Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 6 930 fois
  • 16 J'aime
  • 1 Commentaire

Moi Antoine Latour, ma nouvelle vie.

Chapitre 4

Trop dur...

Inceste
16
5

Nous sommes sur la terrasse tous les six, et je fais signe à Sébastien de venir avec moi. Nous partons donc à l’écart et il me suit jusque dans ma chambre sans dire un mot. Arrivé dans la pièce, j’engage la conversation :


— Comment vas-tu mon grand ? commencé-je.

— Ça va papa, qu’est-ce qu’y a, t’es tout rouge ! me répond-il.

— Ah, me dis-je, ça commence bien... Je voulais te parler deuuuhhh... (j’ai la gorge sèche, les mains moites, j’avale ma salive et me lance). Je voulais te parler de la mésaventure qui s’est passée dans la cabine l’autre jour, dis-je, la voix serrée.

— Ah oui, excuse-moi, je pensais que je jouais, je ne pensais pas que ça te mettrait mal à l’aise et que tu y penserais encore.

— Effectivement, ça m’a mis mal à l’aise...

— Je ne recommencerais plus, promis, dit-il en me souriant, et se lève pour aller rejoindre les autres.


Je reste un peu scotché, ayant évité le sujet principal pour lequel je devais lui parler, Tom. Mais essaye de faire bonne figure et vais rejoindre le groupe sur la terrasse. La soirée se passe bien et tout le monde va dormir.


Le lendemain matin, je suis réveillé de bonne heure et je suis le seul debout, à part Sébastien qui se prépare un café. Je le rejoins dans la cuisine, et en lui disant bonjour, je lui mets une main aux fesses. Il se tourne vers moi et m’embrasse fougueusement en me tripotant sous mon short de nuit. Je ne sais pas si j’ai l’esprit embué, car je ne suis pas encore réveillé, mais toujours est-il que je ne réagis pas et pose même mes deux mains sur ses fesses, et commence à les malaxer. D’un seul coup, Sébastien descend accroupi et baisse mon short pour gober mon sexe gonflé à bloc. Il arrive à prendre entièrement mon sexe dans sa bouche et se délecte du nectar que commence à expulser mon vit. Je caresse les cheveux de Sébastien et m’appuie contre le plan de travail. Je le laisse faire.


Après deux bonnes minutes de pipe, je sens déjà la sève monter en moi, et un éclair me frappe : « si ma femme ou ma fille arrivait ? » je pousse Seb et remonte mon short d’un coup.

Il me regarde béatement, de la bave au coin des lèvres. Je le prends par la main et l’entraîne dans les toilettes. Je referme la porte à clef et le retiens de se remettre à genoux, c’est à mon tour de prendre du plaisir. Je baisse son pyjama fin et découvre enfin ma création, en érection totale, une goutte de liquide pré-séminale au bout, qui se transforme vite en long filet. Je rattrape ce nectar succulent avant qu’il ne tombe et soit perdu et remonte à cette verge légèrement courbée vers le haut, large, veineuse et pas encore décalottée. Je tire la peau pour découvrir le gros gland de mon fils, violet, tellement il est gorgé de sang, et le gobe instantanément. Je fais des aller et retour le plus rapidement possible sur cette bite, tout en tournant ma langue sans arrêt.


— Je vais jouir papa, attention... !


Je reviens à la réalité. Durement. Je réalise que je suce mon fils. J’ai comme un sentiment de dégout, mais ce sexe est trop bon. Mais ma tête est revenue à la raison et je retire contre moi-même le sexe de mon fils de ma bouche. Erreur, car il choisit ce moment pour jouir. Il jouit fort et 5 longs jets épais viennent s’écraser sur mon visage, et un dans ma bouche. Je goûte à ce sperme juvénile et me délecte, mais j’essaye de reprendre le contrôle de moi-même et sors de toilettes pour aller directement m’enfermer dans la salle de bain. Je me nettoie. Je me lave de ces péchés. Il me faut bien 5 minutes pour récupérer.

Je retourne dans la cuisine et vois Seb assis, buvant son café, avec le sexe flasque dessiné contre sa cuisse dans son pyjama. Mon sexe réagit tout de suite, mais je dois me contrôler. Je me contrôle et vais parler à Seb.


— Excuse-moi chéri, j’aurais dû ne pas t’aguicher, j’ai manqué à mon rôle, dis-je.

— Ne t’...

— Non, laisse-moi parler s’il te plaît. Voilà, Tom a une copine et souhaite rester ami avec toi. C’est moi qui te le dis, car il ne sait pas comment te le dire et m’a demandé de l’aide. Je suppose que j’ai imaginé la blessure que cela te produirait et j’ai voulu te réconforter. J’ai profité de toi. J’aimerais que cela reste entre nous et que l’on n’en reparle plus.

— Je suis au courant pour Tom, papa. Je l’ai surpris un soir en rentrant de l’université dans sa voiture avec elle. Il la culbutait. Sachant qu’on était censé se dire tout, j’ai considéré que je ne coucherais plus avec lui, jusqu’à ce que je trouve quelqu’un d’autre. Il reste mon meilleur ami, mais il ne pourra plus passer des nuits avec moi, car il n’a pas respecté nos engagements.

— Mais ça veut dire que tu faisais semblant depuis tout ce temps avec lui ? je lui réponds,

— Oui. Mais je ne veux pas lui faire de mal non plus, comme lui ne le veut pas non plus. C’est juste histoire de l’embêter.

— D’accord, mais que comptes-tu faire alors chéri ?

— Je vais le laisser en couple. Nous resterons meilleurs potes, mais je pense qu’il est aussi temps pour moi de voir autre chose.

— Très bien..., je reste un peu estomaqué après tout ce que vient de me dire mon fils, et ne sait pas trop comment conclure la conversation.

— Je vais aller prendre une douche, et ne t’en fais pas, ce matin, il ne s’est rien passé, me dit-il avant de m’embrasser sur la bouche et de partir vers la salle de bain.


Deux jours plus tard, je ne pense plus à cet incident.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder