Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 725 fois
  • 2 J'aime
  • 0 Commentaire

Michaëla - Rencontre d?un soir

Chapitre 1

Hétéro

Je m?appelle Michaëla. Blonde aux yeux bleus, au seuil de la quarantaine, je suis assez flattée de voir les hommes se retourner sur mon passage. Je me suis mariée à l?âge de 24 ans. J?aime Steve, mon mari, avec lequel je partage une certaine complicité qui, au fil des années, à renforcer notre union. Et comme tout le monde, j?aime le sexe bien qu?il soit tempéré par un fort sentiment de pudeur. Enfin, nous habitons en Suisse, près de Lausanne.


Voici mon premier récit en 2 volets qui est absolument authentique.


Un soir d?été, mon amie et moi sommes de sortie comme bien d?autres fois d?ailleurs. Nos maris étaient restés à la maison, ni l?un ni l?autre n?aimant la danse. Comme d?habitude, nous avons débuté la soirée par un succulent repas asiatique accompagné d?un pétillant rosé du sud de la France.


Vers 23 heures, nous nous sommes rendues dans la vieille ville. A l?angle d?une tour qui doit dater du XIIIème ou XIVème siècle, était dissimulé un petit bar dancing que nous connaissons bien. Le public commençait à y affluer. Nous nous sommes installées au comptoir du bar ce qui nous permettait d?embrasser d?un seul regard l?ensemble de la salle. Quelques clients étaient également accoudés au comptoir, sirotant songeusement un verre, rêvant certainement à l?hypothétique conquête de cette douce soirée. Une musique latino endiablée, un peu trop forte, tentait d?animer la piste de danse sur laquelle quelques couples s?exprimaient. Je dégustais mon gin tonic, ma boisson préférée tout en écoutant les slows qui avaient fait place à la musique latino. Un homme, que j?appellerai Jean, bien habillé, de taille moyenne, la quarantaine bien sonnée, se présenta à moi et m?invita à danser. Je le suivis sur la piste et me fit danser quelques minutes. La série touchant à sa fin, il me raccompagna jusqu?au bar et m?offrit, bien entendu, ma boisson favorite. Une discussion s?en suivi sur tout et sur rien.


Enfin, une nouvelle série de slows s?annonça et bien évidemment Jean m?invita sur la piste. D?entrée, il me serra d?assez près. Langoureusement, il m?entraîna au fil des morceaux. Les séries de slows se succédèrent. Les gins tonics aussi. Jean se fit de plus en plus pressant, ses mains me caressèrent le dos. Je sentais son souffle dans le creux de mon épaule. J?étais, il est vrai, un peu grisée par cette ambiance feutrée. De temps en temps, je jetais un coup d?oeil dans la salle à la recherche de ma copine. Je ne voulais pas qu?elle s?aperçoive de mon émoi, surtout avec Jean qui devenait de plus en pus entreprenant. Elle était également sur la piste complètement prise dans le jeu de danse que son partenaire lui imposait. Je fus rassurée, elle était bien occupée.


Une série de slows recommença. Sans hésiter, Jean me pris par la main et me serra fort dans ses bras tout en tournant lentement sur la piste qui était d?ailleurs archi bondée. Une douce chaleur moite s?en dégageait. Ses lèvres effleuraient mon cou. Il me serra encore plus fort. Ses lèvres se posèrent sur les miennes et je répondis avidement à ce baiser. Nos langues se croisèrent. J?ai alors senti au travers de son pantalon, sa queue gonflée de désir venant se frotter contre ma cuisse. Ma culotte devenait humide, mon sexe s?ouvrait d?envie. Je ne le retins pas quand il accentua sa pression contre lui me laissant ainsi deviner l?ampleur que sa verge avait prise. Nos bouches se collèrent à nouveau pour un long et généreux échange.


