Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 788 fois
  • 35 J'aime
  • 0 Commentaire

Message

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

Je suis Audrey, j’ai 31 ans. Je vais vous raconter une aventure que j’ai vécue il y a de ça quelque temps. Je suis une jolie rouquine, 5 pieds 5 pouces. Une jolie paire de seins (34c) et une paire de fesses très bombée. Je suis célibataire depuis près de 3 ans, j’ai eu la chance d’expérimenter plusieurs scénarios. Ce que je vais vous raconter, c’est autre chose.


Le tout a débuté un mardi soir d’été, il faisait très beau. J’étais sur ma terrasse, en train de me promener sur divers sites de rencontres à l’affût d’une occasion. Tout était toujours pareil, j’ouvrais mes diverses fiches pour tomber sur un message qui me tracassa.


— Tu dois être aussi surprise que moi de voir un quinquagénaire t’écrire, tu dois être comme ces jolies demoiselles tannées des jeunes mecs qui ne pensent qu’à eux, alors si tu veux un mec pour avoir beaucoup de plaisir ... fais-moi signe.


Effectivement, j’étais un peu tannée. Je me demandais bien comment il a su cela. Alors je réponds à son message :


— Effectivement, c’est du pareil au même, ils ne pensent qu’à être un de ces porn stars. J’ai l’impression que leur but est de rendre leur queue dans le fond de ton utérus. Un peu d’attention me ferait du bien.


Je ne m’attendais pas à avoir une réponse aussi rapide. Il m’a répondu presque instantanément :


— Quand est-ce qu’on se voit ?


Très bonne question, il est de Montréal et moi de Québec, alors je lui offre de descendre ce vendredi, une invitation qu’il accepta.


Je n’ai pas eu de ses nouvelles de la semaine, chose que j’aime bien. Mais rendu au vendredi, plus la journée avançait plus l’excitation montait en moi. Maintenant le choix des vêtements, j’étais devant ma garde-robe et rien ne m’inspirait. Je finis mon choix sur une petite robe d’été mi-cuisse avec talon. String et soutien-gorge assortis. J’avais monté mes cheveux pour mettre mon doux visage et mes beaux yeux en avant-scène. Voilà qu’on frappe à la porte, je m’y rends et c’est là que je le vois pour la première fois. Un peu grisonnant, mais pas trop, assez grand, une légère bedaine et une belle paire de fesses. J’étais quelque peu charmé. On se rend à mon oasis de paix, mon patio. Beaucoup de fleurs, et de cachets. On commence par un apéro et une bouteille de blanc. J’avais préparé quelques bouchées. On travaille dans le même domaine alors on échange sur des pratiques et on refait le monde. Il avait un regard perçant.


Une envie d’aller à la salle de bain me frappe alors je me rends à la salle de bain. Une fois dans la salle de bain, je soulève ma robe et je fais mon petit besoin, je m’aperçois que j’ai un spectateur qui en profite pour me regarder. J’avais deux choix, je crie ou je joue le jeu. Alors le choix est facile, mais comment l’allumer sans qu’il s’aperçoive que je l’ai vu ? Une fois mon besoin fini, je m’essuie et je me penche dos à lui pour changer de petite culotte, il devait avoir une belle vue de ma chatte tout épilée et de mon cul. Je retourne au patio. Je voyais bien qu’il avait une grosse bosse dans son pantalon. Je m’approche de lui, il est assis et moi debout devant lui. Je dézippe ma robe et je la laisse tomber à mes pieds, me voilà en sous-vêtement devant lui. Je retire soutien-gorge et string. Je me penche et je défais son pantalon et sors une belle grosse queue. Je glisse ma langue sur toute la longueur de son pénis.


J’entre tranquillement sa queue dans ma bouche, elle goûte très bonne, douce. Je pratique une fellation tout en délicatesse. Il n’en pouvait plus. Il m’a soulevée pour me coucher sur la table de patio, il m’a ouvert les jambes et il a commencé à me manger, mais quel délice, j’ai joui en très peu de temps pour une première fois. Je comprends mieux ce qu’il disait. Il a introduit sa queue en moi tranquillement, je suis très étroite. Je la sentais entrer en moi, mais quel délice ! Il accélérait le mouvement, je me retenais pour ne pas alerter tous les voisins. Il m’a tournée de bord pour me prendre par en arrière. Il était très doux, je sentais très bien sa queue en moi, une autre différence avec les trentenaires. Je le sentais sur le bord de venir, il m’a fait mettre à 4 pattes et il m’a éjaculée dans la bouche et il m’a ordonnée de tout avaler, chose que j’ai faite. Il m’a avoué avoir aimé me voir l’aguicher dans la salle de bain et qu’il avait un côté voyeur.


