Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 401 fois
  • 35 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes parents, ma sœur, mon frère

Chapitre 11

Inceste

Cette année, je viens de trouver du travail, et je n’ai pas le droit aux vacances, mes parents, Gérard et Anne sont partis passer le mois d’août en Martinique, je dois donc rester seule à la maison tout le mois. Pour me tenir compagnie, j’invite ma cousine Delphine à passer quelques jours à la maison.

Delphine est la fille de la sœur de ma mère, elle a le même âge qu’Anne, mais sa famille est beaucoup plus sage que la mienne, elle est très jolie, mais d’une éducation très stricte.

La semaine je travaille et les soirées se passent surtout à me reposer au bord de la piscine.

Avec Delphine nous parlons de choses et d’autres et je ne fait aucune allusion à ma vie amoureuse et surtout pas de mes dérives sexuelles. Après avoir diné, souvent nous regardons un film, puis nous allons nous coucher. Souvent, j’écoute à la porte de sa chambre, si j’entends un bruit quelconque, mais je reste toujours sur ma faim (elle ne se masturbe pas, ou elle le fait en silence).

Le week-end arrive, et nous passons l’après midi au soleil sur le bord de la piscine en maillot de bain deux pièces, je détache mon soutien gorge et je demande à Delphine de me passer un peu de crème sur le dos, ce qu’elle fait avec plaisir, sa main est très douce sur ma peau et cela me donne envie, ma chatte commence à mouiller. Je me mets sur le dos, et sans attendre ma demande, elle me passe de la crème sur le ventre et retirant mon soutien gorge, ,elle me masse la poitrine pour bien me protéger du soleil. Je me laisse faire sans un mot, ma chatte est toute mouillée et j’ai une envie folle de la serrer dans les bras et lui faire l’amour comme je fais à ma sœur Anne.

Elle s’allonge sur son transat, et je lui passe de la crème comme elle l’a fait pour moi, je détache son soutien gorge et lui masse bien le dos. Au bout de quelques minutes, elle se retourne d’elle même, retire son soutien gorge et délicatement, je lui passe de la crème sur son ventre et sur sa poitrine, je sens ses tétons durcir à chaque frôlement de ma main, elle ferme les yeux et je vois entre ses jambes une tache de mouille souiller son slip. Sans hésiter, je pose mes lèvres sur les siennes et dépose un petit baiser, quelle ne fut pas ma surprise, quand sa bouche s’est légèrement ouverte pour laisser passer ma langue. Nous flirtons toute l’après midi en nous caressant la poitrine, mais ni elle ni moi essayons d’aller plus loin.

Nous dînons ensemble, sans faire allusion à notre après-midi, puis comme d’habitude, nous regardons un film à la télé, mais blottie l’une contre l’autre. Le film terminé, Delphine m’embrasse sur la bouche en me disant: « Je viens te rejoindre dans ta chambre ».

Je prends une douche, sans oublier mon petit trou, afin que celui-ci soit bien propre, je ne veux pas que Delphine soit dégoûtée pour la première fois, puisque je compte bien lui donner aussi mon cul à lécher.

Je me couche en attendant ma cousine, qui après avoir pris sa douche, vient me rejoindre, elle se couche à coté de moi habillée d’une petite nuisette très courte et transparente.

Nous nous embrassons et je la déshabille, elle se laisse faire et me dit qu’elle n’a jamais eu de petit copain, qu’elle est vierge, mais que de temps en temps elle se caresse doucement sans faire de bruit afin que ses parents ne l’entendent pas. Je lui réponds qu’ici nous ne sommes que toutes les deux, qu’elle peut exprimer sa joie sans retenue.

Nous nous caressons la poitrine, et ses tétons deviennent encore plus durs que cet après-midi, ma main caresse son ventre et arrive sur son pubis recouvert de poils. Ses mains caressent ma grotte et elle me dit: « Tu es complètement épilée ». Je lui réponds que je préfère cela et que mes amants aussi et lui dis: « Demain je te retirerai tout cela, tu verras c’est beaucoup mieux ».

Je lui embrasse ses seins et ma langue parcoure son ventre et j’embrasse sa grotte, ses jambes s’écartent pour me laisser la place et sans se retenir, commence à jouir, elle m’envoie sans attendre un jet de mouille en plein visage et en s’excusant me dit: « J’en avais trop envie ».