Des frissons me parcouraient le dos, j?étais prête à franchir l?interdit. Jean devina mes envies et me proposa de le suivre. Discrètement, nous nous dirigeâmes vers la porte des toilettes des dames. Nous attendîmes un instant pour nous assurer que personne n?y entrait ou n?en sortait. Il entra le premier, j?attendis encore un peu avant d?y entrer à mon tour. J?étais dans un tel état d?excitation que plus rien ne pouvait s?opposer à l?inéluctable. Jean m?attendait dans une toilette étroite mais bien isolée.


Il verrouilla la porte, me pris dans ses bras et m?embrassa avec passion. Ses mains caressèrent le haut de mon corps, pétrissant mes seins durcis. Je lui rendis ses caresses, ma main s?arrêta à la hauteur du renflement de son pantalon, je caressais cette verge tendue, séparée par un bout de tissu. Je sentis les doigts de Jean qui s?égaraient tout d?abord sur ma culotte mouillée. Sa main passa par-dessous du mince tissu protecteur, ses doigts existèrent mon clitoris. Il s?assit sur le seul siège offert et entrepris de baisser ma culotte qui se retrouva rapidement à mes chevilles. Ses doigts agiles se mirent à fouiller mon intimité dilatée d?où coulait en abondance l?expression de mon désir. Nos langues n?arrêtaient plus de se mêler, tandis que de l?autre main, il se déboutonna et en fit sortir une verge gonflée d?où émergeait un gland brillant d?envie. Je saisis ce membre et me mis à le branler. Jambes écartées, Jean prolongeait ses caresses intimes d?un doux mouvement de son doigt qu?il baladait de mon clitoris avant de plonger dans mon vagin. C?était sublime. Je ne me retins plus longtemps. Je jouis dans un râle que je voulais discret. Je continuais à le branler plus fort. Jean, d?un geste doux mais volontaire, m?invita à m?agenouiller ce que je fis timidement sans lâcher son sexe que je mis dans ma bouche pour une lente fellation. Ma langue passait sur ce gland qui avait encore gonflé, puis longeait le long de son membre jusqu?à ses testicules pour remonter jusqu?à la pointe tendue. Je sentis quelques gouttes de sperme qui indiquaient l?imminence d?une explosion. Mais Jean se retint. Il m’engagea à prendre place sur lui. Je m?exécutais avec délice. Ses jambes se serrèrent entre les miennes. Lentement je m?assis sur lui. Je sentis son gland chercher son chemin dans ma vulve trempée et me pénétra sans difficulté. Je sentis enfin cette queue dure au plus profond de mon corps qui venait de l?avaler, j?en avais tant envie. Puis un mouvement de va et vient commença. J?étais au septième ciel, haletante, le serrant autour de son cou, mes lèvres à la recherche des siennes. Le mouvement pris de l?amplitude, ses couilles venaient heurter mes fesses. La respiration de Jean devint courte et saccadée. Je sentis son liquide chaud inonder mon corps, Jean explosait en moi. Je jouis une ultime fois d?un long plaisir que je ne voulais sans fin.


La tension retomba. Un peu confus, nous mîmes de l?ordre dans nos vêtements. Je me tenais sur mes jambes encore tremblantes. Un dernier baiser échangé, c?est avec précautions, nous sortîmes de ce coin insolite pour nous diriger vers le bar pour un dernier verre. Mon amie dansait toujours. J?étais rassurée, elle ne s?était aperçue de rien.


Un peu plus tard, mon amie et moi primes le chemin de nos domiciles respectifs. Je sentais le long de mes cuisses le jus de Jean qui s?écoulait de mon sexe. Ce petit ? souvenir ? me laissa bien songeuse. Arrivée chez moi, je me déshabillais et me glissais dans le lit, auprès de Steve qui dormait profondément. Dommage car j?avais encore envie. Je m?endormis tout en rêvant de ce bon moment ... peut-être un peu trop court ! Jean m?avait donné rendez-vous pour une autre soirée de danse. Je ne savais pas encore que j?y répondrai favorablement ...

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder