Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 528 fois
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premiers congés payés

Chapitre 42

Trash

Nous arrivions devant la porcherie, l’odeur était de plus en plus forte, Michèle se retourna et son regard alla directement à mon entrejambe où elle vit immédiatement que son récit ne me laissait pas indifférent, elle caressa la bosse doucement en me disant « hum, je vois que tu aimes mon histoire, et bien moi j’aime l’effet qu’elle produit » puis elle franchit la porte que je refermais derrière elle, nous nous accoudâmes à une barre métallique pour regarder les porcs et elle continua son récit.

Michèle : « j’eus du mal à m’endormir, j’étais toute chose, je sentais mes tétons qui étaient durs sous mon tee-shirt, j’en effleurais un par-dessus le tissus et je ressentis comme une décharge électrique, je décidais d’enlever mon tee-shirt, une fois jeté par terre, je me caressais un sein, mon téton était dur comme du bois, avec mon autre main, je caressais l’autre, je sentais une douce chaleur envahir mon bas ventre et une humidité que je ne connaissais pas mouilla ma culotte, je crus que je perdais du sang et l’ôtais, mais non ce n’était pas du sang.

Je m’endormis en me caressant les seins et c’est nue que je me réveillais le lendemain matin, je voyais à travers les volets le soleil qui brillait, et me remémorais la journée de la veille, immédiatement mes tétons se mirent à durcir et à nouveau, je sentis mon bas ventre s’humidifier.

J’entendis du bruit montant de la cuisine qui était juste en dessous de ma chambre, je me levais enfilais ma culotte, mon tee-shirt et je descendis, mon oncle était devant la cuisinière à faire surveiller une grande casserole de café, il se retourna quand il m’entendit, je lui sautais au cou « bonjour mon tonton adoré », il avait l’air un peu maussade, il me rendit mon bisous matinal et me regardant il me dit

Jacques : « Bonjour ma chérie, bien dormi ? Tu sais pour hier… », je ne le laissais pas finir et lui coupais la parole en lui sautant au cou, « oh non, s’il te plaît, tu ne vas pas revenir sur ta promesse de ne rien dire, je t’en supplie, je ferais tout ce que tu voudras, promis et pis tu sais mes règles ne durent que 3 jours, après c’est promis, je ne mets plus de culotte, regarde, ce matin je n’ai que mon tee-shirt et ma culotte, comme tu m’as demandé, et je vais rester comme ça toute la journée, je serais une nièce bien sage et obéissante, je te l’jure, mais ne dit rien aux parents ».

Mon oncle m’avoua plusieurs années après que ce matin là, il voulait s’excuser et me dire que ce qu’il avait fait n’était pas bien et qu’il ne fallait pas recommencer, mais que devant mon visage apeuré et les promesses que j’vais faites il n’en eu pas le courage, il se dit simplement qu’il allait essayer de ne pas dépasser certaines limites.

Donc après ma petite diatribe, je me reculais et relevais mon tee-shirt, il vit mes tétons turgescents et ne pu s’empêcher de les effleurer de la main, puis il me dit « bon d’accord, mais tu as intérêt à être très sage, pour commencer, comme je n’ai pas tout vu hier, nous allons retourner dans la porcherie et voir si un porc vient te renifler, si cela se produit, je veux que tu fasses comme hier » comme il venait de finir son café, il me dit « je pars devant, rejoins moi quand tu as déjeuné » et il sortit sans que je n’ai eu le temps de répondre, j’étais à la fois honteuse de ce qu’il me demandait de refaire et à la fois excité de le refaire devant lui, je me dépêchais de déjeuner et chaussant des sabots, je le rejoignis dans la porcherie, il m’attendait appuyé sur une barre, comme nous le sommes aujourd’hui, mais en bois, car depuis il a fait moderniser le bâtiment.


