Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 17 796 fois
  • 50 J'aime
  • 1 Commentaire

Moi et ma mère

Chapitre 1

Hétéro

Hier je n’arrivais pas à dormir. La journée avait été fatigante, j’avais eu du mal à ne pas perdre la face dans les discussions avec les copains. Ils parlaient de sexe avec une telle aisance, il devaient en savoir long, en tout cas bien plus que moi... Je redescendis de mon lit avec une légère érection qui poussait sous mon pyjama et je pris le classeur reservé à mon seul usage que je rangeais dans ma bibliothèque, toujours à portée de main. J’ouvrais les pages au hasard contemplant avec envie les corps nus et parfaits que j’avais collecté au petit bonheur et découpé de ci de là. Je m’attardais surtout sur les images qui offraient un joli sexe touffu et humide. Ma main ne pouvait plus rester tranquille, elle glissa doucement dans mon pantalon de pyjama et je commençai à me caresser les testicules sous ma couette.

    Ma chambre à ce moment était juste à coté de celle de ma mère. J’avis 15 ou 16 ans alors. Concentré sur mes images érotiques dont la puissance immobile et froide me prenait j’entendis de petits grincements répétitifs. Cela ne pouvais venir que de sa chambre !

Son nouvel ami devait lui faire l’amour comme un fou.

Je restai pétrifié à cette idée, confondu entre l’excitation immédiate (je bandais dur) et le trouble d’entendre sa mère éprouver du plaisir. J’entendais maintenant de petits cris étouffés, elle jouissait doucement. Je n’en pouvais plus. Pour me libérer je me masturbai bien fort pensant au corps de ma mère à son sexe garni de poils (je l’imaginais).

    Le lendemain l’ami de ma mère était parti avant que je me lève. Je pris mon petit déjeuner encore pris par les images de la nuit passée. Je vis ma mère dans la cuisine, elle ne m’avait pas ententdu. Elle remontait sa culotte par derrière et refermait son peignoir. Je m’approchai tout plein d’émoi. Surprise elle se retourna brusquement et offrit à mon regard timide et avide un sein joliment dessiné et un peu pendant. Je bandais plus encore effrayé de la bosse qui pourrait se former dans mon pantalon. Elle remit son peignoir. Elle voyait très bien mes yeux posés sur sa poitrine.Elle me regarda un peu sévérement:

-Alors tu regardes mes seins maintenant ?

-Euh non maman bien sur que non...

-Ne mens pas en plus. Je t’ai bien vu. En plus l’état de ton pyjama me le prouve.

Je rougis, tout confus et ne sachant où me mettre mais je bandais toujours.

-J’imagine que tu vas aller te calmer dans les toilettes. Tu sais je connais tous tes pettits manèges, ton classeur d’images (assez jolies d’ailleurs) et je t’entends te masturber dans tes draps. Je t’ai aperçu devant une émission érotique en regardant par la serrure.

De rouge je devins blanc presque défaillant. Ma poitrine se soulevaie par vagues opressantes. Je bredouillais:

-Mais nooon ma.. maman.

Malgré tout je bandais de plus en plus.

-Tu vois tu mens encore. Tu sais ça ne sers à rien de te masturber tout seul dans ton coin comme ça .

Comment veux tu etre un jour un homme ? Je suppose que tu n’a jamais vu une fille toute nue ?

-Noon ja... jamais.

j’étais prêt à éclater.

-Viens me voir allez, et arrete de trembler comme une feuille.

Je marchai,comme elle me le deamandait, la bosse de mon pyjama me précédant. Ma mère me fis un bisou sur la bouche puis avança tout doucement sa main vers mon pantalon et toucha la bosse de mon sexe.

-Hum tu vois se serais dommage de gacher ça dans les toilettes.

Je vacillais.Elle descendis mon pantalon, enleva mon caleçon d’un geste sûr et pris ma bite dans sa main.

-Je vais te montrer.

Elle commença doucement à faire aller et venir sa main gauche sur mon sexe dressé comme un poignard.Elle acceléra. Je poussai un cri. Elle continua puis :

-Je vais te montrer autre chose.

Elle approcha son visage de mon sexe et enfonça mes couilles dans sa bouche.

-hhhhhhhhhaaaaa

-Oui c’est bon comme ça tu aimes hein ?

Ne me laissant pas répondre elle passa sa langue sur mes couilles et remonta jusqu’à mon gland puis elle engloutit ma bite entièrement dans sa bouche.

J’hésitait à savoir si j’étais au paradis ou en enfer.

En tout cas bien loin de la vie terrestre d’un adolescent. Jamais je n’avais sentis ça. Elle allait et venait de plus en plus vite. Son peignoir était tombé à terre, j’apercevais ses seins et vis avec délectation sa main baisser sa culotte blanche qui tomba à ses pieds avec tout mon plaisir dans sa bouche qui contenait le monde entier et plus encore puisque ma bite, celle d’un fils s’y était réfugiée. Je fus alors une pure conscience qui était toutes les consciences. Je fus le plaisir, la culapabilité, le bonheur, la faute et la rédemption de tous les anges célestes.

    Je me réveillais. Le soleil portait sur ma peau sa chaleur bienfaisante. Je sentis que ce rêve, desormais je le porterai en moi. Je sentis qu’il me faudrait vivre avec et l’oublier.

Diffuse en direct !
Regarder son live