Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 16 254 fois
  • 115 J'aime
  • 9 Commentaires

Mon frère, mon amour

Chapitre 2

Le départ pour Tarragone

Inceste

Maintenant que le préquel de notre relation est fait, il est temps pour moi de parler de ma vision des choses pour notre voyage en Espagne.


Durant le mois de juin 2015, j’effectuais ma dernière année de BTS. N’ayant qu’un seul homme en tête, je n’ai pas eu de copain durant toute l’année scolaire, ce qui me convenait parfaitement pour réussir mes études (même si je n’aurais rien eu contre quelques nuits blanches si elles avaient été passées avec Alex).

Je n’étais absolument pas au courant que mon frère avait repris contact avec Cyril. Ce n’est que lorsqu’il m’a parlé du voyage que j’ai appris qu’il lui parlait depuis quelques temps par le biais des réseaux sociaux.


Lorsqu’il me demanda de l’accompagner durant toute une semaine si loin de chez les parents, ma première réaction fut enthousiaste. J’étais contente à l’idée de passer autant de temps auprès de lui, la destination m’importait peu. Puis, la réalité me revint au visage. Les sentiments n’étaient pas réciproques, car je me rappelais de cette bise ratée qui s’est terminée en smack et pour laquelle il s’était excusé. Aussitôt, mon enthousiasme retomba.

Je peux prendre le temps de réfléchir ? lui demandais-je finalement.

Oui, bien sûr. De toute façon, si tu as peur qu’il t’arrive quoi que ce soit, sache que tu dormiras probablement avec Anaïs et moi avec Cyril.


Étrangement, j’aurais pensé que s’il me demandait de venir avec lui, nous allions partager la même chambre, mais non, ce n’était pas ce qu’ils avaient convenu ensemble. J’hésitais vraiment beaucoup. D’un côté, j’avais envie de profiter de ce voyage pour me rapprocher de lui, mais d’un autre côté, je voulais garder mes distances pour ne pas trop souffrir.

À la fin de la première journée de réflexion, j’étais maintenant sûre de moi. Je n’allais pas l’accompagner durant le voyage. Pourtant, Anaïs me manquait depuis son départ sans donner de raison.


Le second jour de réflexion, je me suis dit que si je ne pouvais pas me rapprocher d’Alex, je pourrais en profiter pour essayer de rattraper le temps perdu avec Anaïs. Cette idée me décida à accepter d’accompagner mon frère. Mais après réflexion, elle risquait d’être occupée par le travail. Donc à la fin de la seconde journée, j’avais de nouveau décidé de ne pas accompagner mon frère lors du voyage.


Les fois suivantes se ressemblèrent. Je trouvais des raisons de partir avec lui, puis je trouvais des raisons de ne pas partir. Et le jour où mon frère me demanda ma réponse, j’étais sûre de moi. Je n’allais pas partir avec lui. Je ne voulais pas risquer de me laisser aller et de dévoiler mes sentiments. Le voyage n’aurait pas été très agréable si Alex devait essayer d’éviter d’être seul avec moi en apprenant que je l’aimais et en sachant que ce n’était pas réciproque.

Alors, tu t’es décidée pour le voyage ?

Oui. Je vais venir.


Qu’est-ce qui me prenait ? J’étais sûre de moi, sûre de refuser. Pourtant, devant lui je n’ai pas hésité une seconde à accepter. Il me prit dans ses bras pour me remercier. Je ne pouvais plus revenir en arrière, je devais aller avec lui. Mais je n’étais clairement pas prête à endurer ce qui, dans mon esprit, allait être la pire semaine de vacances. Pourquoi ? Parce que j’allais devoir éventuellement lui résister si je le voyais torse nu pour aller à la plage ou à la piscine (ne sachant pas très bien si Tarragone était situé en bord de mer ou si c’était dans les terres). Et si Cyril essayait de me draguer ? Jamais je n’aurais pu me laisser toucher par un autre homme sous les yeux de mon frère. Donc si je devais le recaler, il y aurait probablement eu des tensions entre nous, car même si Anaïs était une bonne amie lorsqu’elle était encore en France, elle n’en restait pas moins la sur de Cyril. Et elle allait probablement prendre sa défense.


Malgré cet accord un peu involontaire, je ne pouvais pas m’empêcher d’être excitée par le départ. Je n’étais jamais parti si loin de chez les parents. J’avais fait quelques recherches sur internet et j’avais pu voir qu’il y avait pas mal de choses à voir. Cela pourrait éventuellement occuper mes esprits et m’éviter de trop me rappeler que j’allais passer une semaine avec mon frère et que je devrais me retenir. Mais j’espérais aussi que nous n’irions pas à la plage (car j’avais maintenant vu que la ville est bordée par la mer). Sachant qu’il était célibataire, je n’aurais pas été discrète en le regardant, ou plutôt en l’admirant.


