Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 199 fois
  • 78 J'aime
  • 11 Commentaires

La métamorphose de Lady Galatée.

Chapitre 6

La labyrinthe du Minotaure ...

Erotique

Ma séance de calcul matriciel avec les terminales est terminée et j’ai une heure de pause avant d’enchaîner avec un cours sur les espaces vectoriels au profit des secondes. Une fois en salle des professeurs, je m’isole dans un coin avec un paquet de devoirs à corriger. Mais aussitôt assis, je prends mon téléphone pour voir si madame d’Ango a déjà répondu au message envoyé il y a un peu plus d’une heure. Super ! C’est le cas !

Je clique sur le lien informatique et un grand sourire doit se lire sur mon visage, la réponse est pleine de promesses. « Très cher Pythagore, je suis ravie d’apprendre que vous allez bien. Je dois reconnaître que vous êtes un redoutable mathématicien car les calculs que vous faites pour m’attirer sur des chemins inexplorés sont de la plus grande précision. Je dois vous avouer que cela m’excite beaucoup et que j’y trouve même un certain plaisir. Je suis donc prête à relever le prochain défi que vous voudrez bien me fixer. Déjà moralement toute à vous… Votre lady Galatée ».


Je décide de ne pas lui laisser le temps de trop réfléchir au message qu’elle vient de m’adresser et dans lequel elle m’avoue être déjà sous mon influence. Pour qu’elle ne regarde pas en arrière et regrette ses mots, il est essentiel que je lui fixe un nouveau cap de manière à l’orienter vers l’avenir. Rapidement, je lui écris « Délicieuse lady Galatée, soyez certaine que je ne calcule rien. Je ne suis qu’un modeste sculpteur qui prend plaisir à vous guider dans votre métamorphose. A la lecture de votre dernier message, je note avec ravissement que la statue prend vie et semble apprécier le parfum de l’interdit. Je vous invite donc à vous rendre ce samedi à 19h30 dans le quartier de Pigalle que vous commencez à bien connaître. Vous serez attendue au Sexodrome, 23 boulevard de Clichy. A la caisse, demandez Archimède ; c’est un vieil ami et il aura mes consignes pour vous faire plonger dans un monde inconnu. N’ayez crainte, comme à chaque fois, vous pouvez abandonner le jeu à tout instant. Vous porterez bien sûr la lingerie et les vêtements de vos deux défis précédents. Votre dévoué Pythagore ».


Le soir même, sitôt mon dernier cours achevé et mes copies corrigées, je prends la direction de Pigalle. Je connais le chemin par cœur et, sitôt sorti de la station de métro, je traverse le boulevard, remonte le trottoir sur quelques mètres et pénètre à l’intérieur du Sexodrome. Histoire de me remettre les lieux en tête, je fais le tour des différents niveaux que je connais pourtant parfaitement bien. Mais je dois reconnaître que j’adore ce lieu aux multiples facettes. Un rez-de-chaussée dédié aux gadgets, sexe toys et autres DVD et livres érotiques ; un sous-sol très bien agencé en tenues et lingerie sexy pour tous les goûts et enfin un premier étage avec quelques cabines individuelles de projection. Comme je m’en doutais avant d’arriver sur place, il y a là de quoi entraîner lady Galatée dans un labyrinthe des sens particulièrement intéressant.

Une fois redescendu au rez-de-chaussée, je me dirige vers la caisse pour m’entretenir avec un jeune vendeur. L’intéressé, qui se prénomme Julien, comprend vite le jeu auquel je souhaite l’associer mais je lui explique bien qu’en aucun cas il ne pourra importuner la dame ou tenter quoi que ce soit qui ne soit pas prévu dans le scénario que j’ai imaginé. Cela lui convient bien et il m’avoue que les jeux cérébraux lui plaisent autant que les jeux physiques. Nous échangeons nos numéros de téléphone et nous convenons qu’il sera là samedi. Je lui explique que je serai également présent mais déguisé pour rester anonyme aux yeux de la dame. Une fois l’affaire conclue, je quitte ce temple du sexe et je reprends le métro en sens inverse pour rentrer chez moi. Malgré le temps froid de ce mois de décembre, j’ai le cœur chaud et je brûle d’impatience d’être à samedi après-midi.


