Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Publiée le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 195 J'aime
  • 20 Commentaires

Ma sur, mon amour

Chapitre 4

La fin du voyage

Inceste
Durant les jours qui suivirent, ma sur et moi continuâmes à faire l’amour tous les soirs, parfois même durant la journée puisqu’il nous est arrivé de le faire sous la douche. Et malgré le fait de savoir qu’elle ne prenait pas la pilule, je ne me retirais pas avant que mon sperme ne soit expulsé au fond de son vagin. Et ma sur ne me le reprocha jamais. Nous n’avions même pas parlé une seule fois de contraception durant notre séjour. Pourtant, nous aurions facilement pu acheter des préservatifs, mais il n’en fut rien. Laetitia est la seule femme avec qui je ne me sois pas protégé depuis le premier rapport. Au cours du séjour je ne le savais pas encore, mais je suis aussi le seul homme avec qui elle ne se soit pas protégée lors de la première fois. Je n’étais plus vraiment surpris d’entendre des bruits d’ébats provenir de la chambre voisine et eux ne furent pas surpris de nous entendre également. Parfois, il arrivait même de plaisanter sur la nuit que chaque couple avait passé lorsque nous constations une grosse fatigue chez l’un de nous.
Le dimanche étant le seul jour où nos amis ne travaillaient pas (sauf problème les obligeant à se rendre sur place), nous décidâmes de profiter de la journée tous ensemble. Contrairement au premier jour où nos amis ne firent que se tenir la main, ce jour-là, Anaïs se colla contre son frère et celui-ci passa son bras autour de la taille de sa chérie. Si le premier jour je n’avais pas compris les signes (certes plus retenus), il aurait fallu être complètement idiot pour voir autre chose qu’un couple ce jour-là. Quant à nous, ma sur avait passé son bras autour de ma taille tout en glissant sa main sous mon t-shirt. Et ma main trônait fièrement sur ses fesses couvertes par sa jupe.
Nous allâmes dans plusieurs endroits et nous laissions nos amis communiquer à notre place. Si personnellement j’aurais pu dire bonjour en espagnol, j’étais (et je le suis encore aujourd’hui) totalement incapable de tenir une vraie conversation dans cette langue. Eux en revanche n’avaient aucun mal.Nos amis nous firent visiter certains lieux par lesquels nous étions déjà passés durant les autres jours de nos petites excursions, mais là où nous n’avions qu’un regard de touristes émerveillés par tout sans vraiment prendre le temps de bien regarder les choses, ils nous montrèrent des détails qui nous échappèrent lors de nos promenades.
Le midi, ils nous amenèrent dans un restaurant assez chic, un peu éloigné de Tarragone. Ils voulurent nous inviter, mais je persistais pour payer la note afin de les remercier pour leur hospitalité, mais aussi parce que sans eux, je n’aurais jamais vu ma sur différemment (ou peut-être beaucoup plus tard). Finalement, ils acceptèrent de me laisser payer pour les quatre (et demi).Dans l’après-midi, nous allâmes à la plage pour nous reposer. Ni moi, ni ma sur, n’aurions voulu visiter les lieux comme on enchaîne les manèges à sensations des grands parcs d’attraction. Au moins, nous pouvions profiter d’un vrai moment de partage à quatre. Vous venez souvent ici ? demanda ma sur. Pas autant que nous le voudrions, répondit Anaïs. L’entreprise nous demande beaucoup d’investissement personnel. Et tu vas continuer de travailler après l’accouchement ?Elle se tourna vers Cyril tout en répondant. Non, pas avant plusieurs mois. Si tu regardes ton homme comme ça, c’est que vous n’avez pas forcément le même point de vue sur le sujet, fis-je savoir. Effectivement, répondit Cyril. C’est moi qui veut qu’elle se repose et s’occupe du bébé pendant quelques temps. Mais elle a peur que cela me fasse trop de travail de devoir tout gérer seul. À moins qu’elle ait peur de ta secrétaire, plaisantais-je. C’est elle ma secrétaire. Enfin elle est plus que ça, elle est la co-gérante et co-fondatrice. Et de toute façon, elle sait que je n’ai aucune attirance pour les autres femmes.
