Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 655 fois
  • 5 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premiers congés payés

Chapitre 32

Trash

Après la douche, nous regagnâmes la terrasse, Germaine allait continuer son histoire pour notre plus grand plaisir, et Jeanine me dit de venir m’asseoir sur ses genoux, ce que je fis avec plaisir, ne doutant pas un seul instant qu’elle allait en profiter pour me caresser, ce qu’elle commença avant même que Germaine ne reprenne son histoire, une de ses mains vint caresser mes tétons, puis quand ils furent bien durs, elle les saisit chacun à deux doigts et les pinça tout en les tordant, jusqu’à ce que je cris de douleur, elle me mit une claque posa une de ses mains entre mes cuisses et commença à serrer en me disant « tais-toi ma p’tite salope ou je t’écrase les couilles en plus », je me le tins pour dit et endurais en silence les souffrances qu’elle m’infligeait alors que Germaine reprenait son récit et que tous nous grignotâmes les sandwichs que Jeanine avait préparé le matin.

Germaine commença à parler.

Je m’étais assoupi et c’est une douce caresse à l’intérieur d’une de mes cuisses qui me réveilla, j’ouvris les yeux et vis Mylène debout à mes côtés dont la main courrait à l’intérieur de ma cuisse puis fini par s’arrêter juste sur ma fente qu’elle caressa d’un doigt, je gémis en lui disant « fais comme tout à l’heure, s’il te plaît »

Mylène : « vous ne voulez pas que je fasse autre chose », je la regardais et lui demandait ce qu’elle proposait, elle souleva ma jambe qui était à plat sur le fauteuil et s’agenouillant la reposa sur son épaule et disant « j’ai envie de vous goûter, je peux ? » et sans attendre la réponse elle plongea entre mes cuisses, m’embrassa la fente et sortant sa langue commença à me laper les grandes lèvres, puis elle ouvrit mes grandes lèvres avec ses mains et me dévora la chatte, je me tortillais dans tous les sens tellement elle me donnait de plaisir, elle me fit jouir trois fois avant de s’arrêter comme je l’en suppliais, puis elle se releva et me dit « Jacques m’a dit que vous aviez vu les photos, et je lui ai dit que j’aimerais qu’il en fasse de nous deux, est-ce que cela vous ferait plaisir ? », je lui répondis que cela me ferait très plaisir mais pas avant le lendemain, car il fallait aller réveiller mon mari, et une idée me vint, je lui demandais « est-ce que tu pourrais t’en charger ? Tu fais doucement parce qu’il est grognon au réveil, sauf si on sait s’y prendre bien sur » Mylène me dit que ça lui ferait plaisir de me rendre service et elle fila vers l’escalier qu’elle grimpa rapidement, pendant ce temps j’allais frapper à la porte de l’appartement de Jacques, il m’ouvrit aussitôt comme si il était derrière la porte, il avait son appareil photo autour du cou et je le trouvais un peu rouge, puis je compris « vous avez fait des photos de Mylène et de moi, c’est ça ? », Jacques rougit un peu plus et acquiesça de la tête, puis il rajouta « vus étiez superbes toutes les deux, et j’espère que je les ai réussit », je riais et lui dit « j’en suis sur, par contre je voulais savoir comment vous aviez trouvé cette perle rare, je viens de l’envoyer réveiller Albert et je suis sur qu’elle ne va pas descendre tout de suite »,

Jacques après m’avoir fait rentrer et refermer la porte commença à me raconter : « ben, ça s’est fait bizarrement, quand les travaux ont été fini, je me suis dit que de faire à manger avec les produits des agriculteurs et éleveurs du coin serait un plus, j’ai donc fait le tour des fermes du coin et dans l’une d’entre elles je suis tombé sur une famille dont on m’avait parlé, ne me disant que c’était des gens spéciaux, et des dépravés, le père et le mère sont cousin et cousine et ils ont eu 4 enfants, 3 garçons et une fille, Mylène qui était la dernière des 4. Quand je leurs ai parlé de mon intention de prendre de quoi faire mes repas chez eux, ils étaient enchantés, puis la mère m’a demandé si je n’avais pas besoin d’aide car leur fille avait raté ses études et ils ne savaient pas ce qu’elle allait devenir ni ce qu’ils allaient en faire, puis il ont appelé Mylène, quand je l’ai vu, et malgré sa tenue, j’ai tout de suite flashé sur elle, elle avait sa tignasse rousse en bataille, et elle portait une salopette un peu trop grande pour elle, je lui ai demandé ce qu’elle savait faire et elle m’a répondu franchement « pas grand-chose, mais je suis pleine de bonne volonté » je lui ai proposé de faire un essai, c’était il y a 10 mois maintenant et maintenant elle habite ici et ne veut plus retourner chez ses parents, un jour je lui ai demandé pourquoi alors elle m’a raconté qu’un soir alors qu’elle avait 15 ans, elle a trouvé ses parents en train de faire l’amour dans la cuisine, elle savait ce qu’il faisait parce que ça faisait à peu près un an que ses frères lui demandaient de les masturber voir de les sucer, lorsque sa mère la vit, elle lui dit d’approcher, Mylène que la sexualité commençait à travailler sérieusement s’approcha, sa mère descendit de la table où elle était allongée quelques minutes plus tôt et commença à l’embrasser puis à la caresser, ensuite elle lui demanda si elle voulait « jouer » avec papa et maman et qu’à ce moment là il valait mieux qu’elle se déshabille.