L’esprit occupé par mes cours et mes corrections de copie, les sens déjà tendus vers mon rendez-vous de samedi à Pigalle avec lady Galatée, la semaine a filé et je n’ai pas vu le temps passé. Cela ne m’a tout de même pas empêché au lycée de rechercher le contact avec madame d’Ango chaque fois que possible. Lors de nos fugaces rencontres en salle des professeurs ou au hasard d’un couloir, j’ai noté qu’elle était plus souriante et épanouie que d’habitude. Elle fait même l’effort de se maquiller un peu et n’hésite plus à porter des tenues un peu plus colorées.

J’espère qu’il s’agit là des premiers effets visibles de la métamorphose de lady Galatée. Elle a déjà avoué par mail à Pythagore qu’elle avait ressenti un certain plaisir à être regardée par des hommes lors de ses deux premiers défis. Nul doute qu’elle a lu le désir dans les yeux de ces mâles et que cela a excité son cœur de vieille fille. Qui sait si elle ne s’est pas donnée du plaisir chez elle en pensant à tout cela ? Si tel est le cas, le défi de samedi va lui permettre de franchir un pas décisif sur le chemin de la volupté.


En ce triste samedi de décembre, il est à peine 19h15 lorsque je sors du métro Pigalle. Le jeune professeur de maths que je suis a troqué son traditionnel jean-chemise d’enseignant contre le costume un peu ringard d’un quinquagénaire de la finance. Une perruque blonde et une paire de lunette à écailles complètent ma tenue ; je suis méconnaissable. En m’inscrivant il y a quelques années à mes cours du soir de théâtre, je ne pensais pas que la caverne d’Ali Baba du chef accessoiriste me serait d’une telle utilité.

Une fois au Sexodrome, je me dirige vers la caisse et me fais reconnaître de mon complice Julien qui, pour la circonstance, s’appellera Archimède. Je lui précise les dernières consignes et lui donne les enveloppes numérotées pour le jeu du labyrinthe avec madame d’Ango. Ceci étant fait, je me mêle aux touristes et autres personnes qui déambulent dans les rayons de ce véritable supermarché du sexe.


Il est un peu plus de 19h30 lorsque je reconnais la silhouette de madame d’Ango qui franchit la porte du Sexodrome. Elle porte un imperméable beige pour se protéger de la pluie qui menace mais aussi pour ne pas montrer qu’elle porte la courte jupe écossaise inaugurée lors du premier défi à Montmartre. De loin, je la vois s’arrêter, regarder les personnes présentes dans l’établissement puis hésiter. J’imagine sans mal les pensées qui se bousculent dans sa tête et les questions auxquelles elle tente de trouver des réponses.

- Mon dieu, mais qu’est-ce que je fais ici ?

- Et si on me reconnaît, que va-t-on penser de moi ?

- Ne ferais-je pas mieux de faire demi-tour et vite rentrer à la maison ?

- Pour qui va-t-on me prendre ? Pour une femme de petite vertu ?

Au bout de quelques secondes de réflexion, elle semble se détendre. Peut-être se dit-elle finalement que les personnes présentes dans ces lieux ne semblent être ni des dégénérés, ni des pervers, ni des obsédés sexuels et surtout pas des prédateurs sexuels. Je suis définitivement rassuré lorsque je la vois s’avancer vers la caisse et je me rapproche discrètement, tout en restant masqué par les étalages, pour entendre la conversation.


En me hissant sur la pointe des pieds, j’arrive à voir madame d’Ango qui s’adresse à mon complice Julien. En tendant l’oreille, j’arrive à entendre.