Après la conversation, nous allâmes nous rafraîchir dans l’eau de la Méditerranée qui, par le bruit de ses vagues, nous appelait. Comme toujours depuis le début de notre relation, Laetitia et moi étions toujours collés l’un contre l’autre à nous embrasser. Personne en dehors de nos amis ne savait que ces baisers passionnés étaient ceux d’un frère avec sa sur. Tout comme personne en dehors de nous ne se doutait que nos amis partageaient le même lien que notre couple. Après plusieurs minutes à nous embrasser, ma sur me chuchota à l’oreille. J’ai envie de toi. Cet aveu me mit en forme très rapidement. Mais je tentai de la raisonner, en réalité, plus par la peur d’être surpris. Tu veux que tout le monde nous voit ?
Personne ne verra rien, me répondit-elle. Regarde le gars qui se trouve là.
La personne qu’elle m’indiquait se trouvait environ à trois mètres de nous. Est-ce que tu vois s’il porte quelque chose en bas ou pas ? Non, je n’en ai aucune idée, dis-je honnêtement. Mais ne rien porter est différent de faire l’amour. On se roule des pelles depuis une vingtaine de minutes, ils ne verront rien de plus. Je reconnais que l’idée était tentante, c’est pour cela que je ne réagis pas lorsque je sentis les mains de ma sur tenter de baisser mon short de quelques centimètres. Elle prit ensuite ma raideur dans sa main, continuant ainsi de maintenir mon excitation. Au lieu de remonter mon short, je le descendis jusqu’en bas et ne gardais qu’une seule jambe dedans pour ne pas le perdre dans l’eau. Il fallait que je puisse avoir une plus grande liberté de mouvement pour ne pas tomber en raison des vagues et de nos mouvements. De nombreuses personnes étaient près de nous (à quelques mètres), mais personne ne sembla remarquer notre petit manège. Ma sur me souria et vint se coller contre moi. Elle mit ensuite ses bras autour de mon cou et ses jambes autour de moi et écarta légèrement son bikini tout en rapprochant son antre de mon sexe tendu. Ça y est, j’étais en elle et Laetitia commençait à aller et venir contre moi pendant que je tentais de nous maintenir le plus possible pour ne pas basculer. Je ne l’ai jamais fait dans l’eau et encore moins dans la mer. Et toi ? Moi non plus, répondis-je.
Nos langues offertes à la bouche de l’autre, ma sur gémissait avec beaucoup de retenue.Devoir mettre mes mains sous les fesses de ma sur, tout en étant ballotté par ses mouvements et par celui des vagues fut une épreuve très difficile. À plusieurs reprises j’ai dû bouger mes jambes pour rechercher un meilleur équilibre afin de ne pas basculer dans l’eau. Laetitia était bien plus discrète que durant les nuits précédentes chez nos amis, si bien que personne ne se douta de notre manège. Ou plutôt, je ne remarquai personne qui ait pu s’en douter.
J’ignore le temps que cela a duré, mais il me parut bien plus long qu’à l’accoutumé, probablement à cause des efforts à fournir pour nous maintenir en équilibre, mais dans un râle étouffé par la bouche de ma sur, je finis par me répandre en elle. Merci mon amour, c’était très bon, me rassura-t-elle. Un peu ballotté dans tous les sens, mais pour moi aussi c’était très bon.
Pour ne pas que qui que ce soit se doute de quelque chose, nous continuâmes à nous embrasser pendant encore quelques minutes. Lorsqu’elle se retira, malgré qu’elle ait remis son bikini, un filament blanc remonta discrètement à la surface, infime preuve de notre acte charnel. Peut-être que cette trace s’était enfuie avant qu’elle remette son bikini car il n’y en eu pas d’autre. Une fois mon short remonté, nous sortîmes de l’eau et allâmes retrouver nos amis. En bientôt dix ans, nous n’avons jamais fait ce que vous venez de faire, lança Cyril. Quoi donc ? dis-je, persuadé que personne n’avait pu se douter de quoi que ce soit, y compris eux. Je pense que tu sais très bien de quoi je parle. Vous aviez deux ou trois curieux qui regardaient souvent dans votre direction.
