Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 1 742 fois
  • 5 J'aime
  • 5 Commentaires

Modern Love

Chapitre 1

Trash

Introduction :


Première histoire tirée de faits totalement réels. Les personnages existent tous et j’ai gardé contact avec tout ce beau monde (sauf mention contraire). Cependant, pour des raisons pratiques de représentation générale, les lieux ne seront pas nommés ou alors resteront vagues.


A propos des dates, j’ai transposé le récit à des dates actuelles ce qui me permet de moderniser certains éléments. Cependant, l’apport culturel (musiques citées, films) restera d’époque.


Si tout se passe bien, ce premier récit de plusieurs chapitres devrait connaître deux suites distinctes puis l’avenir et mon imagination me diront s’il faut que je continue !


Prologue : Le Démon et moi


Je ne sais pas ce que je suis, ni ce que j’étais exactement à l’époque. J’aurais peut-être dû voir un psychologue ou un psychiatre… mais en soi ça ne me gênait guère (et ça me gène encore moins maintenant). J’ai une mémoire phénoménale, une absence quasi totale d’empathie, une facilité au mensonge et à la manipulation, je n’ai aucune envie, je n’éprouve aucun plaisir au sexe, aux drogues, à la cigarette et pourtant je ne fais que ça, je trouve que ça passe le temps, surtout à l’époque.


Arrivé au lycée j’étais encore vierge et contrairement à mes petits camarades, le fait de le rester ne me gênait guère. Cependant, après ma première fois, j’avais la constante envie de recommencer même si je n’éprouvais aucun « plaisir ». Cette envie, je l’ai baptisée (par humour), le Démon. C’est le Démon qui me faisait mentir pour arriver à mes fins, c’est le Démon qui me faisait manipuler certaines personnes, c’est le Démon qui me donnait l’irrépressible envie de sexe.


Évidemment ce Démon n’existe pas, je ne suis pas fou. Mais quand j’ai mauvaise conscience il me sert d’excuse. Et à l’époque, il me servait souvent d’excuse…


Chapitre 1 : Le jour où le Démon naquit


« Hast du etwas Zeit für mich

Dann singe ich ein Lied für dich

Von 99 Luftballons

Auf Ihrem Weg zum Horizont

Denkst du vielleicht g’rad an mich

Dann singe ich ein Lied für dich

Von 99 Luftballons

Und dass so was von so was kommt…»


Je ne sais pas pourquoi j’écoute cette chanson le jour de la rentrée, ce n’est pas vraiment un hit actuel. On dit souvent que le passage du collège au lycée est difficile mais moi ça m’importe peu, je quitte mes amis mais ils ne sont qu’à l’autre bout de la ville, ce n’est pas la mort (d’ailleurs ils ne vont pas vraiment me manquer).


Après tout, je n’ai jamais été un grand sentimental. Enfin… presque, Garance est partie à l’étranger, au Luxembourg, elle veut garder contact mais je sais très bien que c’est elle qui le rompra… je voulais lui faire plaisir donc j’ai dit oui. Après tout, c’était ma meilleure amie « et plus si affinité ».


Bref, nouveau lycée. Mon meilleur ami, Arthur, est là aussi, on cherche nos noms sur les listes… il n’est pas dans ma classe. Je scrute les noms de ma classe, je retiens facilement les noms, mais là, la seule personne que je reconnais c’est mon ex… le hasard fait mal les choses parfois.


La sonnette retentit. Je vais dans le rang de mes futurs camarades de classe. Un jeune homme devant moi se retourne… David ! J’avais fait un stage dans un magasin de musique avec lui mais je ne connaissais pas son nom de famille. J’entame une futile conversation mais le professeur principal arrive et nous interrompt.


Première présentation, grosse classe (trente-quatre élèves) non-équilibrée puisqu’il n’y a que huit garçons. Nous visitons le lycée mais comme le professeur est nouveau, on se perd. On enchaine avec deux heures de maths et du français, quel ennui total. La journée se termine assez rapidement, je n’ai parlé à personne mis à part David (un très bon guitariste si mes souvenirs sont exacts) et un autre garçon que j’ai connu au conservatoire quelques années auparavant.


Le soir venu, j’échange quelques SMS avec des amis que j’ai connu au collège… ils font une soirée pour « fêter » la rentrée à laquelle je suis convié. Je n’ai pas vraiment envie de les revoir mais j’accepte. Comme à son habitude Garance m’appelle (comme ça elle paye la communication) et me raconte sa vie, sa rentrée, etc.


Le lendemain, nous commençons par une matinée scientifique : sciences physiques, chimie et biologie et n’ayant pas trop prêté attention à la visite, je ne trouve pas le laboratoire. Avec David nous tournons donc dans les couloirs du bâtiments dédiés aux sciences dans l’espoir que quelqu’un de notre classe nous reconnaissance… et ce fut le cas. Une jeune fille rousse s’approche de moi. Comme à mon habitude, je l’analyse de la tête aux pieds : souriante, taille moyenne, teinture aux cheveux réussie, baskets à la mode, tenant dans sa main un chapeau à la mode, portant un manteau à la mode, vrai sac à main de marque, chemisier blanc cassé quelconque, plutôt jolie mais terriblement banale.


Premier cours de sciences physiques, je me retrouve à côté de cette fille, je ne lui adresse pas un mot de l’heure. Le professeur est passionnant et passionné (et drôle). Pour une expérience il fouille dans ma trousse et se rend compte que tout est neuf, au point qu’il y a encore un filme plastique sur ma gomme, ça me fait rire. La salle et le professeur reste les mêmes pour le cours de chimie, je n’ai toujours pas parlé à cette fille.


A midi, je mange en ville avec Arthur. Puis l’après-midi, cours de langues (allemand et anglais). Entre les deux cours, alors que je discute avec David, deux jeunes gens de notre classe nous abordent. Un grand type (pour moi qui était petit), d’origine maghrébine, musculature assez développée, cheveux courts mal coiffés, portant un polo de marque, un jeans serré et des baskets à la mode et une petite, également d’origine maghrébine, longs cheveux ondulés, pull rouge, jupe, collant, baskets. Ils se présentent, Yassine et Sirine, à ce moment je me dis que soit ils sont en couple, soit ils se connaissent depuis très longtemps. Arrive aussi dans la discussion la fille de ce matin, Sophie.


Le soir, je rentre, j’écoute quelques chansons de Bowie et je vais me coucher, en attendant le week-end et la soirée où je pourrais retrouver mes anciens camarades de classe.


Les jours passent et se ressemblent. Je traine beaucoup avec David, Yassine et Sophie au point d’oublier la présence de mon ex dans la classe. Comme toujours à l’époque nous parlons beaucoup de sexe, légèrement, avec humour.


Enfin le samedi. Le samedi après-midi tout du moins puisque j’ai cours le matin. La soirée se passe chez une amie, Mathilde. Je ne bois pas d’alcool, je n’aime pas la musique actuelle mais j’y vais quand même, histoire de me changer les idées.

Diffuse en direct !
Regarder son live