Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Publié le
  • Lue 61 499 fois
  • 384 J'aime
  • 23 Commentaires

Mon chien Boxy et ma fille

Chapitre 2

Zoophilie

Pendant une semaine je n’ai pas Virginie, elle est chez sa mère.

Je me questionne encore sur comment je vais aborder le sujet avec elle, mais au fond de moi j’ai hâte qu’elle soit de retour.

Pour être franc, je me suis branlé au moins deux fois pendant son absence en pensant à elle.

J’ai honte mais j’ai adoré la voir nue, devant mes yeux. Son corps de jeune fille, qui devient une femme, ses belles formes, ses seins généreux, ses fesses bien rondes, sa chatte lisse avec ses petites lèvres.


Elle est de retour ce dimanche. Mais une question me trotte dans la tête depuis quelques jours, a-t-elle fait exprès de laisser sa porte ouverte, en sachant que je risque de rentrer à tout moment


À peine arrivée elle me saute au cou, ce qui est assez rare, même si nous sommes très proches. Et dès qu’elle voit Boxy, elle a un grand sourire et lui, lui saute dessus.

Elle va dans sa chambre pour poser ses affaires et prendre une douche.

Elle redescend habillée d’une robe légère à fleurs.

Dans l’après-midi elle me raconte sa semaine.


Je décide de lui parler ce soir. Pour me donner du courage j’ouvre une bouteille de vin pour le dîner. Virginie décide d’en prendre également. Nous finissons la bouteille à nous deux.

Après le repas nous nous installons au salon. Nous avons légèrement trop bu. Je m’assois sur le fauteuil et Virginie sur le divan. Nous nous faisons face. Boxy nous a rejoint.


— Dis-moi ma puce, tu sembles bien t’entendre avec Boxy.

— Oh oui, il est adorable avec moi.

— Ça je le sais.


Je la regarde et elle rougit. Je la vois décroiser ses jambes. Sa robe est remontée à mi-cuisse.

Je me rappelle ce que j’ai vu il y a quelques jours et je commence à bander. L’alcool aide à l’excitation.


Boxy s’approche de Virginie et automatiquement il dirige sa truffe vers son entrejambe. Il essaie de glisser sa tête sous sa robe. Elle lui refuse le passage. Il insiste.

Je sais qu’au fond d’elle, elle aimerait le laisser faire, étant donné le peu de conviction qu’elle y met pour le repousser.


— Je vais t’avouer ma puce que j’ai tout vu ce qu’il s’est passé il y a deux semaines dans le salon et dans ta chambre.

— Mais, mais....

— Je trouve ça très choquant, mais en même temps je n’ai pu arrêter de regarder.

— Je le sais.

— Comment ça ?

— Je savais que tu étais derrière la porte. Je l’ai fait exprès. Je t’ai entendu arrivé et j’ai laissé ma porte ouverte.

— Mais tu es juste une chipie ?!


Pendant ce temps Boxy a réussi à passer sa tête sous la robe.

De mon côté j’ai une bosse énorme dans mon pantalon. Je voudrais la libérer mais je ne peux pas, c’est ma fille en face de moi.


Virginie remonte en fin de compte et sans gêne sa robe jusqu’à la taille, écarte les cuisses et laisse Boxy lécher sa culotte. En quelques coups de langue, sa culotte est trempée de sa mouille et de la salive de Boxy. Elle a les yeux fermés et la tête en arrière.


Tout se passe sans parole entre nous deux. Nous avons arrêté de parler. Je ne tiens plus et même s’il s’agit de ma progéniture, je descends mon short et mon boxer. Je sors mon sexe et le prends en main et commence à me branler.

Virginie ouvre les yeux et me regarde me masturber. Elle me fait un sourire. Elle se lèche les lèvres.

Je deviens fou. Malgré la situation excitante, je me questionne encore si je dois m’arrêter avant qu’il ne soit trop tard ou si je dois aller jusqu’au bout de mes pulsions.


La réponse vient en fin de compte de Virginie. Elle se lève, laisse tomber sa robe complètement, retire sa culotte, la voilà à présent nue devant moi. Elle ne porte pas de soutien gorge.

Elle s’avance, se met à genoux devant moi et saisie ma queue dans sa main douce. Boxy l’a suivi. Elle offre à ce dernier ses fesses, son cul. Il y plonge à nouveau sa gueule.


Au début elle monte et descend sa main sur ma tige et au bout de quelques minutes, elle ouvre sa bouche et du bout de sa langue lèche mon gland luisant. Elle gobe à présent ma queue qui a atteint sa taille maximum. Je crois rêver, je suis en train de me faire sucer par ma fille de 18 ans.

De son côté Virginie se trémousse sous les coups de langue de Boxy. Par moment, il s’arrête, tourne autour de Virginie, revient à son cul, repart, vient lui lécher le visage. Elle arrête de me sucer et lui donne sa langue et reprend ma queue entre ses lèvres.

Le sexe de Boxy est déjà sorti de son fourreau. On peut apercevoir son bout rouge.

À plusieurs reprises il lui monte sur le dos et essaie de la pénétrer avec maladresse. Il lui donne des coups de bassin dans le vide, ce qui n’empêche pas Virginie de continuer de sucer ma bite.


— Tu aimes ça papa ?

— Oh oui ma puce, c’est bon !


Elle passe de ma tige à mes couilles. Elle donne plusieurs coups de langue dessus et me branle avec sa main droite.


Boxy se met à aboyer. Il veut de l’attention de sa maîtresse.

