Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 188 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premières partouzes

Chapitre 1

Divers

En fin d?année la société organise toujours une soirée avec repas dansant, comme il fallait se grouper par table de six à huit personnes. Béatrice (25 ans) une femme du service me demande si je pouvais venir compléter leur table. Béatrice me présente son mari, les autres convives de la table sont des collègues. Pendant le repas une musique nous permet de danser, par politesse j?invite Béa à danser une valse, revenus à table elle fit part à son mari que j?étais un bon danseur ’ tu n?es pas comme moi me dit-il ’ je danse comme un pied et Béa qui aime tellement danser ! le repas se poursuit une bonne partie de la soirée vers 23 heures tout le monde part danser. Fred et Béa dansent un slow, j?invite une fille, une prétentieuse qui croit savoir danser, enfin ! à la danse suivante Fred me dit si tu veux, fait danser ma femme, après plusieurs danse arrive une série de slow, je veux retourner à table et laisser la place à Fred, mais une pression de sa main sur mon épaule me dit qu?elle préfère continuer de danser avec moi, la lumière se tamise son corps contre le mien, nous dansons enlacée ma jambe entre ses cuisse, je sens son souffle contre mon coup je laisse glisser ma main dans son dos, elle se plaque contre moi ses seins sont dures, je trique elle frotte son sexe contre le mien, pas de doute elle répond, arrivé dans un coin sombre de la salle nous nous embrassant je lui caresse ses fesses elle se plaque littéralement écrasant mon sexe dure contre son pubis. La danse fini je part au toilettes, elle rejoint son mari. Plus tard vers 2 heures du matin elle m?invite à sortir prendre l?air son mari autour d?une bouteille de champagne discute de foot entre hommes. Dehors elle m?entraîne vers sa voiture, et démarre pour aller dans un coin tranquille, sur la banquette arrière Béa cuisse ouverte se laisse sucer son minou qui est trempé ’ baise moi vite fait dit-elle ’ Quelques va et vient et je lui largue mon sperme dans sa chatte, elle remonte sa culotte et nous repartons dans la salle. Son mari discute toujours de foot, les hommes avec leurs foot dit-elle en regardant son mari ! viens me faire danser lui dit-elle et il part faire danser sa femme. Je les regarde partirent, les voyant sortir Béa regarde vers notre table en me souriant intrigué je sort et les aperçois dans la pénombre d?un porche de porte, je ne vois pas tout de suite Fred et pour cause il est accroupi la tête enfoui sous la robe de Béa devant son sexe entrain de la lécher, me voyant elle me fait signe de ne pas bouger et de faire silence ! Je repart dans la salle et peut après ils reviennent, voilà maintenant c?est à toi de la faire danser me dit-il. Sur la piste de danse, Béa se sert contre mon sexe passant sa main dans ma braguette elle me caresse dans les coins sombre en dansant, puis me glisse à l?oreille, Fred en me nettoyant, à aimé ton sperme veut tu venir à la maison ?. Chez eux Fred me mit à l?aise, Béa et moi nous aimons faire l?amour avec d?autre personne dit-il. Si tu ne veux pas, je peux te reconduire. Non, je suis d?accord ! Béa et Fred se mettent à poil, sur le lit Fred commence par me faire une pipe pendant que Béa me roule une pelle d?enfer, Il suce comme un ange ne se précipitant pas j?apprécie d?autant plus que Béa m?embrasse le ventre et arrivant à mon sexe elle le prend dans sa bouche pendant que Fred me râpe les couilles avec sa langue puis vas titiller mon anus en rentrant sa langue le plus loin possible et la tournoyant dedans, je jouit dans la bouche de Béa qui garde tout en bouche et quittant mon sexe mou les deux s?embrasse en échangeant mon sperme, une fois fini Fred me lèche les gouttes qui s?écoulent de mon sexe. Ma forme revenu Béa se positionne en autruche fesse en l?air et sa tête sur mes couilles, derrière son cul, Fred sa bite en main force sur sa rosette et rentre d?un seul coup à fond. Béa prend ma bite en bouche et pompe pendant que Fred l?encule se dominant il attend que Béa me fasse jouir elle s?applique très bien. Quand elle me fit décharger dans sa bouche, Fred décharge dans son cul...


