Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 644 fois
  • 169 J'aime
  • 6 Commentaires

La métamorphose de Lady Galatée.

Chapitre 1

Un pseudo bien mystérieux ...

Erotique

Je m’appelle Donatien, enfant unique, je suis issu d’une famille que l’on peut qualifier d’aisée et j’ai grandi dans notre grand appartement familial à deux pas du parc Monceau et à un jet de pierre de l’Arc de Triomphe. J’ai aujourd’hui 25 ans et j’ai eu la chance de suivre assez facilement des études scientifiques. Plutôt que d’embrasser une carrière d’ingénieur après mes classes préparatoires, j’ai préféré devenir professeur de maths ; c’est moins bien payé, mais j’ai de nombreuses vacances. En ce moment, j’enseigne dans un collège privé près de la place des Ternes. C’est tout près de l’appartement et je peux y aller à pied ou en vélo.


Mes parents sont décédés dans un accident de voiture il y a deux ans et j’occupe maintenant seul l’appartement familial ; avec quatre pièces, c’est bien assez grand pour moi. Je n’ai aucune copine régulière, car outre mon emploi de professeur, je dois gérer les quelques biens immobiliers dont j’ai hérité de mes parents et je fais du théâtre amateur avec une association. La préparation de mes cours, la correction des copies, le suivi des affaires patrimoniales et mes répétitions de théâtre accaparent une grande partie de ma vie. Le temps disponible qui me reste est suffisant pour réaliser quelques rencontres coquines, mais insuffisant pour envisager une relation sérieuse. Par ailleurs, je dois avouer que j’aime trop le sexe pour me contenter d’une seule partenaire et l’expérience m’a montré que j’avais un faible pour les femmes plus âgées que moi.


Aujourd’hui, c’est le retour des vacances de Pâques et les élèves ont un peu de mal à se remettre en jambes après 15 jours sans travail. Même les quelques devoirs que je leur avais donnés à faire n’ont pas suffi à les maintenir au top. Comme à chaque fois, le premier cours constitue en une rapide révision du dernier cours d’’avant les vacances. Pour les secondes, ce matin, c’est donc l’heure des probabilités et des variables aléatoires.


A midi, je déjeune avec quelques collègues dans la salle réservée aux enseignants. A l’issue, je vais dans la salle des professeurs pour mettre à jour le système d’information du lycée. N’ayant pas cours l’après-midi, je vais quitter l’établissement et rentrer chez moi lorsque la secrétaire de la proviseure vient me voir et me dit que je suis demandé. Je la suis donc et frappe à la porte en bois sur laquelle un petit panneau doré affiche « Madame Jeanne d’Ango. Proviseure du lycée Sainte Ursule ». Je frappe à la porte et l’on me dit d’entrer.


Comme je ne suis dans l’établissement que depuis septembre dernier et encore à l’essai jusqu’à fin juin, je veille à respecter une certaine étiquette avec l’encadrement du lycée et les professeurs les plus anciens. C’est donc d’un :


— Bonjour Madame la Proviseure. Vous souhaitez me voir ?


que je salue la directrice du lycée qui est assise à son bureau derrière son ordinateur.

Elle me répond :


— Bonjour Donatien. Oui en effet, je voudrais faire avec vous un petit point de situation avant d’attaquer le dernier trimestre.


Je m’installe dans un fauteuil en face du bureau et j’écoute les mots de la proviseure tout en la regardant. Elle doit avoir une petite cinquantaine, elle a un physique agréable, mais la manière dont elle s’habille ne l’arrange nullement. Elle ne porte en effet que des jupes longues du siècle dernier et des chemisiers et vestes datant d’au moins vingt ans. Par ailleurs, elle ne se maquille pas et ses cheveux longs – bruns – sont toujours attachés en queue-de-cheval. Selon certains professeurs masculins – de mauvaises langues selon certaines - cela expliquerait qu’elle soit toujours vieille fille bien que tenant à se faire appeler « Madame ».


Pendant une bonne demi-heure, nous avons un échange très courtois au cours duquel elle m’exprime toute sa satisfaction pour mes premiers mois à Sainte Ursule. Selon elle, les retours des parents d’élèves sont excellents et mes élèves ont tous souligné ma pédagogie adaptée à tous les niveaux. S’agissant d’un établissement privé fréquenté principalement par des lycéens issus de respectables familles, il est évident que l’avis des parents est particulièrement important.


Soudain, alors que notre entretien est presque terminé, sa secrétaire entre précipitamment dans le bureau et annonce


— Madame la proviseure, venez vite. Il y a une bagarre dans la cour.


La proviseure se lève de son siège et me dit


— Donatien, pendant que je règle cette affaire, veuillez s’il vous plaît signer la feuille d’entretien d’évaluation qui est sur mon bureau. Je reviens tout de suite.


Les deux femmes sortent du bureau en refermant la porte derrière elles. Je fais le tour du bureau et me penche vers la feuille que je dois signer. Je parcours rapidement le papier, qui est très élogieux pour moi, et le signe.