Elle délaisse ma queue et se tourne vers le chien. Elle est toujours à genoux. Elle le fait s’allonger. Il obéit sagement. Il est sur le côté, une patte arrière levée. Elle saisit le sexe bandé de Boxy. Elle commence des va-et-vient avec sa main. Elle se met à 4 pattes, comme une bonne chienne et avec appétit elle prend en bouche le sexe de Boxy et commence à le sucer. Boxy se laisse faire et semble apprécier cette gâterie.


Elle me tourne le dos et m’offre une magnifique vue sur ses fesses et son trou du cul légèrement ouvert.

Je me lève du fauteuil, me place derrière Virginie et je la caresse. Ma main passe entre ses cuisses jusqu’à atteindre sa chatte lisse. Sa moule est trempée. Je glisse facilement un doigt puis deux entre ses lèvres. Elle gémit de plaisir. Sa bouche est toujours pleine du sexe rouge de Boxy.


Je me penche et je viens mettre mon visage entre les fesses de Virginie. Je prends la place de mon chien pour m’occuper du cul de ma puce. Je lui lèche sa petite étoile de la pointe de ma langue et continu à lui caresser sa chatte et à m’attarder sur son clitoris que je sens tout dur.

Elle gémit de plus en plus fort. Il ne faut que quelques secondes pour qu’elle jouisse. Elle pousse un cri qui est étouffé par le sexe de Boxy. Ma main est trempée de sa cyprine.


— Continue papa, je veux te sentir en moi.


Boxy décide de se lever mais Virginie le retient et se glisse sur le dos sous lui. La longue queue de mon doberman n’a aucun mal à arriver jusqu’à la bouche de ma fille.

Elle écarte bien les jambes, m’invitant à m’introduire en elle. Je ne me fais pas prier et prèsente immédiatement ma queue à sa chatte. Je passe d’abord mon gland sur ses lèvres pour enfin m’insérer en elle sans capote. Je n’ai aucun mal tellement elle est lubrifiée. Ma queue n’est pas grande, mais elle a un gros diamètre et je la sens bien frotter contre les parois de la moule de ma fille.

Je la tiens par les cuisses et accélère mes mouvements. Mes coups sont plus secs et puissants, ce qui lui arrache un cri à chaque pénétration.


Elle a accéléré la fellation qu’elle pratique à Boxy et au bout de quelques secondes, il lui lâche un jet sur son visage et sur sa bouche. Mon chien vient d’éjaculer son jus sur ma progéniture. Elle lèche tout ce qui lui est arrivé sur ses lèvres.

Boxy va s’asseoir dans un coin et commence sa toilette tout en nous regardant


— Vas-y papa, encore, c’est bon.

— Tu es vraiment ma chienne et celle de Boxy.

— Oh oui.


Je vois ses deux grosses mamelles valser dans tous les sens. Je sors complètement ma queue et la remet immédiatement, je répète ça plusieurs fois.

Je me penche vers elle pour lui attraper son sein gauche et lui lécher. Je prends son mamelon en bouche et passe ma langue dessus, son téton est tellement dur. Je lui mordis. Je vais jusqu’à sa bouche et l’embrasse. Nos langues se mêlent frénétiquement. Je n’oublie pas qu’il y a encore quelques minutes cette langue léchait la bite de Boxy et que cette bouche a accueilli le sperme.

J’accélère mes coups de bassin. Je ne tiens plus et lâche mon jus dans les entrailles de Virginie. Je reste bien en elle jusqu’à la dernière goûte tout en continuant à l’embrasser.

Elle me chuchote à l’oreille :


— Papa j’en veux encore, je veux jouir encore une fois. Je veux à présent la bite de Boxy en moi.

— Je vais t’aider, tu vas jouir ma puce.


Je me retire de ma fille et me lève.

Je vois un filet de sperme couler de sa chatte. Je me dirige vers Boxy, je l’approche de Virginie. Sa bite est encore à moitié sortie de son fourreau, donc Virginie n’a aucun mal à ce qu’il soit de nouveau bien bandé en le caressant.

Dès qu’il a atteint sa taille maximum, Virginie s’assoit sur le divan pour être à la même hauteur et saisie la queue de Boxy. De mon côté je tiens mon doberman pour être certain qu’il reste immobile.

Je regarde en direction de ma puce et je la vois se rentrer facilement la grosse queue rouge. Elle ne met pas beaucoup de temps à pousser des gémissements de plaisir.


Mon chien semble aimer ça car il ne bouge pas.

Tout en tenant Boxy je caresse les seins de Virginie. Je lui pince légèrement les tétons. Je vois que ça augmente son plaisir.

Elle se rentre la bite de Boxy au plus profond. Elle cogne les testicules du chien contre son clitoris qui a doublé de volume.

Elle accélère les va-et-vient. J’entends sa respiration de plus en plus forte.

Je délaisse ses seins et lui met mon pouce en bouche qu’elle suce comme s’il s’agissait d’une bite.

Une fois qu’il est bien mouillé de sa salive, je descends mon pouce sur son clitoris et j’y effectue des cercles dessus.

Il ne faut pas longtemps pour qu’elle soulève littéralement son bassin du divan. Elle est traversée de spasmes. Elle a un orgasme puissant et pousse un cri de jouissance. Au même moment Boxy lâche un jet de sperme dans la chatte de Virginie.

Dans la même soirée elle a reçu le jus de Boxy et de moi-même en elle.

Je relâche mon chien et aide ma fille à se relever après qu’elle est retrouvée ses esprits.

Une fois debout nous nous embrassons à pleine bouche et décidons d’aller prendre notre douche ensemble. Comment je vais faire pour oublier son cul, maintenant que je l’ai goûté ?


Que va me réserver Virginie ? À quoi dois-je m’attendre avec elle ?

Diffuse en direct !
Regarder son live