Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 5 792 fois
  • 30 J'aime
  • 2 Commentaires

Mon job d'été

Chapitre 1

Gay

Je m’appelle Gregory, j’ai 17 ans et je vais profiter de 2 mois de vacances scolaire.

Vu que ne n’ai pas prévu de partir cet été, je vais faire un petit boulot durant les mois de Juillet et Août pour m’occuper un peu, et je connais des personnes qui voudraient que je leur garde leurs enfants pendant qu’ils travaillent.


J’ai donc contacté l’un de mes prospects (le plus offrant bien entendu) afin de lui proposer mes services. Me connaissant, ils n’avaient pas eu de problèmes à m’engager.

C’était Didier et Sarah, un couple marié avec 3 enfants dont 2 enfants de 4 ans (des jumeaux) et un grand frère de 19 ans. J’avoue que cela fait bizarre de parler du dernier comme étant un enfant alors qu’il a 2 ans de plus que moi. D’ailleurs cela aurait très bien pu être à lui d’avoir la responsabilité de surveiller ses deux petits frères mais il travail et n’est pas à la maison avant 19h00. Les jumeaux seront en centre aéré à partir du 1er Juillet.


Bien entendu j’ai rencontrer les parents chez eux afin de faire un briefing sur l’ensemble des tâches à effectuer durant ma période de travail, les horaires (du lundi au vendredi de 16h à 19h) la responsabilité sera ensuite confiée au grand-frère. J’ai d’ailleurs été présenté à ses fils.


— Les enfants ! Venez ! On va vous présenter celui qui va vous garder !

Les deux petits bambins arrivent en courant vers le salon.

— Eh doucement vous allez vous faire mal, fit une voix encore inconnu.

Un beau blond passa le couloir et s’avança vers moi. Moi c’est Mathis, enchanté. Me dit-il en me serrant la main.

— Enchanté moi c’est Gregory, mais vous pouvez m’appeler Greg dis-je en m’adressant à tous le monde.

Mathis fit demi-tour vers sa chambre aussi vite qu’il est venu. Du peu que j’ai vu de lui, il m’avait plutôt charmant.

Je me tourne alors vers les 2 enfants


— Et vous, comment vous-vous appelez ?

— Euh … Moi c’est …

— Attendez, attendez … Mon petit doigt me dit que toi c’est Léon et toi Léo, est-ce j’ai juste ?

— Tout juste ! dirent les enfants en cœur.

— Alors on va bien s’amuser tous les trois pendant les vacances !


Les deux enfants sourirent en réponse puis retournèrent dans leur chambre à la demande de leur mère. L’entretien était terminé, je les remerciais et les salua comme il se doit.


Les jours passent vite. Nous sommes le premier jour, je dois récupérer les petits du centre aéré. Sur le chemin du retour, ils me racontèrent leur journée. Arrivé à la Maison, je les change et leur met un pyjama puis je leur distribue le gouter puis les laisse jouer à leur guise tous en faisant attention à eux. Le temps passe et il est 18h45, j’entends le bruit de la serrure et la porte s’ouvrir. C’est Mathis. Il entre et referme la porte doucement.


— Salut Greg, tu vas bien ? Me dit-il en me faisant la bise

— Bien et toi ?

— Ça va. Les petits sont calme, étrange …


Je lâche alors un petit sourire.


— Pardonne-moi pour la dernière fois, j’étais pressé car j’étais en vidéoconférence. Reste un peu, histoire qu’on parle un petit peu. Tu veux un café ?

— Volontiers, avec un sucre s’il te plait.

Je suis resté une dizaine de minute avec lui, nous avons fait plus ample connaissance. Je le trouve plutôt mignon. Il avait les cheveux un peu bouclé, l’uniforme de fast-food faisait ressortir les quelques traits de muscles qu’il pouvait avoir sur ses bras et on pouvait clairement voir son torse musclé à travers le tee-shirt.

Il devait faire quelques centimètres de plus que moi, soit plus d’1m81.

Il est rasé aussi bien du visage que des jambes et des bras. Bref, il ressemble à un de ces mannequins qu’on peut voir à la une des magazines de mode. Il avait des yeux aussi bleus qu’un ciel dégagé de printemps.


Moi je suis un peu plus fin, je fais 1m81 pour 70kg. Je suis brun avec des cheveux très courts. J’ai les yeux marron et de toutes petites pommettes qui font un peu mon charme.


Il était 19h passé, je devais rentrer chez moi et donc coupé notre conversation. Je suis rentré chez moi en pensant à Mathis.

Comment réagirait-il s’il savait que j’ai une attirance pour lui ?

