Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 59 936 fois
  • 166 J'aime
  • 6 Commentaires

mon fils prend soin de ma chatte

Chapitre 1

Inceste

Bonjour,


Je m’appelle Michelle. J’ai 50 ans . Je suis une femme plutôt bien dans ma peau, épanouie. Je dois avouer que ma chance est d’avoir un fils très affectueux. Il s’appelle Alex, et c’est un beau garçon très attentionné.

Si j’emploie le mot "attentionné",, c’est que depuis quelques années maintenant, il prend vraiment très bien soin de sa petite maman....


Le décès accidentel de son père a été un gros choc pour nous, et Alex m’a beaucoup aidé. J’étais très touchée, et je n’avais plus envie de rien, de sortir ou de rencontrer du monde.

C’était une sorte de dépression qui a duré longtemps.

Un soir, Alex est venu à coté de moi s’asseoir dans le canapé.

"Ca va maman ? "

Avec un air triste, je répondais "mmmmh... bof... "

Alors il m’a enlacée dans ses bras pour m’apporter le réconfort dont j’avais besoin. Il avait sa main sur une de mes cuisses, et il la caressait doucement.

Au début, je n’y ai pas fait attention, mais peu à peu il avançait sa main par dessous ma jupe...

Absorbée par mes pensées et ma tristesse, je l’ai laissée faire un moment sans réagir.


Et puis j’ai senti ses doigts sur ma culotte. C’était une douce caresse....

Je me suis rendue compte qu’ il avait commencé à caresser ma chatte à travers le fin tissu de ma culotte.

Ma surprise était totale... Peut être était ce une erreur, un geste maladroit de sa part ? mais non... C’est bien mon sexe qu’il caressait du bout des doigts.

Comment était ce possible ? Comment mon fils si gentil avait il pu faire ça ?


J’allais protester, le gronder, mais à ma grande surprise, je me suis aperçue que ce n’était pas si désagréable...


Les années avaient passées, et dans ma tristesse j’avais complètement négligé les plaisirs de la vie, le soin et l’entretien de ma petite chatte.

Des aventures sexuelles, une relation avec un autre homme, je n’en avais jamais vraiment eu envie pendant toutes ces années.


Et comme personne n’en prenait soin, moi même j’avais complètement laissé de coté ma petite chatte. Plus d’entretien, pas de caresses, et peu d’attention pendant tout ce temps...


C’est plutôt dommage, car c’est plutôt une jolie foufoune, avec une jolie petite vulve rose, dessinée tout en rondeurs, qui s’ouvre doucement à la moindre caresse...Mon petit bouton, sous son capuchon, était à l’époque si sensible qu’il ne m’en fallait pas beaucoup pour ressentir un plaisir intense...

Mais tout ça c’était il y a longtemps...


Et voilà que c’est mon fils qui me rappelle que j’ai un corps de femme sensible aux caresses et que mon sexe est source de plaisir.

En général ce n’est pas le rôle d’un fils, ce genre de choses. Je suis sa mère quand même !

Mais il était tellement doux !

Et puis, qu’il ait quelques envies, c’était de son age...Moi aussi j’avais des envies ...

En poussant plus loin mon raisonnement, j’en suis arrivée à la conclusion que même si c’était pas l’idéal, ça pouvait pas me faire de mal, et que si lui, ça lui faisait plaisir je pouvais bien le laisser faire...


Alors lorsqu’il a commencé à me caresser plus directement. Je l’ai laissé faire.

Il m’a doucement écarté la culotte pour explorer mon intimité. Visiblement il était ravi de voir que je ne lui en refusais pas l’accès.


Il avait l’air très concentré, motivé pour s’occuper de ma chatte, s’acquitter de cette tâche avec sérieux.


Pour simplifier les choses, j’ai enlevé ma culotte et j’ai écarté très largement les jambes pour le laisser bien voir ce qu’il faisait.

Bien sûr, après plusieurs années de négligence, c’était un peu la forêt vierge, mes poils avaient vraiment beaucoup poussés.

Mais malgré ça Alex semblait vraiment heureux et très intéressé : il n’avait jamais vu ma foufoune d’aussi près.


Je l’ai laissé ainsi un long moment découvrir son nouveau jouet, aller farfouiller entre tous mes plis, mettre les doigts où il voulait.

Je l’ai laissé faire ce qu’il voulait, et j’ai découvert avec surprise qu’il se débrouillait carrément bien.

Mon fils n’était plus le petit garçon que je pensais : il avait acquis déjà une bonne expérience et était devenu très habile en la matière.


Le résultat allait au delà des mes espérances. L’efficacité du traitement était indéniable : ma chatte était trempée.

Alex était lui aussi très satisfait, et il a continué encore un moment à jouer avec elle.

J’ai alors ressenti une impression que j’avais oublié depuis un moment : le plaisir.

Alex tournait autour de mon clitoris depuis un moment, puis il intensifia ses caresses à cet endroit.

Avant d’avoir pu comprendre ce qui se passait, j’étais prise d’une bouffée de chaleur et de plaisir.

J’étais en train de jouir....

C’était incroyable. J’avais oublié ce que c’était... C’était divin...


