Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 501 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

Mijo

Chapitre 1

Erotique

Le voir ainsi sur ses longues jambes, avec ses cuisses un peu épaisses me donne envie d’elle. D’autres part je vois des yeux colorés différemment lui donne cet atout supplémentaire de jolie fille. A dire vrai, quand je le croise je ne sais où regarder tellement elle est désirable. En plus si elle s’aperçoit que je la fixe un peu trop, elle baisse la tête. Elle doit savoir au fond d’elle-même que j’ai envie d’elle. S’il existe un mot plus fort qu’envie, c’est celui-ci qu’il faut choisir.

Elle ne le sait certainement pas, le soir au lit je pense toujours à elle. Je bande et doit me branler pour satisfaire, mal, mon désir. Si elle suppose que je le fais c’est qu’elle aussi se fait du bien en pensant à moi. Après tout c’est possible.

Le ciel me sourit : je prends cette nouvelle ligne de tram pour visiter des parties de la ville que je ne connais pas ou mal. Je ne trouve qu’une place à coté d’une jeune fille, qui est bien sur la demoiselle. Vue de près elle est encore plus belle. Le parcours est de 55 minutes aller et autant au retour. J’ai largement le temps d’engager la conversation, ce qui ne prend que 5 minutes à bavarder de généralités. Arrive le moment où je ne peux m’empêcher de lui dire qu’elle est fort jolie. Elle rougit en me regardant dans les yeux.

Vous verrez, dite ça à une jolie fille, surtout si elle n’est pas « c’est moi » elle fera pareil. Nous en oublions de regarder ce qui se passe dehors, même les voisins du voyages ne nous intéressent plus. Pour le retour, nous sommes sensés changer de voiture pour aller à l’avant. C’est à ce moment que j’ose poser mes lèvres sur les siennes. Sa bouche s’ouvre pour laisser passer ma langue. Elle aime les baisers, aimer-t-elle le reste ?

Comme nous sommes totalement seul dans notre petit coin, je caresse son genou le plus proche.

— Oui, continue, j’aime bien ça.

— Jusqu’en haut ?

Elle ne dit plus rien, j’obéis à ses désirs, ma main passe sur les bas monte vers son sexe. Elle écarte les jambes pour permettre que j’aille caresser son entrejambe.

— Tu sais je pense à toi tous les soirs.

— Moi aussi, même que…..

— Même que quoi ?

Elle ne répond pas, je crois avoir compris qu’elle se branle comme moi. Nous descendons à un arrêt près d’un grand jardin public. Pour moi c’est idéal pour donner les premiers plaisirs complets à une fille. Nous trouvons un banc à l’abri des regards. Je remets ma main vers sa chatte. Ses jambes sont bien écartées. Je trouve en haut de ses bas la peau de ses jambes. Un peu plus haut, sa culotte me parait très humide. Je passe sous la couture pour trouver son sexe. Là, elle écarte totalement les cuisses. J’ai libre accès sur sa chatte. Je ne cherche pas longtemps son petit bouton camouflé sous son abri. Il bande déjà.

Je caresse largement ce petit bout de chair qui donne beaucoup de plaisir aux filles. Pendant que je la masturbe mes lèvres ne quittent pas sa bouche, nos langues s’agitent beaucoup. Elle pose sa main sur ma bite bien bandée.

Je la sens me masser cet endroit sensible avant qu’elle me la sorte. Je me sens soulagé en partie. Sa main droite prend toute ma queue, descend lentement le prépuce avec beaucoup de maestria. C’est visible que je ne suis pas son premier, ni que ma bite est inconnue au moins en forme.

Elle branle fort bien, à tel point que je suis obligé de l’arrêter : la première masturbation que donne une fille est toujours très excitante. Je la sens jouir. Je me sens supérieur quand je lui demande :

— C’était bon ?

— Oui. J’ai joui. J’en voudrais encore, mais pas ici.

— Tu voudrais quoi ?

— Tout.

— Comment tu t’appelle ?

— On m’appelle Majo. C’est le diminutif de Marie Jo.


On ne peut être plus précise. Je sens que ma queue va avoir du travail à la satisfaire encore.

Nous sortons du jardin public pour aller on ne sait où. Je ne tiens pas à un hôtel de passe, ce qui aurait le charme de me couper tous mes effets et en plus, elle n’est pas une vulgaire pute. Nous revenons vers notre quartier sans l’avoir décidé. Je sais où elle loge : elle m’y emmène.

Mijo habite au second, passe devant moi. Je ne me gêne pas pour espionner ce qui se passe entre ses jambes. Je regarde le haut de ses bas, la culotte et le peu de fesses. Une fois chez elle, plus de tracas, c’est elle qui recommence à m’embrasser sur la bouche. Nous sommes directement dans une grande pièce qui doit lui suffire. Un grand lit nous tend les bras.

Je recommence mes caresses sur ses jambes, je monte directement sur sa chatte toujours très mouillée. Ses jambes écartées me permettent de la branler encore. Il me semble qu’elle jouit plus vite que la première fois.

Sa main se pose sur ma bite bien droite à l’étroit dans le pantalon. Elle arrive à défaire le bouton principal et la fermeture éclair, passe sa main sous le slip trouve ma queue bandée. Elle sort ma queue. Elle me branle normalement sans que je l’arrête. Elle doit savoir s’arrêter seule. Je tends mon bas ventre en avant, près à jouir.

