Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 26 490 fois
  • 66 J'aime
  • 1 Commentaire
  • Corrigée par l'équipe

Mes premières expériences

Chapitre 1

Ma première sodomie

Gay

Cette histoire fait suite à ma première fellation dans les toilettes de mon université. J’étais célibataire depuis un certain temps maintenant et je n’ai retenté l’expérience qu’une seule fois. J’avais discuté avec plusieurs hommes en ligne, mais je trouvais encore une fois toujours des excuses pour annuler à la dernière minute.


Un soir où j’étais sur un site de rencontres, j’ai reçu un message d’un homme d’affaires suisse avec lequel j’avais discuté un an ou deux auparavant. Nous avons discuté longuement d’où nous en étions rendus dans nos vies. Je lui fis part de mon expérience précédente, qui sembla l’exciter énormément. Il m’annonça être à nouveau de passage à Montréal pour affaires, après quelques visites durant lesquels je me trouvais en couple et qu’il aimerait bien en profiter pour me faire tenir ma promesse cette fois. (Un soir, après plusieurs semaines de discussion et de scénario avec lui, je lui avais promis ma virginité anale.) Je lui ai répondu que cela pourrait être difficile, car j’avais des cours durant la semaine, mais que je verrais ce que je pourrais faire. Nous avons par la suite continué de discuter.


Nous avons commencé à imaginer les scénarios d’une rencontre possible. Il m’a envoyé quelques photos de son engin, puis a allumé sa webcam. Il s’est masturbé devant mes yeux, tout en me disant ce qu’il aimerait faire. Étant maintenant très excité, je finis par lui dire que s’il pouvait me rencontrer à une heure adéquate, je serais à son hôtel pour le voir deux jours plus tard. Cela sembla lui faire plaisir, car je le vis accélérer le mouvement et m’envoyer un baiser au moment même où il se vidait sur son bureau de travail. Nous nous sommes dit au revoir et nous sommes déconnectés. J’étais tellement excité que je me suis masturbé 2 fois avant de me coucher.


Plus le temps avançait, plus je regrettais de lui avoir dit oui et plus j’appréhendais la suite. Le moment prévu de mon départ pour son hôtel arriva trop vite à mon goût. Je devais prendre une décision. En considérant qu’il m’excitait énormément depuis un certain temps et qu’un autre refus de ma part réduirait toutes mes chances de le voir à zéro, j’ai décidé de tenter le coup, quitte à arrêter le tout si je ne le sens plus. Restant à l’extérieur de la ville, je dois prendre le métro pour me rendre à destination.


Sur le trajet, je pense à ma situation. En route, à l’insu de tous, vers un hôtel pour y rencontrer un homme d’affaires marié de 54 ans, dont je ne connais même pas le prénom. Par mesure d’anonymat, étant marié, il m’a donné un faux nom. Ma station arrive alors je quitte le wagon. Je sens une boule au niveau de l’estomac, provenant d’un mélange de stress et d’excitation. J’arrive devant son hôtel, il est presque midi. Je lui envoie un message à l’adresse qu’il m’avait donnée. Il me répond rapidement avec le numéro de chambre. Je me dirige vers l’ascenseur et appuie sur le bon étage. Une fois arrivé en haut, je cherche la bonne porte. Ma traversée du couloir semble interminable et je lutte contre l’envie de rebrousser chemin à chaque pas. J’arrive finalement devant sa chambre. Je prends une grande respiration, puis frappe à la porte. Un homme me répond, ne portant qu’un peignoir.


On se présente rapidement, puis il me propose d’entrer. Il m’offre un verre, que je décline poliment, je ne suis pas venu pour ça après tout.

Il m’invite donc à m’agenouiller devant lui, ce que je m’empresse de faire. Je détache son peignoir et le repousse vers l’arrière pour qu’il tombe au sol. J’attrape doucement ses testicules d’une main et prends sa queue molle entièrement dans ma bouche. Je commence alors à faire de lent va-et-vient, une main lui massant la bourse et l’autre appuyer sur sa cuisse, prenant bien soin de l’aspirer en entier. Je le sens grossir lentement dans ma bouche, au rythme de ma fellation. Après un certain temps, j’arrivais à peine à l’entrer entièrement dans ma bouche. Il finit par m’arrêter, pour éviter de finir trop vite.


