Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 7 140 fois
  • 64 J'aime
  • 0 Commentaire

Mon amie brésilienne

Chapitre 1

Erotique

Mon amie brésilienne.

(Chapitre unique).

Mon père est haut fonctionnaire au Ministère des Affaires étrangères. La famille l’a suivi tout au long de sa carrière à l‘étranger... Que ce soit en Afrique du Sud, au Maroc ou au Brésil, ma mère et mon frère cadet et moi-même, nous menions une vie de rêve ! Les retours en France étaient parfois difficiles à supporter...

Ces trois dernières années à Brasilia ont passé trop vite à mon goût et lorsque nous en sommes partis, je me suis juré d’y revenir un jour...

A l’époque, j’étais un jeune adolescent (14 à 17 ans) et comme tous les jeunes Français et d’autres enfants d’expatriés (et quelques Brésiliens de bonne famille) nous suivions les cours dispensés au Lycée « François Mitterrand » de Brasilia.


Aux dires de mes professeurs, j’avais tout pour suivre la carrière de mon père... je n’étais pas un scientifique mais je maîtrisais parfaitement l’anglais et le portugais et c’est assez souvent que je m’efforçais de mener des conversations en russe avec des condisciples... mais on revenait assez vite à l’anglais que nous parlions tous...

Les années à Paris m’ont paru interminables d’autant que j’avais laissé à Brasilia une excellente amie, une jeune brésilienne de mon âge... Heureusement Internet était là et nous pouvions avoir de longues conversations par ce biais... Mais le décalage horaire ne facilitait pas les choses...

N’allez pas croire des choses... c’était une amie avec qui je me sentais bien... nous avions les mêmes goûts en matière musicale et elle m’avait même fait découvrir et aimer la samba... Nous nous retrouvions parfois à la piscine ou au tennis et j’admirais secrètement ses jolies formes. Elle était grande, un visage ovale avec de grands yeux noirs aux cils très allongés. A 17 ans, elle avait déjà une poitrine bien développée que je voyais tressauter dans son soutien-gorge... Sa taille mince s’évasait sur des hanches un peu rondes... Elle ne pouvait pas nier ses origines mélangées où la race noire prédominait... Sa peau d’ébène était merveilleusement lisse.

Les années de terminale puis à « Sciences Po » ont été studieuses et intensives... En achevant mes études au lycée « Henri IV » j’avais une idée bien arrêtée : je vous entrer dans la carrière (comme il est habituel de dire) et aller dans de nombreux pays... Mais il me fallait aussi réussir le concours d’entrée au Ministère et les places étaient chères... il y avait 10 candidats pour un poste chaque année... sinon plus !

Concours réussi brillamment, intégration au sein du Ministère à Paris... La routine...

Je piaffais d’impatience : quand y aurait-il un poste à l’étranger dans un des pays qui me tentaient ? Je voulais un pays neuf où il y a beaucoup de choses à réaliser et des moyens financiers à même de bâtir des projets...


Puis, à la suite d’un désistement un poste correspondant à ce que j’attendais, s’est ouvert dans les services de l’attaché commercial à Brasilia : GENIAL !!!

Sans attache sentimentale, j’acceptai ce poste sans même en parler à mes parents... après tout, j’étais largement majeur !

La seule qui manifesta son enthousiasme quand je le lui dis, ce fut Yasmina, mon amie brésilienne...


Oh... quelle chance !... On va se revoir !... C’est génial !... Quand arrives-tu ? Es-tu seul ?


Avant même d’avoir regagné mon poste, elle m’accablait de questions sur ce que j’allais faire, sur mes projets... Elle était heureuse que les circonstances nous rapprochent à nouveau... Visiblement nos bavardages hebdomadaires sur Internet ne lui suffisaient plus...

Je l’avais vu devenir une femme, les traits de son visage s’étaient affirmés... mais quelle surprise lorsqu’elle m’a accueilli à la descente de l’avion...

Certes, je l’aurais reconnue entre cent car chaque fois que nous bavardions par internet, je voyais son visage... mais c’est son corps que je n’ai plus reconnu... Cinq années s’étaient écoulées et désormais, Yasmina avait un corps de femme... et quelle femme ! J’en étais subjugué...