Au bureau Béa n?as pas modifier nos rapports professionnels que nous entretenions avant, pourtant un soir elle m?attend à la sortie. Fred n?est pas là en ce moment veut tu venir à la maison ? je préfèrerais que tu vienne chez moi ! D?accor monte je te ramène. Chez moi elle trouve l?appartement bien rangé, je l?attire dans la chambre et la renverse sur le lit, elle remarque une combinaison, tien il y a une femme ici ? Quel femme lui dit-je ? elle me montre la combinaison ! Non c?est à moi ! c?est à toi ? bien sur j?aime la lingerie. Béa enlève sa robe et naturellement me montre sa lingerie la mienne te plait elle es ravissante, je suis un fétichisme de lingerie et je lui montre toute la lingerie que je possède, tu as acheté tout ça ? Non ce sont celle des femmes avec qui j?ai fait l?amour en principe elle me laisse un souvenir d?elle. J?aime également faire l?amour avec mes dessous, me dit-elle, actuellement je suis en périodes non féconde m?allongeant en travers du lit elle commence à me branler doucement accroupie près de moi sur le lit ses seins tremblent doucement à quelques centimètres de mes lèvres, je sent son parfum subtil et son odeur de femme??


Je bande elle se penche au-dessus de mon torse et me caresse avec la pointe de ses seins aux tétons gonflés puis lâchant ma bite elle se met à genoux au-dessus de moi et me présente sa fente, je pointe ma langue vers les lèvres humides et lui lèche sa fente parfumée et très légèrement salée elle gémit au-dessus de moi et ondule de la croupe pour bien se frotter sur ma langue, Oh tu es gentil, elle prend ma queue dans sa bouche, sa caresse est divine elle pompe à fond, je sent le frottement de sa langue sur mon gland et ma verge rentre à fond dans sa bouche chaude, elle sent que mon excitation ne va pas tarder à me faire gicler, elle vint sur moi et guide ma queue vers son sexe, je sent mon membre coulisser facilement dans l’étui tiède, elle monte et descend sur ma queue, oh oui c’est bon oh oui, encore, vas plus vite, je vais jouir je sent ma verge se contracter, ma jouissance monte brutalement, je pousse mon bassin en avant pour juter bien à fond dans son sexe, je jouis énormément, elle le ressent et sourit, ’ oh c’est bien mon chéri tu jouis, vas y laisse toi aller je te sens bien ’, je reste enfouie dans son sexe, mon sexe diminue de volume mais elle me dit de rester dedans, plus tard je sent mon membre grossir en elle ’ oh oui, vas-y, baise-moi encore ! ’ Empalée à fond elle remue pour bien me sentir en elle, me fixant avec une expression de fierté. A partir de là elle se laisse aller et m’encourage ’ Ah oui, elle se met à crier vas-y, son sexe vibre en une série de contractions ininterrompues, elle jouis sur mon sexe enfilée jusqu’aux bourses! Je jouis une deuxième fois un flot de sperme gicle par saccades dans son sexe. Pour me faire plaisir elle se promène en combinette et petite culotte en préparant le dîner, je lui propose un Whisky. ’ j?en ai jamais bue me dit-elle, mais pourquoi pas ! ’ A la première gorgée, elle me dit avoir la gorge en feu.( en riant elle me dit en m?entrant mon sexe qu?il lui faudrait un coup d?extincteur). Assis dans le canapé elle vient me rejoindre, posant sa tête sur mon épaule j’en profite pour lui caresser ses seins. Béa s?allonge sur le canapé mettant sa tête sur mes genoux et passant ses mains derrière sa tête elle me dit ’ aimerait-tu venir à une soirée costumée ?’ j?aimerai bien mais comment faut-il se déguiser et ou trouver des habits ? -- C?est toi qui voit ! mais comme tu aime la lingerie pourquoi ne pas t?habiller en femme ?-- j?aime la lingerie mais je ne suis pas un pédé ! je le sait, tu portera de la lingerie sous une de mes robe et personne n?en sera rien alors d?accord ? ? ok Béa semble rêvé et en relevant ses genoux sa combinette glisse laissant voir sa culotte trempée, elle se lève et nous passons à table ’ viens prendre des calories, tu va en avoir besoin ’ effectivement ! ! je glisse ma main à l’intérieur de sa culotte mon pouce dans son cul et deux doigts dans sa chatte, je tire sur sa petite culotte grise. elle écarte ses cuisses à fonds pour que je puisse lui lécher l’intimité. J?ouvre son vagin pour y introduire ma langue, pendant que Béa se contorsionne pour venir saisir ma bite bandée au maximum et englouti la totalité de mon sexe dans sa bouche. Alors que je lui branle le clitoris elle s’active sur mon sexe raide salivant mon gland, Béa me dit ’ ta queue est dure, encule-moi ’ elle guide ma bite devant son trou du cul que je pousse contre sa rondelle sa main happe mes couilles j?attrape ses hanches et pousse, ça rentre facilement Béa se cabre vers mon sexe et ma queue fuse au fond de son cul, ma queue n?est pas trop serrer Béa est une adepte de la sodomie ’ tu aime te faire enculer lui dit-je ’ c?est ma contraception me dit-elle. Je coulisse dans l?étui et commence un va-et-vient en la ramonant. Elle rythme les mouvement avec moi me pressant les couilles, caresse-moi mon clito et attend moi avant de jouir me dit-elle, lorsqu?elle jouit je décharge mes giclés dans son cul en la masturbant frénétiquement, complètement vidé, nous reprenons nos esprits, ma bite sort mais son trou du cul reste ouvert, Béa me murmure à l’oreille ’ tu m’as bien fait jouir ’ après nous êtres lavés elle enfile sa petite culotte sa combinaison, moi la mienne et nous allons nous coucher?...