À la suite de cette aventure, on s’est mis à se voir toutes les fins de semaine, mais plus le temps avançait et plus les visites commençaient à être plus distancées. Un bon soir qu’il devait descendre, il m’a cancellé à la dernière minute pour aller au grand prix, chose qu’on devait regarder à la TV ensemble. J’étais déçue, mais que veux-tu ? Alors toute la soirée, je cherchais une façon de me venger. Je décide de me rendre en boîte pour aller danser. Je ne suis jamais sortie seule dans un bar, mais là, j’en profite pour y aller. Je porte une robe ouverte dans le dos qui indique clairement que je n’ai pas de soutien-gorge. J’ai hésité pour la petite culotte, mon choix s’est arrêté sur une petite culotte transparente. Alors à 21 heures, je prends un selfie de moi prête à sortir et je lui envoie en lui souhaitant une belle soirée. Rendue en boîte, c’était bondé de monde. Je croisais des amis, des clients, des collègues.


Vers 23 heures, le groupe a commencé à jouer et ça a laissé place à une autre clientèle. Les visages m’étaient de moins en moins familiers. Je regarde mon cellulaire j’avais manqué 11 messages de lui et j’ai continué à l’ignorer. Je me suis installée seule au bar et j’ai commencé à discuter avec la barmaid qui était très sympathique. J’ai commencé à recevoir quelques shooters d’un groupe près de moi. J’ai fini par me joindre à eux. C’était un groupe d’étudiants étrangers. Ils étaient natifs de la Hollande. Ils étaient très beaux. Un d’eux me plaisait beaucoup, on a beaucoup discuté et bu. Je me retire pour me rendre à la salle de bain. J’entre dans la salle de bain et je m’enferme dans le cabinet. J’ouvre mon cellulaire et je lis tous ses messages. Je retire ma petite culotte et je la mets dans ma sacoche. Je sors de la salle de bain et je réintègre le groupe. Je sentais que l’heure de la vengeance approchait. Je sentais les mains de mon petit hollandais qui étaient très baladeuses.


Il avait sûrement remarqué mes bouts-de-sein qui pointaient au travers du tissu de ma robe. De mon côté, je sentais sa queue bien dure sur ma cuisse quand il se collait. Il a commencé à prendre des photos de moi, j’en ai profité pour prendre un selfie de nous deux pour l’envoyer à mon quinquagénaire. Vers une heure du matin, je retourne pour une dernière fois à la salle de bain. J’ouvre mon cellulaire et je constate sa colère. Ça m’a excitée au plus haut point. Assez que quand je me suis lavé les mains, Matthew (hollandais) est entré dans la salle de bain et est venu directement m’embrasser. Il m’a carrément poussée contre la porte des toilettes. Ses mains étaient partout sur mon corps. Pour ma part, j’ai glissé ma main sur son pantalon pour sentir encore une fois sa queue bien dure. J’ai pris mon cellulaire et je nous ai pris en selfie tous les deux, cette fois, Matthew avait les mains sur mes seins par-dessus ma robe.


Il en a profité pour bien les palper, il était très excité, mais je ne voulais pas arrêter la séance ainsi alors je donne mon cellulaire à Matthew, je me retourne et je soulève ma robe pour exhiber mon cul à Matthew. J’entends l’appareil photo en action, je ne sais pas pour quelle raison, mais je me penche pour maintenant exhiber ma chatte à ce jeune voyeur et j’envoie les photos à Luc, mon quinquagénaire. Je ne pouvais pas laisser mon bon samaritain ainsi, je l’enferme avec moi dans une salle de bain. Je m’assois sur la toilette, je défais son pantalon et je prends sa queue en main. Je commence à le caresser, je le sens très excité, j’ai dû ralentir, car je crois qu’il aurait éjaculé avant même que je la mette dans ma bouche. Je commence à introduire sa queue petit à petit dans ma bouche. Il avait conservé mon cellulaire et en profite pour prendre quelques clichés de moi avec sa queue dans ma bouche. Une queue parfaite pour la fellation pas trop longue, mais une belle largeur.


