Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 77 445 fois
  • 505 J'aime
  • 35 Commentaires

Mon chien Boxy et ma fille

Chapitre 1

Zoophilie

Depuis mon divorce, j’ai ma fille une semaine sur deux. Virginie a 18 ans depuis peu.

Les semaines où elle n’est pas là, c’est assez calme à la maison, alors pour rompre la solitude je me suis acheté un chien.

Un beau labrador mâle de 4 ans. Boxy a déjà atteint sa taille adulte.

Virginie l’aime beaucoup. Chaque fois qu’elle vient, Boxy lui fait la fête. Elle va souvent le promener.

Le soir il aime aller dormir dans la chambre de ma fille.

Le reste du temps s’est moi qui m’en occupe.


Virginie est une belle jeune fille. Elle n’est pas grande, mais elle attire le regard des hommes par ses formes. Et elle sait les mettre en valeur en s’habillant souvent de mini jupe et de t-shirt moulant, donc avec la présence de Boxy lors des promenades je suis rassuré, ça en fait un bon garde du corps.


Je suis content que mon chien s’entende bien avec Virginie. Leur complicité fait plaisir à voir.

On rigole souvent avec ma fille car parfois il vient mettre son museau, sa truffe à des endroits bien indiscrets de Virginie. Elle le repousse et part à rire en disant


— C’est bien un mâle !


Un soir, un événement m’a légèrement troublé. Alors que nous sommes couchés, vers 23 h, j’entends des gémissements sortir de la chambre de ma fille qui est à côté de la mienne. Au départ je pense à des pleures. Je me suis levé et discrètement je me suis approché de sa porte et en collant mon oreille, c’est bien de petits gémissements de plaisir et quelques mots qui semblent sortir de la bouche de Virginie.


— Oh oui c’est bon. Encore. Ne t’arrêtes pas.


Je n’ose pas ouvrir la porte et décide de retourner me coucher.

Le lendemain matin je la croise au petit-déjeuner. Je décide de ne pas en parler mais je me demande bien à qui elle pouvait parler. Peut-être qu’elle a un petit copain sans que je ne le sache et que le soir, ils se parlent en vidéo.


Comme nous sommes samedi, Virginie et moi passons la matinée ensemble. Quelques petites courses au programme. L’après-midi elle décide de sortir avec quelques copines.

Retour à la maison. Nous dînons et soirée télé.

Virginie est vêtue de son t-shirt de nuit qui dévoile ses jambes.

Boxy nous a rejoints et se couche aux pieds de ma fille.

Vers 23h je décide d’aller me coucher. Ma puce veut rester encore devant la télé pour finir son émission.


Vers minuit, je suis à nouveau réveillé par des gémissements. Cette fois-ci je veux en avoir le coeur net. Je me lève et me dirige vers la chambre de Virginie. Le bruit ne vient pas de là. Je me rends compte que les gémissements viennent plutôt du salon. J’avance sans faire de bruit. Le couloir où je situe est plongé dans le noir, donc personne ne peut me voir. J’avance ma tête jusqu’au coin du mur et discrètement je regarde en direction de la télé en pensant que le bruit vient de là.

Ce n’est absolument pas le téléviseur, mais bien Virginie qui est en train de gémir.

Je n’en crois pas mes yeux et surtout mes oreilles.

Elle est assise sur le fauteuil, les jambes écartées, posées sur les accoudoirs.

Devant mes yeux je vois une scène hallucinante, choquante.

Boxy à sa tête entre les jambes de ma fille et il lui donne des coups de langue sur sa chatte.

Voilà donc d’où venaient ces gémissements.


Malgré que cela me stupéfait, je ne peux détacher mon regard de cette scène. Je me rends même compte que je commence à bander. Et il ne faut pas beaucoup de temps pour que je sois au maximum de mon érection !

Elle est pratiquement nue, son t-shirt de nuit est remonté jusqu’à ses épaules.

Avec sa main gauche elle caresse la tête du chien et de sa main droite elle se caresse les seins.


— Vas-y mon beau, continue ! Oh oui.


Machinalement je porte ma main sur la bosse de mon pyjama. Je sors ma queue et commence à me masturber.

Je n’aurais jamais pensé qu’un jour je me branlerais en regardant ma fille qui se ferait lécher par un chien.

Il ne me faut pas longtemps pour éjaculer dans ma main.

Dans les secondes qui suivent je vois Virginie avoir des spasmes et pousser un petit cri qu’elle essaie de retenir. Elle vient de jouir sous les coups de langue de Boxy.


Je me dépêche pour me rendre à la salle de bain pour éviter de croiser ma fille.


J’ai eu du mal à trouver le sommeil, car des images tournaient en boucle dans ma tête, mais aussi et surtout parce que je n’arrêtais pas de penser que j’ai osé me branler en regardant ma fille de 18 ans nue !


Dimanche nous passons la journée ensemble. Chaque fois que je la regarde, les images d’hier soir me reviennent.

Ne sachant pas comment aborder le sujet, je décide de laisser passer pour cette fois-ci en espérant que cela ne se reproduise plus et que tout cela n’est dû qu’à sa jeunesse et à la découverte de son corps.


Nous avons fait un peu de jardinage durant la journée en plus de promener Boxy. Le soir et les jours suivants, je n’ai rien entendu, ni vu. Je me suis dit que les choses sont rentrées dans l’ordre.