A deux heures du matin Béa me réveille, prend quelques affaires et suis moi, voulant m?habiller elle dit reste en combinaison nous allons chez moi, Fred n?est pas là de la quinzaine. Je passe ma gabardine et rassemble du linge et nous partons, personne dans la rue, un petit vent frais passe sous mon imperméable et le contact du nylon sur ma bite me procure une érection. Béa démarre la voiture arrivé chez elle. Je monte vite fait les escaliers ainsi vêtu puis nous entrons. Comment a tu apprécié le petit vent entre tes cuisses me dit-elle ? C?est magique, heureusement qu?il n?y avait personne ! j?enlève mon imperméable, elle pose sur moi un regard d’une grande tendresse, ’ tu est mignon en combinaison j?aime ce coté glamour me dit-elle ’. Elle m’allonge sur son lit se met sur moi prend mon sexe dans sa main et l’enfonce dans sa chatte chaude presque brûlante, elle mouille terriblement je jouis immédiatement en elle. Comme elle n?as pas jouit elle me masturbe puis donne quelques coups de langue sur mon pénis mou, elle ouvre sa bouche et l’engloutie tout entier me suçant ainsi pendant quelques minutes jusqu’à que mon sexe bande de nouveau, elle se le réintroduire, ondulant sur moi rythmant de plus en plus vite, transpirantes je sent son odeur qui se mélange avec le parfum que garde le nylon de sa combinette, je suis également en sueur comme je suis en dessous d?elle je l?agrippe aux hanches j?enserre mes cuisses sur ses fesses elle jouit et s’écroule sur moi essoufflé, j?accélère ma cadence pour profiter des derniers moments où mon sexe pouvait encore la contenter enfin je jouit dans sa chatte, continuant presque mécaniquement à frotter mon sexe sortie sur son ventre, Béa c?est endormie profondément


Le matin sous la douche elle s’assoie sur le rebord de la cuvette, ses jambes légèrement écarté elle me lave, ouvrant sa bouche proche de mon sexe elle me regarde dans les yeux et attend, je m?approche et elle m?embouche prenant dans ses mains mes fesses afin de me tenir, elle suce en me serrant fort contre elle. Au moment où je vais jouir elle sert fortement ma bite à la base, se relève elle s?empale dessus la rentrant au maximum dans sa chatte qui reçoit immédiatement mes spasmes de sperme. Soulagé elle me lave la bite et me dit. Va t?habiller dans la chambre je t?ai préparé tes affaires sur le lit. Sur le lit il y a une jolie culotte de fille et une combinaison, elle arrive et me voyant hésiter, oui c?est pour toi va y met-les, personne ne le verra sous ta chemise et ton pantalon. Au bureau effectivement personne ne remarque ! Le midi au restaurant Béa me demande mes impressions ! super lui dit-je vivement la fête costumée. Le soir en rentrant Béa très exciter se déshabille et reste en petite tenue sexy ’ tu sait que Fred et moi nous sommes très libre entre-nous, d?ailleurs c?est lui qui m?as dit de faire l?amour avec toi pendant son absence ’ je me disait aussi ? pourquoi tu n?aime pas faire l?amour avec moi ? Oh si, ’ Donc si Fred et un pédé, moi j?ai des attirances envers les filles sans pour cela être une gouine ’ Quel couple !


