Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 10 742 fois
  • 34 J'aime
  • 0 Commentaire

Mon frère est mon f.....

Chapitre 1

Hétéro

J’ai aujourd’hui trente quatre depuis quelques jours et je suis ce que l’on appelle un excellent parti étant toujours célibataire, bonne situation très à l’aise côté financier pour deux raisons la première mon poste de Pdg d’une importante entreprise aux multiples filiales et de l’autre de l’héritage dont j’ai été le bénéficiaire suite aux décès accidentel de mes père et grand-père qui se rendaient ensemble à un colloque genevois, j’avais à l’époque 14 ans et l’importante fortune fut donc placée jusqu’à ma majorité. Ma mère quant à elle n’eut aucun soucis financier étant elle-même héritière d’un bon pactole et de par sa famille à l’abri du besoin et bien protégée.

Elle était encore jeune à peine 31 ans, mais elle se consacra à ma personne. Elle ne faisait rien sans m’en avertir ou me demander mon avis. Nous habitions une superbe villa en région parisienne et nous avions deux personnes un homme d’entretien pour l’extérieur et une femme de ménage qui parfois nous mijotait de bons petits plat à la demande de maman lorsque nous recevions de la famille ou des amis. Maman était une fort belle jeune femme non parce qu’elle est ma mère mais par son élégante silhouette grande 1m75,pour environ 52kgs,blonde aux yeux bleus et une poitrine que je qualifierais de superbe aux seins bien ronds et d’un volume appréciable avoisinant le 95D.Elle ne se cachait jamais à mes yeux, elle allait et venait bien souvent en petite tenue d’une pièce à l’autre et quelques fois il lui arrivait d’ètre complètement nue, c’est pour cela que jamais je n’ai chercher à l’espionner pour la surprendre dénudée. Enfin j’étais fier de ma mère.

Donc au cours de ma quatorzième année je me trouvais en classe de seconde un matin pendant le contrôle d’anglais je fus pris d’un malaise, piquais du nez sur mon cahier de cours et enfin je repris connaissance à l’infirmerie du lycée où l’on m’avait transporté. Là l’infirmière s’occupa de moi et m’informa que ma mère prévenue était en route pour me récupérer, Lorsqu’elle arriva celle-ci lui recommanda de voir le médecin de famille ce qui fut fait dans le quart d’heure suivant. Le médecin qui me connaissait parfaitement diagnostiqua une baisse de tension et me prescrivit un bilan sanguin et de revenir avec les résultats. De retour à la villa elle me fit mettre en pyjama et au lit, j’adorais ma chambre elle était immense en fait les cinq chambres de la maison étaient identiques et aménagées de lits à deux places avec d’immenses armoires penderies et dans la mième un coin travail avait été ajouté. J’étais donc au lit, lorsque maman réapparut avec un bol de chocolat fumant et de belles brioches qu’elle avait demandé d’aller chercher au jardinier à la croissanterie du village. Elle resta près de moi jusqu’à ce que breuvage et viennoiseries furent terminées. Une fois le plateau débarrassé maman me tint compagnie tout en me questionnant sur ma vie en dehors de la maison mes amis et amies enfin sur ce que nous faisions en dehors du lycée tout cela pour savoir si nous ne fumions pas ou consommions des produits euforisants,je la rassurais en lui affirmant que jamais ni mes amis (ies) n’avions touché de telles substances. Après le déjeuner de nouveau au lit maman vint me retrouver et se mit au lit à mes cotés pour faire la sieste ce qu’elle faisait habituellement tous les jours lorqu’elle était seule à la maison et qu’elle n’avait aucun rendez-vous. Immédiatement nous nous endormîmes l’un et l’autre et je fus réveillé par quelque chose de terrible qui ne mettait jamais arrivé auparavent,une main caressait mon sexe qui s’était aussitôt transformé en bâton de chair bien dur et cette main était celle de maman qui tout en dormant me masturbait.Géné je voulus prendre sa main pour la détacher de ma queue, ce geste eut pour effet de la sortir de sa sieste et elle se trouva confuse et horrifiée de son comportement. Elle s’excusa je ne sais combien de fois en pleurant ’Ne t’inquiète pas lui dis-je’,’Oui que penses-tu de moi?’,’Mais rien maman’,’Tu comprends je rêvais que j’étais dans les bras de ton père enfin tu comprends cela maintenant que tu es grand ce sont des choses que tous les adultes font’,’Oui maman ne te fais pas de soucis c’est oublié’,’C’est bien vrai’,’Oui maman’.Et elle se tourna vers moi pour m’embrasser sur le front ce qui eut pour effet de plaque son ventre contre ma queue qui était toujours raide.’Tu vois que ce n’ai pas fini ton sexe est tout dur encore’.Elle rabattit les draps et glissa sa main dans l’ouverture du pantalon et se saisit de mon engin oh ce n’était pas un obusier mais il était d’une bonne taille, il m’était arrivé deux ou trois fois de me masturber mais jamais il ne m’avait parut aussi gros.’Maman je t’en prie laisse le’,’Non mon chéri laisse moi faire je vais m’occuper de cela ensuite il ira beaucoup mieux’.Elle se pencha vers lui et le prit dans sa bouche et me suça lentement je sentais parfois mon gland buttait au fond de sa gorge. Elle se mit sur le dos et entreprit de retirer son slip.’Enlève ton pantalon et viens te placer entre mes jambes’,je m’exécutais aime placer comme elle me l’avais ordonné c’est alors que je vis sa fente ornée d’une belle touffe blonde, elle se saisit de ma verge et la dirigea vers son sexe pour promener le gland de son bourgeon à l’entrée de sa chatte qui je sentais était ruisselante.’Vas’y pousse entre dans mon ventre’.Ce que je fis aussitôt,sa fente m’aspira immédiatement, ses muscles se refermèrent autour de mon baton.’Aller bouge doucement me dit-elle ’et je me mis en mouvement j’allais et venait chose qu’elle même se mit à faire venant à ma rencontre et s’éloignant lorsque je me retirais. Cela ne dura pas longtemps après peut être une vingtaine d’allers et venues dans ce doux fourreau je sentis monter et gicler au fond de sa chatte le contenu de mes bourses, pendant que mutuellement nous poussions un grand cri pour ensuite sombrer dans une semi inconscience tout au moins moi. Une bonne demi heure plus tard je reprenais mes esprits ma queue toujours plantée dans la fente poisseuse de maman, j’essayais de m’en extraire lentement et cela eut pour effet de me remettre à durcir,’Tu veux encore mon chéri ?’ et moi s’en lui répondre je me remis en mouvement et elle en fit de même et cette fois cela dura plus longtemps une bonne vingtaine de minutes. Lorsque tout fut terminé elle me demanda d’aller prendre une douche et elle en fit de mème dans l’autre salle de bain. Au cours du dîner elle me fit promettre de ne parler à personne de ce que nous avions fait. Un mois plus tard elle m’annonça qu’elle attendait très certainement un heureux événement et elle s’empressa de trouver un jeune homme et de sortir quelques temps avec sans jamais coucher, puis elle rompit et annonça à grand-mère qu’elle était enceinte.

Mon frère est en fait mon f..s ce qu’il ignore toujours et ne saura jamais.

Diffuse en direct !
Regarder son live