Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 463 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premiers congés payés

Chapitre 57

Trash

Le pantalon de cuir s’arrêtait en haut de cuisses laissant nus son sexe et ses fesses, une simple bande de cuir, sur le côté, reliait les jambes à la ceinture, je n’avais encore jamais vu de tenue de ce genre, le pantalon lui moulait les jambes et mettait en valeur son entrejambe et ses fesses, et je mis immédiatement à bander et je sentis mon sexe gonfler dans le string trop juste, ce qui eu pour effet de tendre la ficelle et de l’appliquer encore plus sur mon anus dilaté, sentir la ficelle frotter mon p’tit trou était tout simplement génial, presqu’autant que la vision que j’avais sur le cul de Cathy, elle se retourna et en souriant me demanda « tu aimes ? », je lui répondis que j’adorais, je m’étais relevé pour la suivre, elle passa une main sous ma mini jupe et trouva immédiatement ce qu’elle espérait, elle eut un sourire carnassier et dit « j’apprécie le compliment, mais tu seras puni pour ça, et saches que même si ta grosse cousine et traite comme une fille, pour moi, tu es avant tout un esclave et ta queue doit rester au repos sinon c’est ton cul qui va payer la facture, et c’est déjà trop tard, il va falloir payer cash, saloperie » et elle attrapa mes couilles à pleines main et exerça dessus une pression de plus en plus forte, jusqu’à ce que je gémisse, quand le son sortit de ma bouche, elle serra encore un peu et dit « ta gueule salope, ou je te les écrase complètement ».


Elle finit par me lâcher quelques secondes plus tard en disant « tu ne perds rien pour attendre, à 4 pattes et suis moi », puis prenant la dragonne de la laisse elle tira dessus pour m’emmener jusqu’à la terrasse en me disant de passer devant elle, puis elle tira sur la laisse m’étouffant avec le collier en disant « stop », je m’arrêtais me demandant ce que j’avais fait, elle s’approcha de moi et rabattit sur mes reins le peu de tissus qui cachait mes fesses et dit « dis donc salope, tu t’es fait mettre ce matin, ton p’tit trou et tout dilaté » puis, écartant la ficelle du string, elle me pénétra avec un doigt que je sentis glisser en moi tout entier et elle rajouta en le retirant « eh bien ma salope, c’était du gros calibre, mon doigt nage dans ton cul, et elle rentra deux doigts dans mon anus, constatant qu’ils rentraient encore trop facilement elle y ajouta un troisième et alors que je gémissais sous l’introduction, elle dit « je sens qu’on va bien s’amusé aujourd’hui, je vais t’en mettre plein le cul, saloperie » et retirant ses doigts, elle me les présenta en disant simplement « lèches », j’obéis et léchais les doigts qui venaient de me pénétrer, puis elle tira à nouveau sur la laisse en disant « avances salope, que ta cousine profite du spectacle aussi ».

Lorsque nous arrivâmes sur la terrasse, Jeanine était allongée sur une chaise longue avec la main dans le bas du maillot de bain, seul vêtement qu’elle portait, elle sursauta en entendant la voix de Cathy lui dire « bonjour, belle salope, on se fait du bien toute seule, bravo », en riant Jeanine se leva et lui dit « tu m’as fait peur, j’étais en train de penser à toi justement », puis elle embrassa Cathy à pleine bouche alors qu’une de ses mains partait en direction de l’entrejambe de Cathy. Celle-ci se laissa faire et Jeanine poussa un petit cri en disant « c’est quoi cette ficelle ? ».

Comme j’étais toujours à 4 pattes, je tentais de regarder, Jeanine tenait un morceau de ficelle qui sortait des fesses de Cathy et dont l’autre bout se perdait dans son sexe, Cathy dit « attends je vais te montrer, tu vas voir c’est génial, mais je ne veux pas tâcher le cuir de mon pantalon, pour commencer, enlèves-le moi », une fois le pantalon enlevé, Cathy appuya ses fesses sur le bord de la table et dit à Jeanine « vas-y ma chérie, tire la ficelle, mais fais doucement s’il te plaît », Jeanine prit la ficelle entre deux doigts et tira alors que Cathy commençait à gémir « oh putain que c’est bon, il faut que tu essayes, moi j’ne peux plus m’en passer » une première boule blanche sortit du sexe de Cathy, puis une seconde, elles étaient toutes les deux trempées, Jeanine continua à tirer et ce sont deux boules identiques qui sortirent de l’anus de Cathy alors que celle-ci jouissait intensément. Sa cyprine coulait le long de ses jambes, elle dit à Jeanine « donnes lui les boules à nettoyer ma chérie, qu’il les prenne dans sa bouche et qu’il les lèche bien », Jeanine se tourna vers moi et me dit « tu as entendu, saloperie, alors fais ce qu’on vient de te dire », et elle me mit une première boule dans la bouche, je pris mon temps pour nettoyer les boules une à une, et lorsque j’eu fini, Cathy, toujours appuyée à la table, se branlait, elle dit à Jeanine « je te les laisserais, tu me les ramèneras plus tard, tu lui diras de te les mettre demain matin et tu passes la journée avec, tu vas voir, c’est phénoménal »,