Quand Fred revient, il demande si je reste avec eux le soir ? Sert-nous un apéro ma chérie, Béa se penche pour servir sur la table basse il en profite pour lui passer la main au cul ’ Ah ! pas de culotte, me voyant en peignoir il me dit pas encore levé ou prêt à allez coucher ’ ni l?un ni l?autre dit-elle nous sommes en petite tenue et elle ouvre mon peignoir dévoilant ma combinaison Fred siffle d?admiration tu aime aussi me dit-il ? Fred demande à Béa de lui préparer sa tenue pendant qu?il prend sa douche ! Pendant que nous buvons notre apéro assis sur le canapé, Béa en nuisette et moi en combinette, Fred revient en soubrette veut-tu te faire sucer me demande Béa ? il se met à genoux relève ma combine jusqu?au sexe et m?embouche ( une pipe d?homme et plus apprécié qu?une pipe faite part une femme) à genoux devant moi il imprime un rythme langoureux me faisant coulisser dans sa bouche puis lâchant mon sexe il m?embrasse mes cuisses descendant jusqu?au pieds. Ou préfère-tu l?enculer ? Obéissons il se met à quatre pattes le cul relevé Béa lui écarte ses fesses et rentre un doigt dans son anus puis elle me prend la bite et la place devant son ?illet, je pousse doucement ça rentre assez facilement, Bea me caresse mes couilles pendant que je fornique Fred mon gland coulisse dans son cul la situation est cocasse maintenant Béa est à genoux derrière moi et me suce les couilles je suis prêt à exploser, elle embouche mes noyaux de couille les gardant en bouche tout le temps que mon sexe libère mes giclées de sperme chaud et gluant dans le cul de son mari (c?est la première fois que j?encule un homme). Fred tout heureux met un slip et viens me nettoyer ma bite, avez-tu déjà enculer un homme ? Non tu es le premier ! Béa tu ne trouve pas quand devrait appeler Monique pour faire une partie à quatre ? ’ ce soir voudrez-tu faire l?amour avec deux femmes ? ’ Je ne sait pas ? tu n?ose pas où tu ne veut pas ? Si mais ta copine es t?elle d?accord ? Naturellement, Fred va la chercher, Fred garda ses habits de soubrette, il mit un pantalon et son manteau puis partis la chercher à pied. Il sort comme ça lui dit-je ? Oui me dit Béa, Viens que je t?habille en femme, Monique aime ça.


Monique est une très belle fille genre gitanes cheveux noirs et yeux noirs, comme il y a de la musique Fred en soubrette danse avec Béatrice, j?invite Monique, tout de suite elle se colle à moi le rythme de la danse (une samba) ne si prête pourtant pas mais comme elle est une excellente cavalière elle me suit parfaitement dans mes pas, son ventre rythment une position circulaire au pas de la danse sur ma verge qui ne tarde pas à bander, ’ belle bête, me dit-elle en accentuant une pression de son ventre sur mon sexe ’ très bonne cavalière lui répond ai-je du tac au tac ! et sans préambule elle me roule une pelle, la danse et suivi d?un slow auquel je ne puis me dérober, Monique me dit à l?oreille des mots crus, ma bite est extrêmement dure, ne jouit pas dans ta petite culotte me dit-elle ! Ne t?inquiète pas je connais ton fétichisme et je suis ravie qu?un homme porte des dessous féminins qui partage avec les femmes, cette nuit nous allons pouvoir fantasmer tous ensemble, la danse finie nous installons dans la chambre deux matelas par terre afin de pouvoir être a l?aise. Sur le canapé je suis assis entre les deux femmes qui se parlent en posant chacune une main sur mes cuisses, c?est là que Monique et Béatrice posant respectivement leurs main sur mon sexe pensent qu?il est temps de se mette au lit?..


