Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 13 110 fois
  • 72 J'aime
  • 3 Commentaires

Moi et Caroline, ma surveillante.

Chapitre 1

Erotique

Bonjour, je m’appelle Thomas et je vais vous raconter ma première fois, avec ma surveillante. Elle s’appelle Caroline.


Je venais de me faire sortir de cours, encore une fois. J’allais vers la vie scolaire, mon carnet a la main et mon sac sur le dos. Cíétait la fin de líannée scolaire, il faisait beau et chaud. Les décolleté et les mini-shorts étaient donc au rendez-vous, ce qui faisait plaisir a plus d’un.

J’entrais donc dans le bureau de la vie scolaire et me retrouvais nez a nez avec la surveillante la plus sexy que j’ai jamais vu: Caroline. 22 ans,1M65, cheveux rouges sombres, yeux verts et quelques taches de rousseur qui la rendaient encore plus attirante. Pour ce qui est du corps, elle était aussi bien servie. Des seins parfaitement fermes, 90B, un petit cul qui ferait rêver plus d’un mec. Ce jour-la, elle portait une robe blanche avec des fleures et des sandales, ce qui me plaisait beaucoup sachant que la robe descendait a peine jusqu’au milieu des cuisses. En me voyant, elle ne put síempêcher de sourire, amusée puisqu’elle était toujours la quand je me faisait renvoyer.


-Tu sais pas te taire en classe quand le prof te fait une remarque, hein? Sourit-elle.

-Pas vraiment. J’ai du mal quand c’est vraiment injuste comme la...

-C’est pas grave, avec tes notes tu passera de toute façon alors bon..


Elle signa le mot du professeur et renvoya mon ami qui avait du m’accompagner. Elle retourna ensuite a son bureau, passant devant la fenêtre ensoleillée qui me permit de voir au travers de sa robe fine. Son corps était simplement divin... Et mon sexe me le fit remarquer, puisqu’une bosse commençait a pousser dans le haut de mon jean. Je m’asseyait pour éviter qu’elle le remarque et sortait un livre. Je ne lisait pas vraiment, mais je savait que si elle croyait que je ne faisait pas attention, elle décroiserait les jambes sous le bureau... Peut-être même qu’elle allait un peu les écarter si elle y croyait assez, qui sait?

C’est donc plein d’espoir que je sortit mon livre et commençait a lire, lançant des regards furtifs vers elle. Je voyais du coin de líúil qu’elle lisait attentivement un rapport d’incident et, sans y prêter attention, elle décroisa les jambes. Mon sexe devint encore plus dur et je peinait a le cacher, maintenant. Je regardait l’heure. Je venais de sortir d’un cours d’allemand de deux heures, et ce au bout d’un quart d’heure. Cíétait très probable que je puisse en voir un peu plus.


Une demi-heure passa sans un mouvement, a part moi qui tournait les pages. Elle faisait maintenant des recherches sur l’ordinateur et venait díécarter légèrement les jambes. Sa petite culotte blanche aux mêmes motifs que sa robe était incroyablement sexy. Au bout d’un moment, n’y tenant plus, je demandait a aller aux toilettes.


-Oui, bien sur que tu peux y aller. Tu as 5 minutes.

-Je reviens, dans ce cas.


Je me rendait au toilettes et sortait mon sexe, le prenant en main. Je pensait a sa petite culotte et sans m’en rendre compte, je commençait des mouvements lents du poignet. Cíétait divin. Quelques temps plus tard, éjaculait dans la cuvette et tirait la chasse avant de me laver les mains et de revenir dans le bureau. Elle me fixa un moment, avant de me proposer:


-Tu veux venir chez moi, après les cours? Boire quelque chose de frais?(Elle habitait en face du lycée et ce níétait pas la première fois que j’y allait, jíétais un ami de son petit frère)

-Oui, pourquoi pas.. Si ça ne gêne personne, je veux bien, sourit-je


La sonnerie retentit et j’allais en maths, mes pensées fixées sur la fin de l’heure, ou j’allais aller chez Caroline.


A la fin du cours, jíétais le premier dehors et j’attendit la surveillante au portail du lycée. Elle me sourit et engagea une discussion sur le cours de maths, étonné que je ne soit pas sortit de cours.


-C’est normal, j’ai pas dérangé. J’ai juste... Dormi pendant une heure.

-Et pourquoi ça ne me surprends pas, hein? Dit-elle avant de rire légèrement de son rire cristallin.

-Bah, c’est moi quoi... On me change pas!


Nous arrivions chez elle et allions directement a la cuisine. Elle me servit un verre d’eau et se prit une canette de coca avant de s’installer au salon avec moi. Je remarquais qu’elle était... Étrange. Pas la même. Elle se penchait en avant de façon absolument exagérée (Mais cela ne me gênait pas) Et elle riait de bon cúur a toutes mes blagues, mêmes les plus nulles. Puis je me rendait compte de quelque chose. Je bandais! Je bandais abondamment, et je n’avais pas vu! La bosse se dessinait clairement sur mon jean et elle la fixait par moments. Puis, soudain, sans savoir pourquoi, je me penchait vers elle et elle vers moi. Nos lèvres se touchèrent, et nous partions dans un baiser passionne. Elle le coupa au bout d’un moment et se leva, s’asseyant sur moi pour m’embrasser a nouveau.


Par moments, elle coupait le baiser, me souriait puis recommençait. Puis, n’y tenant plus, elle enleva sa robe pour dévoiler ses jolis seins, déjà nus, et sa petite culotte. Apres cela, elle se recula et ouvrit mon jean, libérant mon sexe plus dur que jamais, commençant a le lécher, puis elle le mit en bouche, commençant les allers-retours de haut en bas. Elle mit ensuite le bout en bouche et commença a sucer. Cíétait tout simplement divin, exactement comme je l’imaginait quand je fantasmait sur elle.. Elle se mit a quatre pattes a cote de moi et je lui enlevait la culotte avant de passer sous elle.

Elle posa lentement son sexe sur ma bouche et je commençait a lui faire un Cunnilingus. Nous passions un moment comme ça, avant qu’elle se lève et se mette au dessus de moi. Elle s’asseya lentement, posa son sexe sur le bout du mien puis finit par síabaisser complètement, me laissant entrer en elle. Je me relevait et la couchait en dessous de moi, commençant des va-et-vien doux au début et de plus en plus rapides. Elle se mordait la lèvre, me griffait le dos alors que j’accelerait et qu’elle commençait a rougir de plaisir. Les mouvement que je faisait devenaient si violents au bout d’un moment qu’elle gémit de plus en plus fort, se mettant presque a crier de plaisir.

Je sentait qu’un plaisir fou me montait au cerveau, et je lui demandait si elle voulait que je la prévienne quand j’allais jouir.


-Non... Jouis... Jouis en moi! Je t’en supplie, jouis en moi! Me criait-elle.


Alors, je mettait des coups de reins encore plus violents et finit par éjaculer en elle, comme elle m’avait demandée. Le sperme chaud coula en elle alors que je m’effondrait sur elle, essouffle. Elle me murmurait des mots doux a l’oreille, et je souriait contre son cou.



Suite a venir dans le chapitre 2!

Diffuse en direct !
Regarder son live