Arrivés en gare de Tarragone, je me sentis un peu perdue et c’est machinalement que je pris la main de mon frère. Assez rapidement, je vis notre duo d’amis. Je me suis toujours souvenu que Anaïs était une belle fille qui attirait facilement les regards. Avec les années, je réalisais qu’elle était toujours restée magnifique, donc je ne fus pas vraiment surprise de la voir enceinte, elle avait dû facilement se trouver un mari.

Alex, par galanterie, alla faire la bise à Anaïs. Je ne fut pas surprise, il a toujours été galant. Et moi je fut accueillie par Cyril.

Toutes mes félicitations, dit Alex à Anaïs. Je pense que le futur papa doit être content.

Il a pris la fuite en l’apprenant.

Ah mince. En tout cas tu es resplendissante.


Je ne m’étais pas trompée, lui aussi trouvait Anaïs magnifique. Mais je m’étais trompée sur un point, je croyais qu’elle était mariée. Finalement, elle aussi était tombée sur un connard qui n’assumait pas sa future paternité.


Le trajet vers la voiture fut relativement court, mais Anaïs me regarda constamment avec un grand sourire. Je ne comprenais pas trop son comportement. Était-elle aussi attirée par les femmes ? En ce qui me concerne, cela n’a jamais été le cas.

Nous montâmes dans la voiture et prîmes la direction de chez eux.


Une fois arrivés, après avoir déposé nos affaires, Cyril nous fit faire le tour des lieux, tandis que sa sur nous aida avec nos valises.

Dites-moi, vous préférez que les gars et les filles dorment chacun dans une chambre ou ta sur et toi préférez dormir ensemble ? demanda-t-elle assez rapidement.

Si ça ne te dérange pas, je préfère dormir avec mon frère, répondis-je sans réfléchir.

Oh non, ça ne me dérange pas. À vrai dire je m’en doutais un peu en vous voyant.

Je la regardai avec un regard étonné. Je craignais qu’elle ne se doute de quelque chose.


Après avoir rangé nos affaires dans l’armoire, nous allâmes nous promener tous les quatre pour découvrir un peu la ville. Encore une fois, je pris la main d’Alex tout au long de notre ballade dans les rues de la ville. Anaïs nous souriait en nous regardant. Je commençais à être un peu mal à l’aise. Je voyais d’un très mauvais il sa façon de me regarder en souriant. Voulait-elle essayer de séduire Alex ?


Le soir, Anaïs me proposa de l’aider à préparer le dîner. Elle me raconta quelques anecdotes sur Cyril et me demanda d’en raconter quelques-unes sur Alex. Pensant au départ qu’elle cherchait à en apprendre plus sur lui pour le séduire, je ne répondis pas. Voyant mon silence, elle se lança avec d’autres anectodes sur son frère. Peu à peu, pris dans le jeu, je me mis à livrer quelques petites pépites à propos d’Alex. Il fallait aussi que je ne parle pas trop de ses qualités car elle risquait d’être encore plus séduite par mon frère.

Ce soir on va vous préparer un repas avec tout notre amour, dit-elle aux hommes qui discutaient entre eux.

Pitié pas ça, je ne veux pas mourir, dit mon frère. Si ma sur y met tout son amour pour moi, il faudra appeler les secours.

Sur le moment, même si je savais qu’il plaisantait, cela me fit un peu mal de savoir l’image qu’il avait de moi. Comment pourrait-il vraiment imaginer que je puisse l’empoisonner alors qu’il est l’homme qui compte le plus à mes yeux ?

Va savoir, tu pourrais être surpris, répondit Cyril en rigolant.

Cette fois, je ne rigolais pas. Je venais de comprendre que tous les deux avaient deviné mes sentiments pour mon frère. C’était donc pour cela que Anaïs me lançait tous ces regards. Alex me regardait et je ne savais pas ce qu’il pensait. Avait-il compris le message que tous les deux tentaient de lui faire passer de façon trop directe à mon goût ?

Moi qui croyais savoir bien cacher mes sentiments pour mon frère, cette fois j’avais la quasi certitude d’avoir été démasquée. Anaïs et son frère se moquaient de moi, j’en étais persuadée. Ils avaient facilement deviné mes sentiments pour Alex et ils usaient d’ironie pour se moquer. Plus que la peur d’être ridiculisée par Anaïs ou Cyril, je craignais que mon frère finisse par comprendre leurs sous-entendus.


Le soir, j’allais me coucher avec mon frère, commençant à regretter d’être venue. Je réfléchissais déjà à une solution pour proposer à Alex de rentrer plus tôt chez les parents. Je ne voulais pas rester trop longtemps ici. En quelques heures, ils avaient pu voir ce que je cachais à mon frère depuis des années. Le secret allait forcément tomber si nous restions toute une semaine.

Diffuse en direct !
Regarder son live