Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 27 737 fois
  • 209 J'aime
  • 22 Commentaires

Ma sur, mon amour

Chapitre 3

Discussion sincère

Inceste

Nous quittâmes tous les quatre la maison de nos amis au moment de leur départ pour leur travail. Ce n’est pas qu’ils n’avaient pas confiance en nous puisqu’ils nous avaient confié un double des clés, mais même si l’idée était tentante, ma sur et moi n’allions pas passer toute la journée au lit à faire l’amour autant que nos envies nous y pousseraient. Nous étions donc sortis pour visiter un peu plus la ville.


À peine avions-nous fait cent mètres que je pris la tête de ma sur et je l’embrassai fougueusement, sous le regard de nos amis. Elle ne sembla pas vraiment surprise et me rendit ce baiser, ainsi que tous les autres qui suivirent. Ensuite, nous continuâmes à flâner main dans la main dans les rues de Tarragone. Par chance pour nous (ou peut-être était-ce habituel, nous ne connaissions pas vraiment le climat espagnol), il faisait très beau ce jour-là, donc tout était réuni pour passer une bonne journée.

Le midi, je la laissais choisir un restaurant qui lui ferait envie. Elle chercha un restaurant où il y avait beaucoup de monde.

Pour la tranquillité, ça va être difficile ici, lui fis-je savoir.

C’est sûr, mais s’il y a du monde, il y a de grandes chances pour que ça soit bon.

Vu comme ça, je comprends mieux ton choix.


Nous entrâmes et nous fûmes rapidement accueillis et placés à une table. Avant de nous asseoir, j’embrassai une fois de plus ma sur sur la bouche. Le serveur nous parla logiquement en espagnol, mais à part pour dire bonjour, nous étions loin de comprendre la langue. Aussi nous lui fîmes savoir que nous étions français "sorry, we are french". Je pensais qu’il allait continuer de nous parler en anglais, mais au lieu de ça, il partit chercher une de ses collègues.

Bonjour, vous avez fait votre choix ?

Je comprenais mieux. N’ayant pas d’accent étranger, cette serveuse était très probablement d’origine française venant travailler ici. J’ai laissé ma sur commander en premier puis j’ai choisi mon plat.


Nos assiettes arrivèrent de nombreuses minutes plus tard, mais ayant été prévenus par la serveuse qu’en raison du monde présent, il y aurait probablement un peu d’attente, je ne fus pas très surpris. Inconsciemment et instinctivement, durant l’attente de nos plats, je pris la main de ma sur et nos doigts s’entrelacèrent naturellement. Nous ne parlâmes pas de la nuit passée. Pas parce que nous n’en avions pas envie, mais parce que le lieu ne s’y prêtait pas. Je ne sais pas si c’était lié au fait que nous avions franchi le cap de la sexualité, mais lorsque je regardais ma sur, je la trouvais vraiment désirable et belle. Je ne voyais plus la sur qu’elle était, je voyais la femme. Et elle m’attirait vraiment beaucoup.

Ça a l’air bon ce que tu as pris, me dit ma sur en voyant mon assiette.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, je n’avais jamais fait goûter mon plat à qui que ce soit jusqu’à ce jour. Pourtant, que ce soit elle ou des amis, il m’était déjà plusieurs fois arrivé d’avoir ce genre de demande.

Tu veux goûter ? lui demandai-je.

T’es sérieux ? Tu veux vraiment que je goûte ton plat ?

Je ne vois pas en quoi c’est dérangeant.

Non, en rien.

Encore plus incroyable que de laisser ma sur plonger sa fourchette dans mon assiette, je lui ai fait goûter mon plat avec ma fourchette. Et même si c’était la première fois, cela m’a semblé totalement naturel.


Le repas terminé, j’embrassai une fois de plus ma sur au moment où elle se leva de sa chaise, puis je partis payer l’addition. C’était un peu cher mais le repas avait été de qualité.


Au cours de l’après-midi, nous nous assîmes sur un banc sans dossier. J’étais assis dans un sens et ma sur vint s’asseoir sur moi en me faisant face. Je l’entourai au niveau de la taille et je l’embrassai. Ce fut jusque là notre plus long baiser. Je pense qu’il a dû duré pas loin d’une minute.