Je retrouvais les traits de son visage avec ses grands yeux rieurs, son nez un peu aplati et ses lèvres gourmandes, un peu comme si elles avaient une perpétuelle envie de croquer un fruit...

Mais je suis tombé comme en arrêt devant sa poitrine... Elle n’avait plus rien à voir avec les seins naissants dont je me souvenais et qui déjà me faisaient fantasmer lorsque nous allions à la piscine... Là, sa robe avait bien du mal à contenir une paire de seins comme je n’en avais jamais vu... La taille d’un pomelo... non ce n’était pas encore assez... un petit melon ? Oui cela s’en approchait d’autant que les tétons pointaient comme l’embryon de queue qui y restait attachée...


Et le reste était à l’avenant... Sous une taille restée mince, les hanches s’évasaient et faisaient des courbes très sensuelles... Après les salutations et embrassades d’usage dans l’exubérance des retrouvailles, j’ai fini par dire à Yasmina :


Que tu es belle et resplendissante... Tu étais déjà jolie lorsque je suis rentré en France... mais là, tu es une vraie bombe !

Merci... Tu es gentil... mais parfois, cela me gêne... les hommes quel que soit leur âge n’arrêtent pas de me regarder !

Ils auraient tort de ne pas regarder une jolie fille !

Non, ce qui me gêne, ce sont les regards salaces et les expressions... On dirait que je suis un animal à vendre au marché !

Mais NON... Ignore-les c’est la meilleure solution !


L’ambassade avait envoyé une voiture avec chauffeur à l’aéroport mais vous comprendrez volontiers que j’ai préféré la compagnie de Yasmina pour gagner le faubourg de Brasilla où je résiderais avec d’autres membres du personnel diplomatique...

Dans ce pays, une résidence sécurisée est un avantage indéniable... une enceinte protégée et des vigiles soupçonneux offrent une protection confortable... J’ai pu m’en rendre compte lorsque Yasmina s’est présentée à l’entrée... J’ai dû parlementer et faire intervenir le service de sécurité de l’ambassade pour que nous puissions accéder !

Dès que nous sommes arrivés à l’appartement qui n’était réservé, j’ai ressenti la fatigue du voyage... Parti tôt d’Orly avec une escale à Rio, il était plus de 20 heures locales quand j’ai débarqué... Je voulais prendre une douche pour me délasser... et me consacrer à Yasmina et retrouver notre complicité de lycéen.


Va sous la douche... je te ferai un massage après et tu te sentiras mieux !


J’étais sous la douche depuis à peine cinq minutes que je voyais apparaître une silhouette de rêve au travers de la buée qui s’était déposée sur la vitre... Yasmina, entièrement nue, est entrée avec moi dans la cabine... et là... j’ai découvert véritablement combien elle avait changé !

Si les traits de son visage avaient mûri au cours de ces cinq années (et j’avais pu suivre cette évolution sur l’écran de l’ordinateur), sa poitrine juvénile n’avait plus rien à voir... Désormais elle avait des seins de la taille d’un melon, bien ronds et attachés haut sur son buste... Un téton allongé pointait au milieu d’une aréole un peu plus foncée que sa peau d’ébène... J’avais déjà vu des seins aussi opulents chez des personnes plus âgées, mais là, j’étais véritablement scotché... Ils semblaient fermes tant ils se tenaient bien droits... C’est vrai qu’elle n’avait que 22 ans... J’avais du mal à détourner les yeux...


Mais ma poitrine ne te plaît pas ?

Si... au contraire... je la trouve fabuleusement belle !

Alors... pourquoi tu détournes ton regard et n’oses pas les toucher ?

Mais...

Pas de « mais » ! Tu as envie de les toucher et moi, j’ai envie que tu les touches !


C’était péremptoire !

J’ai bien du mal à contrecarrer une bandaison naissante mais je suis obligé de céder lorsque Yasmina pose ses mains sur mon sexe qui achève de se déployer...

Quelques va-et-vient des mains de mon amie plus tard et je bande comme un animal en rut !


Dis donc... c’est pas mal non plus ce que tu caches dans ton slip !

C’est toi qui me fais bander ainsi ! Tu es si belle !