Comment puis-je savoir s’il aime aussi les garçons ?

Que ferais-je s’il me rejetait ?

Comment je dois l’aborder ?


Des tas de questions me trottait dans la tête. Je reste le reste de la soirée assez pensif et fini par me coucher vers 23h.


Les jours s’enchainaient et se ressemblaient, je n’étais pas découragé pour autant, d’ailleurs la relation entre Mathis et moi était devenu beaucoup plus amicale et arrivé à ma troisième semaine de travail, ce dernier m’annonce que ses parents iront en vacances pendant 2 jours. Les enfants ont été prévenus et c’est lui qui s’occupera d’eux. Il a d’ailleurs demandé à son patron de lui accorder les deux jours et m’a proposer de dormir chez lui durant les deux jours si je voulais sous prétexte qu’il avait du mal avec les enfants alors que moi non. J’accepte sa proposition.


Ce soir là, il était 18h00, Mathis était rentré plus tôt afin de m’annoncer l’information. Nous discutions devant la télé puis il s’est absenté pour se douché. Du coin de l’œil je le vois traversé le couloir, de sa chambre vers la salle de bain. Il était torse-nu et n’avait qu’une serviette blanche autour de lui.

J’aperçois furtivement son torse et ses abdominaux. Qu’il est sexy !!! Il ressemble à un de ces héros grec qu’on voit dans les films. Je force mes yeux à détourner le regard vers la télé, c’est dur mais il ne faut absolument pas qu’il me prenne en train de le regarder.

Une vingtaine de minutes passé, il ressort de la douche, mais cette fois-ci en boxer, encore plus séduisant.


Il se vêtu d’un short et d’un tee-shirt et se rassit à côté de moi. J’avais vraiment chaud à ce moment la. Nous discutions pendant que les enfants jouaient dans leur chambre cette fois-ci. On parlait amour.


— Sinon niveau amour tu sors avec une personne ?

— Non, répondais-je timidement. Et toi ?

— Non. Mais pour tout t’avouer, je m’intéresse autant aux filles qu’aux garçons. Mais chuuut, mes parents ne sont pas au courant donc si tu peux éviter de leur dire …

— Euh … Oui, oui ne t’inquiète pas.


Je n’arrivais pas à croire ce que je venais d’entendre, il est bi !!! Cette annonce a fait l’effet d’une bombe. Je visualisais l’espace d’une seconde une gigantesque explosion atomique telle Hiroshima.



— Je dois t’avouer que j’ai également une attirance pour les deux sexes. Mais je ne voulais pas te le dire de peur que tu me rejette.

— Pourquoi voudrais-je te rejeter, parce que tu es toi-même ? Je ne pensais pas que tu étais bi à vrai dire je te pensais hétéro.

— Eh bah non, répliquais-je avec un petit sourire de soulagement.

— Mais, sans indiscrétion, quand tu dis être bi, tu as déjà eu une aventure avec mec ou bien tu sais de toi-même que tu es attiré par les hommes sans avoir tenter quoi que ce soit ?

— Je n’ai jamais eu de relation avec un homme même si j’aimerais, mais avec les filles j’ai du en avoir 2 ou 3.

— Je vois …


Notre discussion continuait, je sentais que notre relation évoluait. Nous étions tellement proche physiquement, nous étions sur le point de nous embrasser quand le bruit d’une porte en train de s’ouvrir coupa notre climat. C’était Léo. Il pleurait car il s’est cogné contre le lit superposé de sa chambre. Je me lève alors et pour aller le réconforter. Son jumeau était lui derrière moi, comme s’il voulait prendre des nouvelles de son frère.

C’est beau l’amour fraternelle à cette âge la …

Une fois réconforter. Je ne pu rester longtemps. J’ai donc pris mes affaires et je suis sorti en saluant tout le monde.


Sur le chemin j’étais heureux, il semblerait que Mathis a le béguin pour moi ! Je ne veux cependant pas trop m’avancer et préfère être sur de ces sentiments. J’en aurais l’occasion demain quand je dormirais chez lui.


Le lendemain, je passe comme d’habitude à 16h prendre les enfants du centre aéré puis m’active pour rentrer à la maison, j’étais tellement content que sur le chemin j’ai acheté deux petites peluches aux enfants. Arrivé à la maison, je trouve Mathis en train de m’attendre. Je m’occupe des enfants puis les laisse à leurs occupations.


Nous restions silencieux devant la télé pendant une dizaine de minutes. Je ne savais pas quoi faire. Est-ce que je parle ce qui s’est passé hier ?

Dois-je l’embrasser tout de suite ? Non j’aurais l’air stupide.