Emporté par l?excitation, les filles caresse mon pénis mes couilles, quel sensation d?avoir plusieurs main qui me touche, me caresse et me masturbe. Les filles gloussent se frottant sexe contre sexe tout en me donnant des petits coups de langue par çi par là le long de mon sexe sans qu?aucune ne le prenne en bouche. Je réalise que j?ai moi aussi deux sexes féminins à disposition, je m?inverse vers leurs sexes une main sur chaque chatte que je commence à caresser, enfonçant un doigt à l?intérieur de chaque vagin les filles se mettent sur le flanc emprisonnant ma tête, une chatte de chaque coté à porté de langue, ma langue remplace mes doigts passant d?une chatte à l?autre je suis dans le parfum d?amour de deux chatte en chaleur ça enivre forcement, pendant que je les sucent les filles se roulent des pelles. Fred qui jusque là n?était pas intervenu arrive en nuisette, les filles qui embrasse mon sexe laissent Fred le prendre entre ses lèvres Béa me branle dans la bouche de son mari pendant que Monique vient me rouler une pelle, l?excitation et au maximum je décharge ma semence dans la bouche de Fred qui embrassent mutuellement les filles distribuant ainsi mon sperme, elle se lèchent et m?ayant libérée de leurs emprise elle s?emmêlent cuisse dans cuisses en se caressant les fesses, évidemment ses filles là s?aiment je les regarde se lécher (des fauves) puis en 69 elle se lèche le minou. Je me lève et je vais boire un grand verre d?eau. Pendant un moment, je sent des caresses sur mes fesses puis une langue chaude à l’entrée de mon anus, à genoux devant moi il me suce encore une fois. C’est lui qui imprime le rythme. En fait, je me branle dans ma bouche, mon gland entre mes lèvres, prêt à exploser. Au moment d’éjaculer, il a reculé un peu et je lui ai envoyé tout mon sperme chaud et gluant sur le visage. Il a étalé ma semence sur ses joues en frottant avec mon sexe, il m?as sucé encore un petit moment et c’est là que j’ai véritablement compris ce qu’était une bonne pipe, ses mains pleines de sperme branlent ma bite tandis que sa langue s’enroule autour de mon gland, mon jus coule sur son menton et à la commissure de ses lèvres avant de tomber sur son sexe. Revenant auprès des femmes ’ allez-y, caressez-nous la chatte et le cul ’ Monique me fit étendre sur le dos et se mis en position 69 (elle sur le dessus) j’avais une vue imprenable sur sa belle chatte humide et je voit Fred présenter sa queue à l’entrée de sont anus ’ vas-y, écarte lui ses fesses et continue de lui bouffer sa chatte pendant que je lui défonce le cul ’ dans un cri rauque il entra entièrement dans le fondement de Monique qui poussa un cris, quelques vas et vient dans son anus et je sentis mon visage s’inonder de cyprine qui dégouliner de sa chatte en feu. Les coups de boutoir de Fred créaient un mouvement de vas et vient naturel sur le sexe de Monique qui se frottait à ma langue, sortant sa bite il crache son sperme et arrose sont anus et mon visage que Béa s?empresse de lécher. Nous tombâmes tous les quatre dans les bras les uns et autres et je crois bien avoir dormi trois heures durant. Dans la nuit une douceur sur mon sexe me réveil les filles somnolaient, Fred me suçait tous doucement la situation m’excitait je restais impassible il me suce c’est parfait je sent que je vais jouir dans sa bouche et je lui maintenant la tête et il garde ma bite en bouche en avalant les giclées de sperme, qui envahissent sa gorge. Heureux je me rendormie en maintenant ma bite dans la bouche de Fred, au matin les femmes me firent coulisser mon membre dans la vallée des plaisirs passant de leurs vulves ouverte à leurs pastilles violette, ce petit jeu dura quelque temps et soudain ma queue se trouva face à un anus, sentant ma queue sur son petit trou, Monique me dit ’ Tu veux ? ’ je lui répondis que je voudrais bien ! pour toute réponse elle recule doucement vers mon membre, ’ laisse moi m?enculer tout seule ’ je ne bouge pas lui laissant ainsi la possibilité de s’arrêter quand elle le voulait millimètre par millimètre mon sexe rentre dans son anus sur cette pénétration inhabituelle sa main glisse de son minou, vers mes testicules et les caresses, les presses doucement, c’était fantastique comme impression ! J’étais serré par son anneau culier, et sa main me caressait les bourses d’une manière si douce et tendre ! Ensuite voulant que je la fasse jouir Je commence des mouvements amples d’aller et retours entre ses fesses, je ressort presque complètement pour ensuite entrer totalement et le plus à fond possible, à mes mouvements plus rapides dans son anus, elle se rendit compte que j’allais jouir tournant la tête elle me dit ’ je veux que tu jouisses dans ma bouche ’ je me retire de son cul, elle se tourne, et prend seulement mon gland dans sa bouche, me masturbe d’une main le reste de la colonne Je ne résiste pas longtemps à cette caresse buccale et soudain je m’enfonce le plus profondément possible dans sa bouche et déverse tout mon sperme dans sa gorge?. Dans la journée Monique qui à 32 ans réunit mes affaires et m?entraîne chez elle, laissant Béa et Fred ...

Diffuse en direct !
Regarder son live