Je t’aime sincèrement, me dit alors ma sur en posant sa tête sur mon épaule. Mais il faut que nous parlions de cette nuit.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

J’ai peur de ce que tu vas me dire, lui répondis-je.

Non rassure-toi, je n’ai aucun regret si c’est ce que tu crains. C’est juste que maintenant, je ne veux plus rien te cacher.

D’accord, dans ce cas je t’écoute.

Même si tu sais maintenant que j’ai des sentiments pour toi depuis environ trois ans, j’espérais qu’un jour ce qui s’est passé entre nous se produise. Mais le problème, c’est que je ne prends pas la pilule en ce moment.

D’accord, je comprends. Sache que je ne t’en veux pas, tu ne pouvais pas savoir ce qui allait se passer cette nuit, même si tu en avais envie depuis un moment. Par contre, j’ai peur de te blesser maintenant que je connais tes sentiments pour moi.

Ma sur sembla un peu surprise par cet aveu et curieuse de savoir ce que j’allais dire, même s’il y avait un risque qu’elle soit déçue.

Cette nuit, je n’avais jamais ressenti autant de plaisir. Je t’assure que tu surpasses largement mes ex. J’aime, ou plutôt j’adore ce que nous avons fait. J’aime t’avoir dans mes bras. J’aime t’embrasser, te caresser. J’aime être là, avec toi. Je ressens des choses très fortes pour toi que je n’ai jamais ressenti pour aucune autre femme, tout ça en seulement quelques heures. Mais je ne sais pas si c’est de l’amour. Je n’ai pas envie de me tromper avec toi. Je ne veux pas que tu souffres à cause de moi.


Au lieu de pleurer, de me gifler ou de m’en vouloir, j’ai eu droit à un grand sourire de sa part et un second très long baiser. Plus long que le précédent et plus intense, même si j’ignore le temps que cela a duré.

Je t’aime tellement fort, me dit-elle.

Je la serrai encore plus contre moi, ne comprenant pas pourquoi elle ne m’en avait pas voulu. En réalité, elle voyait probablement ce que je ne réalisais pas encore totalement. Elle sentait que moi aussi, j’étais amoureux d’elle.


Nous restâmes encore de longues minutes, ou peut-être quelques heures, sur ce banc, sans changer de position, passant notre temps à nous embrasser ou à discuter. Je n’étais pas encore sûr de mes sentiments, mais je ne pouvais pas rester sans avoir de contact physique avec elle, qu’il s’agisse d’avoir mes bras autour de sa taille ou de l’embrasser. Sans oublier que chaque fois que je posais mes lèvres sur son cou, j’étais totalement séduit par son odeur naturelle (ma sur met très rarement du parfum). Ce n’était pas la première fois que je sentais son odeur, mais jamais je n’avais été si séduit. Avoir fait l’amour avec elle m’avait réellement donné une toute autre vision d’elle. Dorénavant, tout chez elle me plaisait et me donnait envie d’elle.


En fin d’après-midi, nous rentrâmes toujours main dans la main. Nous aurions pu prendre les transports en commun, mais en ce qui me concernait, je voulais continuer d’être dans cette bulle où nous n’étions que tous les deux. C’est pourquoi nous marchâmes jusqu’à la maison de nos amis. J’ignore quel trajet fut le plus long entre l’aller et le retour, car nous nous embrassions assez souvent, prolongeant considérablement le temps de trajet.


De retour chez nos amis, ceux-ci étaient déjà rentrés de leur travail.

Alors les amoureux, vous avez bien profité de votre journée ?

Oui, répondit naturellement ma sur. Et vous, le travail, ça a été ?

Oui, c’était plutôt une bonne journée pour nous aussi.


Un peu plus tard, profitant que tout le monde était réuni au salon, je questionnai mes amis pour me permettre de mieux savoir où j’en étais. Je ne voulais pas cacher mes interrogations à ma sur, surtout que je lui avais déjà fait part de mes doutes dans l’après-midi.

Dites-moi, comment avez-vous su que vous étiez amoureux l’un de l’autre et qu’il ne s’agissait pas simplement d’une forte attirance physique.

