Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Publié le
  • Lue 23 093 fois
  • 142 J'aime
  • 12 Commentaires

Mon frère, mon amour

Chapitre 3

Notre première nuit d'amour

Inceste

Je ne parvenais pas à trouver le sommeil ce jour-là. Même si elle avait été mon amie il y a bien longtemps, je vis cette fois Anaïs comme une femme dont je devais me méfier. Je n’avais pas peur qu’elle sorte avec mon frère puisque de toute façon, même si cela avait été le cas, leur relation n’aurait pas pu durer. Je craignais qu’elle et son frère continuent à se moquer de moi par leurs petites remarques qu’Alex aurait fini par comprendre.


Cela devait faire une heure et demi, ou peut-être un peu plus, que nous avions tous rejoint notre chambre. Alex dormait déjà profondément et je ne pouvais m’empêcher de caresser son corps, passer délicatement ma main dans ses cheveux, l’embrasser sur l’épaule, etc... Même s’il venait à se réveiller, il n’aurait pas été surpris puisque cela m’arrivait régulièrement de faire ça. D’ailleurs, il m’avait déjà surpris plusieurs fois et ne m’avait jamais demandé d’arrêter. En général, cela m’apaisait et m’aidait à m’endormir. Mais pas cette nuit.


J’entendis alors des gémissements provenir de la chambre voisine. J’arrêtais aussitôt de caresser Alex et je tendis l’oreille. Je n’étais pas encore sûre de moi. Faisaient-ils vraiment l’amour ou gémissèrent-ils ainsi pour se moquer de moi une fois de plus ? Après un petit temps de réflexion, j’en vins à la conclusion qu’ils faisaient vraiment l’amour, car si leur but était de se moquer de moi, ils ne pouvaient pas savoir si je dormais ou pas. Et puis, les gémissements duraient et ne semblaient pas être accompagnés de rires.


Cette certitude acquise m’excita terriblement. J’avais Alex juste à côté de moi et nos amis, frère et sur également, faisaient ce que je rêvais de faire avec mon frère. Je ne pus m’empêcher de glisser une main dans mon string et de glisser quelques doigts en moi. Mais ce n’était pas suffisant. J’en voulais plus. Je voulais Alex comme jamais je ne l’avais encore désiré. Je pris le risque de le réveiller. C’était ma meilleure chance de pouvoir lui faire l’amour, il ne fallait pas que je passe à côté de cette opportunité. J’allais vraiment tout tenter, quitte à me doigter devant lui s’il fallait.


Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? grommela-t-il en se réveillant.

Écoute, lui chuchotais-je.

Il resta silencieux quelques secondes, probablement le temps de bien écouter ce que j’avais envie qu’il écoute.

Tu entends ? lui demandais-je.

Ce n’est pas ce que tu crois, ils sont frère et sur, me répondit-il.

Soit il faisait exprès de ne pas voir la réalité en face, soit il cherchait à créer le doute chez moi. Mais c’était trop tard. J’avais acquis la certitude qu’ils faisaient l’amour. Je les entendais déjà depuis plusieurs minutes, Alex ne les entendait que depuis quelques secondes. Je n’avais donc aucun doute.

Tu crois que c’est lui le père du bébé ? lui demandais-je.

Non, ce n’est pas possible. Ils ne couchent pas ensemble, tenta-t-il de me convaincre une nouvelle fois.


Je souriais lorsqu’un gémissement bien plus distinct se fit entendre juste après qu’il ait vainement tenté de me convaincre que je faisais erreur. Cette fois, il ne pouvait plus dire le contraire. Anaïs et Cyril étaient bel et bien en train de faire l’amour.


Tentant une manuvre assez directe pour lui faire comprendre mes intentions, je glissais ma main dans le boxer de mon frère. Je fus agréablement surprise de sentir que la situation lui faisait aussi de l’effet.

Qu’est-ce que tu fais ? me dit-il sans chercher à retirer mon intrusion sous son boxer.

Ça me donne envie, lui annonçais-je.

