Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 125 fois
  • 51 J'aime
  • 3 Commentaires

Mon frère et ses potes

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

L’histoire que je vais vous raconter est celle qui m’est arrivée ce week-end. Avant tout, je vais me présenter brièvement. Je m’appelle Juliette, j’ai 19 ans, je ne suis pas hyper grande, mais c’est de famille, et je suis blonde aux yeux bleus. Mon poids ? Ça ne vous regarde pas ! Mais disons que je suis plutôt du genre sportive...

Samedi, mon frère, âgé de 18 ans, avait invité chez nous son meilleur copain pour passer l’après-midi ensemble. Mes parents étaient partis faire des courses pour l’après-midi avec ma petite sœur et je savais qu’ils ne seraient pas de retour avant ce soir, probablement pour l’heure du repas. J’étais donc seule avec mon petit frère, Gaëtan, et son copain, Sevan.

Cela faisait un moment qu’ils étaient montés dans la chambre de Gaëtan, et étant donné leurs rires que j’avais entendus pendant près de deux heures, ils devaient regarder des vidéos comiques sur internet. Cependant, depuis 15 min, le calme était revenu dans la maison. Je voulais aller faire un tour au supermarché afin de m’acheter quelques bricoles pour mes cours à la fac. Même si je n’en avais pas pour très longtemps, il fallait tout de même que je prévienne mon frère que je m’en allais. Je montai donc au premier étage et m’approchai de sa porte quand j’entendis de drôles de gémissements émanant de sa chambre. Curieuse, je tentais une observation par le trou de la serrure mais je ne parvins pas à distinguer ce qui se passait. Poussée par la curiosité, je décidai alors, contrairement à mes habitudes, d’entrer sans frapper. J’ouvris la porte d’un seul coup. Ce fut alors un branle-bas de combat. Les garçons étaient assis, nus, devant l’ordinateur. Ils s’empressèrent de cacher leurs services trois pièces sous leurs T-shirts et de fermer la fenêtre ouverte sur l’ordinateur. J’éclatai alors de rire. Je venais de tout comprendre. Les cochons se masturbaient sur une vidéo porno. Mon frère tenta de se sortir de la situation.

« T’aurais pu frapper !

— Non, je ne vous aurais pas surpris en train de vous branler en matant un film de cul. »

Je continuais à rire.

« Qui te dit qu’on faisait ça ?

— Alors qu’est-ce que vous faites à poil devant l’ordinateur ? »

Il semblait avoir oublié ce détail. Mon rire se calmait enfin, j’en avais les larmes aux yeux.

« Tu dis rien aux parents hein !

— Ne vous inquiétez pas. »

C’est alors que je remarquais que Sevan présentait une musculature très développée. Ses abdominaux et ses pectoraux étaient bien dessinés, sans pour autant faire trop. Mon frère n’était bien sûr pas en reste, mais moins bien doté.

« Dis-donc, t’es baraqué Sevan.

— T’as vu hein. »

Il faillit se lever mais se ravisa quand il se rappela que son seul son T-shirt cachait ses parties intimes. Mon frère coupa court aux compliments.

« Tu peux sortir s’il te plaît ?

— Pourquoi ? Je suis bien là à discuter avec vous.

— On aimerait bien se rhabiller.

— Ah ? Vous ne finissez pas ce que vous aviez commencé ? Il ne faut pas vous gêner pour moi. »

Décidément, l’ironie était vraiment un langage que j’adorais manier.

« Je suis pas décidée à bouger de là, donc si vous voulez finir, allez-y.

— Très drôle, tu nous l’as un peu coupée.

— Vous voulez que je vous la remonte ? »

Sentant que la situation allait s’éterniser, Sevan tenta un rhabillage stratégique. Il cherchait du regard ses vêtements et semblait enfin les avoir trouvés, sur la chaise située à l’autre bout de la pièce. Il se leva, le T-shirt toujours plaqué sur le bas ventre et tenta un déplacement en pas chassé, restant ainsi bien face à moi. Mais après deux pas, alors qu’il en tentait un troisième, me regardant toujours fixement dans les yeux, il buta dans l’aspirateur qui trônait au milieu de la pièce. Perdant l’équilibre, sa main droite chercha un appui pour se rattraper. Celle-ci glissa sur la poignée de la porte. Sa main gauche parvint cependant à s’en saisir évitant ainsi la chute. Malheureusement, cette cascade lui avait fait lâché son T-shirt découvrant ainsi ce qu’il avait pris tant de mal à me cacher. Je tentais une phrase de consolation tandis qu’il devenait rouge pivoine.

« Elle est pas mal, t’as pas à avoir honte. Fais voir la tienne Gaëtan.

— Ça va pas ?

— Tu vois, Sevan, il a peur d’être ridicule devant toi.

— N’importe quoi, en plus Sevan l’a déjà vue.

— Quel timide tu fais. Tu viens Sevan, je vais te montrer quelque chose. »

A ces mots, mon frère se leva brutalement et me lança son T-shirt à la figure.

« Moi aussi je veux voir.

— Voir quoi ?

— C’est ça, fais ta maline. Maintenant que tu nous as fait mettre à poil, à ton tour.

— Excuse-moi, mais vous n’avez pas eu besoin de moi pour vous foutre à poil. Cependant, comme je suis bonne joueuse, je veux bien faire un effort. ».

J’enlevai alors mon T-shirt et mon pantalon, laissant apparaître mon soutien-gorge de sport et mon shorty noirs. Je sentais que les garçons ne me quittaient pas des yeux. Je décidai de voir ce qu’ils m’avaient réellement caché tout à l’heure. Je m’approchai de Sevan et commençai à le caresser, partant du haut du torse, et descendant doucement jusqu’à sa verge, que j’attrapai alors, avant de la branler doucement. Il se laissait faire, et je sentis bientôt celle-ci grossir entre mes mains. C’est le moment que choisit mon frère pour dégrafer mon soutien-gorge. Je me retournais d’un coup, abandonnant Sevan pour me tourner vers le jaloux qui bandait déjà. Devant mes yeux ébahis, une quinzaine de centimètres se dressait. Je m’agenouillai et commençai alors une lente fellation. Sevan me retira mon soutien-gorge, me releva et m’emmena sur le grand lit de mon frère. Sa bite mesurait à présent entre 15 et 20 cm environ. J’attaquai une fellation un peu plus dynamique que la précédente. Mon frère, abandonné, commença alors à me caresser à travers mon shorty qu’il finit par m’ôter. Il reprit ensuite ses caresses en insistant de plus en plus sur mon minou et il finit par y entrer un doigt, puis deux. Sa technique était plutôt efficace. Les premiers coups de langue ne tardèrent pas à arriver alors que je continuais à sucer son meilleur ami. Je me plaçai lentement sur le dos pour mieux profiter de ce que je n’hésite pas à qualifier aujourd’hui de performance. Je sentis rapidement l’orgasme arriver et je laissais alors mon corps s’exprimer. J’avais cessé la fellation et mon frère cessa son cuni. Les deux garçons échangèrent leurs positions. Je repris la fellation que j’avais abandonnée quelques dix minutes plus tôt. Sevan approcha son gland de mon entrée et l’y frotta en forçant de plus en plus jusqu’à rentrer. Il s’allongea alors de tout son long sur moi et commença des va-et-vient de plus en plus rapide. Il pesait de tout son poids sur mon corps, m’empêchant de bouger et je sentais ses muscles, plaqués sur ma peau, vibrer.

Diffuse en direct !
Regarder son live