Elle arrête tout pour commencer à me caresser sous la chemise. D’accord, elle veut que je la pelote, avec plaisir. Je passe la main sous son top, je trouve par derrière la fermeture de son soutif. J’ai vite fait de la mettre torse nu. Un joli spectacle devant moi. Je pensais que Mijo avait de jolis seins, mais pas à ce point : ils pointent vers le haut, les tétons très durs m’attirent. Mes lèvres abandonnent les siennes. Je la tète littéralement. Je ne sais à quoi elle sent, en tout cas c’est très agréable. Sans qu’elle se détache de moi elle enlève sa culotte et sa jupe.

Presque nue, mis à part les bas, elle se love contre moi. Je sens son ventre contre ma bite : Mijo le remue exprès. Je caresse maintenant ses fesses magnifiquement dures. Je ne sais comment elle fait, je me trouve avec deux doigts dans la raie fessière. Je les descends puisqu’elle m’y a autorisé presque. Lentement je m’approche d’un endroit névralgique : son petit trou. Elle doit accepter la sodomie. Je vérifie. Je caresse un peu l’anus, sans qu’il y trouve à redire. Je prends un peu de salive dans ma bouche pour entrer dans le cul. Elle se laisse pénétrer. Je commence à aller et venir dans ce jeune cul. Je ne pensais jamais la faire jouir ainsi.

Elle m’entraine sur le lit. Je me déshabille comme je peux en vitesse. Je me mets entre ses jambes, ma langue part à la recherche de ses endroits favoris. J’en connais déjà deux. Je commence par le plus proche. En le voyant je trouve qu’il est jolie, ce fondement. Ce petit trou plissé, encore un peu ouvert après mon investigation digitale. Je lèche largement le cul. Je sens ses mains venir sur ma tête. Elle me dirige un peu. Quand ma langue entre un peu, elle appuie sur la tête. J’insiste donc. Je le sens jouir encore un fois par le cul. J’allais me retirer.

— Non restes encore une fois.

Mijo veut que je continue mon léchage. Je continue avec plaisir, surtout qu’elle a bon gout à cet endroit, ce qui est rare. Elle se laisse partir encore une fois ; J’arrive à sortir ma langue pour visiter son vagin. Cette source est encore plus mouillée que le reste. Je me régale de sa liqueur. J’aime en règle générale la cyprine, mais la sienne est particulièrement bonne, agréablement sexy. Je me demande comment j’ai fait pour m’en passer jusqu’à ce jour. Le bout de la langue en fait plusieurs fois le tour avant qu’elle jouisse. Je préfère lui lécher le bouton. Je sais qu’elle l’a sensible. Autant en profiter pour lui donner le plaisir suprême.

— Oui, encore, c’est bon, fais moi jouir, encore je suis ta salope.

Elle rajoute d’autres mots incompréhensibles d’où il ressort qu’elle aime baiser. J’aime moi aussi la baiser. Je monte sur elle. Je m’écrase presque sur son corps. Avant que je sois en elle, ses jambes entourent mes fesses.

J’entre lentement au fond de son puits. Qu’elle douceur de la baiser. Je ne peux savoir exactement ce qu’elle ressent. En tout cas ce doit être pas loin du 7° ciel.

Elle accompagne les mouvements, elle gémit sans cesse. L’ensemble m’excite encore plus. Je ne vais pas tenir longtemps. Je le sens. Je sens le plaisir envahir mon bas ventre, monter à ma tête, redescendre vers ma bite. J’éjacule un flot de sperme. Elle jouit aussi à cet instant.

Elle doit en être inondée. J’arrive à ne pas débander, elle voudrait que je reste pour la baiser encore. J’ai des idées plus précises. Si elle a accepté et mon doigt et la langue dans son cul, elle va aimer ma bite au même endroit.

Je change simplement de trou. Mijo comprend vite : elle reste sur le dos, écarte ses fesses, se mouille bien la pastille. Elle prend ma bite pour la diriger. Je suis juste à l’entrée arrière.

Je pousse un peu pour ne pas l’abimer. J’entre comme dans du beurre. Je ne suis pas son premier à la sodomiser. Elle remet ses talons sur mes fesses. Ouverte comme rarement elle prend son plaisir plusieurs fois. Je me trouve bien dans son cloaque : ma bite va-et-vient sans problème.

Je ne sais même pas combien de fois elle jouit. Moi j’arrive péniblement à jouir une seule fois au fond de son ventre.

Je tombe sur le coté. Elle accepte les baiser sur la bouche, elle me veut cette fois dans sa bouche, aussi elle me fait lever, me lave la queue. Nous revenons au lit. Et là j’ai droit à une fellation inconnue. Sa langue lèche normalement la bite, ses lèvres me baisent simplement. Elle se sert de l’intérieur de ses joues. Si elle caresse mes couilles, elle n’hésite pas un seul instant à entrer un doigt dans le cul. Je bande comme un âne, je lâche la purée dans sa bouche. Elle me montre qu’elle avale tout.

Quand sa bouche se pose sur la mienne j’ai encore le gout du sperme sur sa langue. Enfin elle avoue qu’elle aime se branler en pensant à moi. Maintenant que nous sommes ensemble je ne sais pas à qui elle pense en se masturbant.

Diffuse en direct !
Regarder son live