Je continu mon léchage et ma langue s’attarda sur son petit trou, très surprise, elle serre un peu les jambes et je lui dis de se détendre, que c’est merveilleux.

Je m’allonge afin que mon sexe soit à la hauteur de sa bouche et sans lui demander, elle m’embrasse sur la chatte, j’écarte les jambes pour qu’elle ai un meilleur accès et elle me met sa langue dans ma grotte, de mon coté, je mets un doigt dans son petit trou et à ma surprise, celui-ci s’écarte facilement, comme ci elle avait déjà subit ce genre de caresse.

Je lui demande si elle avait déjà fait cela, elle me répond que quelquefois, elle se met un ou deux doigts pour jouir plus vite.

Je la conduis dans la salle de bain, pour lui apprendre à bien nettoyer son cul avec la douche par un léger lavement et en profite pour mettre un peu de gel dans sa rondelle, elle apprécie la caresse et envoi dans le bidet un jet de cyprine que j’aurai bien aimer avoir sur mon visage.

La toilette de Delphine terminée, nous rejoignons le lit avec la ferme intention de jouir de toutes nos forces.

Je passe dans la chambre de mes parents pour récupérer le gode ceinture et retrouve Delphine sur le lit les jambes écartées se masturbant et sans retenue jouissant de toutes ses forces.

Je mets le gode ceinture à ma taille et je lui présente devant sa bouche, elle met à sucer le gode comme si elle l’avait déjà fait, en se masturbant, sa chatte est trempée et j’introduis le gode sans difficulté.

Comme je sais que Delphine n’a jamais fait l’amour, je rentre en elle avec douceur et quand le gode butta sur son hymen, elle me demande d’aller plus loin et de la dépuceler, avec une petite douleur, le gode s’enfonce entièrement en elle et me demande d’aller plus vite dans mes va et vient.

Delphine me demande de me retirer, elle veut envoyer un jet de mouille qui inondât les draps.

Elle avait perdu son pucelage et me demande de lui faire perdre son pucelage arrière, avec ses doigts, elle restait toujours sur sa faim.

Je lui mis beaucoup de gel dans le petit trou qui s’élargit très rapidement et d’un seul coup, je rentre le gode en entier, se qui déclencha immédiatement un super orgasme.

Delphine avait bien jouit et n’étant plus vierge, je lui demande de me faire jouir avec le gode, elle installe le gode autour de sa taille et sans attendre, me l’introduisit par tous mes trous.

Notre première nuit se termine de la même façon, et nous avons encore pas mal de nuits à passer ensemble.

Je raconte à Delphine, notre vie de famille, mes baises avec Gérard et mes parents, sans oublier ma sœur, mes voisins et le chien.

Elle de son coté, elle me raconte les baises de ses parents, qui sans la faire participer, s’en donnent à cœur joie, apparemment sa mère aime faire l’amour et elle le fait entendre dans la maison.

La semaine suivante, alors que nous étions toutes nues aux bords de la piscine, nos voisins vinrent nous voir, elle habillée d’un paréo sans rien en dessous et lui d’un short et torse nu.

Il s’assied à coté de Delphine et elle vint près de moi, évidemment, nous savons l’unes et l’autres leurs intentions.

Notre voisin quitta de suite son short et Delphine se trouva en face d’une grosse queue et part instinct introduisit dans sa bouche la première queue réelle. Ma voisine, s’occupait de ma grotte et mis sa langue à l’intérieur. Le voisin jouit dans la bouche de Delphine, qui sans se retirer avala tout le sperme et trouva que c’était super bon, puis se tourna pour recevoir la bite dans son cul.

J’explique à nos voisins qu’elle a perdue ses pucelages il y a huit jours. Ma voisine, les doigts dans ma chatte, me dit il faut qu’on la fasse baiser par la machine mais que l’on va attendre que mes parents soient rentrés de vacances.

J’explique à Delphine en quoi consiste la machine et rien qu’à en parler, elle se met à jouir et me dit vivement que tonton et tata rentre.

Avant la machine, elle devra connaître Gérard, papa, maman et Anne et peut être son copain. Elle me dit, pourquoi je ne suis pas venue plus tôt vous voir, j’en avais envie, mais je n’osais pas le faire.

Je lui raconte aussi nos parties fines avec les enfants de nos voisins et aussi avec leur chien en lui racontant les détails des saillies.

Les vacances se terminaient pour mes parents, Delphine et moi nous profitons de nos voisins et de nos dernières nuits au maximum.