Mais je suis ton frère bordel.

Eux aussi sont frère et sur et ça n’a pas l’air de les déranger. Et vu ce que je sens, tu as l’air d’en avoir envie aussi, affirmais-je.


Malgré l’annonce que je lui avais faite, il ne dégagea pas ma main de là où elle se trouvait. Je commençais à croire que l’impossible allait peut-être se réaliser. Je retirai ma main de son boxer le temps de me déshabiller complètement. Alex ne m’interrompit pas. J’étais nue aux côtés d’Alex pour la toute première fois. Je ne m’intéressais plus aux bruits de nos amis. Seule l’idée d’avoir enfin un rapprochement intime avec Alex comptait. Je ne pus réfréner mon envie de l’embrasser. Et c’est avec un plaisir immense que je sentis sa langue tenter d’entrer en contact avec la mienne. Puis je sentis sa main venir se poser sur mon sein gauche et son autre main venir tenter de se frayer un chemin entre mes cuisses qui s’ouvrirent sans problème. Jamais nous n’avions été aussi loin et jamais je n’aurais cru cela possible. Mais cet élan intime me donna l’envie d’aller au bout des choses. Je voulais le sentir en moi, sur moi et se soulager au fond de moi.


Je tentais de retirer son t-shirt mais il le fit à ma place, me confirmant un peu plus que nous allions enfin passer à l’acte. Je m’atellai alors à son boxer et je ne rencontrai aucune résistance. Nu lui aussi, je ne cherchais pas à me contrôler. J’embrassai chaque partie de son corps qui s’offrait à moi, descendant sans vraiment m’en rendre compte jusqu’à son pubis.

D’accord mais que du sexe oral, entendis-je sans me rendre compte que j’étais déjà arrivée à ce niveau.


J’avais maintenant son feu vert. Même si je voulais plus que de lui offrir une simple fellation, je ne voulais pas rater cette chance de lui prouver que j’étais celle qui lui fallait. Je devais tout faire pour lui prodiguer une fellation inoubliable.

Malgré mon souhait de donner le meilleur de moi, je ne cessais de me dire qu’il allait prendre conscience de ce que nous faisions et qu’il allait me demander d’arrêter. Pourtant, je l’entendais gémir de plaisir, mais cette crainte ne m’abandonna jamais durant cette offrande. Si bien que je ne parvins pas à être à la hauteur de ce que je désirais lui donner et je craignais que ce premier rapprochement intime ne soit aussi le dernier.

Quelques minutes plus tard, Alex m’informa de sa jouissance proche. Même si j’avais déjà avalé avec mes ex, je ne l’avais jamais fait dès la première fois, mais avec Alex, je n’ai pas eu besoin de réfléchir, cela me semblait naturel de le faire. En le sentant venir dans ma bouche, j’étais contente et déçue à la fois. Contente d’avoir pu aller aussi loin avec lui, mais déçue de ne pas avoir été aussi parfaite que j’aurais voulu l’être.


Même si j’en voulais davantage, je m’attendais à ce que, après mon cadeau, Alex décide de s’endormir. C’était déjà incroyable que mon frère me laisse aller si loin, alors penser que nous irions jusqu’à faire l’amour était un rêve quasiment inaccessible. Mais au lieu de cela, c’est moi qui fut surprise par son initiative. Il décida de passer sa tête entre mes cuisses et je lui ouvris naturellement le passage, profitant davantage de ce moment. Sentant sa langue s’activer, je profitais de chaque seconde de ce plaisir. Alex semblait avoir acquis pas mal d’expérience avec ses ex car il était très doué et me faisait beaucoup de bien. Je ne savais toutefois pas jusqu’où il était prêt à aller. Certes il avait parlé de se limiter au sexe oral, mais j’ignorais s’il voulait continuer jusqu’à ce que j’atteigne l’orgasme ou s’il allait s’arrêter sans m’avoir amené à la jouissance, comme certains de mes ex. Mais en raison de sa dextérité, je ne pus feindre mon plaisir malgré la présence de nos amis. Mais ayant fait plus que ce que nous étions en train de faire, ils n’avaient pas vraiment de quoi nous reprocher quelque chose. Plus je sentais la chaleur monter dans mon corps, plus j’espérais qu’Alex continue. Et je ne pus retenir l’intensité de l’expression de mon orgasme.


