Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 307 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premiers congés payés

Chapitre 60

Trash

A la fin du film, alors que je l’avais fait jouir 3 ou 4 fois avec ma langue et alors que je m’attendais à ce qu’elle me demande de l’honorer, elle se leva et dit « allez au lit, mon poussin, on se lève de bonne heure demain matin, je suis pressée de revoir nos amis et de faire connaissance avec Mylène et Jacques » déçu, je rejoignais ma chambre et alors que j’étais couché depuis quelques minutes, Jeanine rentra dans la chambre, et me dit « je ne t’ai pas fait ton bisous et puis je t’avais dit quelque chose aussi, et j’ai failli oublier, mets toi en position mon poussin, comme ça demain tu seras prêt » et elle me montra la main dans lequel elle tenait un des gods que Cathy lui avait prêté, et rajouta « allez, à genoux sur le lit, plus vite que ça », je me mis comme elle me le demandait, cul tourné vers elle, elle commença par me caresser les couilles puis la raie avec le god, bien sur, effet immédiat, je me mis à bander, Jeanine rigola en disant « ne me dis pas que tu n’aimes pas mon poussin, ton corps te trahi, ta bite surtout, allez ce soir, c’est moi qui vais lubrifier le god, recules au bout du lit ».


Je fis ce qu’elle me demandait, elle redressa l’oreiller puis s’assit sur le lit face à moi, cuisses écartées, elle remonta sa nuisette sur son ventre et offrit à mon regard sa fente grande ouverte, puis prenant le god elle commença à se caresser avec, elle le passa sur sa fente plusieurs fois, puis finit par se l’introduire tout doucement, je voyais le god disparaître dans son sexe, littéralement avalé par ses lèvres. J’étais toujours à genoux face à elle, et bien sur je bandais, tout en commençant des va et vient dans son vagin, elle me dit « redresse-toi et approche un peu, j’ai envie de la voir mieux que ça », je fis ce qu’elle me demandait et, à genoux je m’approchais d’elle queue pointée en avant, elle m’arrêta et me dit « branle-toi mon poussin, mais tout doucement, je te dirais quand tu pourras jouir, et je veux que tu te vides dans ta main, et ensuite tu sais ce qu’il faudra faire », effectivement, je le savais, je me pris en main et commençais à me masturber en regardant les mouvements que son poignet donnait au god qui rentrait et sortait de son sexe, j’essayais de calquer les mouvements de ma main à ceux de son poignet, elle fixait la main qui caressait mon sexe, et, rapidement, elle jouit une première fois, après quelques secondes et alors que j’avais arrêté les mouvements de mon poignet sur ma main, elle recommença à se branler, le god brillait de sa jouissance, elle activa les mouvements de son poignet en disant « maintenant, celle-là, elle est pour nous deux, je veux que tu jouisses en même temps que moi », je serrais ma main autour de ma queue et accélérait un peu mes mouvements, et quand je vis qu’elle allait partir, j’accélérais encore, il n’en fallut pas plus pour que j’explose.


J’avais mis ma seconde main devant mon gland et mon sperme gicla dans ma paume alors que je gémissais de plaisir et que Jeanine en faisait autant, puis je restais à genoux, la main pleine de mon sperme tendue devant moi, lorsque Jeanine eut fini de savourer son plaisir, elle me dit « maintenant avales et lèches ta main mon poussin, nettoies la bien », je m’exécutais alors qu’elle sortait doucement le god de son sexe, il dégoulinait de son plaisir, et alors que je venais de nettoyer ma main, elle se redressa, se pencha en avant en tendant la main qui tenait le god vers moi et me dit « nettoies le aussi, il y a largement ce qu’il faut dessus, lèches mon plaisir, ensuite je vais le ranger dans ton p’tit cul pour la nuit, et demain matin tu viendras me rejoindre avec, c’est moi qui l’enlèverais ».


Je me penchais en avant et léchais le jus de son plaisir, puis Jeanine se leva, se positionna derrière moi et appuyant le bout du god sur mon anus commença à pousser pour le faire rentrer. Je gémis, elle me dit « ta gueule saloperie, regarde-moi ça, il rentre tout seul tellement ton p’tit trou est bien dilaté et le god bien lubrifié par ma mouille, je sais que tu aimes ça, mon poussin, avoues, dis-moi que tu aimes quand je t’encule », je sentais le god m’investir, glisser dans mon cul et me remplir, je gémis et dit à Jeanine « oui, j’aime que tu m’encule tata, j’aime sentir le god glisser dans mon p’tit trou et l’agrandir », elle éclata de rire « voilà ce que je voulais entendre, c’est bien mon poussin aller dodo, maintenant et demain on va profiter pleinement de la journée » et elle quitta ma chambre alors que je m’allongeais. Plus tard, alors que je ne dormais pas encore, j’entendis Laurence, Brigitte et Bernard qui rentraient, puis les gémissements de Brigitte alors que Laurence devait lui faire du bien et je finis par m’endormir, un peu gêné par le god que je sentais très bien au fond de mon cul.


Diffuse en direct !
Regarder son live