Ensemble, nous avons cherché à l’aéroport le restant de la famille, et après nos embrassades de retrouvailles, Delphine sans attendre, posa sa main sur le sexe de Gérard pour vérifier mes dires.

Sur le chemin du retour, Delphine sort la grosse queue de Gérard et lui fait une fellation en règle.

Nos parents nous dises: « Pendant les vacances, vous n’avez pas du vous ennuyer ».

Arrivée à la maison, Delphine se déshabille et veut essayer tous le monde à commencer par Gérard, ce fut une superbe partouze et nos voisins se joignirent à nous sans attendre.

Delphine nous explique que ses parents devaient être de sacrés baiseurs à entendre les bruits venant de leur chambre la nuit.

Ma mère le confirma en nous expliquant qu’elle baisait avec sa sœur avant son mariage et qu’elle s’était faite le père de Delphine aussi, mais qu’au mariage de ceux-ci elle ne l’avait plus fait.

Nous comprenons maintenant pourquoi nous ne voyons pas beaucoup notre tante et oncle, et nous comprenons aussi l’attitude de ceux-ci quand nous nous rencontrons (étreinte très forte, baisers prêt de la bouche, etc.…)

Delphine téléphona à ses parents pour prolonger son séjour, et ceux-ci se proposèrent de venir le week-end prochain pour nous voir. Nous en sommes tous ravis.

Nos voisins demandèrent à leurs enfants de venir eux aussi le week-end prochain, sans en donner l’explication.

Delphine est un peu inquiète, et demande à mes parents comment ils vont faire pour décider ses parents à participer à leurs jeux, ma mère lui répond: « Je m’occupe de ta mère, occupes toi de ton père, il ne demande que cela je le connais et c’est un bon baiseur et sa queue est presque aussi grosse que celle de Gérard. »

Le vendredi soir suivant, Tonton et Tata arrivent à la maison, Maman reçois sa jeune sœur en lui faisant un baiser sur la bouche et ma tante ouvre sa bouche pour recevoir la langue de maman.

Delphine embrasse son père sur la bouche, mais celui-ci semble surpris, mais ne refuse pas le baiser de sa fille, nous embrassons tous notre oncle et tante sur les joues et nous nous retrouvons tous dans le salon, Delphine à coté de son père et maman très prêt de sa sœur.

Nous prenons l’apéritif et maman va chercher un plat dans la cuisine suivi aussitôt par sa sœur, nous nous inquiétons de ne pas les voir revenir et nous les trouvons enlacées avec leurs mains dans l’entrejambe de l’autre. Nous ne les dérangeons pas et retournons nous asseoir.

Delphine se serre contre son père et sa main se dirige vers sa cuisse, Gérard flirte avec moi et me caresse la poitrine et Anne défait le pantalon de papa. Delphine sort la grosse queue de son père et sans attendre l’introduit dans sa bouche, Maman et ma tante nous rejoignent dans le salon et voyant le spectacle, elle sort les seins de ma tante pour les sucer au grand ravissement de celle-ci.

Je quitte Gérard pour rejoindre maman et ma tante, je lui écarte les jambes, lui retire sa petite culotte, comme maman elle est adepte des bas et des portes jarretelles, ma langue s’introduit dans sa grotte épilée et déjà toute mouillée.

J’entends mon oncle jouir dans la bouche de sa fille, Gérard a rejoint papa et Anne et fait une minette à celle-ci, qui ne tarde pas à envoyer un jet de mouille dans sa figure et papa jouit dans la bouche d’Anne.

Delphine est très heureuse de pouvoir baiser avec son père, jamais elle aurait pensé le faire, et sa mère est contente de retrouver sa sœur comme quand elles étaient jeune.

En moins d’une heure, c’était la partouze totale, nous avons tous goûté aux chattes et aux queues de toute la famille.

Nous indiquons la chambre d’amis à notre tante et oncle, en sachant qu’elle ne servira pas du tout.

Au cours du dîner, nous les mettons au courant des festivités du week-end avec nos voisins, leurs enfants, la machine et leur chien (s’ils l’amènent).

Samedi, en fin de matinée, nous nous retrouvons tous autour de la piscine et nos voisins viennent nous retrouver, après les présentations, les couples commencent à se former, le voisin s’occupe de ma tante, la voisine de mon oncle, Anne de papa, Gérard et moi de maman, le copain d’Anne doit nous rejoindre au début de l’après-midi (il travaille le samedi matin).