Tu as envie de moi : C’est visible !

OUI... mais comment te dire... ce n’est que sexuel... tu es une amie et je ne voudrais pas que tu te méprennes sur mes intentions...

Tu sais ici, les hommes ne s’embarrassent de tels préjugés... quand une fille leur plaît, ils font tout pour arriver à leur fin ! Viens... essuyons-nous et allons dans la chambre... Je vais te masser à ma façon !


Aussitôt arrivée dans la chambre, Yasmina se met à genoux devant moi et prend mon sexe en bouche... Une bouche chaude et humide qui agit comme une ventouse et qui achève de me faire bander... Oh... que c’est bon...

Certes, ce n’était pas la première fois que je me faisais sucer mais là, je suis comblé... Ma bite va presque au fond de la gorge de Yasmina et je sens sa langue jouer avec le frein... Puis quand elle fait sortir mon vit de sa bouche, elle joue sur le gland qu’elle entoure de sa langue...

Dans le même temps, je regarde son visage... elle a les yeux fermés et se laisse conduire par son ressenti... Je vois aussi sa fabuleuse poitrine qui bouge à peine et les tétons sont de plus en plus sortis, comme si une bouche les avait sucés ! Plus bas, je distingue la fourche de ses jambes, elle a les cuisses musclées... mais je n’en vois pas plus.

Je ne veux pas souiller la bouche de Yasmina

Je la relève et son regard m’interroge :


Pourquoi ?

Je ne veux pas te souiller... Tu es trop belle !

Mais tu ne me souilleras pas... je veux ton sperme... Il y a si longtemps que j’ai envie de toi... Même au Lycée, je ne regardais que toi !

Moi aussi... mais nous étions si jeunes !

Eh bien nous allons rattraper le temps perdu ! Tu verras... ce sera bon !


L’immense lit nous accueille...


Maintenant, c’est à moi de te faire plaisir...

Oui... aime-moi !


J’ouvre les jambes de Yasmina et son sexe s’épanouit... rose sur une peau couleur chocolat... et son pubis est orné d’une courte toison de poils plus noirs encore...

Je me penche et ne tarde pas à trouver son clitoris qui émerge des plis de sa vulve... Je le fais rouler entre mes lèvres et je sens que les plis de sa chatte s’humidifient lentement, dégageant des effluves épicés...

La belle est excitée... Ses mouvements désordonnés et ses sursauts pour mieux sentir ma bouche sur son sexe en sont le témoignage... Soudain, Yasmina se tétanise et plaque ma tête sur son pubis : Dans un grand soupir elle jouit !


Merci... maintenant fais-moi l’amour ! Ceci n’était qu’un avant-goût !

Laisse-moi me couvrir et je suis à toi !

Pas besoin... je suis dans une bonne période et je VEUX sentir ton sperme s’écouler dans ma chatte.


Aussitôt, je loge mon sexe qui n’a pas faibli dans celui de Yasmina... Il est chaud et très humide aussi, c’est avec facilité que je pénètre ma jolie Brésilienne ! Elle entoure mes reins de ses jambes et je commence à lui faire l’amour... Je sens son opulente poitrine compressée sous mon buste... Je vais et je viens dans le sexe de mon amie que je sens très réceptive...

Que c’est bon de lui faire l’amour...

Cela n’a rien à voir avec les filles que j’avais pu baiser avant et qui restaient plus ou moins passives... Yasmina participe véritablement et lance quelques mots en portugais mêlés d’expressions plus locales... mais qui expriment bien son plaisir montant...

Je me relève sur mes bras pour contempler la montée du plaisir sur le visage de mon amie et aussi admirer sa fabuleuse poitrine qui s’est à peine affaissée sur les côtés !

Elle fait rouler ses hanches sous les miennes comme pour accentuer ses sensations... mais soudain, c’est dans un mélange de mouvements désordonnés que nous jouissons tous les deux !


Je me déverse copieusement au fond de son sexe puis nous savourons ces instants bénis en basculant sur le côté...

Nous nous réveillons deux heures plus tard... mon sexe est logé dans la fourche intime de Yasmina puis elle s’étire comme une chatte en me disant qu’elle doit me quitter... Elle a rendez-vous avec son amie...