Je m’approchais de lui et m’appuyais à mon tour à la barre, mon oncle me confirma après que c’était le fait que j’avais mes règles qui attirait les mâles, et l’un d’eux fut le plus rapide et aussi entreprenant que celui de la veille, il passa sa tête à travers les barres et en avançant sa tête, il passa son groin sous mon tee-shirt et vint le coller à ma culotte, aussitôt mon oncle et moi vîmes son sexe qui commençait à se développer, je m’accroupis comme la veille et commençait à faire courir ma main sur ce sexe qui grossissait et s’allongeait à vue d’œil, je le saisis entre deux doigts et le caressait sur toute sa longueur, le porc ne bougeait plus, il se laissait faire, tonton s’était décalé un peu pour mieux voir, et il me dit en haletant un peu « prends le à pleine main et fais comme avec moi hier », je fis ce qu’il me demandait en sentant ma culotte se mouiller encore plus, et quelques minutes plus tard, le porc, tout comme tonton la veille, éjacula. Je me relevais et me tournant vers tonton je lui demandais si j’avais bien fait. Il me sourit et dit « et si tu recommençais, mais avec mon sexe cette fois ci », je ne disais rien, c’est ce que j’espérais depuis le matin, avoir à nouveau son sexe dans ma main, je m’accroupis face à lui, déboutonnais sa salopette et tout comme la veille je trouvais son sexe déjà bien dur, je le pris en main et ouvrant un peu plus son pantalon avec mon autre main, je sortis l’objet de ma convoitise, puis je levais la tête pour le regarder et lui demandais « tu veux que je fasse comme hier ? », il sourit, hésita puis me dit « ce serait peut-être mieux que tu enlèves ton tee-shirt pour ne pas le salir » sans hésitation, je le relâchais, attrapais le bas de mon tee-shirt et le fis passer par-dessus ma tête, et très rapidement je repris cette chose dure et toute douce dans ma main et je commençais à faire les mouvements qu’il m’avait appris la veille, tonton avait posé ses mains sur mes seins et les malaxait avec un peu de rudesse ce qui ne me laissa pas sans réaction au niveau de mon bas ventre, il respirait de plus en plus vite et fort, il me dit « tu sais il y a une solution pour éviter que tu en ais plein la figure et les cheveux comme hier », je levais la tête et lui demandait laquelle, il mit quelques secondes à répondre, puis poussant un soupir et en murmurant « au point où on en est » il me dit « ben fais un bisous sur le bout », je me penchais et fis ce qu’il me demandait, il repris

Jacques : « elle ne t’a pas mordu ? »,

Michèle : « ben, non t’est bête, elle peut pas mordre » et je déposais un nouveau bisou sur la bout du gland et appuyant un peu plus mes lèvres dessus »,

Jacques : « ouvres la bouche », sur le coup, ne comprenant pas pourquoi il me demandait ça, je le fis, son gland n’était qu’à quelques centimètres de ma bouche, il donna un petit coup de rein et le rentra dans ma bouche grande ouvert, sur le coup, je fut surprise, mais je m’aperçus que ce qui me remplissait la bouche était doux, chaud et surtout bien dur, je refermais mes lèvres dessus et dans un état second j’entendis mon oncle me dire « voilà, c’est bien, fait coulisser tes lèvres dessus, avales la toute et fais bouger ta langue dessus » et pendant un bon ¼ d’heure il m’expliqua ce qu’il fallait que je fasse, j’apprenais ce jour là à faire ma première pipe.

Au bout de quelques minutes, il ne pouvait plus se retenir, je sentis des soubresauts secouer le sexe qui envahissait ma bouche et il éjacula, dans un premier temps j’ouvris la bouche pour respirer, puis reculais la tête pour sortir son sexe de ma bouche, mais il m’avait attrapé par les cheveux et m’empêcha de le faire sortir et s’enfonçant même un peu plus, je régurgitais et pour pouvoir respirer, je dû avaler ce qu’il venait de me balancer dans la bouche, en me voyant déglutir, sans me lâcher il dit « oui ma p’tite truie, ma p’tite salope, avales le foutre de tonton, tu vas voir, ça va te faire du bien, et tu vas vite aimer son goût », quand j’eus tout avaler, il me dit « nettoies ma bite maintenant ma p’tite salope, fais la briller avec tes lèvres et ta langue » et il commença à faire coulisser son sexe dans ma bouche pour que j’obéisse. Je fis ce qu’il me demandait et quand j’eus finis, il sortit de ma bouche et dit « ranges là maintenant », puis alors que je me relevais « tu as aimé ? », je baissais les yeux et murmurais un petit « oui, tonton », il me caressa la joue et me dit « allez va faire un p’tit peu de ménage et ensuite tu fais ce que tu veux.

Le soir je me caressais à nouveau les seins avant de m’endormir en imaginant que c’était mon oncle qui le faisait, le lendemain, la journée commença de la même manière que la veille, pour mon plus grand plaisir et celui de tonton bien sur, à une chose près, quand nous arrivâmes aux barrières dans la porcherie, ce sont deux porcs qui se sont précipités vers moi, je reculais en disant « eh, doucement, un seul à la fois » et j’entendis mon oncle derrière moi qui me disait « pourquoi, tu as deux mains », je m’accroupis comme la veille et voulant lui faire plaisir je saisis dans chacune de mes mains le sexe d’un porc et commençait à les branler, tonton, comme la veille s’était décalé, pour saisir les deux sexes et me stabiliser, j’avais écarté mes cuisses, il s’accroupit à côté de moi et caressa une de mes cuisses et comme je ne disais rien, sa main se retrouva très vite sur ma culotte,

Jacques : « mais ta culotte est trempée ma chérie »

Moi : « ben oui, hier aussi, je suis toute chose avec ce que tu me fais faire, et ça me fait tout chaud dans le ventre »

Jacques : « ah bon, je peux vérifier ? », et sans attendre la réponse il glissa sa main dans ma culotte et commença à jouer avec les poils qu’il y trouva.

Diffuse en direct !
Regarder son live