Nos voisins nous informent que leurs enfants arriveront dans la soirée, qu’ils viennent avec leur chien.

Maman est ravie, car elle compte bien être prise ce week-end par le chien et y faire gouter sa sœur, de mon coté, je souhaite initier Delphine à l’amour canin.

Le déjeuner se passe sur la terrasse près de la piscine et comme nous sommes tous tout nus les mains et les bouches sont bien occupées. Delphine est très amoureuse de son père et vient s’asseoir sur sa queue qu’elle introduit dans son petit trou, sans lubrifiant et devant tous le monde, je caresse les seins de ma cousine et Gérard le clitoris. Mon oncle ne tarde pas à envoyer tout son jus dans le cul de sa fille, ma tante vient embrasser son mari et sa fille sur la bouche et dit à celle-ci: « Maintenant tu vas partager toutes nos nuits » .

Mon oncle en était très content, il fantasme sur sa fille depuis longtemps. Ma tante allait pouvoir elle aussi assouvir ses instincts de lesbienne, et nous allons tous nous voir beaucoup plus souvent.

En attendant l’arrivée des enfants de nos voisins, nous passons l’après-midi au bord de la piscine en nous baignant et en baisant, j’apprécie la queue de mon oncle qui est aussi grosse que celle de Gérard et il sait s’en servir, maman baise sa sœur à l’aide du gode ceinture, Delphine baise avec Gérard, Anne avec papa et se fait enculer par son copain. Comme d’habitude, nous changeons régulièrement de partenaires et l’arrivée de nos voisins nous permet quelques variantes et nous invite chez eux pour l’apéritif, Delphine est contente, elle va pouvoir essayer la machine à baiser, mais elle est un peu déçue, car sa mère veut la tester avant elle avec le plus gros gode. Ma mère l’installât dans les étriers et dirigeât le gros gode vers la chatte de sa sœur et celle-ci, à l’aide de la télécommande met la machine en marche une minute plus tard, elle accéléra le rythme et pris un super pied.

La soirée arrive et enfin les enfants de nos voisins sont là, Delphine la première, a voulu gouter aux bites des nouveaux arrivants et bouffer les chattes de leurs compagnes, puis quand ma tante s’est fait enculer par le gendre, Delphine s’est mise à quatre pattes pour se faire saillir par le chien qui commença à lui lécher la chatte, attiré par l’odeur du foutre et de la cyprine. Le chien avait déjà sorti son sexe tout rouge et je l’introduis dans ma bouche, puis quand Delphine est assez mouillée, je dirige le sexe à l’entrée de sa grotte et d’un seul coup le chien entre tout son membre dans le vagin, par des va et vient rapides, Delphine commence à jouir et le chien ralenti et entre son nœud en entier, Delphine crie tellement ça lui fait mal, mais nous retenons le chien pour que celui-ci ne se retire pas, le chien ne bouge plus, Delphine s’habitue à l’énormité qui est en elle et reçoit une telle quantité de foutre qu’elle crie de bonheur, elle est verrouillée et ne peut plus se détacher.

Au bout de plusieurs minutes, le chien se retire et commence à lui lécher le sexe et l’anus pour bien la nettoyer.

Maman, qui n’y a pas encore goûtée, elle n’a pas voulu la dernière fois, prend la place de Delphine. Sa sœur l’embrasse sur le sexe pour la préparer, le chien ayant repris son ardeur, s’introduit sous mon contrôle dans le vagin de ma mère, qui subit une saillie en règle et regrette de ne pas avoir accepté plus tôt. La scène dura une vingtaine de minutes, ma mère criait de jouissance et quand le chien est sorti, elle voulait recommencer, mais sa sœur pris sa place, plus se fut le tour de la voisine, qui elle aussi avait déclinée la dernière fois.

Pendant ce temps, Tonton se faisait enculer par Gérard et papa, Anne baisait avec son copain.

La nuit continuât dans une partouze générale, le chien est parti se coucher pour se reposer, puisque demain il faudra qu’il nous baise toutes et tous, c’est dur une « vie de chien ».

Delphine et ses parents nous quittent le dimanche soir, ainsi que les enfants de nos voisins, en nous promettant de revenir beaucoup plus souvent et que leurs visites seront plus rapprochées.

Diffuse en direct !
Regarder son live