Mylène se déshabilla elle-même, une fois nue, sa mère et son père commencèrent à la caresser, elle commençait à y prendre du plaisir quand sa mère s’accroupit et pris le sexe de son père dans sa bouche, puis quelques minutes plus tard, lui demanda si elle voulait bien, elle aussi, faire plaisir à papa, Mylène s’accroupit à côté de sa mère et celle-ci lui présenta le sexe devant la bouche, Mylène ouvrit la bouche et commença à sucer la queue de son père, ils lui demandèrent qui lui avait appris à sucer un sexe, elle leurs répondit que ses frères s’en étaient chargés, ils lui sourirent et comme elle reprenait sa fellation, sa mère commença à lui caresser le sexe puis à la masturber, Mylène était déjà très excitée et elle jouit rapidement sur les doigts de sa mère, celle-ci s’allongea par terre et lui dit de venir s’accroupir au-dessus de sa bouche le père se déplaça pour que Mylène continue sa fellation, sous l’action de la langue de sa mère et du sexe qui faisait des va et viens dans sa bouche, elle jouit à nouveau, sa mère se releva et lui dit de s’asseoir sir le bord de la table puis de s’allonger, elle lui écarta les cuisses et prenant dans une main le sexe tendu de son père elle le guida dans son sexe, c’est ainsi que Mylène perdit son pucelage, le même jour un de ses frères l’encula et elle y prit beaucoup de plaisir aussi, à partir de ce jour là, il n’y eu plus de cachotterie, quand ils en avaient envie, que ce soit ses parents ou ses frères, Mylène les contentait et y prenait du plaisir, mais quand elle m’avait vu et que je lui avais proposé de venir avec moi, c’est sans aucun regret qu’elle avait quitté la ferme.

Pendant qu’elle me racontait son histoire, Mylène avait écarté ses cuisses et commencé à se caresser, bien évidemment de la voir faire m’avait excité et elle le vit, à la fin de l’histoire, elle s’agenouilla devant moi, ouvrit mon pantalon, sortit mon sexe et commença à le sucer, puis quand elle me sentit prêt à partir, elle se leva, s’appuya sur la table de la terrasse et me dit tout simplement « prends moi », et depuis ce jour, Mylène fait tout ce que je lui demande, elle le veut ainsi, comme elle me l’a dit « je veux être ta chose, ton jouet, ton esclave », d’où les photos y compris celle avec le collier et la laisse.

Germaine repris le cour de l’histoire : « Jacques m’avait raconté son histoire d’une traite et du coup malgré la révélation de cette relation incestueuse, j’étais très excitée.

Je fis ce que Mylène avait fait 10 mois auparavant, je m’agenouillais sortais son sexe et le suçait avidement avec la folle envie que son sperme m’inonde la bouche, je ne fus pas déçu, en quelques minutes il se vida dans ma bouche, j’avalais tout alors qu’il s’excusait d’avoir été trop rapide, je lui dis que ce n’était pas grave, il m’arrêta et me dit « vous n’avez pas eu de plaisir, je veux y remédier » je lui dit que ce n’était pas grave mais que par contre si il le souhaitait, j’accepterais volontiers de faire quelques photos avec Mylène, il sourit et me dit « mais c’est moi qui vais devoir vous remercier, vous allez au devant de mes espérances, celles de tout à l’heure seront certainement pas mal, mais si je suis à côté de vous pour en faire ce sera encore mieux, mais que va dire Albert ? », je lui dit que le lendemain matin je l’enverrais faire des courses et des repérages de visites, comme cela nous aurons la matinée pour faire des photos. Jacques me dit « ok faisons comme ça » puis je sortais de la pièce en lui disant que je lui amènerais la pellicule à développer dès le soir même.

Mylène me rejoignit sur la terrasse quelques minutes plus tard, elle s’accroupit à côté de moi et commença à caresser mes cuisses en me disant « wow, quelle bite, vous ne devez pas vous ennuyer, il m’a défoncé le cul, j’ai cru qu’il ne rentrerait jamais, et puis si, tout est rentré », je fus stupéfaite que ce p’tit trou que j’avais vu puisse contenir la queue d’Albert et jalouse aussi, je décidais de me venger, j’ai discuté avec Jacques, je suis au courant de tout, alors tu comme ça tu aimes bien obéir ? », Mylène me regarda et je mouillais instantanément quand elle me répondit « je suis à vos ordres », je lui répondis « demain matin ma belle salope, tu seras tout à moi, et Jacques prendra des photos de tout ce que je te ferais faire », elle se releva et avec un grand sourire me dit « vivement demain matin alors, excusez moi mais il faut que j’aille mettre le couvert ». Albert descendit quelques minutes plus tard, se garda de me raconter comment il avait été réveillé et nous partîmes faire une promenade avant le dîner, je lui dis que Jacques était d’accord pour développer la pellicule, sans m’étaler sur les moyens employés pour y arriver.

Diffuse en direct !
Regarder son live