Je ne saurais pas te répondre, dit mon ami. Je ne me suis jamais posé la question. Pour moi c’était une évidence.

Pour moi aussi, répond sa sur. La première fois que nous nous sommes embrassés, ça m’a paru tout à fait normal. Je n’ai jamais eu envie d’embrasser un autre homme avant lui, ni après.

En fait, si Alex vous demande ça, c’est parce qu’il ne sait pas si les sentiments que j’ai pour lui sont réciproques ou s’il a juste envie de me baiser tout le temps, intervint ma sur. Pour ma part j’ai la réponse mais je pense qu’il préfère vous demander parce que vous vivez ça depuis plus longtemps.


J’étais un peu honteux, mais au moins, ma sur n’avait pas tourné autour du pot.

Regarde-toi, me dit la sur de mon ami.

Quoi donc ?

Regarde comment vous êtes.

Je ne voyais pas trop ce qu’elle voulait dire. Ma sur était assise entre mes jambes et j’avais mes bras autour d’elle, une main passée sous son t-shirt et s’étant posée sur son sein gauche. Je ne voyais pas d’éventuel indice sur mes sentiments envers ma sur.

Laetitia, tu peux te lever et venir ici ? demanda mon ami en désignant un coin vide à seulement deux mètres de moi.

Ma sur se leva et fit les quelques pas jusqu’au point désigné.

Comment te sens-tu ? me demanda la sur de mon ami.

J’ai l’impression qu’il me manque quelque chose, répondis-je.

Depuis quand ?

Depuis que Laetitia s’est levée.

Ça fait trois ans que je ressens la même chose, dit ma sur.

D’accord, je ressens un vide quand elle n’est pas dans mes bras, mais ça ne me dit rien de plus, dis-je. C’est ma sur, je ne veux pas la faire souffrir.


Entre temps, ma sur revint vers moi et nous nous mîmes dans la position où nous étions avant qu’elle se lève. Instinctivement, je l’embrassai.

Si Laetitia n’avait pas été ta sur, comment aurais-tu décrit ce que tu ressens pour elle ? me demanda mon ami.

Je ne sais pas, je n’ai jamais rien ressenti d’aussi fort pour une femme.

Donc ?

Ma sur choisit ce moment pour reparler de ce qui s’était passé quelques heures plus tôt.

Souviens-toi ce midi, me dit-elle simplement.

Puis, se tournant vers nos amis, elle raconta l’anecdote qui paraissait être une futilité pour moi.

En 22 ans, je ne l’avais jamais vu laisser quelqu’un goûter son plat. Tout à l’heure, il m’a carrément tendu sa fourchette pour que je goûte ce qu’il y avait dans son assiette.

Je ne sais pas pourquoi tu racontes ça, c’est anecdotique.

C’est plutôt révélateur, dit la sur de mon ami. Surtout le fait que tu trouves ça anecdotique. Tu es tellement amoureux d’elle que tout ce que tu fais pour elle te semble normal.

Et le fait que tu ne veuilles pas te tromper parce que c’est ta sur aussi est très révélateur, dit mon ami. Dans cette pièce, tu es le seul à ne pas réaliser les sentiments que tu as pour Laetitia.

Si, je réalise que je ressens un truc très fort, mais je ne suis jamais tombé amoureux d’une fille aussi vite, ni aussi fort. Si toutefois c’est bien de l’amour.

Il faut une première fois pour tout, rigola mon ami. Parce que de ce que nous voyons tous ici, je peux te garantir que tu es aussi dingue de Laetitia qu’elle l’est de toi.


La conversation dura encore quelques minutes, mais sans reparler des sentiments qui naissaient pour ma sur. Ils m’avaient donné leur vision des choses, c’était maintenant à moi de faire le point. Je reconnais que certains arguments étaient valables, mais j’avais toujours cette crainte de me tromper et de faire souffrir ma sur. Je n’aurais pas supporté d’être ce type d’homme et encore moins avec elle. Mais j’avais acquis quelques certitudes. J’adorais la sentir dans mes bras et l’embrasser, et le sexe avec elle dépassait le Nirvana. Je ressentais réellement quelque chose de très fort pour elle depuis la nuit que nous venions de passer. Et elle était maintenant dans toutes mes pensées.

