Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 184 fois
  • 113 J'aime
  • 6 Commentaires

Mon frere et moi, une belle histoire d'amour

Chapitre 1

Inceste

Je m’appelle Julie, ce que je vais vous raconter s’est passé lorsque j’avais seize ans. Je vivais seule avec mon grand frère, David, alors âgé de vingt ans. Nous partagions un petit appartement depuis la mort de nos parents, c’est notre mère qui nous avait quittés en premier, elle est morte d’un cancer qu’elle combattait depuis de longues années ; Ensuite notre père l’a suivie quelques mois plus tard lors d’un terrible accident de voiture. Je me suis retrouvée toute seule à quinze ans et j’ai donc aménagé chez mon frère qui avait déjà son propre appartement.


J’ai toujours été très proche de mon frère, nous avons toujours tout fait ensemble. Il m’a toujours protégée et s’est toujours occupé de moi, bref, nous avons toujours été inséparables et la mort de nos parents nous a encore plus rapprochés. La douleur que nous éprouvions nous a peu a peu éloigné de nos amis et du reste de la famille, nous nous sommes vite retrouvés seuls au monde pour ainsi dire. Mon frère était mon idole et je dois dire qu’en grandissant j’ai commencé à ressentir plus qu’un amour fraternel pour lui. Pour moi il représentait l’homme idéal et il possédait toutes les qualités que je recherchais chez un homme. Depuis que je me caressais (cela faisait deux ans environ que j’avais découvert ce merveilleux plaisir) je ne pensais qu’à lui. Les garçons du lycée ne m’intéressaient pas, ils était tellement immatures, de vrai gamins. Non, je n’avais d’yeux que pour mon frère. Je sentais un frisson de désir me parcourir le corps à chaque fois qu’il se baladait en caleçon dans notre modeste demeure, et lorsque je me doigtais je m’imaginais que c’était son sexe qui me pénétrait. Plus le temps passait et plus j’avais envie de lui. Je mettais souvent des petites tenues plutôt sexy pour tenter d’attirer son attention mais sans succès. Je voyais qu’il n’était pas indifférent à mes charmes mais pour lui j’étais toujours sa petite sœur. Je décidais donc d’agir…


Pour son anniversaire j’avais décidé de lui préparer une soirée bien arrosée rien que tous les deux. Au début il protesta un peu car il avait prévu une soirée entre potes, mais il finit par céder à mes supplications comme il cédait à tous mes caprices. Pour l’occasion, j’avais enfilé ma tenue la plus sexy, mini jupe noire plissée qui recouvrait à peine le haut de mes bas, débardeur rouge et noir très décolleté qui mettait bien en avant ma jolie poitrine, et des jolies chaussures à talons hauts avec lesquelles je n’étais pas très à l’aise car je les mettais que très rarement, mais ce soir je n’aurai pas beaucoup de chemin à faire. J’ai du passer au moins deux heures dans la salle de bain à me préparer avant que mon frère ne rentre du boulot. Juste au moment ou je finissais de me maquiller j’entendis la clé tourner dans la serrure et je me précipitai pour l’accueillir.


"Waou, mais tu t’es mise sur ton trente et un! dit-il le souffle coupé.

-Ce n’est pas tous les jours l’anniversaire de mon frère chéri.

-Tu vas faire des ravages si tu sors comme ça.

-T’inquiète, je compte pas sortir, c’est rien que pour toi que j’ai mis cette tenue. Bon anniversaire frérot! Lançai-je en lui faisant la bise.

-Tu vas pas me faire un strip-tease tant que tu y es ? dit il en rigolant.

-Peut-être, qui sait, si t’es sage." je répondis sur le même ton.


Nous passâmes la soirée à boire, enfin surtout lui car moi je voulais rester assez sobre pour ce que j’avais prévu pour la suite.

