Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 440 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Message à mon amant, sexe à trois!

Chapitre 1

Divers

Nous étions loin de chez-nous, à Paris, romantique ville ou plusieurs perdent la tête, plusieurs nous y compris. On avait marché toute la journée dans les rues de la ville et nous étions rentrés à l’hôtel pour se reposer? Nous avions décidé, avec M notre copain, de célébrer notre heureux voyage en l’arrosant un peu au whisky. Et ce dernier coulait à flot?


Après quelques vers, on discutait de mes points faibles, de ce qui m’excitait à tous les coups, de ce qui me rendait folle de plaisir, et vous deux, vous ne faisiez que tester ces petits détails. L’atmosphère était très détendu, on commençait tous les trois à être très près l’un de l’autre, assez près pour qu’une petite pulsions nous plonge dans une merveilleuse expérience sexuelle tous les trois?


On continuait à parler de tout et de rien, tout en nous caressant les cheveux, les épaules, le ventre? Puis M a décidé de venir nous rejoindre sur le lit, de se rapprocher de nous pour lui aussi prendre part à cet échange d’affection, j’étais très bien entourée?


Il ne fallu pas tellement de temps pour qu’on se retrouve tous les trois étendu en sandwich sur un des minuscules lits de la chambre, continuant de se caresser ardemment? M avait ses mains sous mon chandail, me caressant les seins comme s’ils avaient été la 8e merveille du monde. Tu me couvrais le visage de baisers, tantôt vigoureux, tantôt tellement délicats qu’ils ne faisaient que m’effleurer la peau. J’étais comme dans un second état, à demie saoule, à demis enivré. Tes mains se promenaient partout sur mon corps, me ramenant vers toi quand je me laissais aller sur M. Ce dernier qui avait retiré mon chandail et mon soutien gorge était maintenant occupé à défaire le bouton de mon pantalon. Tu as retiré tes vêtements à l’exception de ton slip qui retenait ton grand pénis en pleine érection contre ton corps.


Ne voulant pas être ne reste, M me retourna contre lui et nous nous embrassons goulûment te laissant seul, abandonné à toi même. Il ne te reste pas d’autre choix que de finir de me retirer mes pantalons et de couvrir en entier de caresses.


M est maintenant nu comme un ver, et je continu de l’embrasser tout en caressant de mes deux mains l’érection qu’il me présente. Il est dur comme du rock mais doux comme de la soie. Il commence à respirer plus bruyamment, tout comme moi car ta bouche se fait de plus de plus insistante contre ma peau brûlante? Sans me déranger, tu me fais comprendre qu’il est temps de te laisser avoir accès à ma source d’amour, pour que tu puisse y découvrir à quel point j’apprécie ce que vous me faite.


Je bascule donc sur le dos en écartant tranquillement les jambes pour t’offrir la vue d’un vagin brûlant de désir de recevoir tes caresses. M a cesser de m’embrasser pour prendre dans sa bouche la pointe toute durcie de mes énormes seins dans sa bouche et me laisser plus de place afin que j’aille lui sucer la queue. Tu enfonces ta langue entre mes lèvres gonflées de plaisir pour découvrir que j’aime tellement ce que vous faite que tu pourrais t’y noyer. OHHHHHH, c’est tellement bon. Un courant électrique me traverse et je finis par mettre toute la queue de ce cher M dans ma bouche, de l’accoter bien au fond de ma bouche afin que les voisins de chambre ne découvrent pas à quel point je suis en train de jouir.


M, surpris de cette soudaine attention pour son pénis explosa dans un jouissante confusion et me rempli la bouche de son sperme bouillant. Je le lèche comme il se doit afin de ne perde pas une goûte de ce précieux élixir. Il jouit tellement que même toi tu t’arrêtes pour le regarder, envieux. Puis comme pour reprendre son souffle, notre cher M se retire sur l’autre lit pour nous observer.


Nous voilà donc tous les deux confrontés un à l’autre, complètement voués à notre jouissance mutuelle. Je m’assied sur le côté du lit, question de mieux pouvoir ramener ton visage à ma hauteur. Tes doigts s’enfoncent dans ma chatte brûlante, maintenant c’est toi que je veux, mais toi tu ne l’entends pas ainsi. Tu me recouches sur le lit et avant même que je ne m’en aperçoive nous nous engageons dans un 69 terriblement enivrant. J’enfouis ta queue dans ma bouche et à pleine main je te prends les couilles. Je te sens gémir entre mes jambes mais je t’enterre de beaucoup avec mes cris de jouissance qui ne font que s’intensifier depuis que nous avons commencer.


