Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 19 936 fois
  • 157 J'aime
  • 0 Commentaire

Mes premiers pas...

Chapitre unique

Hétéro

Bon et bien voilà, je fais le grand saut. Et cela n’est pas sans appréhension.


Un frisson me parcourt tout le corps. Quand Vic m’a invitée à sa soirée je ne pensais pas que cela allait partir jusque-là.


Maxime me sourit, ses yeux couleur noisette plongent dans mon regard. Il a beau avoir plusieurs années de plus que moi, cela ne me dérange nullement. Je me sens prête à m’abandonner dans ses bras. Au loin, la musique de la soirée nous offre un son doux. Ses mains glissent sur ma robe, la remonte, dévoilant ma culotte couleur sombre. Maxime remonte ma robe jusqu’à mon ventre et se colle contre moi. J’ouvre mes lèvres à son baiser. L’une de ses mains glisse sur mes fesses, écartant ma culotte. Je me laisse faire. Maxime me pousse légèrement pour que je puisse m’asseoir, se penche doucement et retire ma robe. Me voilà en sous-vêtements face à lui. Il s’écarte doucement, mes joues sont rouges de timidité.


Son regard me dévore, ses mains glissent sur mon dos et mon bassin. Il s’agenouille et embrasse mon intimité à travers le tissu. Je frissonne et passe ma main dans ses cheveux pour le diriger dans sa caresse, sa langue passe sur mes lèvres intimes. Maxime finit par enlever ma culotte la porte à son nez pour humer l’odeur de mon intimité. Il retire alors son pantalon, puis son caleçon. Maxime passe ses mains dans mon dos et enlève mon soutien-gorge avant de lécher mes seins. Mes tétons se mettent à pointer sous sa langue. Je glisse doucement l’une de mes mains sur son sexe je sens son souffle s’accélérer. Je pose ma poitrine contre la sienne, Maxime caresse mes fesses et écarte doucement mes fesses avant d’y glisser un doigt. Un gémissement s’échappe de ma bouche. Tout bruit semble avoir disparu, mon amant fait de petit va-et-vient dans mon petit trou. Tout cela d’une extrême douceur, son regard dans le mien alors que je glisse son sexe dans mon sanctuaire humide. Une douleur me prend, Maxime me serre contre lui. Il me murmure de doux mots à l’oreille. Puis quand il me sent prête, mon amant commence à faire de petits va-et-vient. La douleur disparaît bientôt, remplacée par une magnifique sensation de bien-être.


Sa bouche embrasse mes tétons, puis la mienne. Sans s’arrêter, Maxime embrasse mes joues, mon front. Il relève mon bassin et ses coups se font moins doux. Plus secs, je suis un peu surprise mais le regarde dans les yeux tentant de lui faire comprendre tout le plaisir que je ressens. Après quelques coups de bassin, mon amant me chuchote qu’il va bientôt jouir. Dans la précipitation je n’ai nullement pensé à nous protéger, je prends doucement son sexe et le retire de mon sanctuaire. Je regarde avec envie ce sceptre levé pour moi, ma main glisse sur lui et je me mets doucement à le masturber. Il ne faut pas longtemps pour que Maxime vienne essuyer mon corps. Mon amant se glisse entre mes jambes et me dévore mon intimité, buvant mon miel intime à même la source.


Alors que nous reprenons notre souffle, Maxime tend l’oreille. La musique n’a pas diminué, mais elle semble si lointaine. Sa bouche vient de nouveau prendre mes lèvres. Sa langue joue avec la mienne alors qu’il se redresse sur moi. Mais je remarque qu’il veut me faire jouir différemment, Maxime soulève mes jambes par-dessus moi, écarte mes fesses et vient me lécher mon petit trou.



Je gémis de cette nouvelle sensation, lui disant tout de même que j’ai quelques appréhensions. Avec douceur, Maxime me répond qu’il n’ira pas aussi loin pour un premier soir, que son but est simplement de me faire connaître cette sensation. Et il tient parole, sa langue entre à peine dans l’orifice tabou. Mais c’est assez pour qu’une multitude de frissons me prenne, semblable à des centaines de papillons qui me prennent d’un seul coup. Mon corps se tend comme un arc, j’ai l’impression que tout mon corps est pris d’une décharge électrique. Ma bouche s’ouvre mais rien ne sort, enfin si : la réponse de cet orgasme semble sortir de nulle part.


Je reprends doucement mon souffle et me tourne vers Maxime qui m’observe avec amour. Ma main glisse sur son sexe pour doucement le masturber, puis quelques temps plus tard je ne saurais dire combien, je reprends mes esprits et prends son sexe en bouche. Prise par cette frénésie sexuelle qui semble se développer en moi, je me mets à sucer Maxime de mon mieux, de haut en bas, partout glissant même un doigt dans ces fesses et fait plusieurs allers retour. Mon regard croise le sien, je vois qu’il est pris d’une excitation profonde.


La sève chaude de mon amant envahit ma bouche. Je tente de l’avaler. Malgré cela je suis obligée de laisser une partie couler sur ma joue. Après un bref câlin, je vais me refaire une beauté dans la salle de bain pour effacer toute trace.


Les jours suivants sont assez particuliers, le soir il m’est impossible de résister à l’envie dévorante de me caresser. Mes séances de caresses grandissent de plus en plus. Tout ce qui peut me procurer du plaisir passe par ma grotte intime. Ce n’est qu’au bout d’un mois interminable - merci les études - que l’on peut se revoir. Nous nous sommes donné rendez-vous chez lui, je toque à sa porte. Maxime m’ouvre quelques secondes après, comme s’il m’attendait derrière la porte. Nos lèvres se rencontrent de nouveau, ses bras s’enferment sur moi et il me colle contre lui. Quelques secondes plus tard, je suis à demi-nue, mon pantalon et ma culotte sous mes fesses pendant que mon amant embrasse mon mont de Vénus. Puis il m’allonge sur le ventre, sur le canapé entre les coussins. Je redresse le bassin, presque à quatre pattes. Il me lèche, passant de mon petit trou à mon fruit. Sa langue chaude me fait fondre, je me sens partir une nouvelle fois au pays des Plaisirs...


Diffuse en direct !
Regarder son live