Ma première observation n’était pas fausse, car après 10 ou 11 coups, j’ai senti son liquide chaud dans ma bouche. J’ai tout avalé et il est sorti de la salle de bain. Une fois débarbouillé, je suis sorti et le bar était presque vide alors je prends un Uber et je rentre chez moi. J’en connais un qui était de très mauvaise humeur, et ça, c’était avant que je lui envoie la photo de la fellation. Une fois entrée chez moi, je me glisse dans la douche, une fois dans mon lit, je glisse la main sous les draps et commence à me caresser en pensant à ce jeune qui aurait pu me prendre dans la salle de bain. Une fois l’orgasme atteint, je tire les couvertures et je m’endors.


Le lendemain, mon amant quinquagénaire me boudait, il ne répondait pas à aucun de mes messages. En début d’après-midi, ma meilleure amie débarque chez moi avec champagne et jus d’orange. Il faisait déjà très beau. On s’installe tous les deux sur mon patio en bikini et on se fait bronzer. Je lui raconte ma soirée d’hier et il me traita de folle, mais en même temps, je suis certaine que ça l’excitait. En couple depuis plusieurs années, Isabelle s’ennuie un peu de toutes nos folies. Je lui raconte par le fait même la réaction de Luc.


Isabelle se lève et me dit embarque on s’en va. Je lui demande où ? elle me répond je ne sais pas on sort s’amuser. On saute tous les deux dans la décapotable et on prend l’autoroute vers le nord. Je revoyais ma Isabelle du bon temps. En cours de route, elle me demande si j’étais « game » de flasher mes seins à un camionneur. Je lui réponds que bien sûr que je l’étais à une condition qu’elle le faisait avec moi. Tout en conduisant, elle retire son top de bikini sous sa camisole. Mais un samedi, c’est assez rare les camions-remorque sur l’autoroute. Finalement au loin, on aperçoit un mais rendu à sa hauteur, on manque de courage et on se dit qu’on attend au prochain, mais par chance, quelques mètres plus loin, il y en avait un autre. Rendu à sa hauteur, Isabelle ralentit, je regarde dans la cabine. Il nous regarde et fait aller ses flûtes. On lui sourit et on accélère. C’est sans surprise qu’il tente de nous rejoindre et Isabelle le laisse nous dépasser par la droite.


Isabelle me regarde avec un sourire et c’était le signal. Je lui souris pour lui donner mon accord. On le rejoint et rendu à sa hauteur, je soulève ma camisole et Isabelle aussi et il fait aller ses flûtes encore une fois. Je vois bien qu’il tripe et on accélère pour le perdre de vue. On était très excité, mais on n’avait pas évalué les risques. Quelques kilomètres plus loin, je demande à Isabelle si elle peut arrêter pour une halte toilette. On se gare, le stationnement était désert, alors une fois garée, j’entre dans la salle de bain et je fais ce que j’ai à faire. Je m’aperçois que je n’avais pas remis mon haut de maillot sous ma camisole. Une fois sortie de la halte, je vois Isabelle sortie de l’auto et qui jase avec deux gars. Je m’approche et je demande si tout va bien. Elle me répond que oui, mais que ces deux monsieurs ont entendu dire qu’on avait flashé nos seins à un de leur collègue. Je commençais à constater que c’était un jeu dangereux.


Je voyais bien qu’on ne s’en sortirait pas sans flasher. Je finis par intervenir. Si je comprends bien, on flashe nos seins et vous nous laissez partir ? Le plus grand affirme que c’est exact. Il y avait des voitures qui arrivaient alors on se rend derrière la halte avec ces deux gars et une fois à l’abri, on soulève nos camisoles et on redescend. Pour eux, ce n’était jamais assez long, assez qu’on a retiré nos camisoles et on les a laissés les admirer. C’est à ce moment que j’ai constaté la beauté des seins d’Isabelle. Le jeu commençait à m’exciter. J’ai commencé à baisser mon short. Isabelle me dit que je suis folle. Je lui dis de me laisser aller et de prendre des photos. Je retire mon short et me voilà en bas de maillot et seins nus. Isabelle toujours seins nus prenait des photos. Toujours à l’abri des regards, je descends mon bas de maillot pour exposer ma chatte tout épilée. J’étais très excité. Je regarde les gars et je leur demande si maintenant c’était assez.