- Bonsoir, je cherche Archimède. Je suis une amie de Pythagore.

- Bonsoir lady Galatée. Je suis Archimède et je suis ravi de vous rencontrer enfin. Monsieur Pythagore est très imaginatif.

- Oui, il est très joueur et j’imagine qu’il a dû vous laisser un message pour moi.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

- Oui, il m’a demandé de vous remettre cette enveloppe et de revenir me voir dès que vous avez la réponse à l’énigme.

Je le vois tendre une enveloppe blanche à lady Galatée et j’imagine la surprise de cette dernière en lisant ces quelques mots sur l’enveloppe « Le labyrinthe du Minotaure, énigme 1 ». Le contenu doit la surprendre encore plus « Le Minotaure aime que les caresses soient douces sur ses attributs. Au sous-sol, trouverez-vous de quoi lui donner satisfaction ? Si oui, retournez voir Archimède. »

Discrètement, je suis madame d’Ango qui descend les marches menant au niveau inférieur. Je me mêle aux quelques autres hommes qui déambulent entre les rayons dédiés aux tenues sexy, lingeries en tous genres, déguisements coquins et autres accessoires vestimentaires. Lady Galatée doit être en train de réfléchir à l’énigme et je ne doute pas que cela doit mettre son cerveau en ébullition. Mais je pense aussi que ce petit jeu doit plaire à l’ancienne professeure de lettres classiques qui en sait certainement plus que moi sur la mythologie grecque. Elle délaisse rapidement les rayons présentant les tenues en cuir et latex pour s’attarder dans les rayons chargés de lingerie en dentelle. La voyant prendre une boite dans un rayon et se diriger vers les escaliers, je remonte en vitesse à l’étage et me positionne de nouveau près de la caisse.

De retour auprès d’Archimède, lady Galatée lui dit en montrant la boite qu’elle tient à la main.

- Avec ces gants en soie et dentelle, je pense que je pourrai approcher le Minotaure.

Mon complice lui répond

- C’est parfait ! Vous me semblez bien partie pour relever le défi imposé par votre ami.

Puis il poursuit

- Dans l’immédiat, vous devez retirer votre imperméable et me le confier. Maintenant, vous pouvez enfiler ces jolis et doux gants que votre ami Pythagore est heureux de vous offrir.


Débarrassée de son imperméable, lady Galatée est maintenant beaucoup plus séduisante dans sa petite jupe écossaise ; les fins gants noirs en résille lui donnent un petit air de bourgeoise sexy et BCG. De mon poste d’observation, je vois maintenant Archimède lui tendre la seconde enveloppe en lui disant

- Voici la seconde énigme qu’il faut résoudre à ce niveau du magasin ; il n’en reste plus qu’une ensuite. Bonne chance.

Lady Galatée s’éloigne de la caisse, trouve un petit recoin tranquille et ouvre la deuxième enveloppe. Je la vois un peu surprise en lisant ce second message «Durex, dura lex, sed lex » que j’ai écrit hier soir à la maison lorsque je finalisais le rendez-vous d’aujourd’hui.

Madame d’Ango regarde autour d’elle et se met à déambuler entre les rayons du rez-de-chaussée où se cache la solution à cette deuxième énigme. Sous mon déguisement, je souris intérieurement en la voyant s’aventurer dans le rayon des DVD où les titres sont tous plus éloquents les uns que les autres. Elle se dirige ensuite vers l’étalage de sexe toys pour homme et femme. Sa timidité fait plaisir à voir lorsqu’elle baisse les yeux pour ne pas regarder les énormes godemichés qui trônent en tête de gondole. La voici maintenant dans le rayon des accessoires divers où cohabitent les poupées gonflables, les menottes et cages de chasteté ainsi que les jeux de société érotiques et autres gadgets pour adultes avertis.

