Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 973 fois
  • 48 J'aime
  • 0 Commentaire

Mon cul

Chapitre 1

Erotique

Mon cul


Eh bien maintenant je vais vous raconter mon aventure. Asseyez vous et lisez. Cette aventure s’est déroulée l’été dernier, lorsque je décidais d’aller rendre visite à un de mes amis à Naple. Je pris le train et je voyageais pendant tout la nuit. Vers la fin du trajet, je me trouvais toute seule dans le compartiment. Peu de temps plus tard un garçon monta dans le train. Il ne m’était pas indifférent. Il était grand, bronzé, il avait les yeux marrons et les cheveux bruns. Je me dis :"Quel beau garçon". Pendant les deux heures où nous étions ensemble, je le regardais , parfois je m’attardais plus longtemps sur son visage de garçon macho et je remarquais qu’il me regardait aussi de temps en temps. Je découvris dans son pantalon étroit que sa bite était en érection en formait une énorme boule et je pensais "Dommage que je ne peux pas libérer sa bite" et j’étais déjà bien trempée. Lorsque je descendis du train il regarda mon cul. J’ai passé ma langue sur mes lèvres et mon envie de me faire baiser était à son apogée. Mais je devais m’en aller. A la gare je rencontrais mon ami, Salvatore. A peine arrivée à l’hôtel, je venais de fermer la porte de la chambre, je constatais que mon copain devint assez entreprenant. En effet, Il posa la main sur mes nichons. Les compliments qu’il me faisait m’excitaient de plus en plus "Tu sais que je suis trempée", lui dis-je à l’oreille ?" "Oh! Je ne le crois pas, facile à faire, je lui pris la main et la posa entre mes jambes "Qu’en est-il ?" . Tu vois , je ne te raconte pas d’histoires. Il me saisit et me jeta sur le lit. Sa force était supérieure à la mienne et je ne pus rien faire. D’un geste il retira mon pantalon et ôta petit à petit ma petite culotte. "Et maintenant ?" Je me passais la langue sur les lèvres, lui suggérant qu’il pouvait passer sa langue aussi sur quelque chose qui se trouvait devant lui. Il prit à la lettre ma proposition et il commença à me lécher partout, il mordit ma chatte, il suça mon clito, il le lécha. Je voulais prendre sa bite pour l’enfoncer dans mon con, mais je savais qu’ il ne voulait jamais me satisfaire tout de suite. Cependant cette fois, il agit différemment car il introduit d’un seul coup sa grosse bite dans mon

minou, il me laissa pousser un cri et me dit : "Salope, tu es ma salope, tu veux jouir ?" "Oui", " tu veux donc satisfaire mes perversions?" Je refusais , car je savais ce que c’était". Il voulait me baiser en compagnie de son ami, il désirait m’enculer, mais moi j’étais encore vierge du cul. Il voulait utiliser mon corps et mon cul, je me levais et je le regardais dans les yeux, mais je n’étais pas rassurée." Quelle est la plus belle bite que tu regardes ?" Je ne l’avais jamais vu aussi nerveux. Je me jetais sur le lit, je m’allongeais sur le ventre et il me monta dessus, je ne pouvais évidemment pas bouger. " Et maintenant, tu vas me satisfaire, putain" Il appuya sur une touche de son portable et envoya un message rapidement. Je restais silencieuse et immobile. Je pensais qu’il plaisantait. Peu de temps après, on frappa à la porte. Salvator se leva du lit et me libéra. Je me précipitais dans la salle de bain, je pris une serviette et je l’enroulais autour de moi. J’entendis la porte de la chambre s’ouvrir. "Qui est là ?"Je n’avais pas peur car j’étais en sécurité avec mon copain. J’allais à la porte d’entrée et à ma grande surprise, je vis un autre garçon... C’était lui le type du train. "Regarde qui est là ? C’est K mon copain" dit-il . J’ai enlevé la serviette et je suis allée vers lui. Je l’avais à ma merci. Je pouvais enfin baiser avec lui. "Tout le monde sur le lit!" Les deux garçons se jetèrent sur mon corps...Salvatore lécha mon minou et K suça et mordit mes mamelons qui étaient très durs. Salvatore me tourna vers lui et me dit: "Reste bien calme." "K défonce moi". K se mit derrière moi, dilata un peu mon cul avec ses deux doigts et il commença à enfoncer sa bite dans le petit trou de mon cul, lentement, oui, il m’encula lentement...Mes hurlement étaient étouffés par la bite de Salvatore plantée dans ma bouche. L’un me baisait en bouche, l’autre m’enculait sauvagement et ça dura toute la nuit..." Oui, le trou de mon cul, c’est par ce trou d’amour que je préfère être pénétrée.



Léna

Diffuse en direct !
Regarder son live