Après ça, je me suis retrouvée plus détendue, plus sereine. J’ai passé une très bonne nuit.

Je sentais encore les doigts d’Alex dans mon vagin, et ça me faisait du bien.


Le lendemain j’ai senti Alex un peu gêné. Il avait peut être peur que je me sois fâchée.

Pendant la nuit il avait réfléchi à la situation. Il avait fait des choses inavouables avec moi, sa mère.

Il en avait honte, mais d’un autre coté, il y avait pris plaisir. Il aimait les chattes des femmes...

Et moi , ca m’arrangeait que quelqu’un prenne soin de moi.


Lorsqu’il m’a vue souriante et détendue, il s’est rassuré.

J’allais quand même pas me fâcher contre quelqu’un qui prenait soin de moi aussi bien !


Le soir, pendant qu’il regardait la télé, je me suis assise dans le salon à coté de lui.

Je me suis collée à lui et j’ai demandé timidement :

"Alex, c’était bon hier, tu sais... Tu veux pas recommencer ? ..."

Il m’a regardé avec un étonnement mêlé de satisfaction.

"heu...ok maman...pas de soucis..."


Sans attendre qu’il prenne les devants, j’ai relevé ma robe. Je n’avais pas mis de culotte.

Le visage d’Alex s’est illuminé: pour lui faire plaisir, j’avais entièrement rasé ma chatte. Je savais que les jeunes d’aujourd’hui aimaient ça. Elle était toute lisse, toute douce, toute propre, il allait pouvoir s’en occuper bien correctement.


Je me suis mise sur le dos et j’ai écarté les jambes. Ma foufoune était entièrement à sa disposition.

Alex s’est penché dessus et l’a inspectée, admirée avec un plaisir intense.

Puis il a recommencé ses caresses délicieuses.


Il était très habile. Son doigté était vraiment très bon. Je me suis dis que j’étais fière d’avoir un fils comme lui. Il fallait bien ça pour ma chatte endormie depuis tant d’années...

Je commencais à ressentir de plus en plus de plaisir. Ma chatte était trempée à nouveau et les doigts d’Alex qui allaient et venaient à l’intérieur produisaient une sensation extraordinaire. Il rentrait d’ailleurs plusieurs doigts, il y avait la place...


J’hésitais un peu, mais j’avais envie de quelque chose dont je ne m’étais pas servi depuis longtemps, mais qui , je le savais, était tout à fait adapté à la situation :

En fouillant un peu dans un tiroir de la table de nuit, je l’ai retrouvé : un gode de belle taille que m’avait offert mon mari à l’époque.


C’était un bel engin en plastique rose dont la taille était bien adapté à mon vagin... Ca faisait un bail qu’il avait pas servi !

En me voyant sortir ça, Alex a ouvert de grands yeux ronds. C’est sûr qu’il ne savait pas que j’avais ça.

Et il pensait encore moins qu’un jour il allait s’en servir avec moi.

Car c’est bien ça dont j’avais l’intention : il allait devoir utiliser le gode avec moi : je savais que pour ma chatte, après tant de temps de privation, ça devrait être très bon...


"Tiens, mon chéri, tu peux utiliser ça. Ca sera pas mal..."


Alex avait pris l’engin dans ses mains, mais semblait hésiter. C’est sûr qu’en voyant la taille du gode, il était impressionné. Mais je connaissais bien ma chatte, je savais que ça rentrait bien.

"bon, vas y doucement, quand même, mon chéri, ça fait longtemps, tu sais..."

Alex, après l’avoir enduit de salive, l’a donc placé à l’entrée de ma vulve, et au fur et à mesure qu’il poussait, en effet ça rentrait de plus en plus facilement et de plus en plus profond.

Bientôt je m’étais bien détendue et Alex pouvait sans peine faire entrer le gode entièrement .


Le résultat était conforme à mes exigences : c’était délicieux. J’ai eu un petit moment de nostalgie : comment avais je pu, moi une femme encore jeune, priver ainsi ma chatte aussi longtemps de ce genre de plaisir ???

Heureusement que mon petit chéri, mon Alex adoré, était là pour s’occuper d’elle !!

Il utilisait le gode avec habilité, le faisait entrer et sortir à un rythme régulier, tout en continuant à stimuler mon clitoris.

Il avait l’air de prendre beaucoup de plaisir à ce qu’il faisait, mais il restait très concentré, attentif à mes moindre réactions.

Autant dire que j’admirais ses capacités, vraiment.


Encore une fois, sa dextérité m’a permis de jouir dans une vague de plaisir incroyable...


Je suis venue prendre Alex dans mes bras, et en le serrant fort dans mes bras, je lui disais "merci, merci ! si tu savais le bien que ça me fait !!!"


C’est ma chatte qui aurait pu le remercier si elle pouvait parler ! Mille fois, elle l’aurait remercié !

D’ailleurs, elle allait beaucoup mieux maintenant qu’on s’en occupait régulièrement, et moi aussi par la même occasion...


Je ne savais pas comment remercier Alex de s’occuper aussi bien de ma foufoune....

Ou plutôt, si je savais, vous vous en doutez...


Mais je raconterai ça plus tard...

Diffuse en direct !
Regarder son live