Lorsqu’elle parvient au rayon des produits pour le plaisir en duo, je me dis qu’elle est enfin sur la bonne piste. Elle regarde de près les huiles de massage et les bougies érotiques puis poursuit sa visite. Elle est maintenant devant une incroyable collection de préservatifs et j’imagine son étonnement devant la variété de l’offre : invisible, king size, plaisir intense, double stimulation, goût menthe ou fraise, XL power, ….. Elle doit savoir qu’elle est sur le point de trouver la réponse à la deuxième énigme car, plutôt que de se saisir de n’importe quelle marque (Intimy, Manix, Skyn, …), elle s’empare d’une boite Durex et se dirige vers la caisse.

Discrètement, elle montre la boite à Archimède qui lui fait un grand sourire et lui dit assez fort pour que tout le monde entende

- Oui lady Galatée, la loi est dure mais c’est la loi. Ici on fait tout en se protégeant !

Madame d’Ango est un peu gênée mais elle n’a pas le temps de réfléchir que déjà la main d’Archimède tend la troisième et dernière enveloppe en lui disant

- Plus qu’une épreuve à relever et vous aurez triomphé du labyrinthe du Minotaure. C’est à l’étage supérieur que vous trouverez peut-être la solution.


Madame d’Ango se dirige vers l’escalier qui mène au premier étage du Sexodrome. Mais avant de monter les marches, elle s’arrête sur le palier et ouvre l’enveloppe pour découvrir la dernière épreuve que je lui ai préparée « Si vous n’avez pas peur de vous renfermer seule dans l’obscurité, osez accepter l’offrande du Minotaure pour découvrir la lumière du plaisir … ». C’est avec joie que je la vois poursuivre l’ascension vers le niveau supérieur pour son ultime défi. Elle ne semble pas avoir hésité une seule seconde ; se prendrait-elle au jeu ou bien est-ce simplement de la curiosité ?

Dans l’escalier, je ne suis pas le seul à lui emboîter le pas et c’est avec plaisir que je découvre, en levant les yeux, qu’elle porte sous sa petite jupe écossaise les bas que je lui offert lors de son deuxième défi. Elle a vraiment de jolies jambes, bien galbées, et ses fesses, bien rebondies, ne sont pas désagréables à regarder. Soucieux de ne pas la brusquer dans les étapes de sa métamorphose, ce n’est pas aujourd’hui que je vais la faire mettre en lingerie mais cela ne saurait tarder.

Parvenue à l’étage, elle hésite en découvrant les deux couloirs qui s’ouvrent devant elle mais se décide finalement pour celui de droite. Deux hommes la suivent, moi je pars dans le couloir de gauche car je sais que lady Galatée va découvrir, à droite, de petites cabines de projection bien éclairées par les images colorées des films pornographiques qui tournent en boucle sur les petits téléviseurs installés au mur. Je devine que des mains baladeuses vont lui flatter la croupe tandis que d’autres vont tout faire pour l’attirer dans l’une des cabines. Mais je ne doute pas qu’elle va s’en tirer toute seule.


En effet, quelques instants plus tard, alors que je suis au fond du couloir de gauche, je la vois emprunter ce second couloir. Dans celui-ci, les portes latérales donnent sur de petits salons plongés dans la pénombre. A l’intérieur de chaque petite pièce, il y a un fauteuil ou un petit canapé. Certains de ces salons sont occupés et l’on entend des gémissements de plaisir qui excitent les quelques voyeurs agglutinés devant la vitre donnant sur l’intérieur. Un peu plus loin, un homme est plaqué contre le mur séparant le couloir du salon et son bas-ventre ondule légèrement.