Je reviens demain soir... Tu auras le temps de me procurer un badge pour entrer avec ma voiture !


Lorsque Yasmina est partie, je réalise : Est-ce un rêve ou la réalité ?

Mais oui, c’est la réalité... le lit dans un désordre indescriptible, ces odeurs de stupre qui règnent dans la chambre sont des preuves évidentes de ce qui vient de s’y dérouler : J’ai fait l’amour à mon amie Yasmina...

Les jours passent... puis les semaines... Yasmina vient me retrouver presque tous les soirs et à chaque fois c’est un feu d’artifice sensuel et sexuel qui nous rassemble jusqu’au lendemain matin...

Il y a deux mois que je suis installé dans mon poste qui correspond pleinement à ce que j’avais espéré... Je m’entends bien avec mes collègues et mon patron est satisfait des contacts que j’ai noués : MERCI Yasmina... car elle m’a aidé grâce à ses relations et celles de son père ?

Je n’ai pas vu Yasmina depuis plusieurs jours... elle a aussi ses activités au sein des entreprises de son père, riche promoteur immobilier qui a des bureaux à Brasilia même et à Sao Paulo ou Rio de Janero... Mais nous sommes en contact par téléphone ou messages. Le dernier indiquait : « Serai à Brasilia ce soir même. Ai une surprise pour toi ! Je t’embrasse ! »


Ce soir-là, quand Yasmina arrive à l’appartement elle est accompagnée par une jeune femme, tout aussi belle qu’elle et qu’elle me présente :


Flavia, mon amie et collaboratrice la plus proche. En fait, nous travaillons en double... quand l’une est à Sao Paulo, l’autre est à Brasilia et inversement... les rencontres comme ce soir sont assez rares. Mais nous sommes samedi...

Enchanté Flavia... Bienvenue chez moi !

Merci... Ce soir c’est mon anniversaire et j’ai envie de le fêter avec vous deux ! Promis, on ne parlera pas de travail !

Alors... BON ANNIVERSAIRE !


Je m’approche et j’enlace Flavia pour l’embrasser... Mais au lieu de ses joues, elle me tend les lèvres de sa bouche entrouverte... Je ne peux me défiler même devant mon amie Yasmina qui nous regarde d’un air amusé ! Ma langue se mêle à celle de Flavia et bientôt, c’est un baiser enflammé que nous échangeons... Il est d’autant plus enflammé que Flavia se colle littéralement contre mon corps et commence à onduler des hanches pour m’exciter !


Dis donc, ton amie... elle a le feu ou quoi ?

OUI ! Depuis que j’ai parlé de ton retour, elle me tanne pour faire ta connaissance !

Et j’ai quoi de si exceptionnel ?

T’es français... et vous avez la réputation d’être de bons amants... pas comme nos locaux qui ne pensent qu’à ajouter une fille à leur tableau de chasse et nous baisent comme des bourrins !

Si je comprends bien... ton amie a envie pour son anniversaire de baiser avec un français ! Mais je ne connais personne encore !

Mais si... TOI !

MOI ? Mais je suis avec toi et... c’est toi que j’aime !

Mais puisque je suis d’accord ?

Bon... on verra ! En attendant trinquons !


C’est ainsi que je fais connaissance avec Flavia qui elle aussi parle un français presque parfait avec une pointe d’accent qui rend certaines tournures comiques...

Elle est un peu moins grande que Yasmina (mais cette dernière mesure 1.75 m...) et elle a une silhouette plus fine aussi... Sa poitrine qui est libre et visible sous son chemisier est très appétissante et j’aperçois le début du sillon mammaire dans l’échancrure... sa taille est prise dans une large ceinture en cuir et le pantalon en cuir fin fait comme une seconde peau à sas jambes...

Nous bavardons tous les trois de choses et d’autres mais à chaque fois, Flavia se penche vers moi et me met ses « appâts » sous les yeux...

Soudain, les deux femmes se lèvent et Yasmina commence à enlever le chemisier en soie de son amie... Effectivement, sa poitrine est libre de tout soutien-gorge et les seins en forme de demi-citron se dressent fièrement sur son buste... Je n’ai jamais vu une poitrine de cette forme aussi volumineuse... et qui tienne aussi fermement !