Cathy se redressa, tapota la table en me regardant et dit « à toi, petite salope, fais moi voir ce que tu fais avec ton cul » et à Jeanine « donne-moi la ceinture et un god, ma chérie, je te laisse choisir celui que tu veux pour son p’tit cul ». Jeanine prépara la ceinture en me tournant le dos, j’appréhendais un peu, je me demandais quel god elle allait choisir, Cathy me demanda de me pencher en avant et de prendre appui sur la table, comme j’hésitais, elle me claqua les fesses de toutes ses forces par deux fois, je m’exécutais, une fois que je fus en position, elle dit à Jeanine « mets moi la ceinture et tu vas le positionner sur son p’tit trou de salope, et c’est toi qui poussera sur mes hanches pour que je l’emmanche, doucement ou d’un seul coup, c’est toi qui choisis », j’étais persuadé que Jeanine allait choisir la manière douce, je sentis le bout du god se poser sur mon anus, Cathy appuya un peu pour qu’il ne se déplace pas et je sentis Jeanine qui se déplaçait pour se mettre derrière Cathy, et alors que je m’attendais à une très lente pénétration, elle s’appuya sur les hanches de Cathy et poussa d’un coup en avant, le god me transperça, et je criais de douleur, elle avait choisit un god de belles dimensions, je le sentais me remplir et quand Cathy commença à bouger tout doucement, je sentais le god sortir puis rentrer au fond de moi et me remplir le cul, en même temps Cathy disait à Jeanine « regardes ma chérie, comment je l’encule bien ta p’tite salope de cousine, et regardes comme elle aime se faire bourrer le cul ».


Effectivement je commençais à gémir, sentant le god me remplir à chaque coup de reins que Cathy donnait, puis elle dit à Jeanine « tu vas voir, je vais la défoncer, je vais accélérer et je vais lui faire fumer son p’tit cul à cette pute » et elle fit ce qu’elle venait de dire, les premiers coups de boutoir m’arrachèrent des cris, puis le chemin étant bien fait, le god coulissa tout seul et de plus en plus vite, au rythme que Cathy souhaitait, alors que je sentais que j’allais jouir, Cathy se retira d’un coup, je ne pus m’empêcher de crier « nonnnn », elle éclata de rire et dit à Jeanine « tu vois je te l’avais dit, elle adore ça, la salope, une vrai petite pute pour abattage », puis elle me tira par les cheveux et dit « allonge-toi par terre salope, et tu lèves bien tes jambes sur mes épaules » puis à Jeanine « assis toi sur sa bouche chérie, donnes lui ton minou à brouter et ton cul à bouffer, pendant qu’ je travaille son cul de chienne en chaleur, et toi saloperie, pendant que j’te lime, tu te branles, tu sais comme l’autre jour et quand tu exploses, c’est dans ta bouche que je veux que tu te vides, c’est bien compris ? » je lui répondis « oui, maîtreeeeeeeeesse », en même temps que je répondais elle me pénétrait d’un seul coup de rein et faisait rentrer le god au fond de mon cul.

Jeanine plaqua sa chatte trempée sur ma bouche et s’y frotta un peu en disant « allez petite pute essuies le minou de ta maîtresse, tu sens comme je suis trempée salope, c’est à cause de toi alors lèche-moi bien et essuies tout, j’ouvrais la bouche et commençais à la lécher alors que d’une main, je saisissais ma queue en érection et commençais à me masturber au rythme des coups de reins de Cathy, Jeanine jouit avant moi, je l’essuyais avec gourmandise alors que Cathy disait « à toi maintenant sale pute » et elle accélérait de plus en plus ses coups de reins, en quelques minutes je fus prêt à jouir et je le dis, Jeanine se souleva un peu pour me permettre d’exploser dans ma bouche, le premier jet y arriva directement, et je l’avalais en me délectant, les autres m’éclaboussèrent le torse et le ventre, Cathy n’arrêta pas pour autant de me limer le cul, elle se contenta de ralentir ses mouvements, et elle me dit « ramasses ta semence, salope, et avales tout, pendant ce temps, je vais te faire rebander, tu vas voir » et elle commença une terrible séance de torture anale.

Très lentement elle enfonçait le god et quand elle était presque au fond elle donnait un grand coup de rein, pour que le god tape le fond de mon cul après plusieurs va et vient, et alors qu’elle venait de donner un énième coup de rein pour que le god tape le fond de mon conduit anal, elle me dit « alors salope, tu aimes te faire bourrer le cul comme ça ? C’est bon ? Avoues petite pute, que tu adores ça, je vais te fourrer jusqu’à ce que tu rebandes, j’espère que tu es d’accord ? » Je gémissais un « oui, maîtresse » et elle rajouta en rigolant « de toutes manières, tu n’as pas le choix, je vais bourrer ton cul de chienne que tu sois d’accord ou non » et elle reprit ses lents mouvements de pénétration jusqu’à obtenir le résultat qu’elle souhaitait.

Diffuse en direct !
Regarder son live