Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 19 429 fois
  • 64 J'aime
  • 4 Commentaires

Mes souvenirs à la ferme

Chapitre 1

Zoophilie

Cette histoire est en grande partie véridique mais agrémentée de quelques fantasmes.

J’avais à cette époque 15 - 16 ans, mes parents agriculteurs exploitaient une ferme située dans la campagne.

Depuis l’âge de comprendre les choses du sexe j’ai été attiré par tout ce qui touchait à la sexualité.

J’aimais regarder les accouplements entre les animaux, vaches – taureaux, chevaux, cochons et surtout chiens.

Bien qu’entouré de 5 frères et sœurs je ne pouvais guère m’exprimer avec eux sur ce sujet, ils étaient bien trop pudiques pour les plus âgés et les autres trop jeunes.

Comme je n’avais pas de copine avec qui expérimenter mes envies sexuelles c’est tout naturellement vers les animaux que je me suis tourné.

A l’écurie il y avait de jeunes génisses et c’est avec elles que j’ai eu mes premières relations sexuelles.

J’attendais qu’il n’y ait plus personne à la ferme et me dirigeais dans la petite écurie où se trouvaient ces sympathiques bêtes.

Je sortais ma bite déjà toute raide et relevant la queue de la génisse je m’enfonçais avec délice dans ce sexe de femelle et je me souviens que les premières fois j’éjaculais avec force après quelques va-et-vient seulement, tellement j’étais excité.

Par la suite j’ai pris mon temps pour les baiser et il semblait presque que ces femelles prenaient du plaisir à ces rapports.

Nous avions aussi des chevaux et de voir l’étalon avec sa longue et épaisse queue couvrir les juments me donna d’autres idées.

Un jour après qu’une des juments se soit faite emmancher par notre étalon je n’ai pas pu me retenir d’aller à l’écurie et passant derrière la jument j’ai enfoncé ma main dans son sexe encore plein de sperme, le cheval a de très fortes éjaculations.

  J’ai attendu que mon père parte aux champs et alors je suis retourné à l’écurie en prenant avec moi un escabeau et montant sur celui-ci j’arrivais exactement à la hauteur du sexe du cheval.

J’ai sorti ma bite toute raide que j’ai enfoncé dans ce vagin accueillant de la jument encore en chaleur, celle-ci d’ailleurs m’aspirait la queue en pressant ses lèvres vaginales, j’ai alors expulsé tour mon foutre le mélangeant à celui de l’étalon. De ces rapports zoophiles c’est certainement celui que m’a laissé le meilleur souvenir.

Un jour que j’étais seul à la maison, sauf ma mère qui ne venait presque jamais aux écuries, j’ai bien sûr profité de baiser une jument et là ce fut la catastrophe. Alors que je ahanais derrière le cheval ma mère fit irruption dans l’écurie et bien sûr je ne pus me soustraire à sa vision.

Quelle honte ! je suis descendu penaudement de mon escabeau et à peine au sol j’ai reçu une magistrale gifle de ma mère qui s’est ensuite éclipsée.

Cet incident n’a jamais été évoqué et une certaine complicité s’est installée entre nous , mais depuis ce jour j’ai regardé ma mère d’une autre façon. Elle avait à ce moment une bonne quarantaine d’années et quoique un peu rondelette était assez jolie.

Souvent j’essayais de regarder sous ses robes et de temps à autre je pouvais entrevoir ses culottes en coton et le renflement de son sexe.

Un jour la chance m’a souri, ma mère était assoupie sur le canapé et sa robe était passablement remontée sur le galbe de ses cuisses. J’étais hypnotisé par cette image et suis resté là à la regarder.

A un certain moment elle s’est légèrement retournée et ses jambes se sont écartées et là, la surprise, elle ne portait pas de culotte et j’ai pu apercevoir sa foufoune.

Que faire ? Alors j’ai osé` ! Je me suis approché de ma mère et j’ai tendu ma main vers son sexe et avec beaucoup de précaution j’ai touché ces poils qui me troublaient.

Au bout de quelques secondes au contact de mes légères caresses ma mère s’est réveillée et m’a regardé d’un air effaré.

Moi je n’en pouvais plus il me fallait faire l’amour à une femme et l’occasion était là. Je me suis couché sur ma maman et ma main a commencé à fourrager son vagin.

Elle se débattait et me disait qu’elle allait me dénoncer, mais moi j’étais bien plus fort qu’elle et bientôt j’ai réussi à poser mes lèvres sur les siennes. Je lui ai dit que j’avais envie de lui faire l’amour, qu’elle m’excitait beaucoup et que ça resterait entre nous comme lorsque qu’elle m’a surprise avec la jument.

Elle me disait que c’était de l’inceste et que cet acte était condamnable, je lui ai répondu qu’il ne fallait juste rien dire.