Alors que je vais retourner m’asseoir pour attendre le retour de Madame d’Ango, mon regard s’attarde sur l’écran de son ordinateur qui affiche la page de garde du site internet du lycée. Cependant, je note que l’un des onglets du moteur de recherche en haut à gauche de l’écran affiche « Xfiles », un site libertin qu’il m’arrive de fréquenter de manière épisodique. Rapidement, je clique sur l’onglet pour faire apparaître la page sur laquelle était Madame la proviseure, mémorise d’un simple coup d’œil le pseudo affiché sur la fiche ouverte à l’écran et remets aussitôt la page d’accueil du lycée. Une seconde plus tard, je suis de nouveau assis dans mon fauteuil.

Quelques instants plus tard, la proviseure est de retour derrière son bureau et m’annonce


— Voilà, incident réglé par deux heures de retenue !


Puis, saisissant la feuille que j’ai signée, elle reprend


— Comme je vous l’ai dit et comme vous l’avez lu sur cette fiche, votre première année ici se passe très bien. Poursuivez ainsi et nul doute que vous deviendrez vite l’un de nos meilleurs professeurs de maths. Même si j’ai autrefois enseigné les lettres classiques et suis donc plus sensible aux sujets littéraires, je sais combien il est capital pour nos élèves de maîtriser les mathématiques. Je compte donc sur vous !


Sur ces bonnes paroles, je prends congé de Madame la proviseure et quitte l’établissement pour aller faire quelques courses alimentaires à proximité de mon appartement.


Il doit être 21h30 lorsque j’allume mon ordinateur et me connecte au site « Xfiles ». Je tape mon pseudo « Pythagore75 » puis mon mot de passe. Je vais maintenant pouvoir vérifier si Madame d’Ango est inscrite sur ce site ou bien si elle consultait simplement l’une des fiches des membres.


Tandis que je pianote « LadyGalatée » - le pseudo mémorisé dans le bureau de la proviseure - sur mon clavier, j’ai l’impression que mon cœur cesse de battre. J’appuie sur « Enter » et aussitôt la fiche apparaît à l’écran. Le profil me confirme qu’il s’agit bien d’une femme résidant sur Paris et dont les caractéristiques physiques peuvent correspondre à celles de la proviseure. Je consulte la seule photo qui accompagne le profil. Pas de chance, la femme porte un masque sur le cliché qui la montre, de profil, nue et immobile comme une statue. Je suis surpris par la blancheur de sa peau et me dis qu’elle ne doit pas souvent se faire caresser par les rayons du soleil. J’ouvre l’onglet « Recherche » de la fiche et j’y lis « Parisienne mature plutôt réservée, milieu bourgeois et strict, recherche jeune Pygmalion pour métamorphose ».


L’annonce est plutôt laconique, voire énigmatique, mais je me dis que le pseudo et la recherche font tous deux références à la mythologie grecque et peuvent donc très bien être le fruit de l’imagination d’une ancienne professeur de lettres classiques comme l’a été Madame d’Ango.


Pour savoir exactement ce qu’il en est, je décide de laisser un message. Mais je dois être prudent tout en étant imaginatif. Prudent, car je ne dois pas dévoiler qui je suis ; imaginatif, car je dois toutefois capter son attention. Après quelques instants de réflexion, je pianote sur mon clavier « Très chère Galatée, votre annonce énigmatique a retenu toute mon attention. Peut-être, à l’instar du cercle inscrit dans un triangle, vous sentez-vous à l’étroit dans votre quotidien. A l’aide de quelques formules et théorèmes, je me propose de briser les lignes qui vous entravent... » et, avant d’appuyer sur le bouton « Envoyer », je signe « Pythagore75 ».


Les jours suivants, la moindre notification de l’arrivée d’un mail sur mon téléphone portable me fait sursauter. Pendant les cours, mon portable est en mode silencieux et chaque intercours est l’occasion de vérifier s’il y a du nouveau. Mais aucun message ne m’arrive sur le site « Xfiles ». Au bout d’une semaine, je me dis que c’est cuit et que je ne saurai donc jamais si c’est ou pas ma proviseure qui se cache derrière Lady Galatée.

Mais le samedi soir, alors que je suis en train de mettre à jour le site « EcoleDirecte » pour mes élèves de terminale, je reçois une notification du site « Xfiles » : « Vous avez reçu un message de LadyGalatée. Pour le lire et lui répondre, veuillez cliquer sur le lien suivant ». Je clique aussitôt sur le lien et je peux lire « Très cher Pythagore, depuis bien longtemps, les mathématiques me laissent de marbre. Je ne calcule rien, ni dans la vie ni ici ! Aurez-vous cependant assez d’imagination et de patience pour susciter mon intérêt ? Lady Galatée ».


La partie vient donc de débuter entre Lady Galatée et Pythagore et je sais d’ores et déjà qu’il va falloir jouer serré. A la fin du jeu, si j’y parviens, je saurai qui se cache derrière ce mystérieux pseudo. Mais si je me fie à mon instinct, la partie va être des plus intéressantes.....

Diffuse en direct !
Regarder son live