Ce jeudi soir je suis de sorti au restaurant avec des amis. Virginie reste seule à la maison. Vers 22h je suis de retour. Je rentre sans faire de bruit pour ne pas réveiller ma fille au cas où elle dorme.

Effectivement tout a l’air tranquille, même Boxy n’est pas là pour m’accueillir. Je me dirige vers sa chambre, la porte est entrouverte, la lumière est allumée.

Je décide de passer légèrement ma tête dans la petite ouverture.


Boxy est sagement allongé sur le lit à côté de Virginie. Elle lui caresse le dos. Sa main gauche passe sur le ventre de Boxy, ce dernier se laisse faire. Je n’avais pas tout de suite remarqué mais je vois que la main droite de Virginie est sous sa couverture à hauteur de son entrejambe et je constate qu’elle effectue de petits mouvements. Elle a sa tête légèrement en arrière et ses yeux sont fermés.


Elle passe plusieurs fois sa main proche du sexe au repos de Boxy. Ce dernier se roule légèrement sur le dos. Virginie passe plusieurs fois à présent ses doigts sur le fourreau de Boxy. Elle commence à le branler. Je vois le bout rouge du sexe de mon chien sortir.


Moi qui pensais que ce qu’il s’était passé il y a quelques jours étaient un accident, mais apparemment je constate que ma fille était ouverte à la zoophilie.


Le sexe du chien est à présent bien sorti. Virginie le saisie, elle en a la main pleine. Elle le branle pour qu’il soit au maximum de son érection.

Elle repousse la couverture, se lève, retire sa nuisette. Elle est à présent complètement nue. Son corps de jeune femme est magnifique Elle se met à 4 pattes sur le lit la tête tournée vers la porte. Je fais attention de ne pas être vu en restant dans l’obscurité.


Boxy ne se fait pas prier et sait exactement ce qu’il a à faire. Il se place derrière ma puce. Il commence par donner des coups de langues sur la chatte lisse de Virginie. Il passe de la moule à l’anus de sa maîtresse. Je l’entends gémir. Je ne peux m’empêcher de bander. Je suis à l’étroit dans mon jean. Je décide de le déboutonner. Il tombe à mes pieds. Je descends mon boxer.

La situation est hallucinante, je suis derrière la porte de ma fille, à me branler en la regardant avoir du plaisir avec mon chien.


Virginie invite Boxy à lui monter sur le dos. Il pose ses deux pattes avant sur les épaules de ma fille et présente son sexe rouge bien tendu devant sa chatte luisante.

Au début il est maladroit et donne de rapide coup de bassin dans le vide. Virginie se cambre plus et lui offre encore plus son cul et au bout de quelques secondes, après plusieurs essais, Boxy s’insère en Virginie, ce qui lui arrache un cri de plaisir.

Il effectue des va-et-vient secs et rapides. Ma puce gémit de plus en plus fort. Elle est tellement excitée qu’elle en a des spasmes et un orgasme la foudroie.

Elle en voulait encore.


Il redescend de son dos, fait le tour de ma fille, vient devant elle, il lui donne deux ou trois coups de langue, Virginie sort la sienne, leurs langues rentrent en contacts. Boxy retourne lui lécher l’entrejambe, remonte sur elle. Elle décide de prendre les commandes de la bite du chien. Elle lui attrape et se l’insère bien profond. Une fois en elle, Virginie toujours en position de chienne, attrape les pattes de Boxy et les tient pour l’empêcher de bouger. Elle veut sentir la bite bien en érection de mon doberman. Elle bouge elle-même son cul. Je vois ses deux mamelles bouger de droite à gauche.

Elle sait y faire. Ce n’est apparemment pas sa première fois. Je me demande juste depuis quand elle utilise ainsi Boxy ? Je comprends mieux pourquoi il va toujours dormir le soir dans sa chambre.


Je suis tellement excité, que je n’ai qu’une envie, rejoindre Virginie. Mais il s’agit de ma fille. Je voudrais remplacer mon chien et lui donner autant de plaisir.


— Vas-y mon beau, remplis- moi


À ces mots, je comprends que Boxy est en train de se vider dans la chatte de Virginie.


— Viens ici, tu as pas fini.


Elle se met sur le dos et écarte tout grand ses cuisses.

J’ai une magnifique vue de la chatte de Virginie, sa moule est ouverte et mouillée du sperme de Boxy.

Avec ses doigts elle écarte bien ses lèvres, pour sentir au maximum la langue de mon doberman. Elle décalote son clitoris.


— Oh oui encore, encore. Lèche moi bien mon beau.


Je deviens fou et je ne peux me retenir plus longtemps. Je lâche mon jus qui tombe à terre et sur mon pantalon. Je me dépêche de tout essuyer avec mes habits. Je jette un dernier coup d’oeil en direction de Virginie et je la vois avoir un deuxième orgasme. Elle soulève son bassin, pousse un cri puissant mais étouffé par l’oreiller qu’elle venait de placer devant sa bouche. Elle est traversée par plusieurs spasmes.

Elle redescend son bassin et essaie de reprendre ses esprits. Boxy va se coucher à ses côtés.


J’en profite pour m’éclipser.

Est-ce que je dois lui en parler et comment va-t-elle réagir et moi, maintenant que j’ai vu ma fille nue, comment vais-je la regarder et faire passer mes envies, mes pulsions ?

Diffuse en direct !
Regarder son live