Mathis brise alors le silence.


— Ecoute pour hier je voulais te dire que je suis dés…


Je ne voulais pas qu’il termine sa phrase, je l’ai embrassé quelques secondes. Il eut un mouvement de recul.

A ce moment la j’étais en train de me demander ce que j’ai fait dans ma tête, je me suis jeté trop rapidement ! Quel con …

Je sens alors sa main droite se poser sur mon torse et son autre main se poser sur mon épaule. Il m’embrasse alors fougueusement. Nos langues dansent l’un contre l’autre. Il se retire alors et je reste abasourdi.


— Waw ! Disais-je avec le peu d’esprit qu’il me restait.

— Ça fait au moins 2 semaines que tu m’attire. Tu as toutes les qualités que je cherche chez un homme. Je t’aime.


Je suis sous le choc, je sens mon cœur battre tellement fort que j’ai l’impression qu’il va se déloger. Je ne peu résister à la tentation de rentrer une nouvelle fois en contact avec ses lèvres. J’ai tellement espéré ce moment, il hantait mes rêves la nuit. Je me voyais au bord d’un lac, sur du gazon, ma tête posé contre son torse luisant et nous étions couvert d’un doux drap de soie.


L’heure du repas approchais, Mathis n’étant pas un grand expert de la cuisine à fait des pâtes au beurre. Durant tout le repas, nous nous lancions des regards complices. Les enfants sont resté avec nous part la suite puis nous les avons douché et couché. Nous étions maintenant tous seul. Je rejoins alors mon nouveau chéri, l’embrasse rapidement puis va à la douche.


J’entre dans cette salle de bain, j’ai déjà pris la douches aux enfants donc je connais déjà la pièce. Une belle douche à l’italienne, deux lavabos, des placards, une salle de bain banal, hormis le fait qu’elle soit décoré de petit carrelages blanc et noir ce qui rend la pièce sublime.


Je me dénude, puis pénètre dans la douche, je fais couler l’eau puis reste sous l’eau un bon moment en fermant les yeux. Je sens alors un souffle chaud sur mon épaule, puis des mains toucher mon dos. J’ouvre mes yeux et voit sont reflet sur la vitre de la douche. Je le sens se rapproché de moi, son torse se colle à mon dos et ses mains descendent vers mes hanches. Je le sens me déposer une trainé de baiser allant du cou vers l’épaule. Je me retourne alors et le plaque contre le mur puis l’embrasse. L’humidité de son torse se mélange au miens, je sens nos membres se toucher l’un contre l’autre.

Je redescends alors vers son torse, je lui embrasse les tétons tout en lui massant le torse, mes mains redescendent encore plus bas afin de saisir sa virilité. Je sens son sexe se durcir dans mes mains et le miens aussi. Je l’embrasse une dernière fois puis me baisse afin de faire fasse à son membre.

Elle devait faire dans les 20cm, alors que la mienne fait 18cm. J’embrasse alors son gland puis commence à faire des jeux de langues autour puis à l’introduire petit à petit dans ma bouche.


C’est la première fois que je fais cela et ce n’est pas pour me déplaire. J’entame alors mes petits vas et viens tout en le regardant dans les yeux. Il gémit un peu, sa respiration devient de plus en plus saccadée au fur et à mesure que ma fellation continue. Je sens alors son pénis prendre du volume et se raidir.


— Ça va sortir !


Je sors alors son sexe de ma bouche. Il éjacule alors sur mon torse 5 longs jets de sperme dans gémissement presque étouffé.


— À mon tour maintenant de te faire jouir, me souffla t’il à l’oreille.


Il se baissa et pris mon chibre en bouche sans tarder. Il me regardait lui aussi dans les yeux. Ce jeu de regards semble durer depuis le repas. Il sort mon sexe de temps en temps de sa bouche pour prendre en bouche mes testicules puis il remet mon membre dans sa bouche. C’était une expérience unique, j’étais presque accroché au mur tellement que c’était bon et je ne pouvais pas me retenir très longtemps


— Je ne vais pas tarder …


Il retira rapidement mon pénis de sa bouche. Il se retourna et je vis pour la première fois ses fesses bien musclé et bien ferme. Dos à moi, il se cambre un peu et se frotte la raie contre mon sexe. Je le saisi par la taille et l’accompagne par des mouvements de bassins. Je ne tarde alors pas à jouir sur sa raie et le bas de son dos. Il se retourne alors et m’embrassa passionnément. Nous nous sommes lavés, rincés, rhabillé puis nous sommes retournés au salon passé le reste de la soirée.


* À suivre *

Diffuse en direct !
Regarder son live