Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 75 162 fois
  • 359 J'aime
  • 18 Commentaires

Mon frère est célibataire

Chapitre 1

Inceste

Mon frère Martin est vraiment un garçon adorable.

Je m’appelle Margaux, et j’ai 20 ans au moment où se passe cette histoire. Pour le présenter, j’ai de longs cheveux blonds et plutôt lisses, je fais 1m68 et j’ai des formes assez généreuses comme on me l’a assez souvent dit. Je viens de me disputer avec mon petit copain, Louis, avec qui je sortais depuis déjà 2 ans... C’était hier soir, lorsque je suis allé dans un bar avec des amies. Tout se passait bien jusqu’au moment où ma meilleure pote m’a dit de regarder derrière moi. Louis était assis à une table et embrassait une autre fille, une vraie pétasse avec des talons hauts et des cheveux blonds ondulés. Je n’ai même pas pris le temps de finir ma boisson, que j’avais payé très cher pourtant (comme quoi, les garçons sont vraiment une source d’ennui), et je me suis dirigée furieuse vers la table où s’embrassaient les personnes en question.


Je vous laisse imaginer la suite, mais en tout cas il n’a pas pu placer un mot tellement je me suis énervée contre lui. Je pense aussi que je ne reviendrais plus jamais dans ce bar, parce que je devais être ridicule quand j’ai crié devant tout le monde...


Cette nuit, j’ai donc demandé à mon frère de m’héberger, dans sa belle maison au nord d’Aix en Provence. Je n’avais vraiment aucune envie de retourner dormir chez mes parents, qui me demanderont si tout va bien alors que tout va extrêmement mal. Mais eux ne peuvent pas comprendre... Ils me comprennent rarement quand il s’agit de mes histoires de cœur.


C’est pourquoi aujourd’hui, et pour toutes les vacances d’ailleurs, je compte rester avec mon frère. Et je serai seule quand il sera au travail, donc je pourrai réfléchir à ce que je dois faire avec Louis.


Ce matin il est 11 heures quand je me réveille. J’ai dormi dans la chambre qui se trouve juste à côté de celle de mon frère, au deuxième étage. Nous sommes dimanche, il ne va pas au travail. Si j’ai dit au départ qu’il était adorable, c’est parce qu’on a passé toute la soirée d’hier à parler de mes tristes aventures. Et qu’il est le seul à savoir me réconforter dans ces moments-là. Un vrai grand-frère ! Alors tout ce que j’ai envie de faire ce matin, c’est d’aller le voir et de manger avec lui. Devant un bon film, pourquoi pas ?


D’ailleurs, maintenant que j’y pense, il n’a pas de petite amie... C’est très étrange, il est pourtant très beau (selon moi), et il est grand, musclé et extrêmement gentil. Pourquoi est-ce que je ne rencontre pas de garçons comme ça moi ? Pourquoi est-ce que les garçons de la Fac sont aussi stupides et méchants comparés à lui ? Après tout, je devrais lui demander s’il a une petite amie. On a tellement parlé de moi hier soir que je ne connais même pas sa vie à lui...


Après ces petites réflexions, je sors de ma chambre, et me dirige vers la chambre de mon frère.


— Martin, t’es là ?


Pas de réponse.

J’entrouvre doucement la porte pour voir si la lumière est allumée. Les rideaux sont grands ouverts, mais il n’est pas dans sa chambre. Il a dû se réveiller plus tôt. Je commence donc à descendre les escaliers pour aller dans la salle à manger. Il doit être en train de travailler en bas. Ou peut-être qu’il petit-déjeune ?


En arrivant en bas, je réalise qu’aucune de ces hypothèses n’est bonne. D’ailleurs, en me promenant dans la maison, je ne trouve pas Martin. Il est sûrement allé faire les courses pour ce midi. En effet le frigo est totalement vide.


Je décide alors de me diriger vers la salle de bain. Hier soir j’avais pris un bain très chaud qui m’a relaxé après le choc au bar. Je pense que je vais faire pareil aujourd’hui.

En arrivant à la porte de la salle de bain, je constate que celle-ci est fermée à clé. Voilà enfin où se cachait mon frère : il prenait sa douche. Mais en me concentrant, j’entends de petits gémissements venant de la salle de bain. Alors je ne sais pas ce qui me prend, mais je me baisse et j’observe par le trou de la serrure. C’est d’ailleurs très bizarre d’avoir mis une serrure aussi grande pour la porte de la salle de bain : tout le monde est libre de regarder ce qui s’y passe...


Et là, j’ai un choc en regardant. Martin est en train de se masturber, ma petite culotte d’hier dans sa bouche et mon soutien-gorge pendant sur son pénis. C’est dans cette position assez spéciale qu’il agitait frénétiquement sa queue, en poussant de petits gémissements.


