Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 016 fois
  • 149 J'aime
  • 4 Commentaires

Mirella

Chapitre 1

partie 1

Hétéro

Mirella partie 1



Je vous présente MIRELLA, belle petite brune d’un mètre presque soixante, surtout avec ses talons. Jolie latina ayant à peine la quarantaine, pétillante avec une belle poitrine suite à plusieurs grossesses et des fesses remplies et arrondies comme lui dit souvent son mari Ben, « un cul à faire bander un infirme », un peu complexée suite à un changement de physique récent à la suite d’une réduction d’estomac pour perdre du poids.

Madame aime et revendique aimer le sexe uniquement avec monsieur, toutefois nous verrons bien si notre brunette tiendra ses convictions longtemps.


— Chéri !! lance-t-elle depuis la douche.

— Oui, mon cœur ?

— Donne-moi ma culotte, s’il te plaît, je l’ai laissée sur le lit.

— Ma chérie, tu peux l’attraper, il n’y a personne, et les volets sont fermés.

— Bon OK, alors qu’elle tente de se faufiler discrètement.


Ben l’attrape par le bras au passage avec un sourire en coin.


— Tu sais, il fait chaud pour s’habiller ce matin, et puis les enfants sont chez ta mère cette semaine...

— Mmmmh dit-elle avec un sourire malicieux, tu es passé par la case Karcher au moins ? En faisant référence à l’hygiène intime.

— Je crois que tu vas devoir vérifier alors qu’il la porte sur le lit et l’enlace langoureusement dans ses bras.


Mirella adore sentir les muscles du corps de son homme se serrer autour d’elle, elle sent déjà la fièvre monter dans son corps, immédiatement, le frôlement des deux corps provoque chez elle le pointage de ses tétons.

A mesure que leurs langues se cherchent et se mélangent, il recule son visage pour commencer à lécher légèrement son cou et descend vers ses seins brûlants de désir.

Le contact de sa bouche humide sur son téton en feu lui arrache instantanément un gémissement de plaisir.

Pendant que sa bouche tète le sein comme pour en extraire du lait.

Elle ferme les yeux, allongée sur le lit, lui dessus, les mains masculines venant se balader pendants ce temps sur ses lèvres intimes, leurs mains cartographient ce corps comme si c’était une première découverte.



Tout en gardant sa langue qui titille chaque téton tour à tour, Ben commence une caresse légère sur le bouton de notre chère incendiaire.


— Ho oui !! gémit-elle, cale-moi un doigt, je veux te sentir me fouiller, fais des aller-retour !! Arghhh !

— T’inquiète pas ma belle, sur un ton plus autoritaire, tu vas prendre du plaisir de partout alors qu’il retire ses doigts et goûte le liquide sur ses doigts explorateurs.


La retournant sur le ventre en levrette, il commence à lui caresser l’œillet et à lécher ses fesses une à une.

Pendant que ses doigts viennent caresser son bouton, Mirella sent le jus monter à ses lèvres, vous aurez bien sûr compris lesquelles...


— Arrête de jouer mon chéri, alors qu’elle accompagne les mains dans son intimité au rythme des va-et-vient de son amant, je veux sentir ta langue forcer mon cul.

— Prends ton mal en patience ma petite cochonne, tu vas devoir être patiente et montrer que tu en as vraiment envie.

— Ah bon et comment ?? avec un sourire jusqu’aux oreilles.

— Il me semble que tu profites un peu trop de ton côté, tu n’as pas un peu faim ??


Elle sort sa langue sur ses lèvres comme pour se les caresser, ça en est trop pour Ben.


— Allez donne-moi là !!

— Tiens, régale-toi et applique-toi, j’en ai pas encore fini avec ton petit cul.

— J’espère bien, alors qu’elle sort la langue pour goûter le bout du gland de son homme.

— Hum, doucement avec ta glace petite cochonne.


Mirella se délecte de son dessert alors qu’elle sent vibrer son met à chaque coup de langue.

Elle adore regarder son homme dans les yeux quand elle lui fait du bien pour ne pas prononcer le mot tabou.


— Arrête de jouer, j’ai trop envie avec un râle rauque.

— Chut chacun son tour de jouer mon chéri, tandis qu’elle gobe enfin la queue de son amant.


Notre brunette commence à initier un va-et-vient tout doucement, ensuite avec un rythme plus imprimé sur cette belle queue, elle adore sentir les veines gonflées sur la hampe de cette queue, elle aime par-dessus tout la décharge d’adrénaline dans ses veines quand elle voit les yeux de son partenaire se fermer pour gérer son effort de ne pas jouir trop tôt.

Les doigts de Ben fouillent de plus en plus fort sa chatte à mesure qu’elle accélère le rythme sur cette pauvre bite emprisonnée entre ses lèvres et sa langue.

Soudain, elle sent la queue de son amant grossir sous la pression du plaisir qu’elle a donné à son mari.

Cherchant à se retirer pour ne pas jouir dans la bouche de sa moitié, Ben tente de reculer pour sortir, mais la main de sa femme plaquée sur ses fesses l’en empêche alors que l’autre lui masturbe la base.


— Chérie ! Arrête


Mais Mirella n’est déjà plus avec lui, à moitié grisée par la sensation de toute puissance qu’elle a sur lui, elle décide de passer le point de non-retour pour accueillir la jouissance de son homme en bouche.


Alors qu’elle sent la pression monter et déborder de son délicieux poireau, elle reçoit une décharge sur sa langue qui lui remplit la bouche, cela n’arrête en rien les aller-retour sur le gland, au point que le jus de son mari lui coule de la commissure des lèvres.

Le nectar à la fois salé et plutôt agréable vient apprivoiser ses papilles pour venir s’imprimer à jamais dans la case jouissance de son esprit, à mesure qu’elle avale les gorgées de ce jus de Ben.

A l’unisson, le couple jouit sous les caresses de l’autre, Mirella sent les décharges électriques le long de son dos alors que son vagin se resserre sur les doigts de Ben pour lui déclencher de si délicieuses convulsions en son intimité...

Les deux s’écroulent de fatigue sur le lit, perdus dans des pensées tellement brumeuses que Morphée vient les chercher quelques longues minutes sur l’oreiller.


Ben est tiré de sa transe par la voix de sa tendre épouse.


— Bébé, il est presque midi, réveille-toi !! On va être à la bourre pour arriver chez les autres.


Le réveil est difficile et les jambes en coton...


— Je crois que j’ai fait un super rêve alors qu’il embrasse son aimée.

— Non, non, idiot, c’était juste tellement intense que tu t’es assoupi deux heures et je n’ai pas osé te réveiller. Tu es trop beau quand tu dors.


Mais bon, on a un rendez-vous particulier aujourd’hui, je te rappelle...


Fin de la première partie

Diffuse en direct !
Regarder son live