Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 147 fois
  • 4 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premiers congés payés

Chapitre 68

Trash

Germaine « maintenant mon p’tit salaud tu vas me baiser et me défoncer le cul, je veux ta bite partout, je veux la sentir au fond de moi », alors que je posais mon gland sur ses grandes lèvres pour lui obéir, je vis Jacques reprendre son appareil photo et nous mitrailler alors que ma queue disparaissait avaler par la chatte de Germaine qui se mit à gémir aussitôt « putain que c’est bon, vas-y mon chéri, lime-moi le minou, fais lui du bien, défonce le jusqu’à ce qu’il pleure » je m’exécutais et c’est à grands coups de reins que je besognais Germaine, elle jouit deux fois avant de me repousser, puis se retournant elle dit simplement « encule-moi », je posais mon gland sur sa pastille et je n’eus pas à forcer beaucoup pour la pénétrer, une fois au fond de son cul, je commençais à la limer, Germaine gémissait de plaisir alors que Mylène, juste à côté, suppliait Jeanine d’arrêter de la défoncer, Jeanine avec un grand sourire lui répondit « quand le gamin aura fini, petite pute, sinon ce n’est plus une punition » et elle reprit de plus belle ses va et vient dans le cul de Mylène qui recommença rapidement à émir de plaisir.

Je ne pus tenir très longtemps, j’étais déjà très excité avant de prendre Germaine et de la prendre avec autant de vigueur qu’elle m’en demandait fit monter le plaisir très rapidement, et je lui dis, Germaine me regarda et me dit en gémissant « vide-toi dans mon cul, chéri, je veux que tu me remplisses avec ton foutre et après repos pendant que la p’tite pute va te nettoyer correctement le zob », j’explosais au fond de son cul, comme elle venait de me le demander, Germaine jouit au moment ou mon sperme commençait à cingler ses muqueuses et hurla son plaisir en même temps, vidé, je retombais sur elle, la respiration haletante et à bout de forces, elle me caressa les cheveux en disant « merci mon cœur, tu as été parfait, maintenant la petite garce va te nettoyer la bite et ton p’tit cul.


Jeanine venait à peine de sortir de Mylène et elle força cette dernière à se lever.

Mylène avait les jambes flageolantes et elle avait le visage décomposé par le plaisir qu’elle avait pris, sous la contrainte soit, mais elle avait jouit de belle manière, forcée à s’agenouiller par Jeanine, elle commença par me nettoyer la queue, puis une fois que celle-ci fut bien propre, Germaine me fit me retourner vers Jeanine, celle-ci venait de s’appuyer sur la table, Germaine me dit « mon chéri Jeanine mérite bien que tu lui donnes du plaisir avec ta langue pendant que Mylène nettoies ton p’tit cul, tu ne crois pas ? », je ne dis rien, m penchais en avant et alors que Jeanine ouvrait les cuisses je commençais à lui lécher la fente. Elle était trempée, son clito était dur et tendu, je le happais et Jeanine jouit instantanément en hurlant « putain le salaud je n’ai jamais jouis aussi vite, continues mon chéri, bois tout, lapes ma chatte de salope » je ne me fis pas prier pour obéir alors que la langue de Mylène commençait son travail sur ma raie puis mon anus, une vrai gourmande, elle me bouffait comme si elle était en manque, de plus Germaine venait de se glisser à genoux entre la table et moi, et avait attrapé ma queue qu’elle suça et aspira avec l’objectif de me faire rebander, Jacques lui prenait des photos en disant « putain, je ne suis pas près de pouvoir prendre d’autres photos de ce genre, jamais je n’aurais cru voir et vivre autant de choses cet après-midi ».

Nous nous assîmes tous les 4 autour de la table, alors que Mylène allait chercher de quoi reprendre des forces, Jeanine constata qu’il était déjà 15h et que prendre la route maintenant nous ferait arriver assez tard sur Paris, elle proposa à Germaine de passer la nuit chez elle et que nous ne partions que le lendemain matin, Germaine dit « c’est une très bonne idée ma chérie, mais je ne voudrais pas déranger, et que dira ton mari ? »


Jeanine « il ne dira rien je lui dirais que tu es une amie de ma tante, que nous t’avons rencontré par hasard et que le gamin t’a proposé de te ramener, et pour ce qui est de ne pas déranger, tu dormiras dans la chambre de mon fils et je mettrais un matelas par terre pour le gamin, même si je suis sur qu’il n’y dormira pas, ça fera illusion ». Je trouvais l’idée très bonne et de faire toute la route avec Germaine me plaisait beaucoup et j’affichais un grand sourire en appuyant la demande de Jeanine « ben c’est une super idée ça, je vais appeler ma mère dès qu’on rentrera pour lui dire que je ne rentrerais que demain », Germaine m’adressa un grand sourire « si je comprends bien tu es d’accord mon chaton, et bien je vais tout de suite appeler Albert pour lui dire que je ne rentrerais que demain. Germaine se leva et rentra dans la maison, d’où quelques minutes plus tard elle ressortait avec un grand sourire en disant « il était pas content, je lui ai dit que c’était de sa faute, au fait, nous partons d’ici à quelle heure ? »