Le plus grand était en train de déboutonner son pantalon quand on a entendu du bruit et nous nous sommes sauvés dans l’auto et nous nous sommes sauvés. On s’est arrêté quelques instants un peu plus loin pour nous rhabiller. C’est en reprenant la route que le danger nous a excités et Isabelle m’a avoué qu’elle aurait aimé voir la queue de ce gars. Nous étions tous les deux excités. On regarde au loin derrière et les deux camions tentaient de nous rejoindre. Isabelle se laisse dépasser par la droite et c’était effectivement l’un d’eux. Je lui remonte mes seins ... je joue avec ma langue sur mes lèvres. Isabelle me fait remarquer une halte routière dans 34 kilomètres, je lui pointe du doigt et on accélère. Elle me dit que je suis folle. Je lui ai dit tu voulais t’amuser on va s’amuser. 34 kilomètres plus loin, on s’aperçoit que cette halte est fermée. Alors on se gare plus loin. Isabelle me demande on fait quoi là.


Je lui demande de me suivre, je me dirige vers l’arrière de la halte, il y avait des tables à l’abri des regards. Je lui dis de se déshabiller ... on entend les freins des camions, elle me dit, mais les gars sont là ... raison de plus ... alors elle se déshabille aussi. Nous voilà les deux nues, assises sur la table de pique-nique. Les deux gars finissent par nous trouver, mais quelle surprise de nous voir toutes les deux nues. Le premier s’approche de moi et m’embrasse, je me tourne la tête pour voir Isabelle, le sien avait déjà commencé à lui manger les seins. J’étais très excitée, le mien a commencé à glisser un doigt entre mes jambes pour constater que j’étais déjà très excitée. Il m’a couchée sur la table et a commencé à me manger. Il était bon le maudit. Je regardais Isabelle à genoux devant le sien queue dans sa bouche. J’adorais le voir jouer avec ses seins en même temps qu’elle le suce. Le mien a sorti une très grosse queue et a commencé à me pénétrer.


Il y allait en force et non en délicatesse. C’était très bon. J’en ai profité pour prendre encore quelques photos. Pendant que je me faisais prendre, Isabelle était à 4 pattes et elle se faisait prendre par en arrière. J’adorais voir ses seins aller de l’avant vers l’arrière. Par la suite, il m’a aussi fait mettre à 4 pattes et il me prenait par en arrière, j’en ai profité pour prendre les seins d’Isabelle. J’ai fait signe au mien d’aller se faire sucer par Isabelle pendant qu’elle se faisait prendre par en arrière. Elle en avait plus de besoins que moi. Pendant qu’il la prenait à deux, je me caressais, assis dans le gazon. Ils ont changé de rôle et ils l’ont couchée sur le dos sur la table. Un la pénétrait et l’autre se faisait sucer.


J’ai finalement atteint l’orgasme, patte et pendant que l’un d’eux est venu sur sa chatte, l’autre ne venait pas à bout de venir jusqu’au moment où je suis allé mettre ma bouche sur la chatte d’Isabelle et en quelques coups de langue, elle a atteint l’orgasme. Devant ce spectacle, l’autre est venu partout sur ses seins. Les deux gars se sont rhabillés et quitté les lieux avec leur petit bonheur. Finalement, nous sommes retournés chez moi pour nous laver. Sur le chemin du retour, j’ai envoyé à Luc les photos de notre baise à la halte. Une fois chez moi, nous avons pris notre douche ensemble et nous nous sommes savonnés l’un et l’autre et j’ai adoré le contact de mes mains sur ses mamelons. Quand elle est partie, je me suis couché et quelle fût ma surprise à mon réveil Luc était sur le bout de mon lit ... je crois qu’il avait compris le message.

Diffuse en direct !
Regarder son live