Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 103 885 fois
  • 131 J'aime
  • 3 Commentaires

Mon dieu, quelle fille...

Chapitre 1

Zoophilie

J’etais venu chercher Nathalie chez elle. Nous avions prévu de passer l’après midi ensemble. On avait essayé de définir une destination possible, mais après tergiversations, nous avions convenue de nous laisser aller selon notre humeur et nos désirs. Arrivé devant chez elle, je klaxonna deux fois et mis en marche la radio, avertit d’un presentiments comme quoi j’allais attendre un moment avant de la voir sortir de chez elle. Comme pour me donner raison, je la vois sortir de chez elle en me faisant de grands signes et me criant qu’elle serai prête dans 2 minutes.


Avec flègme, je m’installa confortablement dans mon siège en ecoutant la musique. J’avais emprunté la voiture d’un ami à mon père. Assez exuberant, cette amis avait ’kité’ cette magnifique BMW M3 Cabriolet dans un garage clandestins. Le résultat etait tout bonnement magnifique, mais pas très legale. Le bas de caisse de la voiture était à moins de 4 cm du sol. Mais c’etait un petit bijoux que j’avais du spécialement négocier pour l’occasion en echange d’un simonisage gratuis et intensif. Ce qui me fait penser que je lui doit toujours ce simonissage. Mais je crois qu’il s’en fout un peu pour le moment parce qu’il vient de la ’replier’ mechament sur l’aile droite. Quand Nathalie se décide enfin à sortir, ses premières paroles ont été : Va remettre immediatement cette voiture ou tu l’as volé, sur le ton de l’humour bien entendu. Mais elle me posa quand même des quetion sur sa provenance. Une fois cela expliqué, je lui ouvre la porte et elle s’installe en me faisant un grand sourire. Elle portait un chandail serré et une jupe portefeuille comme elle dit, fendu sur le côté . Moi, j’etais habillé tout en blanc . Jean blanc, T-shirt blanc et chemise blance avec le col ouvert. Il ne me manquait plus que les lunettes noires et le ’Parrain’ m’aurait bien vite engagé dans des affaires douteuses. Et nous voila partit. Je m’engage sur la route.


C’est dimanche est les voies sont bien dégagé. Je roule à bonne allure. Le soleil caressait nos visage et le vent le fouetait. je ne vis pas tout de suite que ce même vent faisait volé la jupe fendue de mon amie. Devoilant bien clairement sa cuisse. Elle avait une peau délicatement bronzé, n’ayant rien à envier à cetaine femme abonnée à des salon de bronzage. non, elle. C’etait du vrai. Elle aime se prélasser sous le soleil, que ce soit chez elle ou à la plage. quand elle vit que je perdait mon intention à la route et qu’elle comprit ma préoccupation, elle m’adressa un sourire des plus malicieux. sourire que je lui rendit en détachant une main du volant et la mettant sur cette cuisse si agreable au regard. Mais intentions etaient des plus futiles et je ne m’attendait à rien de sa part. On est de très bon amis, de longue date, mais quand je vis que pour toute reaction, elle retenait spécialement sa jupe bien relevée, je compris de suite ces intentions à elle. Ma main etait chaude et moite. Je caressait sa cuisse avec des mouvement de plus en plus amples. Remontant de plus en plus. Soudain, je rougit fortement en constatant qu’elle n’avait pas de culotte et que mes doigts efleurait déjà sa toison. Quand elle compris la raison de ma gène, elle decroissa les jambes, m’invitant à des caresses plus intimes. A sont tour, elle commenca à me caresser la jambe, se glissant vers le haut de celle-ci petit à petit. Elle aproche sa main de ma fermeture eclair et sent déjà qu’il n’y a plus beaucoup de place dans mon jeans en me demandant si je n’etait pas trop à l’etroit dedans. Elle defait mon bouton et descend ma fermeture eclair.