Durant tout le reste de la soirée, même si la pièce était suffisamment grande pour que nous prenions tous une place différente, nous étions quatre mais nous n’occupions que deux places. Ma sur était sur mes genoux et la sur de mon ami était assise sur les genoux de son frère.


Nos amis devant aller au travail le lendemain, la soirée se termina assez tôt. Nous nous levâmes, chaque homme fit la bise à la sur de l’autre, puis chaque duo rejoignit sa chambre. Même si nous n’étions pas chez nous, ma sur se déshabilla naturellement. Cette fois, elle n’était pas encore dans le lit lorsqu’elle était déjà nue. Je ne pus m’empêcher de la détailler. Même si ce matin-là je l’avais déjà vu nue au réveil, cela n’avait pas duré aussi longtemps puisque nous nous étions rapidement habillés en sortant du lit. Je pus donc contempler ce corps si parfait qui me provoquait une très forte envie. Son pubis épilé en ticket de métro, ses seins en forme de poire, son ventre plat et surtout, son visage qui semblait illuminé de savoir que je la regardais avec un tel désir. Elle ne semblait vraiment pas gênée de m’exposer ainsi sa nudité. Elle se rapprocha de moi et m’embrassa. Mes mains vinrent alors se poser sur son corps nu et se promenèrent un peu partout. Ma sur commença à retirer mes vêtements un à un. Moins il y avait d’habit sur moi, plus mes mains allaient dans des zones stratégiques. Et lorsque je fus nu, je ne pus cacher mon érection. En même temps, je n’avais pas vraiment envie de la cacher, bien au contraire, je voulais que ma sur en profite.


J’éteignis la lumière mais ma sur la ralluma.

Je veux que tu me regardes pendant que tu me feras l’amour, me dit-elle. Je veux que tu vois tout cet amour que je te porte.

Je l’allongeai délicatement sur le lit tout en mettant ma langue dans sa bouche, puis je mis ma tête entre ses cuisses. Elle était déjà très humide et je me réglai de sa saveur intime. Ma sur gémissait et m’encourageait à continuer. En même temps, je n’avais pas vraiment l’intention de m’arrêter en si bon chemin.


C’est lorsque j’entendis des gémissements moins retenus que ceux de la veille que je réalisai que nous n’étions pas chez nous, car sur le moment, je venais de perdre toute notion de lieu et de temps.

Après avoir amené ma sur jusqu’à l’orgasme, je me relevai et m’allongeai sur elle, plongeant mon regard dans le sien. En la pénétrant, je vis, après son gémissement qu’elle n’a pas semblé pouvoir contrôler, ses yeux pétiller. Au fur et à mesure de mes allers et venues en elle, je vis qu’elle n’était pas simplement allongée à attendre que les choses se terminent. Non, je remarquais que ma sur me faisait l’amour. Elle se donnait vraiment entièrement à moi. Après quelques minutes, je remplis ses entrailles de mon sperme qui s’écoula abondamment au fond d’elle.

Je t’aime, dis-je sans me contrôler.


Ces mots sortirent naturellement, sans que j’ai eu à les penser. Ma sur me souria et m’embrassa avec passion. Ces mots qu’elle attendait que je lui dise depuis probablement un long moment, elle les entendit pour la première fois. Et en réalisant que j’avais prononcé ces mots naturellement, je compris ce que j’éprouvais réellement pour elle.

Je n’ai pas oublié que tu n’as pas la pilule, lui dis-je après m’être allongé à ses côtés. Mais je ne voulais pas finir ailleurs. Je t’aime tellement.

Je t’aime aussi, répondit-elle.


Elle se releva pour aller éteindre la lumière puis elle me rejoignit dans le lit. Après de longues minutes à nous embrasser, nous finîmes par nous endormir. Je pense qu’il en était de même pour la chambre voisine qui demeurait également silencieuse, même si le bruit qui s’en échappait avait duré quelques minutes de plus que nous.

Diffuse en direct !
Regarder son live