Jacques intervint « ben si vous ne partez que demain, nous avons encore un peu de temps devant nous, autant en profiter, je ne vous cache pas que je ne suis pas pressé de vous voir partir »


Jeanine « nous pouvons rester partir vers 17h, ce qui nous laisse encore un peu de temps, si ces messieurs ont suffisamment de vigueur pour tenir jusque là, en tout cas moi j’ai une grosse envie qu’il faut que je satisfasse, je ne tiendrais pas plus longtemps, j’ai une de ces envies de pisser, j’vous raconte même pas », voyant où voulait en venir Jeanine, j’allais dans son sens en disant que j’avais la vessie pleine à craquer et qu’il fallait que je la vide très rapidement.

Jacques se leva et regardant Mylène qui était à genoux à ses côtés lui dit « vas sur la pelouse, tu vas tenir ton rôle de servante jusqu’au bout, je pense qu’il est temps qu’on te nettoie un peu, et une bonne douche te fera du bien », Mylène compris ce que Jacques voulait dire et le supplia « non pas ça, s’il te plaît, tout mais pas ça »

Germaine se leva s’approcha de Mylène et lui mit un aller-retour avant de dire « tu feras ce qu’on te dira et quand tu parles à Jacques tu le vouvoies, je te rappel que c’est ton maître et que tu lui dois obéissance sinon il peut te renvoyer chez toi, n’est-ce pas mon cher Jacques »


Jacques sourit « oui, d’autant que je ne suis même pas sur qu’ils veuillent la récupérer, elle risque de finir à la rue » puis à Mylène « fais ce qu’on te dit et dépêche-toi ».

Mylène vaincu voulu se lever, Germaine dit simplement « à genoux » et c’est en avançant sur ses genoux que Mylène rejoignit la pelouse, nous nous étions levés pour la suivre, Jacques avait pris son appareil photos, Jeanine saisit Mylène par les cheveux et la força à s’allonger sur le dos, puis elle nous dit « je propose que le gamin commence en premier, qu’il se vide complètement sur cette petite salope et ensuite il se mettra sur elle tête bêche et ce sera à nous de profiter de ces deux corps pour nous vider. Jacques de mettra derrière le gamin pour lui arroser le cul et ce qui coulera ira directement dans la bouche de Mylène qui devra également essuyer le p’tit trou du gamin, nous allons les arroser copieusement et je suis sur qu’ils vont apprécier, ensuite Jacques se fera essuyé correctement par le gamin, pendant que Mylène nous essuieras toutes les deux ».

Je me mis immédiatement en position au-dessus de Mylène, et commençait à la doucher, j’avais la vessie pleine et je l’arrosais partout, les cheveux, la figure, les seins, puis descendais vers son ventre pour finir de me vider dans son sexe que Jeanine lui avait ordonné d’ouvrir avec ses deux mains, je visais consciencieusement sa chatte et son clito, Mylène gémit quand elle sentit le jet d’urine cingler son p’tit bouton.


Quand ma vessie fut vide, et alors que Mylène était complètement trempée des chevaux jusqu’à sa p’tite chatte de salope, et que Jacques n’avait pas arrêté de prendre des clichés, je me mis au-dessus d’elle dans la position indiqué par Jeanine, Jacques donna son appareil à Jeanine en lui demandant de prendre des photos quand il commencerait à pisser, puis il se mit derrière moi, juste au-dessus de la figure de Mylène et lui dit « ouvres son cul avec tes deux mains, je veux pisser dedans », je sentis les mains de Mylène se poser sur mes fesses et les écarter, elle tira assez fort, et m’ouvris en grand, sa manière à elle de se venger, Jacques dit « putain, il a son p’tit cul complètement dilaté, je vais lui remplir d’urine et cette salope le lèchera après » et un premier jet cingla mon p’tit trou, je sentais l’urine qui rentrait dans mon anus et en ressortait pour s’écouler dans la bouche de Mylène, cette salope en profita pour approcher un de ses doigt de mon p’tit trou, le posa juste au bord et força pour m’ouvrir encore plus.


Jacques lui dit « oui vas-y mets lui ton pouce dans le cul ça va l’ouvrir un peu plus pendant que je lui arrose le dos, il avait à peine fini sa phrase que Mylène enfonçait d’un coup son pouce dans mon p’tit trou et commençait à le faire bouger à l’intérieur, je le sentais qui caressait mes muqueuses, je recommençais à bander, je sentais ma queue qui grossissait et se développait, Jeanine qui s’était mise sur le côté pour prendre des photos le vit et éclata de rire en disant « eh bien tu peux pas dire que tu n’aimes pas mon p’tit salaud, avoues que tu aimes ce que te fait cette garce », je gémis un oui alors que l’urine de Jacques cinglait mon dos.

Diffuse en direct !
Regarder son live