Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 19 363 fois
  • 273 J'aime
  • 15 Commentaires

Mon grand-père profite de ma petite amie

Chapitre 1

Hétéro

Il y a deux ans environ, ma petite amie Sabina est venue en France me rendre visite. C’est une jolie fille d’Argentine que j’ai rencontrée par hasard pendant qu’elle était en France pour ses études. Elle avait néanmoins dû repartir chez elle pour les vacances d’été. Elle a 19 ans à ce moment, est brune, yeux marron tirant vers le noir, petite, teint mat qui me plaît beaucoup. Au niveau des formes, ses seins sont plutôt petits, mais elle compense par un fessier assez gros.


Elle avait donc décidé de venir me voir, étant donné que je lui manquais et qu’elle allait de toute façon devoir bientôt revenir pour continuer ses études. Elle est arrivée en plein milieu du mois d’août, période où mes parents profitent pour aller en vacances dans le sud de la France. Nous allions donc nous retrouver elle et moi chez moi, mais néanmoins nous n’allions pas être seuls : mon grand-père Jacques, âgé de 65 ans, vivait avec moi et mes parents depuis le décès brutal de sa femme dû à des complications de santé. Je me disais que l’on n’allait pas pouvoir faire absolument tout ce qu’on voulait elle et moi avec lui dans les parages, mais c’était mieux que rien.


Nous sommes donc allés chercher Sabina à l’aéroport, ne pouvant laisser seul mon grand-père à la maison. Il n’avait vu Sabina qu’une seule fois, et ne se souvenait plus vraiment de comment elle était, me disait-il.


A son arrivée, elle portait un short en jean avec un chemisier légèrement décolleté. Elle m’embrassa et me serra dans ses bras, choses qu’elle n’avait pas pu faire depuis un long moment. Pendant que je prenais sa valise pour la déposer dans le coffre de ma voiture, elle salua mon grand-père. Celui-ci dit alors :


— Bah dis donc, je me souvenais pas qu’elle était aussi jolie ta copine mon garçon !

— J’ai de la chance hein papy ? Bon après elle a de la chance de m’avoir aussi hein, dis-je en rigolant.


Sabina rougissait, elle ne parlait pas très bien le français, mais elle le comprenait. Elle prononça tout de même un petit "merci" avec son accent très sexy à l’égard de mon grand-père.


Sur la route du retour, tout se passa bien, mon grand-père en profita pour apprendre à mieux la connaître. Je faisais office de traducteur parfois, mais les deux s’en sortaient très bien.


A la maison, les choses se passaient normalement les premiers jours, bien que j’avais noté que mon grand-père regardait souvent Sabina, en attardant son regard sur son postérieur à plusieurs reprises. Sabina ne semblait pas l’avoir remarqué, bien au contraire, puisqu’elle n’hésitait pas à se montrer à lui dans des tenues légères, comme au matin par exemple où elle ne descendait déjeuner avec nous qu’avec un débardeur et un simple short transparent qui laissait entrevoir le string qu’elle portait dessous. Mon grand-père ne manquait jamais l’occasion de la regarder au cours de ces matins, mais je ne lui en tenais pas rigueur.


Les jours passaient, puis un après-midi, nous avions décidé de jouer tous ensemble dans la piscine familiale, étant donné la chaleur qu’il faisait. Mon grand-père et moi étions déjà dans l’eau quand Sabina est arrivée avec son maillot de bain, c’était un maillot de bain une pièce qui lui allait comme un gant et qui mettait en valeur ses fesses généreuses. Elle nous rejoignit donc dans la piscine, nous commençâmes donc à nager tous ensemble.


Pendant cette petite séance de nage, je surpris à plusieurs reprises mon grand-père et ma copine qui se rapprochaient. Je voyais mon grand-père laisser ses mains se balader parfois sous l’eau sur le corps de Sabina, mais c’était très rapide, je me disais que ce n’était que dans le feu de l’action puisque l’on jouait tous ensemble. Ce qui me surprenait plus par contre, c’était que ma copine laissait également ses mains se balader parfois, tantôt sur le ventre de mon grand-père, tantôt sur ses côtes, parfois même à la limite de toucher son sexe.


Bien que je m’amusais aussi, je commençais à fatiguer, surtout que j’avais dû préparer la piscine tout seul au début de l’après-midi :


— Je vais aller me reposer un petit peu moi, je pense... Je commence vraiment à fatiguer, dis-je alors.

— Déjà fatigué à ton âge ? T’as vraiment pas de santé, à ton âge, je pouvais rester là toute la nuit si je voulais, répondit mon grand-père.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


Sabina me parla alors en espagnol. Je retranscrirai ses paroles une fois traduites par souci de compréhension :


— Tu t’en vas ? Je m’amuse beaucoup trop, j’ai pas envie de m’arrêter moi !

— Je suis désolé, mais j’en peux plus, lui répondis-je. Tu viens avec moi ? C’est marrant deux minutes, mais toute une après-midi dans la piscine, très peu pour moi...

— Tu sais pas t’amuser !


Mon grand-père prit alors la parole :


— Si elle veut rester, elle peut, moi ça me gène pas ! dit-il, en la tenant par les hanches.


Elle rigolait avec lui, et insistait pour rester. Je décidais donc de les laisser, n’imaginant pas une seconde ce que j’étais sur le point de voir.


Je n’arrivais pas à m’endormir, à cause notamment du bruit qu’ils faisaient dehors dans la piscine. Je me plaignais intérieurement, puis quelques minutes plus tard, je n’entendais plus rien. Je décidais donc d’aller voir ce qu’il se passait.


Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je surpris Sabina, appuyée contre un bord de la piscine, en train de se faire sauter par mon grand-père. Il la prenait, de manière assez vigoureuse, ce qui m’étonnait pour son âge, en missionnaire contre le bord de la piscine. J’entendais de nouveau le bruit de l’eau au fil des aller-retour de mon grand-père à l’intérieur de Sabina. Je pouvais les entendre marmonner :


— Oh siii papi me gusta (elle lui parlait en espagnol)

— t’es une bonne petite salope toi hein à allumer les vieux comme moi.


Elle n’hésitait pas à l’embrasser sur la bouche, et s’accrochait à lui comme pour mieux se faire pénétrer. Elle adorait visiblement ce qu’il se passait. Mon grand-père était sur le point de jouir :


— je vais bientôt juter ma belle.

— oh oui Jacques, siii.


Le fait qu’elle l’appelle par son prénom excitait mon grand-père, qui commença à littéralement défoncer Sabina. Elle avait le souffle court, et lui fit signe qu’elle allait jouir. Les deux se mirent à gémir très fort, bien qu’ils essayaient de se contenir. Ils restèrent un moment dans cette position, puis Sabina sortit de l’eau. Son maillot de bain était toujours sur elle, mais il était désordonné : ses seins étaient sortis, et le bas de son maillot était écarté sur un côté. Elle réajusta tout cela, et dit à mon grand père : "tu dis rien".


Ce n’était que le début.

Diffuse en direct !
Regarder son live