Lorsqu’il était suffisamment ivre, nous passâmes au salon soi-disant pour regarder un film, il s’assit sur le canapé et moi je m’assis à califourchon sur lui, comme je le faisais des fois. Je lui fis des petits bisous rapides dans le cou et il rit, prenant ça pour un jeu en me caressant gentiment le dos. J’avais chaud, je me sentais rougir, j’étais aux anges, ce dont j’avais rêvé depuis si longtemps était sur le point de se réaliser, j’allais connaître le plaisir suprême avec l’homme de mes rêves. Encouragée par ses caresses, je commençai à l’embrasser tendrement avec la langue toujours dans le cou, mon frère fut surpris:


« Mais… qu’est ce qui te prends ? »


« Chhhuuut » lui fis-je doucement et je l’embrassais avec de plus en plus de passion. Puis ma bouche trouva la sienne et j’entrepris un long baiser à pleine bouche. Au début il fut hésitant, mais nos langues se frôlèrent et il me rendit mon baiser. Nos baisers se firent de plus en plus passionnés, je me collai contre lui, sentant mes seins s’écraser contre son torse et je sentais son cœur tambouriner dans sa poitrine, le mien battait tellement vite que j’avais l’impression qu’il allait exploser. Plus bas, je sentais quelque chose durcir contre mon bas ventre, je voyais bien que je lui faisait de l’effet. Après un long moment passé ainsi, je me dégageais un peu pour lui déboutonner sa chemise et caresser la peau lisse et ferme de son torse. Il avait des tablettes de chocolat à croquer et presque pas de poils, j’avais si souvent rêvé de le caresser comme je le faisais que je n’arrivais pas à croire que tout cela se passait réellement. Il tenta d’arrêter mes mains entreprenantes mais avec peu de conviction. Je remontai mes mains vers ses épaules pour lui enlever sa chemise en passant mes mains sur ses bras musclés ... Quelle sensation incroyable de pouvoir enfin caresser l’homme de ses fantasmes. Je sentais l’excitation monter de plus en plus en moi et m’aperçus que je mouillais abondamment.


Impatiente de passer aux choses sérieuses, je commençais à lui déboutonner le pantalon. Il tenta encore de m’arrêter mais avec encore moins de conviction et j’étais déterminée même si j’avais un peu peur. Je n’avais jamais fait une chose pareille avant et j’appréhendais un peu ce qui se cachait là dessous, et là…


Il ne portait pas de slip et je me retrouvais nez à nez avec l’objet de tous mes fantasmes. Un spasme de plaisir me parcourut le bas ventre à sa vue, il était de bonne taille, plus gros que ce que je m’étais imaginé et déjà assez raide. Je le pris en main et commença à le masturber doucement, comme j’avais vu faire dans les films. Je faisais glisser la peau jusqu’en bas puis remontai jusqu’à couvrir entièrement le gland. Je ne pouvais détacher les yeux de ce spectacle, j’étais comme en transe. Mon frère laissa échapper un petit gémissement de plaisir, il m’embrassa dans le cou pour m’encourager et ses mains descendirent le long de mon dos pour me caresser les fesses en remontant ma jupe. Je portais un string et donc ses mains caressaient directement la peau douce de mes fesses. A cet attouchement je mouillai de plus belle. Je sentais que mon string était trempé maintenant. J’avais les yeux toujours rivés sur son sexe, il était tellement beau, j’avais envie de le prendre en bouche.

Je me suis levée pour m’agenouiller par terre.


"Mais qu’est-ce que tu fais?", il comprit mon intention lorsque j’ai approché mon visage de son membre ...

— Non, tu es ma sœur, on ne peut pas faire ça…

— Laisse toi faire, c’est mon cadeau d’anniversaire ...


et sur ce, j’happa son gland pour commencer à faire des lents va et viens.


J’accélérai un peu mes mouvements en faisant entrer son sexe plus profondément dans ma bouche, le sucer me procurait un immense plaisir. je mouillais encore plus et ma cyprine dégoulinait le long de mes cuisses. Mon clitoris était tellement tendu qu’il me faisait presque mal, je n’avais jamais connu un tel état d’excitation avant. J’étais tellement excitée que je n’ai pas pu résister à l’envie de descendre mon string pour me caresser de plus en plus vite en laissant échapper des petits cris de plaisirs, étouffées par le sexe de mon frère que je suçai avidement tout en le branlant d’une main. C’était la première fois que je suçais un mec et je m’appliquais comme une vraie pro. Je le sortis de ma bouche pour le lécher sur toute la longueur n’oubliant aucun recoin et en insistant sur les points qui semblaient lui procurer le plus de plaisirs, avant de le reprendre en bouche et de recommencer mes va-et-viens. Mes doigts s’activaient de plus en plus sur mon clitoris et je ne tardai pas à jouir, mon frère aussi n’allait pas tenir longtemps si je continuais mon traitement. Je ralentis donc le rythme, je ne voulais pas qu’il jouisse maintenant, je voulais aller encore plus loin…

Diffuse en direct !
Regarder son live