Je devins un peu honteux, mais Laetitia en revanche fut plus à l’aise que moi et assuma pleinement. C’était une première pour tous les deux, affirma-t-elle. Mais c’était très bon. Je n’en doute pas, répondit Anaïs. Tu peux me dire si ça donne d’autres sensations ? Oui, ce n’est pas du tout comme dans un lit. Là tu es aussi portée par les vagues. Et tu as aussi l’eau qui vient parfois entre nous deux et qui fait un peu un effet de ventouse. Après, je ne l’ai jamais fait dans une piscine donc je ne sais pas si tu retrouves certaines sensations identiques. Nous ça nous est déjà arrivé de le faire dans une piscine. Mais en pleine nuit, intervint Cyril. Nous avions peu de risque d’être surpris.
Peu à peu, je décomplexais de ce que nous avions fait ma sur et moi quelques minutes auparavant. Face à nos amis, il n’était vraiment pas utile de mentir sur nos moments d’intimité. Je fis même une plaisanterie. Ce n’était pas moi tout à l’heure Laetitia, ça devait probablement être un poisson qui t’a rendu visite. J’espère que tu ramèneras ce poisson ce soir, parce qu’il m’a donné beaucoup de plaisir.
Tout le monde se mit à rire et je confirmai à ma sur que j’étais un bon pêcheur et qu’elle pouvait être assurée de retrouver ce poisson dans la soirée, ce qui nous fit tous rire davantage.
Le soir, nous allâmes dans un autre restaurant qui nous fut assez familier. Ah, tu te souviens de ce restaurant ma chérie ? lançai-je à ma sur. Bien sûr, notre premier restaurant en amoureux. Ah ? Vous êtes déjà venu ici ? demanda Cyril un peu surpris. Oui, j’avais laissé Laetitia choisir le restaurant de son choix quand nous visitions la ville le lendemain de notre première nuit ici. Et en voyant qu’il y avait du monde, j’ai pensé que ça devait être bon, répondit ma sur. C’est normal, c’est très bon ici, confirmèrent ensemble nos amis.
Ma sur et moi fûmes surpris par l’accueil qui fut réservé à nos amis. Même sans connaître la langue, il était assez simple de comprendre qu’ils étaient chaleureusement accueillis et nous aussi par la même occasion. Lisandro demande pourquoi tu n’as pas dit que tu nous connaissais quand vous êtes venus, dit Cyril. Nous ne savions pas que vous étiez des habitués ici, dis-je. C’est ce que je lui ai dit.
À table, nous discutâmes de cette situation. Vous devez souvent venir ici pour être si bien accueillis, dit Laetitia. En fait, c’est surtout nous qui devons beaucoup à Lisandro, dit Anaïs. Pourquoi donc ? On a failli couler, dit-elle. Il y avait de la clientèle, mais ce n’était pas suffisant pour nous permettre de nous maintenir à flot. Et un jour, le restaurant nous a passé une très grosse commande. C’est lui qui nous a sorti la tête de l’eau. Depuis on a beaucoup sympathisé et grâce au bouche à oreille, il a parlé de nous à certaines de ses relations et nous avons pu avoir une clientèle régulière. Du coup nous venons manger ici le soir quand nous sommes libres. Pourquoi vous ne venez pas le midi ? Trop de monde, répondit simplement Cyril.
De temps en temps, Lisandro, le patron du restaurant, vint en personne pour s’assurer que nous mangions bien. Faisant l’effort de nous parler (difficilement) en français, nous fîmes l’effort de lui répondre en espagnol après avoir demandé à nos amis de traduire pour nous.Le soir, nous rentrâmes rassasiés. Laetitia ne chercha pas à venir pêcher le "poisson" qui lui donna beaucoup de plaisir quelques heures plus tôt à la plage. Il fallu attendre le milieu de la nuit pour que la chambre voisine se réveille, nous motivant à les imiter à notre tour.
Le dernier jour, nous ne pûmes pleinement profiter car la pluie s’était invitée. Laetitia me proposa un programme d’activité en chambre et nous fîmes l’amour à quatre reprises durant l’absence de nos amis partis travailler.Le jour du départ, Anaïs nous accompagna à la gare pour nous saluer. Son frère était déjà parti au travail et elle partait le rejoindre aussitôt après notre départ.
Diffuse en direct !
Regarder son live