Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 013 fois
  • 65 J'aime
  • 2 Commentaires

mon

Chapitre 1

Hétéro

Bonjour, je suis nouvellement enregistrée sur ce site, mais cela fait un certain temps que je lis les différents récits et je m’en délecte. Pour être brève, je suis une jeune femme de 27 ans avec des rondeurs qui ne me gêne absolument pas, je les assume pleinement, je mesure 1 m 68 et je fais un 95 C, oh! et je suis du Québec. Cette histoire est fictive et concerne mon "beau-frère" ( le copain de la sœur de mon copain).


Mymy : moi

Martin : beau-frère (33 ans)

Julie : belle-sœur (30 ans)

Justin : mon copain (29 ans)


Tout a commencé lors du divorce de Julie. Elle ne croyait jamais se retrouver avec quelqu’un d’aimant, suite à dix années de mariage plutôt... médiocre. Elle s’est inscrite sur plusieurs sites de rencontres, afin de trouver " l’âme sœur ". Julie est assez grande, ronde et a de tout petits seins avec plusieurs poils disgracieux entre ceux-ci... ils sont assez voyants et elle ne prend pas la peine de les épiler. Si elle en a à cette endroit, je n’ose même pas imaginer ailleurs. Bref, je ne lui dis pas (elle doit être au courant), mais j’en parle avec mon copain. Je parle de tout avec Justin, enfin, presque tout. Il est du même avis, il ne croit pas qu’elle va se trouver quelqu’un prochainement. Mais six mois plus tard, elle rencontra Martin. Il habite à 1h30 de chez Julie, mais ça ne les empêche pas de se voir. C’est à la veille du jour de l’an que tout c’est concrétisé.


Une semaine plus tard, elle vient nous présenter Martin et nous l’avons tous trouvé très charmant. Peut-être un peu trop pour ma part. Il est du genre timide, mais il a un regard à faire tourner les têtes. Il est très grand ( dans les deux mètres ), élancé, teint pâle, yeux bleus clair. Quand il m’a fait la bise, je me suis sentie étrange. Cela fait 8 ans que je suis en couple, et ça faisait très longtemps que je n’avais pas ressenti ce genre de... sentiment. En fait il m’a fait frémir, et je crois qu’il l’a senti car ses mains se sont aventurées plus loin sur mes omoplates et me serraient fermement, sans exagération. Il doit avoir senti mes seins se durcir sur son ventre et entendu mon léger gémissement lors du baiser sur les joues. Quand il a retiré ses mains, nous nous sommes regardés dans les yeux sans faire le moindre geste. Quelques secondes s’étaient écoulées, mais j’avais l’impression d’avoir passer quinze minutes de cette façon. Je cherchai Justin du regard, pour voir s’il nous avait vu, mais il s’était éloigné bien avant. La soirée terminée, nous rentrons tous chacun de notre côté.


Justin étant très fatigué, il décida d’aller se coucher tout de suite après sa douche. Moi, encore dans mes pensées, j’ai décidé d’aller farfouiller sur Facebook, question de voir si Martin y était. Seulement quelques petits clics et je le trouvai, je lui envoyai une demande d’ami, qu’il accepta aussitôt. J’en déduisis donc qu’il était connecté. J’allais entamer la conversation, mais il a été plus rapide que moi.


—Salut ma nouvelle belle-sœur

—Salut Martin! Que fais-tu sur FB? T’es pas avec Julie... dans le lit! hi hi (je suis taquine et plutôt ouverte et en même temps je suis très curieuse)

—Non, en fait elle était très fatiguée de la soirée, je crois qu’elle était stressée à l’idée de me présenter à vous tous.

—Ah d’accord, je vois. Dommage, vous auriez pu "fêter" cette étape...

—Et toi avec Justin!? 

—Le pauvre n’en pouvait plus il s’est douché et couché par la suite, il ne m’a même pas souhaité bonne nuit, si tu vois ce que je veux dire. (Ça lui a pris un moment avant de me répondre)

—Oh! OK...

—Désolée je suis peut-être trop... directe, étant donné que nous nous connaissons pas vraiment, tu ne sais pas comment je suis.

—Non aucunement, ça me va comme ça, au moins je sais qu’avec toi rien ne tournera autour du pot.

—Non, effectivement, je n’aime pas les choses, ou autres, qui ne mènent a rien, je sais ce que je veux! C’est tout.


Mais que voulait-il dire par là ? Dans tous les cas, nous avons continué à jaser un long moment. J’en ai appris un peu plus sur sa vie d’avant et maintenant. Lui aussi est nouvellement divorcé. Sa première femme était une vrai folle. Il se dit heureux d’avoir rencontrer Julie, que c’est un point tournant dans sa vie et tout. Plusieurs semaines passèrent sans que nous nous voyons, mais nous nous parlions à tous les jours, quand même assez étrange, mais nous jasions de tout et rien, mais pas de sexe... En fait quelques allusions sans plus.


