. Nous parlons de choses et d’autres et mon envie devient de plus en plus forte, et je m’excusais pour aller aux toilettes, retirer ma culotte et me faire seule un petit plaisir.

De retour dans le salon, Gérard bandait lui aussi très fort, ce qui n’échappât pas à nos voisins, ni à leur belle fille.

Leur fille et son mari arrivèrent enfin, elle, (23 ans environ), jolie femme avec les yeux bleus de sa mère, une belle poitrine (95C), son mari, 30ans, bel homme aussi, à sa façon d’échanger notre premier regard, je compris qu’avec lui ce sera plus facile qu’avec le fils, mais je fantasmais déjà d’avoir les deux queues à la fois.

La soirée se passe au salon, en attendant le réveillon et l’échange de cadeaux.

Vers 22 heures, nous avions tous fait connaissance, nous passons à table, évidement, mes deux voisins sont leur fils et leur gendre, et les deux voisins de Gérard ,leur fille et leur belle fille, ma mère est entre notre voisin et le copain d’Anne et mon père entre Anne et notre voisine.

Nous commençons à réveillonner et les conversations vont bon train. Entre chaque plat, nous dansons un peu, je me serre contre le gendre et je sentis une grosseur dans son pantalon qui ne laissait aucun doute sur ses intentions futures. Avec le fils, je fus obliger de me coller à lui, afin qu’il sente la dureté de mes seins à son contact.

Gérard, dansait avec ses cavalières et celles-ci, contre toute attente, se serrèrent pour lui exprimer leurs désirs.

Nous regagnions nos places, et sans attendre, la main du gendre, se posa sur ma jambe, suivi peu de temps après par celle du fils, j’écartais les jambes, afin de leur laisser un passage et comme j’avais retiré ma culotte, ma chatte était trempée, ils n’eurent aucun mal à introduire leurs doigts dans ma grotte.

Je regardais Gérard, avec un petit sourire et à sa façon de me répondre, je compris que ses voisines lui faisaient une petite branlette sous la table sous l’œil complaisant de nos parents et de ma sœur, qui eux aussi étaient entrain de se faire branler ou caresser.

Maman fut la première à écarter sa chaise, pour prendre devant ses enfants la queue de notre voisin dans la bouche, Le départ était donné, ma sœur pris le sexe de papa dans sa bouche, et le voisin, lui mis sa langue dans la chatte, je pris dans ma bouche, alternativement les deux bites à ma portée, et Gérard se faisait faire une pipe par ses voisines de tables.

Le restant du repas, ne fut pas abrégé pour autant, et entre chaque plat nous nous faisons une petite gâterie.

Nos voisins ne savaient pas que leurs enfants et conjoints étaient aussi de grands pervers, ceux-ci, habitant dans la même ville, et se recevaient régulièrement pour s’amuser ensemble, mais ils ne savaient pas que leurs parents faisaient la même chose de leur coté.

Minuit arriva et nous échangeons nos cadeaux de Noël et comme remerciements, ce fut une belle partouze à dix, nous avons toutes goûté aux belles queues qui s’offraient à nous, et je m’aperçus que la queue du fils et celle du gendre, quoique étant plus petites que celle de mon frère, me faisaient autant de bien, surtout quand je les avais toutes les deux.

Les compagnes de Gérard, s’avouèrent être deux belles salopes qui n’avaient rien à nous envier, la fille pris un super pied quand elle a baisé avec son père et sans que celui-ci eut le temps de débander, sa belle fille s’empala sur la bite encore dure. Notre voisine baissa elle aussi avec son gendre et son fils.

Nous baisons aussi en famille, Anne se tape Gérard, son copain baise avec maman, et je baise avec mon père.

Tous les trous des deux familles furent comblés, et la nuit fut une longue succession de baise en tous genres.

Au petit matin, nous nous quittons en nous embrassant et nous invitons tous nos voisins pour essayer la fameuse machine à baiser.

Vers midi, toute la famille se retrouve chez nous pour l’apéritif, et sans attendre, la fille et la belle fille de nos voisins veulent voir et surtout essayer la fameuse machine.

Nous montons dans ma chambre, et notre voisin explique le fonctionnement. Leur fille se déshabille et sans demander aux autres s’installe sur la machine et met ses pieds dans les étriers.

Je la caresse un peu et lui enduit le sexe de gel, puis son père présente le gros gode à l’entrée de sa chatte et devant tous le monde, met la machine en marche. Il ne fallut pas beaucoup de temps pour que la jouissance arrive. Elle arrête la machine, et présente son cul devant l’énorme gode qui entre sans problème, Anne est un peu jalouse, il n’y a qu’elle qui arrive à le prendre dans son cul.

Devant les yeux de leur fils, notre voisin invite sa belle fille à prendre place, ce qu’elle fit, à condition d’utiliser un gode plus petit.

Puis vint le tour du fils et du gendre, à prendre le gode dans leurs culs. A ce moment, nous nous apercevons que maman et la voisine ne sont pas avec nous, sans trop les chercher, nous les retrouvons dans la chambre de nos parents dans une position de 69, nous regardons tous le joli spectacle, et maman envoya un jet de cyprine dans la figure de notre voisine.

Leurs enfants doivent passer toute la semaine en attendant le nouvel an, ce fut dans une bonne humeur et une bonne ambiance que la semaine se passa dans une partouze géante.

Pour les cadeaux du nouvel an le choix fut beaucoup plus simple (Gode de toutes tailles, vibromasseurs, poupées gonflables, etc.….)

Leurs enfants devaient repartir, et ils nous promettent de revenir au printemps pour profiter un peu de la piscine et pour confirmer mon invitation je leur dis : « Oublié vos maillots de bains ».

Diffuse en direct !
Regarder son live