Tes doigts s’enfoncent dans mon vagins et j’essaie tant bien que mal de les serrer pour que tu ne puisses plus les bouger, j’approche de mon second orgasme et je te veux plus creux? Mais tu continues à me brouter le clitoris et tu ne veux toujours pas t’enfoncer au plus profond de moi? Pendant que je suis persuadée que je vais finir par exploser de jouissance et que je m’apprête à vivre le meilleur orgasme de ma vie, je sens deux autres mains sur mes fesses rondes et cambrées. M nous avait rejoins avec la clair intention de participer activement à cette jouissance? Te laissant l’exclusivité de mon vagin en plein ébullition, il commence tranquillement à m’embrasser le dedans des cuisses puis je sens tes doigts se retirer et les siens les remplacer, il me pénètre profond et bouge ses doigts de manière divine. Voyant que j’ai peine à respirer, tu continues de plus belle à me masturber le clitoris, avec tes doigts couvert de mon lubrifiant vaginal.


Je suis déjà en train de jouir, d’un orgasme qui n’en finit plus d’être énorme, quand d’un seul coup, tu m’explose dans le visage, mettant du sperme sur mes joues, mon nez partout.


Mon orgasme est peine finit que M me plante sa queue ayant retrouver toute sa vigueur très creux entre les reins. À peine remis de mon dernier orgasme, je suis déjà reparti à jouir comme jamais je n’avais jouis. Toi, avec ton petit sourire satisfait, tu me lèche le visage, ramassant ta semence que tu avais éparpillé partout.


C’est bon, bon, bon? tant pis pour les voisins, ils n’ont qu’à en profiter? Je visite le 7e ciel depuis tellement longtemps que je ne pouvais plus retenir toute cette jouissance. Hummm! Continuer c’est parfait, continuer? AAAAAA OUUII


À travers mes rares moments de lucidité, je prends conscience que tu n’as rien perdu de ton érection et que M et toi complotiez un plan auquel je n’avais rien à dire visiblement. Puis il me faut quelques secondes pour réaliser que je suis maintenant en train de chevaucher M tout en continuant à avoir orgasme par dessus orgasmes. Je ne te vois, plus, mais je suis persuadée que tu nous observe et que tu te rince bien l’?il?


Tout d’un coup, je sens ton index qui ne flattes doucement l’anus? À mon grand plaisir, tu as décidé de nous faire finir notre merveilleuse expérience avec une double pénétration? Je frémis de plaisir à l’avance et juste à y penser je suis encore prise d’un orgasme et tu profites de l’occasion pour bien enfoncer ton doigt dans mon tout petit anus ce qui redouble l’ardeur de mon orgasme?


Puis, on se calme on peut. À l’aide du pénis de M, tu me lubrifie l’anus comme il faut et tu t’agenouilles près de nous. J’engloutis totalement le pénis de M à l’intérieur de mon vagin et te laisse tout le loisir de faire glisser le tien bien au fond de moi même.


Tranquillement, tu te fais une place à l’intérieur de moi. M roule des yeux de te sentir si près de lui, tes couilles allant bientôt se coller sur son anus, tandis que tu te glisse en moi. Statique, nous te laissons te frayer un chemin. Je voudrais bouger, te précipiter au plus creux de moi-même mais toi et M tenez mes hanches pour que je ne puisse bouger sans votre approbation.


Finalement, tu te met à faire un léger mouvement de va et vient, tu as lâcher mes hanches, tu me caresse maintenant les seins et tu m’embrasses la nuque. C’est M qui donne la mesure? Vous me serrez de tellement près que je ne peut même pas bouger?


C’est si bon? je vous sens vous frotter au fond me moi? et vous vous sentez aussi? Tranquillement, me voici reparti dans un incroyable tourbillon de jouissance et d’orgasmes. Et dans mon dernier orgasme, je vous sens venir tous les deux de concert.


Pour un certain temps, on ne bouge plus, car nous devons tous reprendre notre souffle. Puis, on colle les deux petits lits jumeaux et je m’endors au creux de ton épaule, M collé dans le dos.


Marie

Diffuse en direct !
Regarder son live