Il m’invite alors à me relever et à me déshabiller. Une fois entièrement nu, je le rejoins à côté du lit. Il était bien préparé, car j’ai pu voir une boîte de préservatif neuve et une bouteille de gel sur la table à côté du lit. Il me fait m’agenouiller sur le bord du lit, puis appuyer sur les coudes. Il m’écarte les fesses de ses deux mains, puis je sens sa langue venir humidifier mon petit trou. Je n’aurais jamais cru que ça pouvait être si bon. Il m’a léché et m’a fait gémir ainsi pendant quelques minutes.


Je sens ensuite son doigt se promener autour de mon petit trou. Par réflexe, je serre les fesses, mais il arrive à me faire relâcher. Après environ 30-40 secondes, il arrête et se relève. Il attrape le lubrifiant et je le sens en faire couler entre mes fesses. Ses doigts se promènent pour bien l’étendre, en insistant un peu plus sur mon petit trou, poussant un peu plus à chaque passage. À force de légère pression, il réussit à entrer sans douleur un premier doigt. Il commence des va-et-vient alors que je commence à lâcher de petits gémissements. Mon trou commence à se relâcher et le lubrifiant aidant, il réussit à faire passer un second doigt, non sans une légère douleur. Il travaille ainsi, jusqu’à ce qu’il soit satisfait du résultat. Il me propose maintenant de passer aux choses sérieuses.


Plus excité que jamais, je me suis relevé et l’ai poussé sur le dos sur le lit. Il s’est installé confortablement pendant que j’attrapais un préservatif et le gel. Je me suis installé entre ses jambes et l’ai repris en bouche. Je l’ai pompé quelques secondes, simplement pour m’assurer de le faire durcir au maximum. J’ai déchiré l’enveloppe et je lui ai enfilé le condom. J’ai ouvert le gel et lui en ai mis en grande quantité, avant d’en reprendre une bonne dose à étaler sur ma rondelle. J’ai jeté la bouteille au sol, puis je me suis avancé au-dessus de lui. J’ai empoigné son sexe et j’ai appuyé son gland contre mon petit trou.


J’ai pris une grande respiration et j’ai commencé à pousser vers le bas. Malgré la préparation et la taille pas trop grosse de son engin, le stress rendait l’opération plus difficile. J’ai insisté en continuant de pousser un peu plus fort. Le gland a fini par passer et avec la pression que j’appliquais, je me suis retrouvé empalé jusqu’à la garde malencontreusement. J’ai poussé un gros soupir, de plaisir, de surprise et de douleur. Il m’encourage en me disant que le pire est passé, pendant que je prends quelques secondes pour m’habituer à la sensation.


Je commence à bouger un peu les fesses pour aller et venir sur sa queue. La douleur, bien que peu présente au début, finit par s’estomper, remplacée par une sensation de plaisir. Plus le temps avance, plus j’essaie d’augmenter l’amplitude de mes mouvements, jusqu’à amener son gland à la limite de la sortie, puis renfoncer au maximum. Les sensations sont géniales. Après un certain temps, je m’arrête. J’ai envie de plus.


Je me suis retiré, je me suis mis à quatre pattes et j’ai approché mes fesses près du bout du lit. Je me suis cambré le plus possible et il a compris le message. Il s’est relevé et s’est placé derrière moi. Il dépose sa main sur mon dos, puis je sens son engin venir appuyer légèrement sur mon petit trou, avant de s’enfoncer entièrement d’un seul coup, à mon plus grand plaisir. Il recommence à bouger, tout d’abord lentement, puis de plus en plus vite. Je trouve cependant que ce n’est pas assez et lui demande de me baiser pour vrai, tel qu’on en avait discuté.