L’excitation me gagne peu à peu. Ma main est toujours en train de lui caresser le pubis. De facon de plus en plus intime. Je sent son clitoris se gonflé sur mes caresse. Elle ferme les yeux en se mordant les lèvres de plaisir. Elle, de sa main, libère mon sexe déjà bien dur et commence à me branler doucemment. Elle poussa un cri lorsque mes doigts l’ont exploré profondement, faisant un mouvement de va et vient, pas des mieux executer vu la position dans laquelle je me trouvais. J’essaye tant bien que mal de garder une certaine concentration sur la route, heureusement assez deserte. Je ralentit fortement la vitesse neanmois. On n’est jamais à l’abris de spasmes dans ces moments là. Je sentit qu’elle prit mon penis forement dans sa main quand je me mis à caresser ses petites lèvres et à faire des mouvement circulaire sur son clitoris. Par sécurité, on decide de quitter la route et de se ranger sur le bas coté. Je remonte la capote du toit pour plus d’intimité. Elle se penche sur moi et m’embrasse langoureusement. Nos langue se mèles. Je sent sa fouge et son désir brulant dans ce baisier. Je crois qu’elle le sentit aussi à la raideur de mon sexe. J’etais bandé comme jamais. Quand elle se pencha dessus, je poussa un gemissement avant même qu’elle ne le touche de ses lèvres. Elle se redressa, surprise, en me demandant si je n’allais pas déjà venir dans sa figure. Je la rassura et se remit au travaille. Elle avala ma queue en un coup, l’enfoncant bien profondement dans sa gorge, et en remontant en serrant un peu les dents. son va et vient intensif me fit gemir pour de bon. De mon côté, j’entreprit de lui retirer entièrement sa jupe. Une fois cela fais, je commenca à plotter sa poitrine à travers son chandaille. Je sentit ses tetons jaillire de ce dernier, formant sur celui-ci un joli relief que je devina de mes doigts.


Son chandaille et son soutien gorge n’eurent pas à attendre longtemps avant de se retouvé sur la banquette arrière. Quand elle décida m’avoir assez excité pour le moment avec sa bouche, elle me proposé d’aller nous installer sur la banquette arrière. un peu plus confatable pour ce genre de petit jeu. Je la devanca, et m’assis. Et vit me rejoindre en s’asseyant sur moi. Je lui mordilla le bout de ses seins. Elle me prit la tête entre ses bras, et la serra contre sa poitrine. J’enfournais sous seins dans ma bouche. Elle sentait mon sexe faire pression sur sa croupe quand elle me confia son envie de la sentir en elle. Je la bascula sur le siège, devoilant par la même occasion son entre jambes tout trempée. Je lui prit ses tetons entre mon pouce et mon index et les fit rouler. elle gemissait d’aise. Je plonga mon visage entre ses jambes, en lechant d’abord le haut de ses cuisses, tourant autour de son sexe et einfin embrassa son sexe avant de laisser passer ma langue. elle me saisit le tete, m’obligeant à rester dans cette position, que je n’esperais pas quitter de si tôt. Mes doigts lui excitait le clitoris au maximum, je le pincais, lui donnait des coup de langue. Elle se tremoussais de plaisir. Je pris ses peties levres entre les miennes, la lechant profondement. Mes doigts jouaient déjà en elle. Elle ramena ses cuisses sur sa poitrine, me devoilant sa croupe. Du bout de ma langue, je lui explora le sillon de ses fesses. Ma langue s’attarda sur son anus. Elle me supplia de lui rentré dedans. Je commenca donc à l’humecté comme il faut avec ma langue, puis le caressa avec un doigt. doucement, j’enfonca ce dernier en elle pour dilate le muscle.


