Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 163 fois
  • 54 J'aime
  • 4 Commentaires

Mon cadeau de Noël

Chapitre 1

Divers

Nous sommes le soir du 24 décembre. Je m’appelle Alex et je suis coincé tout seul dans la maison familiale à cause de la neige qui bloque toutes les routes. Je devais rejoindre ma famille chez mes grands-parents et travaillant dans un magasin de jouets pour payer mes études, j’avais terminé tard en disant à mon père de partir et que je les rejoindrais après. Mais la neige était arrivée et ne voulant pas risquer ma vie, je passais le réveillon tout seul.

Il n’est même pas minuit quand je monte me coucher. Au milieu de la nuit, je me lève pour aller boire un verre d’eau. Je descends l’escalier quand j’entends un bruit venant du salon. Je me rapproche et tend l’oreille pour entendre une voix douce et féminine :

« Je ne comprends pas. Pas de soulier ni de chaussure. Pourtant il est marqué sur ma fiche qu’Alex a le droit à un cadeau… »

Je rentre dans la pièce sans faire un bruit et là qu’elle n’est pas ma surprise ! Une jeune fille de dos, blonde, les cheveux ondulés qui tombent sur ses épaules. Elle porte une robe rouge bordée de fourrure blanche aux épaules dégagées qui lui tombe mi-cuisse. De grandes bottes noires lui monte au niveau des genoux et évidemment, elle est coiffée d’un bonnet rouge avec un pompon blanc au bout.

« Il n’y a plus rien dans la hotte… » continue t’elle.

Pensant rêvé, je crois que tout m’est permis alors je me rapproche à pas de loup derrière elle et je lui pose mes mains sur les épaules tout en lui susurrant à l’oreille : « c’est parce que c’est toi mon cadeau… »

Elle se retourne surprise et me fait face. Elle est magnifique, des yeux bleus, des lèvres rouges pulpeuses. Mon regard pique discrètement vers son décolleté qui doit cacher un 90C… Elle me regarde droit dans les yeux et avant qu’elle ne puisse dire quoique ce soit, je dépose un simple baiser sur ses lèvres. Je la vois fermer les yeux. Elle ne bouge plus comme si le baiser avait été trop court. Alors comme un aimant, mes lèvres se collent à nouveau aux siennes puis elles s’entrouvrent afin que nos langues se mêlent.

Mes mains se posent sur ses joues et descendent dans son cou avant d’arriver aux épaules. Je fais alors suffisamment descendre sa robe pour libérer ses seins afin de les caresser. Je joue avec ses tétons quand je sens ses mains chaude descendre mon caleçon et caresser ma verge. Sans rien dire, elle se met à genoux et prend mon sexe en bouche. Elle le lèche le suce, parfois même le glisse entre ses seins… Je suis au bord de l’explosion quand elle se relève en se frottant contre moi. Nous nous embrassons encore pendant que mes mains soulèvent sa robe et qu’elles caressent sa chatte à travers son string.

Mais l’excitation est si grande que soudain, j’arrache son string. Je la soulève, ses jambes m’entourent. Je la plaque contre le mur. Une de ses mains glisse entre nous et glisse mon sexe dans le sien. Je sens mon gland pénétrer sans ses lèvres humides et je commence des va-et-vient de plus en plus rapides. Ensuite je la retourne face au mur et continue de la pilonner en lui caressant les seins, pinçant par moment ses tétons ce qui lui laisse échapper de petits cris de plaisir. Nos ébats nous conduisent sur la table basse où je la prends en levrette. Puis sans la moindre question, je sors mon sexe de son vagin pour le faire rentrer dans son cul que je sodomise sans aucuns préliminaires. Passé le cri de surprise et de douleur, la belle a l’air d’aimer.

Nous roulons et nous retrouvons par terre, elle sur moi. Elle se redresse et s’empale sur mon sexe pour me chevaucher comme un étalon. Je sens son sexe se serrer et je jouis au plus profond de ses entrailles. Elle s’écroule sur moi, me caressant le torse, mon sexe toujours en elle.

Après quelques minutes la lumière s’allume et le père Noël est là, nous regardant avec un sourire…

« Marie ! Tu as finis ton cadeau. Il faut finir la distribution maintenant.

— Oui Papa »

Je la regarde réajuster sa robe et elle sort de la pièce en me jetant un regard qui me fait comprendre qu’elle serait bien restée… Le père-Noël sort à son tour mais soudain il tourne la tête vers moi et me dit avec un clin d’œil :

« Ne t’inquiète pas Alex. Tu as été assez sage pour avoir 365 autres cadeaux cette année »

Diffuse en direct !
Regarder son live