Il m’attrape les hanches, juste en haut des cuisses et commence à augmenter la vitesse et la force de sa pénétration. Mes gémissements augmentent au même rythme que sa pénétration. Après quelques secondes, il en arrive au point où les voisins de chambres, s’il y en avait, pouvaient sans doute entendre son bas-ventre claquer sur mes fesses 1-2 fois par seconde, avec force. Je n’arrive plus à me contrôler. Je sens la chaleur monter et monter, jusqu’à ce que je commence à me vider sur les draps, sans m’être touché une seule fois. J’ai vécu l’orgasme le plus intense de ma vie à ce moment-là. J’ai planté mes dents dans un oreiller, pour éviter de crier mon plaisir.


De son côté, il n’avait pas encore tout à fait fini, alors il a continué à me baiser pendant une minute ou deux avant de me prévenir qu’il allait bientôt se vider. Il s’est retiré et a enlevé sa capote. Je me suis agenouillé à ses pieds et je l’ai sucé comme jamais. Il m’a rapidement annoncé qu’il allait lâcher la sauce. J’ai retiré son engin de ma bouche et sortis la langue. J’ai appuyé le gland sur le bout de ma langue et j’ai continué à le masturber pendant 4-5 secondes, avant qu’il m’envoie son premier jet de sperme directement dans la bouche. Avec les mouvements, j’ai reçu les deux et troisième sur le visage, en voie de recevoir le quatrième et dernier dans la bouche.


Il y avait encore un peu de sperme qui coulait sur sa queue, alors j’ai pris sur moi de tout bien nettoyer avec la langue, avant de cueillir la portion sur mon visage pour la mettre dans ma bouche. J’ai fini par tout avaler.


Nous nous sommes ensuite étendus sur le lit pour récupérer. Nous avons discuté un peu par la suite.


Environ 30 minutes plus tard, je me suis rhabillé, nous nous sommes salués et j’ai quitté pour mes cours, après l’avoir remercié une dernière fois pour cette expérience.

J’ai passé le reste de la journée en classe à repenser à ce que j’avais vécu plus tôt dans la journée. Plus le temps avance, plus j’ai de la difficulté à me concentrer, étant excité et dur la plupart du temps. 21h arrive enfin, mon dernier cours est fini. En quittant la classe, je décide de lui envoyer un message pour savoir s’il serait intéressé à ce que je le rejoigne dans sa chambre, histoire de s’amuser un peu et de passer la nuit.


Il me répond environ 5 minutes plus tard qu’il aimerait bien me revoir. Je me dirige donc à nouveau vers son hôtel, puis vers sa chambre. Il m’accueille à nouveau à mon arrivée. Nous prenons le temps de discuter un peu. Je lui demande ensuite si je peux aller prendre ma douche, ce qu’il m’encourage à faire. Je l’invite en retour à se joindre à moi.


Il se dirige vers la salle de bain et j’y entre à sa suite. Il ouvre l’eau de la douche, puis s’approche de moi. Nous nous touchons mutuellement par-dessus nos vêtements. Nous enlevons tous les deux notre chandail, nos bas et nos pantalons, ne gardant que nos boxers sur le dos. Il enlève ensuite lentement le sien. Il me fait un sourire et se glisse sous la douche, derrière le rideau. Je termine de me déshabiller à mon tour et me glisse également sous la douche.


Il me tend le savon puisqu’il est déjà mouillé. Je commence à le laver tranquillement, membre par membre. Après avoir terminé le haut de son corps, je lui lave le cul, puis les jambes. Il écarte légèrement les pieds. Je m’assure d’avoir suffisamment de savon dans les mains et commence à lui nettoyer l’engin. Je lui masse délicatement les testicules pendant quelques secondes, puis remonte à la base de sa verge. Je laisse remonter ma main pour tout savonner. Je vois qu’il a fermé les yeux. Je décide donc de masser ses couilles d’une main, tout en le masturbant de l’autre, ce qu’il semble apprécier. Je finis par le pousser sous l’eau pour le rincer. Une fois le savon disparu, il s’approche à nouveau de moi. Je prends son sexe en bouche. Une fois entièrement dur, je me relève, me tourne vers le mur et me cambre en m’y appuyant. Je le supplie de me prendre encore une fois.