Elle mouillait de plus en plus. Je voyais son sexe coulait, je le lecha de plus belle. Je me redressa, elle me prit mon sexe et se le caressa sur son petit trou. Je m’enfonce alors délicatement en elle mais constate qu’il n’est pas encore assez dilaté. J’enleve mon sexe d’elle et reprend de plus belle mes massage interieure à l’aide de mes doigts. Le Second essaie est le bon. Le passage est serré et ertroit, mais je reussis à m’introduire assez profond pour commencer mes mouvement de va et vient en elle. Mais mains sont sur sa poitrine. elle la massent fermement. Je me retire d’entre ses fesse et m’assois sur son ventre, je place ma queue entre ses seins. Elle commence alors un délicieux mouvement de sa poitrine avec mon sexe coincé entre. Du bout de sa langue, elle me leche mon gland gonflé. Je me degage de son emprise et lui met ma queue dans la bouche. Elle l’acepte avec joie, recommencant une fois encore son mouvement de va et vient. Je sent mon sexe cogner dans sa gorge. Elle me fixe dans les yeux tout en me caressant les testicules. Après quelque minute de ce traitement, je revient entre ses jambes, caresse mon sexe contre le siens et l’enfonce d’un trait. Un va et vient infernal s’ensuit durant un moment. ensuite, je me retire et l’aide à se mettre à quatres pattes (pas faciles dans un cabriolet). Je la prend par derrière et me fais aller en elle doucement, puis plus rapidement, en prenant dans chaque main, chacun de ses seins.


Me sentant venir, et ne voulant pas encore venir tout de suite, je me retire une nouvelle fois, et lui releche la croupe. Mes doigts batifolle dans son vagin pendant que ma langue essaye de se faire un passage dans son anus. Mon autre main lui excite le clitos quand une de ses man à elle vient rejoindre la mienne. Elle hurle de palsir, son entre jambes est comblé au possible. Moi, je suis dans un etat second. Submergé par l’excitation. Elle a le sexe en feu. Je me redresse et frotte mon sexe contre son anus avant de la penetré. Ja passe un bras autour de la taille, et entreprend de la masturber en même temps. Nos corps sont trempé de sueur. Mes coups de reins en elle se font de plus en plus violent. Je me rassois dans le siège. Elle se retourne et m’embrasse, me leche partout. Son excitation se ferait resentir dans un rayon de 20 kilomètres. Elle reprend mon sexe dans sa bouche, sauvagement, elle me fait un va et vient. Je ne peux m’empecher de hurler. Elle me masse energiquement les testicules. Je ne compris pas tout de suite ou elle voulait en venir lorsqu’elle commenca à m’ecarté les cuisses. L’excitation et la fièvre du désir m’empechait tout raisonnement. Je le comprit avec grand plaisir quand elle commenca à m’enfoncer un doigt dans l’anus. Elle etait déchainé, et m’en enfonca un 2ème. Je tendis un bras et lui fit subir le même traitement. Elle se redresse, avec toujours mes doigts dans son culs et vint s’assoir sur mon sexe au garde à vous comme jamais. elle s’assit face au tableu de bord, de sorte qu’elle pu se dehancher sur moi tout en se faisait penetrer l’anus par mes doigts.


Elle se pencha legemerement et de ses doigts tenta de nouveau de m’exciter l’anus. Chose qu’elle parvint à faire sans problème. Elle savait que je me retenait de tout lui balancer et me fit comprendre qu’elle etait prête maintenant. En quelques coups de reins dans le bas du ventre, je vint en elle. Se dehanchant toujours fortement sur moi, mon sexe sortit de sa grotte d’amour et elle se prit la dernière giclée dans son dos. Ivres de fatigue et de plaisir, on se coucha sur la banquette arrières, l’un dans les bras de l’autres. Ensuite, la première chose que je me souvient, c’est le coup de klaxon d’un tracteur qui nous reveilla sans menagement. Je me rabilla en 4ème vitesse et sortit de l’auto pendant que ma compagne se rabillait, je constata que je m’etait garé sur la voix d’acces de l’agriculteur memant je ne sais ou. Lorsque ce dernier me vit, un tantinet mal habillé et surpris une autre personnes dans la voiture, il m’adressa un sourire consentant et me demanda avec le plus grand calme de bien vouloir dégager le passage. Le soleil se couchait déjà à l’horizon lorsque nous arrivame chez elle...... avec un sourire qui n’avait pas quitter nos lèvres....

Diffuse en direct !
Regarder son live