Je ne sais pas ce que vous auriez fait à ma place. Je suis un peu choquée et dégoûtée. Mais en même temps, ça me rassure énormément ! Apres avoir été trompée par mon petit-ami, je me suis dit que je n’étais pas attirante, pas sexy. Ou peut-être tout simplement je n’étais pas assez belle. Alors voir un garçon, très beau et très attirant, en train de s’exciter comme ça sur moi, ça m’a en quelque sorte rassurée, et je me suis senti envahie de plaisir et d’une sensation très particulière...


Aussi, tout en regardant, je glisse une main dans mon pantalon. Je la faufile dans ma culotte et je commence à caresser mon vagin. Tout en regardant mon frère qui s’agite, je commence à rentrer un doigt. Il ne faut surtout pas faire de bruit, sinon je suis repérée et Martin s’arrêtera aussitôt. Ce n’est pas mon désir bien entendu. Mais qu’est-ce que c’est difficile de rester silencieuse ! J’ai l’impression qu’un seul doigt me fait bien plus de sensation que le penis de Louis quand il était entièrement enfoncé ! Est-ce que c’est mon frère qui me fait cette sensation ? Ou alors c’est cette situation improbable et incroyablement excitante ? En tout cas chaque caresse me rapproche du septième ciel. Tout en me doigtant, je dirige mon autre main vers mes seins pour stimuler tous les endroits de mon corps. Je mets toute mon énergie à faire des va-et-vient avec mon doigt, et je suis si concentrée que je manque de me baver dessus, la langue pendante.


J’ai l’impression que je vais exploser lorsque je décide de rentrer un deuxième puis un troisième doigt. Je mouille tellement que l’avant de mon pantalon est tâché ! Le bruit de ma cyprine que j’agite commence d’ailleurs à devenir assez important, et j’ai peur qu’il m’entende...


Mais impossible de m’arrêter maintenant, je dois rentrer un quatrième doigt ! Ce doigt-là est le doigt du ciel, je suis pris de frissons dans tout mon corps, et je jouis comme jamais je n’avais joui auparavant. J’ai découvert à ce moment-là que je pouvais être femme fontaine. Je suis resté au moins 30 secondes sans bouger, la main toujours à moitié enfoncée dans mon vagin, et l’œil plaqué contre la serrure. Juste assez pour voir mon frère éjaculer sur mon soutien-gorge qu’il a tenu de son autre main pour cette occasion. Il change alors de position et je le vois en train d’essayer de le laver sous le robinet. Je profite du bruit de cette eau qui coule pour me lever et remonter discrètement dans les toilettes de ma chambre pour me nettoyer. J’en avais vraiment foutu partout ! Je commence alors à me laver les mains pour enlever toute la cyprine qu’il y a dessus. C’est à ce moment-là que le pire se produit. J’entends mon frère qui remonte les escaliers et qui se dirige vers ma chambre.


Encore toute trempée, un peu transpirante, et surtout le pantalon complètement mouillé devant, je fonce vers mon lit pour me réfugier sous ma couette. C’est pile à ce moment-là qu’arrive Martin. Il entre doucement dans ma chambre et me dit :


— Salut Margaux, c’est l’heure de se lever ! Je voulais aller faire les courses au centre-ville, tu m’accompagnes ?


Un peu balbultiante, et faisant semblant d’ouvrir difficilement les yeux comme si je venais de me réveiller, je réponds :


— Pourquoi pas ?


Et comme je ne savais plus trop quoi dire, et que j’étais gênée, j’ai ajoutée :


— Tu as déjà pris ta douche ?

— Euh oui pourquoi ? Tu veux y aller avant qu’on parte ?

— Euh oui c’est ça, dis-je précipitamment.

— OK dans ce cas je te laisse.


Mais juste avant de partir, il vient s’asseoir sur mon lit, juste à côté de moi. Je vous rappelle que je suis toute trempée, même mes mains ne sont pas entièrement sèches de ma cyprine.


— Sinon, ça va un peu mieux depuis hier soir ? Si tu veux on peut aussi aller dans un parc d’attractions pour te changer les idées ? Ou au cinéma, comme tu veux ?

— Au cinéma c’est parfait, oui !!


Après quelques secondes où il m’a souri, il se lève et quitte la salle en fermant la porte. Je pousse alors un soupir de soulagement, puis je me lève et vais de nouveau vers le lavabo de ma chambre, tout en gardant un œil vers la porte.


Merci d’avoir lu mon histoire ! J’espère qu’elle vous a plu ! Ce n’est que le début bien sûr, et la suite viendra plus tard.

Diffuse en direct !
Regarder son live