Il me dit ne pas avoir apporté de préservatif dans la salle de bain, mais qu’il peut aller en chercher un. Je lui dis d’oublier le préservatif et de me baiser comme ça, maintenant. Je voulais sentir son jus en moi. (Je lui avais fait part lors de nos discussions par internet de mon désir d’un jour sentir un homme jouir en moi, de sentir son sperme se répandre à l’intérieur de moi. Il m’avait dit être clean et partant, mais je n’osais pas franchir le pas. Jusqu’à maintenant...)


Je n’ai pas besoin de lui dire deux fois. Il me sourit, met un peu de savon sur sa queue et me pénètre jusqu’à la garde, me tirant un long gémissement. Il m’attrape les hanches et commence un va-et-vient lent, mais profond. Puis avec plus de vigueur et de puissance. J’ai maintenant le visage écrasé contre le mur de la douche et j’entends ses couilles me frapper avec force. Comme nous avions baisé un peu plus tôt, il est plus endurant. Il me détruit passionnément la rondelle, me faisant jouir et crier au passage.


Après quelques minutes, je le sens faire une dernière grosse et profonde pénétration et me tenir collé contre lui. Je sens son engin tressauter et son sperme se déverser à l’intérieur de moi. Une fois qu’il eut terminé de jouir, il se retire lentement, me tirant un râle de plaisir. Je sens du sperme me couler le long de la cuisse, mélangé avec un peu d’eau. Il s’agenouille derrière moi et lèche tout ce qui s’écoule. Il se relève et m’embrasse rapidement, juste pour me donner un peu de sa semence. Nous nous relavons rapidement, puis nous sortons de la douche.


Nous prenons le temps de nous sécher en parlant d’à quel point ce que nous venons de vivre était génial. Nous sortons ensuite nus, vers la chambre à coucher. Je peux voir qu’il commence à être tard et après les activités de la journée, nous sommes tous les deux morts de fatigue. Nous convenons d’aller au lit, nu, puis après nous être souhaité une bonne nuit, je m’endors rapidement.


Le lendemain matin, toujours endormi, je sens quelque chose de chaud et humide sur ma queue. J’ouvre les yeux et je le vois entre mes jambes, occupé à me sucer. Je lui attrape doucement la tête pour lui signifier que je suis réveillé. Il continue à me sucer quelque temps avant que nous changions de positions. Je m’installe entre ses jambes à mon tour, pour le sucer et lui lécher les couilles. Une fois bien dur, il m’a couché sur le lit. Il s’apprête à enfiler un préservatif, mais considérant la veille, je lui dis que ce n’est pas nécessaire. Il appuie donc mes jambes sur ses épaules avant de me prendre.


Il doit utiliser du lubrifiant, car mon anus s’est légèrement refermé durant la nuit. La pénétration est cependant moins douloureuse que la première. Il me baise très lentement, mais profondément pendant de longues minutes. Il finit par se retirer et se coucher sur le dos. Je le chevauche avant de m’empaler sur son engin. Je commence à aller et venir de plus en plus rapidement. Après peu de temps, il jouit à nouveau à l’intérieur de mon cul.


Je me retire de lui et je me couche à ses côtés. Je pousse légèrement et je sens son sperme s’écouler hors de moi. Il appelle le service de chambre pour nous commander à manger. Lorsque ça frappe à la porte, il va répondre et revient avec le plateau. Nous mangeons tranquillement en discutant.


Il est presque l’heure de libérer la chambre, alors il m’offre d’aller prendre une douche pour se laver de notre nuit avant de partir.

Nous retournons donc sous la douche. Nous nous lavons mutuellement comme la veille. L’excitation étant revenue, je m’agenouille pour le prendre en bouche. Il est encore totalement mou et il m’arrête rapidement. Il m’a donné tout ce qu’il pouvait et il n’arrivera plus à avoir d’érection pour cette fois. Une fois propres, nous sortons et nous nous séchons.

Nous nous sommes habillés et je pars après l’avoir remercié une dernière fois. Malgré ce que nous aurions voulu, nous ne nous sommes jamais revus. Je me rappellerai toujours de lui, car il m’a permis de découvrir un univers dont je ne pourrais plus me passer. Grâce à lui, j’ai eu beaucoup d’autres belles aventures, dont certaines que je compte raconter ici prochainement.

Diffuse en direct !
Regarder son live