Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 798 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premiers congés payés

Chapitre 31

Trash

Nous commencions à avoir faim, Jeanine proposa de manger, Albert répondit que c’était une bonne idée mais Germaine fit la moue et dit à Jeanine « j’ai envie de quelque chose depuis lundi, ça ne te fait rien si on le fait d’abord et qu’on mange ensuite ? »

Jeanine : « ben non, de quoi as-tu envie ? »

Germaine : « de voir notre petite salope sucer mon Bébert et quand il sera bien dur, de le branler jusqu’à ce qu’il lui jouisse dans la bouche et un peu partout sur le corps, puis on le nettoiera toutes les deux avec nos langues, ça te dit ? »

Jeanine : « wow, super idée, c’est vrai que tu en avais parlé au téléphone et que ça m’avait bien plus, ok faisons ça »

Albert : « hé les filles, vous le dites si je vous dérange, j’ai le droit de donner mon avis ? »

Germaine : « non, toi tu la ferme, tu fais ce que je dis parce que depuis le début de la semaine tu te fous de ma gueule et tu sautes cette petite pute de Mylène dès que j’ai le dos tourné »

Albert : « mais, Mémène, qu’est ce que tu vas penser ? »

Germaine : « je ne pense pas, c’est elle qui me l’a dit, et je peux t’assurer qu’elle adore ta grosse bite, que ce soit dans sa bouche, dans sa chatte ou dans son cul, tu es un enfoiré, alors, tu fais ce que je dis ou alors quand on rentre, c’est chambre à part », Albert baissa la tête , maté par cette promesse qu’il était sur qu’elle tiendrait. Jeanine me pris par les cheveux et me fit descendre de la terrasse, puis me faisant m’agenouiller, elle me dit « tu as entendu, tu le suce jusqu’à ce qu’il soit bien dur et après tu prends une bonne douche de sperme »

Moi : « oui tata »

Albert s’approcha de moi et dit « allez lopette, suce la bite à tonton Albert, fais la durcir, qu’elle te remplisse bien la bouche » et prenant sa queue dans une main, il me fouetta le visage avec avant de la présenter devant ma bouche, il força mes lèvres en disant « ouvres ta p’tite gueule de salope, et suces »

J’ouvris la bouche en grand et avalais cette bite dont j’avais tant envie, je la sentis grossir et durcir sous mes coups de langue et en la faisant coulisser entre mes lèvres, un peu trop vite à mon goût elle fut à son maximum, alors je me mis à l’aspirer au grand bonheur d’Albert « putain, ma salope, tu suce comme une vraie pute, allez continues que je crache mon foutre sur ta p’tite gueule de lopette », Germaine intervint « hop, hop, hop, pas question et elle me saisit par les cheveux pour me faire lâcher la queue d’Albert, celle-ci oscilla de haut en bas en sortant de ma bouche, Germaine se mit à côté de son époux et commença à le branler en disant à Jeanine, tiens la tête de ton neveu ma chérie, et qu’il ouvre bien la bouche la distribution ne va pas tarder » et elle accéléra ses mouvements de poignets alors que Jeanine, se mettant derrière moi, coinçait ma tête entre ses mains et me disait à l’oreille « ouvres ta bouche ou je te promet que je lui dis de te défoncer ton p’tit cul, et penses aussi aux photos, il vaut mieux faire ce qu’ils veulent », elle avait à peine fini sa phrase qu’un premier jet me frappa au niveau du front, Germaine baissa la main qui tenait la queue d’Albert et dirigea le gland vers ma bouche, le second fouetta mon palais et le fond de ma bouche alors qu’Albert hurlait « avales ma p’tite pute, bois le foutre de tonton Albert et après tu vas me nettoyer le zob jusqu’à ce qu’il brille comme un sous neuf ».

J’obéissais bien sur, et pendant ce temps, alors qu’Albert continuait à expulser son foutre, Germaine m’en arrosait tout le corps en disant à Jeanine : « voilà une lance qui se dirige toute seule, regardes ma chérie, quand elle sera vide on pourra nettoyer ta petite salope de neveu, tu en as de la chance de l’avoir, son estomac va être rempli de foutre, tu n’auras pas besoin de lui faire à manger ce soir », lorsque le dernier jet fusa, Albert cria « oh putain que c’est bon de se vider les couilles dans ces conditions », Germaine dirigea son gland vers ma bouche et dit simplement « nettoies salope, essuies tout ».

Lorsque la queue d’Albert fut bien nettoyée, les filles me dirent de m’allonger et ce fut pour moi un grand moment de plaisir que le nettoyage qu’elles firent avec leurs langues, et quand je jouis elles se partagèrent mon sperme presque à parts égales. Je restais allongé pour reprendre mes esprits. Puis chacun alla prendre une douche qui fit du bien à tout le monde.

Diffuse en direct !
Regarder son live