Un jour, c’était un samedi, nous nous sommes tous rencontrés pour un brunch avec les beaux-parents. Ils avaient des trucs à faire et à organiser pour le 50e anniversaire de mariage des parents de ma belle-mère et ils avaient besoin de Justin et Julie toute la journée jusqu’à tard dans la soirée. Martin et moi nous nous retrouvons seuls, chez mes beaux-parents. J’étais un peu intimidée par l’effet qu’il me faisait et lui aussi, je le sentais distant. Mais la gêne s’est vite dissipée quand nous avons commencé à se parler. Je pouvais voir ses réactions quand je lui parlais. Il me faisait bien rire. Depuis notre première rencontre, je pensais à ses fausses caresses, puis je me mis à rêvasser, tout en l’écoutant. Mes seins commençaient a durcir, puis je sentais des fourmillements dans mon entrejambes. Que se passait-il? Suis-je en train de mouiller en pensant à Martin, lui qui était assis juste en face de moi. Une table de cuisine nous sépare, il ne peut pas voir que je commence à m’exciter. Soudain il y a eu un moment de silence.


—Ça va Mymy? Tu sembles... ailleurs!

—Oui excuse-moi, je t’écoute tout en étant dans mes pensées, désolée!

—À quoi penses-tu, tu peux m’en parler si tu en a envie.

—C’est un peu gênant. Si je te le dis tu vas partir en courant et en parler à Julie...

—T’en fait pas, Julie n’a pas à savoir tout.

—Eh bien, (tout en soupirant) je pensais à notre première rencontre...

—Ah d’accord, pourquoi sembles-tu aussi perdue alors?

Je me suis levée pour me diriger vers le salon et m’asseoir sur le sofa deux places. Il m’a rejoint sans hésiter et s’est assis juste à côté de moi.

—Aller raconte, tu sembles perturbée !


Je le fixai dans les yeux et pris une grande inspiration puis lui dis ce que je ressentais.

— Je pense à notre première rencontre, je pensais à tes mains sur mes épaules, qui se sont dirigées doucement vers mes omoplates pour me serrer fermement, sans brutalité. Ça m’avait excitée, quand tu m’as fais la bise, j’ai senti ta joue sur ma joue, j’ai poussé un léger gémissement et...

—Oui, j’ai senti tes seins durcir sur mon ventre!

— Je m’en doutais, je suis désolée, tu parles d’une première avec ta belle-famille. Je pense à se moment depuis, depuis...

—Moi aussi ... , quand j’ai senti tes mamelons au travers mon t-shirt, j’avais juste le goût de descendre le long de ton dos et de t’empoigner les fesses et les malaxer. Quand j’ai senti ta joue toucher la mienne, je n’avais qu’une envie, de t’embrasser langoureusement. Mais je me suis retenu. C’est pour ça que je t’es serrée, et t’entendre gémir m’a excité. Ensuite te regarder dans les yeux, tes magnifique yeux bleus, il fallait arrêter avant que je devienne vilain...


Je l’arrêtais en déposant ma main sur son genou gauche, en lui disant que s’en était assez, que j’étais déjà trop excitée et que ce n’était pas bien. C’est alors que sa main droite est aller se déposer sur mon cou en me caressant la nuque du bout des doigts, tout en m’attirant vers lui, vers sa bouche semi-ouverte. Je le regardai droit dans les yeux, puis ils se fermaient automatiquement, mes lèvres accueillirent ses lèvres doucement, je fit glisser ma langue à la recherche de la sienne. C’était un baiser langoureux et passionné. Sa main gauche est allée sur mon épaule droite en tentant d’approcher un peu mon corps vers le sien. Il descendit doucement vers ma poitrine et commença à me caresser timidement du bout des doigts. Je n’en pouvais plus, je me suis agenouillée sur le sofa en m’adossant sur le bras pour déboutonner sa chemise tout en continuant de faire aller nos langues. Ses mains étaient rendues toutes deux sur mes seins durcis par l’excitation et ils les pelotaient généreusement. Nos souffles commençaient à s’accélérer et mes gémissement se faisaient de plus en plus entendre. Je déboutonnai son jeans, puis il me retira ma camisole et essaya de dégrafer mon soutien-gorge. Mes gros seins avec de larges aréoles étaient fermes, ils se mit à me licher, embrasser, mordiller les mamelles. J’adorais ça! Chaque coup de langue me faisait gémir. Moi, je caressais son torse légèrement velu en descendant vers son jean défait. J’essayai tant bien que de mal de le lui retirer, mais ils se plaisait trop sur mes seins. J’ai fini par le lui enlever pour découvrir son membre en érection. 


—Mmmm... quelle belle pièce!!

—Elle est pour toi. Me dit-il en soupirant de plaisir.