Yasmina se penche sur cette poitrine qu’elle flatte d’une main avant d’embrasser successivement les mamelons qui pointent au centre de l’aréole...


N’est-elle pas belle mon amie ?

Si... Elle a une poitrine comme j’en ai rarement vu... Elle est différente de la tienne mais aussi jolie !

Je sais... je l’aime beaucoup aussi !

Auriez-vous des mœurs particulières ?

Ça nous arrive de faire l’amour ensemble mais ce que nous préférons, ce sont les garçons attentionnés !


Flavia échappe à l’étreinte de Yasmina et dénoue sa ceinture avant de faire glisser son pantalon sur ses hanches en nous tournant les dos... Elle nous montre ostensiblement ses fesses et le cordon d’un string passant entre !!! Quand elle se débarrasse enfin de ce vêtement, elle nous fait face et nous découvrons un mini string de dentelle ivoire qui tranche sur sa peau mate.


Yasmina... si tu me montrais ce que ton ami a dans son slip ! D’après ce que tu m’as dit, il est assez bien monté !

Oui... Je m’en occupe tout de suite... Lève-toi s’il te plaît !


Dès que je suis levé, Yasmina se plaque dans mon dos... je sens ses seins contre mes omoplates... elle défait les boutons de ma chemisette et la fait glisser lentement sur mes bas... Ensuite, elle remonte mon T-shirt qu’elle fait passer par-dessus mes épaules... Toujours plaquée dans mon dos, elle vient agacer mes tétons (qu’elle a découverts très sensibles) de la pointe de ses ongles...

Je me sens à l’étroit dans mon boxer... Flavia presque entièrement nue devant moi et Yasmina qui peu à peu me déshabille ont mis le feu dans mon bas ventre... Je sens mon sexe dressé à m’en faire mal...

Puis mon amie fait descendre mon pantalon qui d’un geste précis, va rejoindre le chemisier de Yasmina sur un fauteuil... Je ne porte plus que mon boxer dans lequel mon sexe fait une bosse indécente...


Waouh... bel engin... J’ai presque envie de le mesurer avant de le prendre en bouche ! Je verrai ensuite s’il s’est encore développé !


Chose dite... chose faite... Yasmina déniche sur mon bureau une règle graduée : 18 centimètres ! Impossible de mesurer la circonférence mais je sais qu’elle est dans la norme ! Aussitôt Flavia commence à jouer des doigts et de la bouche sur mon sexe... elle masse mes testicules dans les bourses, fait aller et venir sa main droite sur la hampe qu’elle introduit dans sa bouche pour me sucer... mais elle s’arrête bientôt en disant que c’est dans sa chatte qu’elle a envie de la sentir !

Dix secondes plus tard, son string vole à travers la pièce et elle s’allonge à même le tapis en ouvrant ses cuisses !


Viens... Baise-moi ! Montre-moi ce que les Français savent faire !


Je jette un regard à Yasmina qui, affalée dans un fauteuil, a relevé sa jupe et se fait plaisir avec un gode dont j’ignore la provenance : elle devait l’avoir dans son sac !


Vas-y... baise-la bien comme tu sais le faire avec moi !

Couvert ou pas ?


C’est Flavia qui répond :


Bien sûr que non... je veux te sentir couler en moi !


Je me penche sur l’entrejambe de Flavia et je butine sa fente pendant quelque temps et fais rouler son clitoris sous ma langue... Elle est mouillée comme une fontaine ! Sa cyprine s’écoule doucement de son vagin où je loge mon sexe d’une longue poussée qu’elle accueille avec un feulement... et ajoute :


Je te sens bien... Vas-y... Baise-moi... Envoie-moi en l’air comme vous dites les Français !


Il n’en faut pas plus pour m’encourager... Cette belle Brésilienne m’a chauffé et elle va voir ce qu’elle va voir ! Je la baise intensément... Mon sexe va-et-vient dans le sien, sortant parfois pour mieux y replonger ensuite jusqu’à la garde en faisant claquer mon pubis contre le sien.

