Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 303 fois
  • 28 J'aime
  • 2 Commentaires

Mes premier troubles (fellation)

Chapitre 1

Travesti / Trans

La soirée se terminait et les invités commençaient à se retirer. Je songeais moi-même à partir. Bien sur j’allait devoir me changer pour rentrer car ma tenue aurait put me jouer des tours dans le métro !

L’homme avec qui j’avais eu cette expérience chorégraphique plutôt douteuse s’approcha de moi et me proposa de me raccompagner. Cela vous évitera de vous changer … et bien sur j’acceptais. Nous recupérâmes rapidement nos affaires et prirent congé de nos hôtes.

Contrairement à ce que j’attendais, il ne se passa rien dans l’ascenseur. Seulement quelques petites remarques du genre "Cela me fait plaisir de prendre l’ascenseur avec ma femme", ou encore, "j’ai adoré danser avec toi tout à l’heure !"

Quand nous arrivâmes dans le parking, la minuterie de la lumière était allumée. Nous primes place dans sa voiture, lui à la place du conducteur et moi à la place du passager … ou de la passagère. Nous nous regardâmes en silence en souriant. La lumière du parking s’éteint. je ne sais pas qui fit le premier pas, mais nous bouche se joignirent dans un baiser fougueux. Ses lèvres jouaient avec les miennes, sa langue tentait, avec succès, d’ouvrir ma bouche pour s’y installer…. j’aimais !

Je sentis sa main se poser sur mon genoux et s’insinuer sous ma robe. Elle glissait doucement vers le haut de mes bas, vers l’attache de mes jarretelles. Je desserrais lentement mes genoux, comme pour l’aider, l’encourager. Elle était maintenant en haut de mes bas, la ou le nylon fait place à la peau nue. Sa caresse était maintenant très précise et sa main remontait le long de ma jarretelle en direction de ma petite culotte. Comment pouvais-je le laisser faire ? j’aurais du réagir, mais non, je m’abandonnais à ses caresses. Il avait glissé ses doigts dans ma culotte et les agitais doucement le long de mon sexe en érection. Je ma laissais faire. Au fond je retrouvais toutes les sensations du mâle qui se laisse caresser par sa copine. Finalement je me retrouvais en position de l’homme qui se fait caresser, loin de mon rôle. Il du le sentir car immédiatement il pris ma main et la posa sur son sexe comme pour me dire : n’inversons pas les rôles, ma petite s’est à toi de jouer. Je le compris de suite. J’étais un peu gênée car je ne savais pas trop comment m’y prendre. Je me remémorais mes expériences passées avec des femmes et j’essayais de reproduire les gestes que je leur avais vu faire. fallait il caresser ce sexe avec la paume de ma main ? en glissant mes doigts le long de sa hampe ? je n’eut pas le temps de beaucoup réfléchir, car il pris ma tête entre ses main et l’inclinât lentement vers son entre cuisse. Je compris aussitôt ce qu’il voulait et mes doutes me reprirent. Allez-je être capable de le sucer? allez-je aimer cela ? fallait -il le laisser éjaculer dans ma bouche ?

Je commençais à défaire son pantalon tout en continuant de m’interroger, ceinture, braguette, libérer le sexe, le tenir dans ma main, le porter à ma bouche … tout cela fut fait machinalement sans que j’en eut une pleine conscience.

Son sexe commençais de durcir entre mes lèvres, et la tout me vint automatiquement comme ci j’avais passé ma vie à sucer le sexe d’un homme. C’étais bon d’aller et venir le long de son gland, sentir sa verge s’enfoncer dans ma bouche, la chaleur de son dard, me sentir pénétrée, jouer avec se sexe que je faisais durcir ou laissais se ramollir à ma guise, au gré de mes coups de langue. Je l’entendais souffler, haleter. Il m’encourageais de la voix : va y chérie, suce moi bien fait moi bander ! ou encore : c’est bon tu suces comme une vrai pute !

Son sexe gonflait de plus en plus, il commença de jouer des reins pour s’enfoncer un peu plus dans ma bouche, devenait plus brutal me pressait la nuque pour que je l’engloutisse au maximum. Je ne savais plus ou j’étais, ce que je faisais, … et soudain il explosa en moi. Je sentit ses jets salés frapper le fond de ma gorge et un liquide douceâtre m’envahir la bouche. Je ne ressentis aucun dégout, mais plutôt une fiertés d’avoir assumé mon rôle sans fléchir. Je me disais : voila, tu es une vrai femelle ! tout en m’essuyant la bouche avec un mouchoir qu’il m’avait tendu.

Il me dit mi narquois, mi tendrement : tu es presque au bout de ton initiation !mais il te reste encore une étape à franchir !

Avec naïveté je lui répondis : mais quelle étape mon chéri ?

Mais te faire baiser ma chérie !

Je retombais sur terre. C’était vrai je n’avais jamais permis à personne de me soumettre totalement, de forcer mon intimités la plus secrète, … bref je n’était pas encore "passé à la casserole" !


Mais cela n’allait pas tarder

Diffuse en direct !
Regarder son live