À ses mots, je me suis mis à le caresser à une main, lentement, je donnais quelques coups de langue. Je voyais son corps onduler à chaque fois. Ça lui plaisait, et moi aussi. Quand j’ai avalé son pénis, il a grogné de plaisir. Je faisais une forte succion, tout en tournoyant ma langue autour de son gland, puis je le masturbais à la base de son pénis. J’avais l’intention de le faire venir dans ma bouche et de tout prendre comme la cochonne que je suis, mais ce n’est pas ce qu’il voulait. Il m’arrêta puis m’empoigna pour me coucher sur le sofa. Il commença à descendre mon pantalon, tout en m’embrassant. Il descendit lentement vers ma poitrine et me mordilla à nouveau le bout de mes tétons, c’était tellement bon. Il continuait sa course et vint trouver mon string noir à dentelles. Il le retira avec ses dents.


—Mmmm... c’est jolie tout ça. Tout lisse et tout humide.

—C’est tout pour toi. Lui dis-je avec un sourire en coin.


Il commença par glisser un doigt dans ma fente pour y trouver mon clitoris. Il le titilla un peu puis chercha le chemin de ma vulve bien mouillée. Il m’enfonça un doigt, tout doucement, puis fit de petits mouvements circulaires, puis en inséra un deuxième en les faisant s’écarter, comme s’il jouait à l’intérieur de moi. Son pouce se mis à rouler autour de mon clitoris, ma respiration se faisait de plus en plus rapide. Je voulais le caresser mais il m’en empêcha.


—Je veux te faire plaisir. Laisses-toi faire.

—Mmmm... c’est bon, je vais jouir.


Aussitôt que je lui ai dit ces mots, il se mis à me lécher comme un affamé. Il était très doué. Il commença des mouvements de va-et-vient, tout en me léchant. C’était délicieux, j’ai joui au bout de quelques minutes.


—C’est bon, tu es bon, Julie est chanceuse!! Je n’avais jamais joui comme ça avant!

—Julie ne veut pas que je la "mange", et puis de toute façon, ses poils longs me répugnent un peu.

(Je savais qu’elle ne se rasait pas... mais de là à ne pas l’entretenir pour son homme...)

—Et puis toi, tu es bien lisse et tu as bon goût. Depuis le temps que je rêve de ce moment.


C’est à ce moment que j’ai voulu finir se que j’avais commencé. J’empoignai son pénis bien dur puis commençait à le sucer délicatement, en augmenta la cadence, tout en le fixant dans les yeux. Il me prit par les cheveux pour me diriger, plutôt en avoir l’impression parce qu’il ne me guida pas. Après plusieurs minutes à me délecter de son merveilleux membre, je le sentis grossir entre mes lèvres, puis sentis tous ces jets sur ma langue et ma gorge. 


—Mmmm tu as bon goût. Lui dis-je en prenant soin de tout nettoyer.


Il me jeta un de ses regards, je ne savais pas trop se qu’il voulait dire, mais il se jeta sur moi et m’embrassa comme si sa vie en dépendait. Je sentis sa verge monter sur mes cuisses. Déjà il chercha l’entrée de mon vagin. Je sentais son gland buter contre mes cuisses, comme s’il le faisait exprès, puis il le déposa sur mon clitoris. Je sais qu’il le sentait, il s’amusait à me faire gémir de cette façon. Puis lentement il descendit à mon entrée puis se mis a pousser légèrement, un peu plus à chaque poussée. Je le sentais bien, chaque centimètre me faisait cambrer et gémir. Une fois toute à l’intérieur, il commença des mouvements de va-et-vient tout en douceur. Il me voyait rouler les yeux, il entendait mes petits cris de satisfaction. Plus je criais, plus il poussait avec vigueur, tellement que j’en jouis une première fois. Il se retira et me demanda de me mettre a genoux, les fesses devant lui. Il voulait me prendre en levrette et j’adore cette position, on sent mieux notre partenaire. Il frotta son gland à l’entré de ma grotte puis d’un coup il s’enfonça, je ne pu m’empêcher de crier de plaisir! 


—Aaaaaaah ouiiii! Mmmm c’est bon je te sens bien!

—Tu me sens et je te sens, tu es serrée, j’adore ça! J’ai l’impression de me faire avaler par ton vagin. Aaaaaaaah!! Mmmm!


Les va-et-vient s’intensifièrent puis je le sentis gonfler de nouveau. C’est à ce moment que je reçus toute sa semence à l’intérieur de mon ventre, en plusieurs jets consécutifs. Et s’écroula à mes côtés. Nous étions bien et vivions le moment présent sans se préoccuper du lendemain. Nous nous rhabillâmes au bout d’un moment, pour ne pas se faire prendre. Depuis ce jour, nous nous voyons en cachette quand le temps nous le permet et c’est toujours aussi bon, comme si nous étions de jeunes amoureux.


N’hésitez pas a me laissez vos commentaires. Merci

Diffuse en direct !
Regarder son live