Au bout d’un moment elle s’est calmée et moi je continuais à lui caresser le minou qui bientôt se mit à mouiller.

Je l’ai tiré par la main pour l’emmener dans ma chambre, j’ai fermé la porte à clé et ensuite je l’ai couché sur mon lit.

Tendrement je l’ai déshabillé et bientôt elle s’est retrouvée nue, moi il n’a fallu que quelques secondes pour me retrouver à poil.

Enfin une vraie femme, je lui ai mordillé les seins, léché son sexe, je n’étais pas très habile mais fort excité. Elle aussi et bientôt elle m’a pris ma bite dans sa bouche pour m’administrer ma première fellation. Oh que c’était bon et rapidement je lui ai lâché mon sperme sur la langue et sur son visage.

Ma mère n’avait bien sûr rien reçu en retour et après quelques minutes j’ai recommencé à bander. Je me suis alors enfoui entre les cuisses de ma maman et lui ai enfoncé ma queue au plus profond de son vagin.

Sous mes coups de boutoir ma mère a commencé de jouir, mouillait abondamment et lançait son ventre contre le mien et à ce rythme je n’ai pas tenu longtemps avant de lui gicler ma semence au fond de son vagin.

Cet épisode nous a beaucoup rapproché mais nous avons su garder des distances convenables, mais chaque fois que j’avais la possibilité de faire l’amour à ma mère j’en profitais. Quelles belles aventures dans ma chambre, dans la forêt proche et même sur le foin.

Un jour que nous discutions, elle m’a demandé si je baisais encore avec les juments. Je lui ai répondu que ça m’arrivait encore de temps à autre mais que je préférais faire l’amour avec elle.

Elle me surprit en me disant qu’elle aimerait bien me voir en action derrière un cheval, alors quelques semaines plus tard, sachant que nous étions seuls à la maison, nous sommes allés à l’écurie et là devant elle j’ai enfoncé ma bite au fond du vagin de la jument.

Elle est même venue me masturber et lorsque j’ai éjaculé elle a recueilli dans sa main le sperme qui coulait du sexe du cheval.

Cette complicité m’a donné d’autres idées et un jour j’ai proposé à ma mère des se faire prendre par le chien de la ferme.

Elle m’a répondu que c’était hors de question, que l’on était déjà allé beaucoup trop loin, mais moi je voulais absolument que ce fantasme se réalise.

Souvent j’insistais auprès d’elle mais elle me répondait toujours négativement.

Un jour coup de chance, l’une des chiennes de la ferme était en chaleur et le mâle bien sûr n’arrêtait pas de lui tourner autour.

Au bout du 3e jour la femelle était fertile et s’est laissée couvrir par le mâle, j’étais devant la ferme avec ma mère et nous regardions cet accouplement. Je lui ai demandé si elle n’avait pas envie d’être à la place de la chienne, Encore une fois elle m’a répondu négativement, alors j’ai passé ma main sous sa jupe pour remonter dans son entre-jambes pour trouver une culotte toute mouillée. J’ai alors insérer 2 doigts dans son vagin et l’ai branlé jusqu’à ce qu’elle jouisse.

Lorsque les chiens se sont séparés, j’ai pris un mouchoir et j’ai essuyé le sexe de la femelle.

Le lendemain je suis allé promener avec ma mère dans la forêt en n’oubliant pas de nous faire accompagner par notre chien Rako.

Nous nous sommes enfoncé assez loin dans la forêt pour nous retrouver dans une petite clairière. Là nous nous sommes assis et j’ai commencé à caresser ma mère puis je l’ai déshabillée. J’ai alors sorti de ma poche le mouchoir que j’avais imbibé des sécrétions des 2 chiens et j’ai frotté le sexe de ma mère. J’ai sifflé notre chien est arrivé près de ma mère il a immédiatement léché l’entre-cuisses de maman. Celle-ci a bien voulu se soustraire à ce léchage mais je la tenais fortement.

Le chien très excité est alors monté sur le dos de ma mère tout en faisant des va-et-vient dans le vide. J’ai alors poussé son arrière-train contre le cul de maman et guidé sa bite dans le vagin. Immédiatement il s’est enfoncé avec force dans cette femelle avec de rapides va-et-vient. La boule de bite est venue cogner contre l’entrée du vagin sans entrer totalement tout de même. Au bout d’une dizaine de minute le chien s’est désaccouplé et une grande quantité de sperme et d’urine coulait du vagin de ma mère. Sublime, je n’ai pas résisté de prendre le relais et mélanger mon sperme à celui du chien.

J’ai alors pris ma mère dans mes bras et l’ai embrassé avec passion en lui disant qu’elle m’avait fait le plus beau des cadeaux.

Nous avons bien sûr recommencé à plusieurs reprises, nous prenions beaucoup de plaisir mais plus jamais autant que cette première fois.

Diffuse en direct !
Regarder son live