Surpassant sa timidité, lady Galatée s’avance dans le couloir et de nouvelles mains se tendent. Finalement, son excitation a dû surpasser sa peur car elle laisse quelques hommes lui effleurer les fesses. La voici qui s’arrête et observe l’homme dont la queue disparaît dans un glory hole ; cela semble être une révélation pour elle. Elle jette un œil dans un petit salon, vérifie qu’il est inoccupé puis y pénètre et referme aussitôt la porte à clé derrière elle. Aussitôt, deux hommes se plaquent contre la paroi, se débraguettent et introduisent leur sexe dans les trous percés dans le mur.

Je me rapproche, prend également position contre le mur mais, avant d’y introduire mon sexe déjà bandé, j’y glisse ma main qui tient un petit papier blanc sur lequel est tracé un triangle rectangle. De l’autre côté du mur, lady Galatée se saisit du petit papier et je peux ainsi retirer ma main et glisser mon sexe. Quel bonheur de sentir ses mains, gantées de soie et de dentelles, caressées ma hampe et mes bourses ! Mon sexe se gonfle de sang et mon érection n’en est que plus intense. Après de longues et douces caresses, je sens que l’on encapuchonne ma queue dans une capote Durex et c’est maintenant une bouche accueillante qui accepte l’offrande que lui offre le Minotaure.


Savoir que madame d’Ango, ma si austère proviseure, est de l’autre côté du mur en train de me sucer ne peut que décupler mon plaisir. Je ne sais nullement si c’est la première pipe qu’elle pratique mais je note qu’elle sait y faire. Tandis que l’une de ses mains me caresse doucement les couilles, l’autre m’enserre la base de la hampe pour que ses lèvres puissent me téter goulûment le gland. Lorsqu’elle s’est habituée à la taille de mon attribut, elle avale entièrement ma tige et se lance dans une savante fellation.

La coquine semble vraiment vouloir résoudre cette troisième et dernière énigme. Elle s’acharne sur ma queue et l’enserre bien entre ses lèvres tout en m’aspirant le dard. Le Minotaure que je suis ondule de plus en plus du bas-ventre qui vient cogner contre la paroi du mur. Maintenant je ferme les yeux et je sens une onde de plaisir qui monte en moi. La coquine doit deviner que je suis sur le point de jouir car elle m’enserre plus fermement la base de ma hampe comme si elle cherchait à retenir les flots de foutre qui montent dans mon geyser.

Cependant mon envie est trop forte pour être contenue par de si petites mains et, dans un ultime râle de taureau vaincu, mon foutre fuse en longs jets et remplit la capote qui encapuchonne ma queue. Bien que surprise, lady Galatée s’applique tout de même à bien me vider les bourses par quelques ultimes mouvements de succion. Lorsque sa bouche libère son emprise, je retire ma queue du glory hole qui n’a sans doute jamais aussi bien porté son nom. J’enlève la capote, réajuste ma tenue et quitte rapidement l’étage avant que madame d’Ango sorte du petit salon.


Quelques instants plus tard, elle se présente de nouveau à la caisse où Archimède lui redonne son imperméable et lui dit

- Chère lady Galatée, j’espère que cette immersion dans les profondeurs du Sexodrome a répondu à vos attentes. Votre ami Pythagore vient juste de partir en me disant que vous aviez superbement triomphé du Minotaure dans l’obscurité du labyrinthe.

Madame d’Ango lui répond

- Je ne doute pas qu’il me donnera rapidement de ses nouvelles.

Mon complice lui répond

- Je suis certain qu’il a déjà d’autres défis à vous proposer. Au plaisir de vous revoir ici.

Quelques instants plus tard, madame d’Ango est dans la rue et je la vois déambuler tranquillement sur le trottoir en repartant vers la station de métro Blanche alors qu’il aurait été bien plus rapide de prendre la station Pigalle.

Contrairement aux autres fois, elle n’hésite pas à s’arrêter devant les devantures des sexe shops et des magasins de lingerie et à les regarder avec un intérêt évident.


La coquine serait-elle déjà prête pour d’autres défis ?

Diffuse en direct !
Regarder son live