J’étais déjà comblée. Mon frère ne voulait pas aller au-delà du sexe oral et par chance pour moi, il n’avait pas été égoïste et m’avait donné du plaisir.

J’ai envie de toi, m’annonça-t-il à l’oreille.

Moi aussi, répondis-je folle de désir.


Il se redressa juste le temps de s’orienter correctement, puis une fois en moi, nous étions peau à peau, nous embrassant ensuite sans cesse. Ça y est, ce que j’espérais depuis tant de temps se réalisait. Alex et moi faisions l’amour. Ou plutôt, je lui faisais l’amour et il avait une relation avec moi, ne sachant pas encore si les sentiments étaient partagés. Vu qu’il dépassait la limite qu’il m’avait fixée, je ne réfléchissais pas et je savais au fond de moi qu’il n’allait pas s’arrêter. Je me donnais entièrement à lui. Même s’il ne le voyait pas dans la nuit, j’espérais qu’il le sente. À l’annonce de l’apogée de son plaisir, j’étais prête à le recevoir où il le souhaitais, même si je désirais le recevoir au fond de mon ventre. Pour qu’il ne regrette rien, j’étais prête à ce qu’il éjacule sur mon ventre, mes seins, dans ma bouche ou, même si je ne l’avais jamais fait, sur mon visage.

Vas-y, lui répondis-je pour lui signaler que je n’allais pas l’empêcher de jouir en moi.

Je sentis les contractions de son sexe qui expulsait son sperme sans chercher à sortir du lieu où il se trouvait, ce qui me procura un nouvel orgasme. Comblée, je sentis les contractions diminuer en intensité, mais Alex resta encore en moi. Je pense qu’il devait s’y sentir bien pour rester si longtemps dans mon vagin. Tant mieux car j’espérais que cet accueil lui donnerait envie de revenir. Pas spécialement pendant la nuit, mais un autre jour s’il le souhaitait. Alex se retira au bout de deux ou trois minutes, puis nous continuâmes notre nuit sans nous revêtir. Je vins me blottir contre lui et l’apaisement me fit m’endormir. Je n’étais pas spécialement fatiguée, j’étais comblée.


Au cours de la nuit, cette fois, ce fut lui qui me réveilla. Il ne chercha pas à me cacher l’envie qui le poussa à me réveiller, mais j’acceptai aussitôt. Pourtant, la chambre voisine était calme. J’en conclus rapidement que j’avais réussi à lui donner une très bonne impression lors de notre première fois. Lorsque nous fîmes l’amour pour la seconde fois, j’étais beaucoup plus détendue que la première fois puisque maintenant, j’avais la certitude qu’il avait apprécié ce que je lui avais donné auparavant, ce qui finalement, me donna l’impression d’être encore meilleure. Ce fut avec une grande satisfaction que je sentis qu’il ne chercha pas à se retirer au moment de son orgasme.


Deja deux fois cette nuit alors que je n’imaginais même pas qu’une première fois aurait pu se produire. Je m’endormis heureuse sans me soucier de savoir si Alex allait regretter au réveil. Quand un homme fait plusieurs fois l’amour à une femme, surtout durant la même nuit, il est impossible qu’il n’ait pas été conscient de ce qu’il avait fait. Donc la seconde fois est toujours volontaire.


Blottie contre lui, dans ses bras, recevant un dernier baiser sur l’omoplate avant de lui offrir ma bouche une dernière fois, je m’endormis à nouveau. Je n’avais aucune intention de lui cacher ma nudité jusqu’à notre réveil et je constatais qu’il ne chercha pas à saisir ses vêtements. Lui aussi resta nu pour finir les quelques heures de nuit qu’il nous restait.

Diffuse en direct !
Regarder son live