Notre jouissance monte peu à peu... je le vois sur le visage de Flavia et je la sens monter dans mes reins... Bientôt je ne peux plus me retenir et alors que j’envoie de longues giclées de sperme au fond de la matrice de mon amante, elle jouit à son tour, nouant ses longues jambes sur mes reins comme pour m’empêcher de ressortir d’elle... C’est le retour au calme... mais elle veut tout extraire de mon sexe... je sens ses muscles intimes presser le bout de ma bite et c’est bon...

Yasmina quitte son fauteuil et vient s’allonger près de nous sur le tapis...


Viens me donner ce que tu as dans la chatte... après tout... cela me revient !

Oh oui... tu vas te régaler... qu’est-ce que ton copain m’a mis !


Et Flavia se place au-dessus de la bouche de Yasmina qui va lécher son sexe baveux de nos sécrétions...

Cette scène entre les deux amies ne me laisse pas indifférent... L’attrait sexuel qu’elle représente me fait bander à nouveau, certes moins fort que la première fois mais assez pour que je reparte à l’assaut de Flavia !


Tu veux savoir comment je vais te baiser ? Allonge-toi sur Yasmina et si tu veux, fais-lui plaisir... comme cela tes fesses seront à ma portée !

Oh oui... il y a déjà quelque temps que nous n’avons pas fait un 69... et malgré le gode, elle n’a pas joui !

Alors... Bouffe-lui la chatte... elle n‘attend que ça !


Les deux filles se mettent en 69 et les fesses de Flavia s’offrent à ma vue... Des fesses musclées, bien fermes que je palpe avec plaisir... Décidément, les Brésiliennes ont des fesses à faire baver un mort... Il est vrai que danser la samba et autres danses locales, ça doit tonifier les muscles !

Je n’attends pas plus longtemps pour m’introduire à nouveau dans ce gouffre chaud qu’est le sexe de cette coquine... Je vais et je viens lentement pour savourer cette étreinte après la première qui a été un peu rapide à mon goût ! De temps à autre Yasmina caresse mes bourses qu’elle a en premier plan ou alors quand ma verge est sortie, elle l’embouche rapidement avant de la replacer dans le vagin de son amie...

C’est torride ! À presque 25 ans, je n’ai jamais fait de trio et là, j’ai deux femelles qui ne demandent qu’à me satisfaire et à être satisfaites...

Mais le summum de cette nuit est arrivé un peu plus tard... Nous avions besoin de reconstituer nos forces...

Flavia a cédé la place à Yasmina en disant que pour l’instant, elle en avait assez...


Quelque temps auparavant, j’avais fait découvrir à Yasmina la position de la cavalière... J’aimais bien la voir s’empaler sur ma bite et ses seins opulents qui se balançaient sous mes yeux m’excitaient au plus haut point... C’est donc dans cette position qu’elle me chevauchait et je sentais (malgré tout ce qui s’était passé avant...) que ma jouissance allait encore être forte !

Après nous avoir regardés quelque temps, Flavia s’est approchée et a caressé les reins de Yasmina, l’invitant à allonger son buste sur le mien... En la voyant harnachée d’un gode ceinture, j’ai compris ce qu’elle voulait faire ! J’ai posé mes mains sur les fesses rebondies de Yasmina en ouvrant sa raie. Ainsi, elle pourrait introduire le sexe factice là où elle voudrait ! En fait, elle l’a d’abord introduit à côté du mien pour l’humecter puis elle a forcé sur l’œillet plissé de Yasmina... Ce ne devait pas être une première pour elle car lorsque le succédané de sexe s’est introduit dans son fondement elle n’a manifesté aucune douleur ni surprise !

Nous avons accordé nos mouvements jusqu’au moment où Yasmina a joui, entraînant mon plaisir aussitôt après le sien... pendant que Flavia enfonçait le gode au plus profond du sphincter de mon amie... Elle jouissait aussi !

Le reste de la nuit s’est passé dans le calme... Je me suis endormi dans l’immense lit à la française entre les deux femmes... Nous étions nus tous les trois... membres enlacés...

Le samedi après-midi, les deux femmes m’ont quitté...

Peu de temps après, je recevais un message de Flavia : « Bravo ! Tu as été à la hauteur ! On remet ça quand tu veux ! ».

Diffuse en direct !
Regarder son live